“ON DII KOI, ma chronique mensuelle…” Décembre 2010

Montréal, le 31 Décembre 2010

Les coups de gueule d’un afro-optimiste en colère,

  • «Quelles sont les 4 plus belles femmes de la planète?  La 1ère c’est ma femme chérie ; en 2ème position c’est ma sœur adorée ; la 3ème c’est Beyonce…et finalement c’est ma fille (celle-là au moins je la moyen un peu, Walahi…)»

  • Côté perso,

« 3e transition vers la 3e République»  – la 3e Télé-Novéla guinéenne!

Les manipulations médiatiques

Dans le cadre de nos échanges d`informations instructives pour renforcer notre « Think Tank » guinéen j`ai trouvé utile de partager avec vous cet article qui vous rappellera sûrement de nombreuses pratiques en cours chez nous depuis 52 ans. Il m`a été envoyé par Mme Nadine Barry qu`il est inutile je pense de présenter à tous les guinéens car elle est connue de nous tous et de tous les amis de la Guinée pour son combat inlassable pour le changement véritable chez nous.

Comme quoi, nos politiciens n`ont pas toujours été des amateurs incompétents dans tous les secteurs. En ce début de campagne pour le 2e tour de nos élections de 2010, pensez-y et comptez les coups (bas)…

————————————————

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l’éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu’à maintenir le public dans l’ignorance et la médiocrité. (PressenzaBoston, 9/21/10PRESSENZA Boston, 21/09/2010)

1/ La stratégie de la distraction : élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles ».

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions : cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation : pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé : une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge : la plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion : faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise : faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité : encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité : faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes : au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Vivre en fiers guinéens ou mourir en essayant!

J`emprunte l`expression d`un rappeur pour exprimer ce que m`inspire notre drame national en fin octobre 2010 soit plus de 4 mois après le 1e tour de notre élection présidentielle. Ce maudit 2e tour aura lieu un jour, peut-être le 07 novembre, mais cela n`a plus vraiment d`importance; l`élection présidentielle est (presque) finie mais la démocratie et la reconstruction de la nation détruite par 52 ans d`erreurs continues ont encore reculé. Une fois de plus ces notions nobles ont glissé presque entièrement entre les doigts des 11 millions de guinéens. Je ne cesserai jamais de le répéter, notre pays est l`otage d`une bande de criminels militaires et civils qui manipulent tous les autres guinéens comme des marionnettes. En imposant en janvier 2010 à Ouagadougou un processus électoral précipité et irréaliste ils savaient bien qu`ils créaient un terreau durable pour leurs activités criminelles,  pour les ambitions personnelles exacerbées de nos politiciens, pour des replis identitaires extrêmes et finalement pour des conflits ethniques. Ils savaient que ce cocktail explosif était suffisant pour faire échouer la transition en cours, provoquer une rupture sociale générale aux conséquences terribles, suffisantes pour assurer leur maintien à la mangeoire nationale. Nos candidats et nos populations des 4 régions naturelles, en particulier tous ces analphabètes fanatisés et manipulés par des politiciens devenus fous et leurs communicateurs extrémistes ne sont que des pions insignifiants. Et le pire certains intellectuels, dans le pays et dans la diaspora, sans utiliser leurs capacités d`analyse apprises grâce à leurs études foncent tête première dans le panneau raciste ce qui prouve qu`ils n`ont toujours rien compris, alors qu`ils ont vécu le même scenario depuis plus de 52 ans! Comme s`ils n`avaient rien appris des drames du Rwanda, du Liberia, de la Sierra Leone, du Kossovo, de la Cote d`Ivoire et de la Guinée-Bissau; comme si ils n`avaient pas constaté qu`après tous ces crimes les manipulateurs et leurs assassins ont été monté en grade et pleurent avec nous lors des minutes de silences malhonnêtes. Finalement les seuls perdants sont à chaque fois les victimes directes et leurs pauvres familles, les habitants des charniers, les « balles perdues » et les « manches longues ou courtes »; tous les autres iront demain se faire « la bise guinéenne » hypocrite, comme dans tous les pays cités plus haut…

Cette mafia de tricheurs et d`assassins pathologiques n`a qu`une seule chose en tête : le statut-quo de la médiocrité et la continuité d`un système qui à leurs yeux doit persévérer, quelque soit le prix à payer. Et tous les coups sont permis, surtout les plus bas comme les affrontements ethniques sanglants, les attaques et viols contre des femmes et des enfants. Le rêve de ces bandits est que tous les vrais patriotes guinéens, ceux qui ne rêvent qu`à la fin du cauchemar national se découragent définitivement, les laissent faire et ne cherchent plus qu`à aller se refugier le plus loin possible du pays. Maintenant Il faut leur dire haut et fort qu`ils se trompent à 100%, que nous avons  tous compris leur jeu et que plus rien ne nous arrêtera de les virer des instances de décision de notre pays. Le vrai combat pour l`avancement de la Guinée a été raté dès le départ de cette fausse transition parce qu’une bande de militaires, politiciens et autres « forces vives » au pouvoir ont fait  passer leur enrichissement et leur bonheur personnels avant les sacrifices indispensables pour reconstruire entièrement notre tissu économique et social.

Le père de la nation guinéenne telle que nous la connaissons aujourd`hui, celui qui en 1958 après avoir été une des premières fiertés africaines a crée cette mafia nationale. En même temps il a torturé et tué ses principaux amis de combat contre la colonisation tout simplement parce que ceux-ci avaient compris que sa moralité et ses visions étaient trop limitées pour développer notre pays à la dimension de ses potentialités réelles. En 24 ans de dictature populiste féroce, elle s`est perfectionnée au delà de ses espérances et en 1984 elle l`a enterré sans aucun regret en mettant au pouvoir un militaire inculte qui s`est noyé avec plaisir dans le pillage des biens publiques et la médiocrité à son image. Voila tout ce qu`elle espérait – la toile d`araignée a continué à s`étendre, sans aucune résistance et elle a poussé ce bouffon à refuser de faire la lumière sur les crimes de son prédécesseur, malgré ses promesses initiales – pas étonnant bien-sûr puisqu’`il y avait participé ! Ils l`ont même aidé en 1985, tout juste pour couvrir leurs œuvres machiavéliques, à massacrer sans procès la majorité des responsables des crimes précédents – et en même temps comme d`habitude, de nombreux innocents mais cela n`a jamais eu aucune importance pour eux. En 2008, après le départ définitif du général-président-paysan suite à une longue agonie (et qui a été tous bénéfices et sans regrets pour eux), ils ont failli pour la première fois se faire prendre à leur propre jeu de petits calculs habituels : ils préparaient dans l`ombre leur nouveau poulain mais ils ont été devancé par un « jeune capitaine » de notre armée félonne avec des idées différentes sur le changement nécessaire en Guinée, mais qui hélas qui n`avait pas toute sa tête en place. C`est vite fait que ce dernier a été retourné pour en faire un pantin ridicule, un nouveau riche de leur espèce et surtout un petit despote dont la seule ambition était devenue de faire comme ses prédécesseurs, sinon mieux. Décrié du monde entier, même par les éternels naïfs guinéens que ces bandits ont toujours su manipuler sans problème, ils ont décidé de s`en débarrasser dare-dare. Vite fait, voilà le capitaine parano qui est trépané par son plus proche garde de corps et bienvenue au colosse armé du front qui ne rêvait qu`à deux choses : 1) devenir riche encore plus vite que ses prédécesseurs et 2) faire le tour du monde des palaces sans débourser un franc de sa poche. Bien-sûr la continuité de la situation ambiante passait forcement par milles stratagèmes de plus en plus épiques pour empêcher tout changement véritable de système politique et social au pays. Le ridicule ne gêne absolument pas ces gens-la : ils vivent en plein dedans depuis plus de 52 ans! Et les 4 fois qu`ils ont pu rattraper la balle à la veille de leur chute inévitable, le peuple guinéen comme un amnésique autiste, a applaudi à tout rompre le nouveau guignol de service, lui a dressé des portraits géants au palais du « peuple soumis », dans tous les carrefours du pays, sur leurs pare-brises et même sur leur T-shirts. Et bonjour à chaque fois la mamaya nationale pour un bonhomme que personne ne connaissait deux semaines avant cette forfaiture minable. Il n`y a pas à dire, à chaque fois nous nous laissons prendre comme des pigeons sur un champ de tir à la foire du ridicule mondial.

Voila notre situation actuelle, celle que nous vivons chaque matin depuis 52 ans et que nous connaissons tous. Le temps n`est-il pas venu de choisir si nous voulons continuer pour encore 50 ans sur le même chemin ou si le moment est enfin venu de leur dire « c`est fini,  quelque soit le temps que cela prendra? Nous ne vous laisserons plus faire, nous vous dénoncerons en Guinée et partout ailleurs et nous vous vaincrons, ou nous mourrons en essayant. Et alors nos enfants reprendront le flambeau et eux ils réussiront, car la Guinée n`est pas maudite ni perdue, elle n`a juste pas encore trouvé les constructeurs de son bonheur. Elle a bien démarré en 1958 et elle a ensuite dégringolé progressivement mais inexorablement, justement en raison de vous, nos zéros nationaux ». Le principal programme politique et le  premier modèle de société dont nous avons maintenant besoin pour changer définitivement la Guinée et la faire enfin avancer se résume en très peu de mots : « mettre fin à l`emprise de cette mafia civilo-militaire sur le pouvoir national »; tout le reste suivra ensuite aisément. Le moment est venu d`explorer l`autre face de la médaille…

  • Côté «restes du monde»

–          Bravo à ma pauvre Guinée: qui nous a enfin gratifié d`un nouveau président « démoncratiquement » élu ; néanmoins même Satan est préférable au duo Konaté-JMD ! Et puis le nouveau Prési a un argument qu`on peut difficilement lui contester : il est un homme « propre » dans le sens de la gestion pourrie de la Guinée depuis 52 ans. Donc personnellement je lui donne le bénéfice du doute et espère sincèrement qu`il va réussir à nous impressionner positivement – après tout, pourquoi pas, surtout quand on est un optimiste indécrottable ? Sinon de toute façon, il me trouvera là, comme ses prédécesseurs, Walahi…

–          Yako à Laurent (et Simone) Gbagbo: ces bandits internationaux nous ont tous blagué en organisant un débat télévisé de campagne digne des USA moins de 48h avant le 2e tour et ensuite ils se comportent comme les pires sauvages dignes du couple Ceausescu. Ils ont même réussi à tant fâcher tout le monde que même les autres dictateurs du continent proposent d`aller les déloger pat la force ! J`en connais plusieurs qui ont oublié de se taire et à qui on ressortira la même chose dans quelques années chez eux. Dur temps pour les dictateurs tropicaux, je te dis…

Au mois prochain,  Inch Allah….

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2010. Bookmark the permalink.

2 Responses to “ON DII KOI, ma chronique mensuelle…” Décembre 2010

  1. Diallo Kanny says:

    I am sorry but I think I should come before Beyonce!!!! LOL

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s