“on dii koi, ma chronique mensuelle…” – Mars 2007

Bamako, le 31 Mars 2007

  Les coups de gueule d’un afro-optimiste en colère,

  * Côté perso,  Si l’homme ne s’occupe pas du Peuple, le Peuple s’occupera de lui…

        Mars 2007 à Bamako: Idem à mars 2006 à Bamako avec soleil et sauna local déréglés. Néanmoins il y a de plus en plus souvent du nouveau en ville: conférences internationales, petits jardins publics en construction et la ville qui est de plus en plus propre à mon avis. Du coup, il y a également tous les jours une vieille connaissance de passage, comme jadis à Abidjan ou Dakar. En fait, Bamako devient vraiment une des capitales principales de l’Afrique de l’Ouest et cela a plusieurs côtés agréables (et désagréables)!

  La vie sociale habituelle reprend ses droits pour 2007:

  – Lobi Traoré au Patio du CCF le samedi 17 Mars: le maître du «blues bambara» est un personnage atypique: carrure et costard à la Sarko (!), orchestre minimaliste avec 2 guitares, une batterie, un djembé et un balafon, il distille un son particulier qui ressemble effectivement beaucoup à du blues, mais différent, moins riche que celui du grand Ali Farka Touré avec lequel il a beaucoup travaillé. Les « sacs à dos » étaient tous en extase mais moi au 5è morceau j’étais persuadé qu’il jouait toujours le même – heureusement que je ne suis venu que pour la dernière heure du spectacle… Je vous laisse aller le découvrir et évaluer par vous-même, si il passe à l’affiche près de chez vous, un de ces quatre.

  -After diner Jazz fusion in Bamako le samedi 24 mars, toujours au Patio : ou quand les musiciens du New York Jazz viennent faire le buff sur les rives du Niger avec le Segu Blues de Bassékou Kouyaté dont je vous ai déjà longuement parlé dans une chronique précédente: c’était simplement génial! La bassiste Leni Stern et le batteur Will Calhoun qui écument les scènes du jazz mondial avec de grosses pointures étaient de passage ici pour travailler sur certains projets avec Salif Keita. Ayant déjà rencontré Bassékou et son family Band sur les routes, ils ont décidé de s’éclater une soirée et de nous faire partager cela. Le public, hélas pas assez nombreux pour la qualité de ce show, était vraiment émerveillé par la virtuosité des instrumentalistes et des voix et par la symbiose naturelle qu’ils ont réussi à créer entre leurs sons à la fois si différents et si proches. On en redemande, pardon…

        «23  ans Chrono – le chapitre final»: au vu des péripéties et des décisions de fin février le constat est triste mais réel: notre série nationale radio-télévisée continue de plus belle! Jusqu’à quand?!?

Désolé, chers lecteurs mais la nouvelle série «Péripéties d’un troisième départ à zéro» est reportée à une date ultérieure et malheureusement indéterminée…

  Épisode 10 – les 30 premiers jours du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, populaire (PM-CG-p): ses premiers pas sont vraiment difficiles voir chaotiques, sûrement (en partie) en raison du siège permanent fait sur lui par tous les acteurs de ce mélodrame. En fait il a raté totalement son départ: il aurait dû immédiatement imposer à ses multiples chefs (et annoncer publiquement) une période transitoire minimale (100 premiers jours) pour lui permettre de mieux maîtriser son nouvel environnement, faire certains audits rapides (mais sérieux) des principaux secteurs économiques et sociaux de la situation nationale et surtout régler en priorité les graves problèmes judiciaires suites aux massacres et autres violations de juin 2006, janvier et février 2007.

  Les visites de courtoisies au chef et à ses femmes et à ses propriétés rurales ainsi que les bains de foule semblent être ses premières priorités; pas un mot sur la constitution immédiate d’un cabinet restreint de technocrates chevronnés qui planchent nuit et jour (dixit les premiers jours de Sydia) pendant que lui fait le beau en ville; trop peu de rencontres structurées avec les partis politiques qui constituent, qu’il le veuille ou pas, la base indispensable à la reprise normale de la vie politique dans tout pays démocratique!

  J’écoute attentivement aussi toutes ses paroles publiques et je reste sur ma faim:

            J’entends tous les mots-clés d’un bon politicien: merci à Mamadou, merci à Bineta; Droits et Egalité pour tous; Démocratie; lutte contre la Pauvreté qui n’est pas une fatalité guinéenne; je l’aime, il m’aime et nous vous aimons tous; I love you, ti amo… Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, quoi…

            J’entends aucun des mots-clés d’un bon technocrate: période de transition obligatoire; audit sérieux de la situation du pays en démarrant par certains secteurs prioritaires; règlement urgent des problèmes de crimes contre l’Humanité tout récents; remise des guinéens au travail productif; révision correcte de la fonction publique nationale; relance du secteur privé selon des règles saines de jeu basé sur la justice et sur la transparence; ET AUSSI  ET SURTOUT débat national pour panser les plaies du passé et réconcilier les guinéens pour une relance sérieuse de la machine socio-économique du pays…etc. C’est comme si la solution à tous nos problèmes actuels viendrait en nommant une équipe de nouveaux ministres «clean»…Sidérant!

  Et puis, y’en a marre de ce retour tonitruant aux boubous et bonnets blancs; il ne manque plus que le mouchoir blanc pour qu’on pense (avec horreur) que «c’est coup fourré» et sa bande de nazes du pdg sont de retour aux affaires…Encore une preuve flagrante de manque de finesse dans le marécage politique et social guinéen!

  * Enfin le 10 Mars il place quelques bons crochets et dribbles et marque son premier but: il demande aux ministres de ne pas vider les caisses (déjà vides) de leurs ministères avant de prendre (très prochainement) la porte. Malheureusement ils s’y activaient déjà depuis près de 2 semaines, en fait depuis le jour de son arrivée…Erreur de GuinEx sans doute!

  * Le 14 mars, il feinte habilement à droite et à gauche et marque indéniablement un second but convaincant: il fait signer à son nouveau chef un décret révisant de manière importante (et qui va dans le bon sens) la structure du gouvernement: réduction drastique du nombre de mangeurs autour du gâteau; regroupement de secteurs qui ne sont séparés que dans les républiques bananières pour augmenter le nombre de bouffeurs (par exemple 3 ministres pour l’Education nationale, Eh Allah!); pas de ministres d’Etat (= super bouffeurs autorisés) et, le meilleur pour la fin, imposition d’un ministre de la Défense dans son équipe, poste occupé depuis belle lurette by the Boss himself – cette dernière a sûrement dû passer au forceps…

  * Finalement le 28 mars, après plusieures prolongations et à 2 minutes du coup de sifflet final, il tire à fond et des deux pieds à la fois: il lit sur les ondes nationales un discours «merci-merci» et sort la liste de ses 22 adjoints. Pas mal du tout: ils sont effectivement tous nouveaux dans le mangeoire; quand à savoir s’ils sont aussi «clean», seuls le temps et les mauvaises langues Conakrykas nous le diront…

Le seul véritable hic et surtout le seul que tout le monde sait qu’il n’est pas clean du tout c’est le nouveau ministre de la défense nationale qui est plus connu pour ses récents hauts-faits de chef d’état-major adjoint de l’armée et donc criminel reconnu de jeunes guinéens (et ce jusqu’à preuves juridiques du contraire). Mais bon, un œuf pourri dans une grande omelette de 22 œufs, cela pourrait passer inaperçu au goût et à la vue, à condition qu’il n’y ait pas d’autres oeufs pourris dans le mélange.

De plus, et encore une fois, pas un mot sur les crimes impunis – c’est passé donc c’est à oublier et tant pis pour les morts et leurs familles! Une erreur grave à mon avis qu’il paiera sûrement demain…

Finalement fixer huit priorités nationales dans la Guinée d’aujourd’hui où ne figurent ni la justice pour les victimes récentes des sbires de LC Bauer, ni un débat national pour orienter correctement son action sur le court et moyen terme et pour la réconciliation et le pardon nationaux, ni la tenue dans les 12 prochains mois d’élections législatives propres, il faut vraiment oser le faire…

  En tout cas moi je veux donner à cette équipe toute neuve une chance et le bénéfice du doute et je les attends donc maintenant aux résultats concrets (c’est ça qu’il a promis dans son discours), pas aux marches triomphales et spectaculaires dans les rues de Kaloum…

  Au finish de cet épisode passionnant et après un peu plus d’un mois dans son match avec/contre LC Bauer et sa CAD, il doit être actuellement à trois buts à deux – fin de la première mi-temps, balle au centre…

  Courage, mon frère mais surtout réfléchis beaucoup et bien à tout ce que tu entendras, jette ensuite les ¾ à la poubelle; entoure-toi de gens clean dans tous les sens; tourne ta langue 27 fois dans la bouche avant de parler; change de garde-robe et de couturier et bosse dur, si tu veux que les 30 premiers jours de ton pouvoir de transition, sommes toutes satisfaisants pour la Guinée, se prolongent encore longtemps…

  – Episode 11 – Décret Présidentiel du 06 mars 2007:

Guinéennes, guinéens, rejoignez massivement les FANG (Forces Armées Nationales de Guinée): il vous suffira ensuite de me menacer (même en sourdine) et je triplerais vos salaires; et si vous protestez encore plus fort, je rajoute rétroactif sur 10 ans! Alors que si vous restez des piti bandecons de faux types ingrats de civils sans fusil, au moindre faux pas on vous gazera, on vous kalachera et on vous cadavera total, Walahi… Signé: Caporal LC Bauer New Look (avec un PM-CG-p).

  – Épisode 12: le bilan des serviteurs de notre Nation: pendant ce temps de nombreux intellos guinéens ont déjà commencé depuis belle lurette à réfléchir à la suite de tout ceci. Un de mes amis m’a donné au cours de mes dernières vacances à Conakry, une idée passionnante: et si on commettait une équipe de chercheurs pour faire le bilan exhaustif de tous ceux qui ont, à un moment ou un autre, eu à gérer une partie du budget national depuis 1958? Ils pourraient aisément être classés en 2 périodes: 1958 – 1984 et 1984 – 2006.

Pour chacun on mettrait sur les deux bras de la balance:

  • son actif: c’est-à-dire ce qu’il a vraiment laissé de concret, visible et de qualité pour la Guinée à partir des ressources nationales qu’il a géré.
  • Son passif : c’est-à-dire ce qu’il a vraiment amassé pour lui, pour sa famille et pour ses proches  sur les même ressources nationales.

  * Pour la liste exhaustive cela devrait aller très vite: ils sont connus, morts ou vivants, et sortir le listing complet serait un jeu d’enfants (alphabétisés quand même!)

  * Pour les actifs cela devrait aller encore plus vite, au vu de ce que j’ai vu récemment à Conakry et au cours de mes nombreux voyages à l’intérieur du pays profond de 1984 à 1993.

  * Pour le passif ce sera sûrement beaucoup plus difficile, mais pas impossible pour de bons chercheurs. De plus même en creusant très peu il sera aisé de leur  montrer ainsi qu’à tous les guinéens et à tous les amis sincères de la Guinée qu’ils sont presque tous venus, ils ont vu et…..qu’ils n’ont rien foutu de vraiment concret et positif pour leurs prochains et pour la Guinée!

  Le but recherché n’est pas de lancer une chasse aux sorcières nationale (de toutes les façons les prisons actuelles ne pourraient sûrement pas contenir tout ce monde-là). Plutôt ce type d’analyse sera intéressante (avec beaucoup d’autres) pour que premièrement ce pays redémarre demain à partir d’une bonne autocritique réaliste et sincère de notre administration publique en 50 ans de gestion et deuxièmement pour la mise en place indispensable de garde-fous et des règles strictes pour que « Plus Jamais Ca ».

De plus cela mettrait sûrement définitivement  un terme à certaines fanfaronnades ridicules que nous lisons depuis quelques semaines sur le web…

  Je cherche des candidats qui sont prêts à démarrer cette quête absolue de ce dont la Guinée a le plus manqué depuis 50 ans: la Vérité et la Justice!

  Ca fera sûrement mal à certains, mais c’est un mal nécessaire et un gage de succès pour repartir du bon pied. Alors écrivez-moi si vous êtes volontaires…

  v     Côté boulot,

  – Mission de supervision Eau, Hygiène et Assainissement dans la région de Gao : située à plus de 1,200 km de Bamako (encore plus loin que Tombouctou) j’y ai visité avec notre expert dans le domaine et notre pilote Karim (M. Schumacher) nos réalisations scolaires dans ces 3 volets.

  * Côté boulot, j’ai vu de bonnes choses (et des moins bonnes): la routine quoi!

* Côté découverte, j’ai été impressionné par la ville de Gao qui est très coquette et bien construite, avec des carrefours qui se coupent de manière harmonieuse – j’ai trouvé la ville même plus belle que Tombouctou…

  J’ai maintenant vu l’UNICEF à l’œuvre dans 8 régions du Mali sur 9; il ne reste plus que Kidal la rebelle, mais ça c’est une autre affaire…

  v    Côté « reste du monde », les mois électoraux se suivent et se ressemblent…

– En Cote d’Ivoire, Gbagbo prend la main: trop fort, le Grand Bété: il signe un deal le dimanche 04 mars avec son premier ennemi (Guillaume Sorro) sous les auspices de son 2e ennemi (le Beau Blaise) et sort du coup du mangeoire ses troisième (CKB), quatrième (Bédié) et cinquième (ADO) ennemis jusqu’aux calendres grecques…

Quand à la Communauté Internationale, et son GTI, c’est le poli mais ferme «Mesdames et Messieurs, préparez vos bagages svp et OUSTE»

  – Bravo à la Mauritanie pour son grand pas en avant vers la Démocratie et le Développement depuis plusieurs mois maintenant. De «bons militaires» ont chassé le tyran, organisé des élections législatives et présidentielles transparentes et ont ensuite rendu  le pouvoirs aux civils. Pourvu que, comme d’hab. Ils ne fassent pas deux pas en arrière juste après…

Guinée cherche bons militaires, désespérément!

  – Au Sénégal le «Royal Rumble» a été remporté haut la main par Gorgui Wade: il s’agit d’une forme de tournoi de catch américain où le ring est plein de gros combattants incassables et où tous les coups sont permis jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un seul combattant sur le ring. Gorgui les a tous smatché avant le second coup du gong –  trop fort, le Vieux!

  ET au finish il est tellement heureux qu’il pète un câble: il promet (à Dakar) d’offrir aux guinéens du riz et de l’électricité cadeau alors qu’il ne peut même pas en donner à tous les Dakarois! Et Wotan, il nous a mal eu! Il a versé nos visages dans la farine (pardon, il parait qu’il y a pénurie actuellement à Conakry!) disons dans la bauxite – au moins de ça on ne manquera jamais chez nous même si LC Bauer reste aux commandes pour 2 siècles encore…

  – Les gros cancres au fond de la classe sont toujours les même: Zimbabwe – un cas fort intéressant qui ressemble beaucoup à la situation actuelle en Guinée mais à la différence fondamentale que chez eux, à chaque grève et manifestation publique ce sont les chefs des partis politiques de l’opposition qui sont au premier rang et qui prennent tous les coups avec le petit peuple. Chez nous, ils font comme Mussolini qui disait: «armons-nous et partez combattre»…

  Et au mois  prochain, Inch Allah….

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2007. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s