Une Nouvelle Voie (Novembre 2012)

Bienvenue à mon bilan du 11e mois de l’An 02 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.
1.      Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : Non, il n’y a aucun débat ! Il n’y a aucun débat ! C’est vous qui dites ça ! Ce sont les journalistes qui parlent de ça ! Il y a eu une réunion ici, au Novotel. Tout le monde était présent. Les partis politiques, etc. Il a été très clair que Waymark peut faire. Donc pour moi, il n’y a aucun problème. Et je pense qu’on va aller aux élections. L’OIF viendra constater que Waymark fait parfaitement son travail. Donc le problème essentiel, c’était résoudre le problème de la CENI. Il n’y a plus aucun problèmeOn a constaté que Waymark fait parfaitement son travail… Bien sûr, la première fois, tout le monde était surpris de voir les américains puissent élire un noir (Obama), alors qu’on pensait que c’était un pays raciste (interview sur RFI (encore) le 08) ; je suis profondément choqué » par l’assassinat brutal de la directrice nationale du Trésor public de Guinée… Aïssatou Boiro a travaillé sans relâche et courageusement contre la corruption. Elle nous quitte d’une manière dramatique et brutale, mais son travail ne sera pas vain. Notre lutte contre la corruption est difficile, mais elle continue. La Guinée a fait trop de chemin depuis 2010 pour revenir en arrière ; toute personne qui va tuer sera tuée à son tour (suite au meurtre de Mme Boiro)

  • Pour : Monsieur le PPAC merci pour l’hommage à Mme Boiro mais vu que ce sont vos « hommes en tenue » qui l’ont assassinée on aurait préféré leur incarcération rapide et leur jugement retardé et inconfortable – comme  pour les suspects du crime contre votre chambre à coucher en 2011.
  • Contre : je tire deux conclusions des remarques concernant Waymark sur sa radio nationale préférée (RFI) : 1) Plus le mensonge est grand, plus il a des chances de passer car tout le monde (guinéens et étrangers) a lu les conclusions des rapports d’évaluation de l’U.E. et de la Francophonie qui ont confirmé le manque de capacités techniques de cette société pour faire le travail demandé. Proposer de faire venir une organisation politique internationale pour aider une société privée spécialisée en élections à refaire ses procédures et équipements ne peut être logique que pour une personne de très mauvaise foi. Le PPAC ment avec autant d’aplomb que Sékou Touré, en vous regardant droit dans les yeux sans sourciller. Si le mensonge crû est la marque d’un grand politicien alors le PPAC est aussi un homme politique historique. 2) Qu’il donne son avis aussi catégorique et non discutable sur la légitimité ou non de Waymark est la confirmation que toutes les décisions sur ces élections se prennent exclusivement à son niveau, sans même concertation au sein de la CENI ou avec les partis politiques. Comme depuis 54 ans, la Guinée est indépendante mais les Guinéens sont à 100% dépendants de leur Responsable Suprême de la République. La suggestion musclée sur le traitement de toute personne accusée de meurtre a dû faire frémir la justice guinéenne et le nouveau ministre des DDH et des libertés publiques. Ils sont donc prévenus : les décisions finales là aussi seront prises à la présidence.
  • Une  Nouvelle Voie : le président dont nous rêvons ne dira jamais des phrases aussi horribles que « toute personne qui tuera sera tuée à son tour » en particulier en sortant d’un lieu de culte. Cela montre un mépris profond pour l’indépendance de la justice et le respect total des droits de l’homme ; un manque de connaissance également des avancées sociales du XXIe siècle. Un homme du passé ne pourra jamais nous mener vers le futur…

——————————————————

  1. Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : journées de sensibilisation sur l’impact de la loi organique sur la loi des finances 2012 (LORF) sur la bonne gouvernance (29-31 Oct.) ; atelier sur l’élaboration d’une lettre de politique d’investissement dans le domaine de l’industrie et des PME ; séminaire OIF sur les droits d’auteurs ; atelier international d’échanges d’expérience sur l’entreprenariat féminin ; atelier portant sur le projet d’appui à la Promotion d’un Dialogue Inclusif et Durable en Guinée (PRODID-G) ; séminaire de partage d’expériences sous le thème : implication des organisations de la Société Civile dans un processus de réconciliation nationale : enjeux, défis, et perspectives ; formation de 150 agents recenseurs pour la constitution d’une banque de données sur les guinéens de l’étranger ; atelier de validation du Plan national de lutte contre la pollution de la mer et du littoral ; atelier de promotion du pacte de convergence et de stabilité sociale en Guinée ; atelier national de validation de la stratégie nationale de microfinance et de son plan d’actions 2013-2017 ; atelier de finalisation du document de stratégie nationale de financement inclusif (SNFI) 2012-2116 ; journée de dialogue et de prière pour la paix en Guinée ; atelier sur le thème : la microfinance un véritable outil de développement économique et social en Guinée ; retraite stratégique des commissaires de la CENI sur le renforcement de leur capacité institutionnelle et opérationnelle et l’élaboration de leur budget de fonctionnement ; 3ème édition du Salon de l’Electronique et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (SENTECH) ; atelier sur la stratégie nationale de sécurité maritime ; atelier de célébration de la 22e journée de la statistique en Guinée ; atelier sur le thème : « Moins de déchets, meilleurs résultats. Les normes augmentent l’efficacité » ; campagne de 16 jours de sensibilisation sur la lutte contre les violences faites aux femmes ; formation aux premiers secours pour 80 sapeurs-pompiers guinéens ; formation de 20 sapeurs-pompiers aux techniques de secours routiers ; colloque universitaire sur l‘insécurité en Guinée et en Afrique de l’Ouest ; journée universitaire sur le thème : les innovations de la Constitution guinéenne de 2010 et l’encadrement juridique de l’exercice des libertés publiques en Guinée ; formation de journalistes dans le cadre du renforcement des capacités de suivi de la transparence de la gestion des industries extractives ; formation de 300 jeunes dans le cadre des kiosques multiservices ;
  • Pour : le séminaire-business mensuel reprend enfin un peu de couleur (25) – bien plus qu’un par jour de travail mensuel – merci papas-bailleurs ! Un plan national de lutte contre la pollution de la mer et du littoral c’est bien – sauf dans les tiroirs des beaux bureaux d’un cabinet ministériel, sinon c’est comme les poses de 1e pierres des éléphants blancs africains. Nous applaudirons donc après les 1e actions concrètes, et sans nouveau séminaire en 2013 sur le même sujet. Bravo pour la campagne de sensibilisation de long cours sur les violences faites aux femmes, les formations de base des sapeurs-pompiers (qui sont malheureusement recrutés comme nos militaires) et le colloque universitaire sur l’insécurité galopante mais là aussi nous attendons de voir des résultats.
  • Contre : il est triste de constater qu’il a fallu avoir recours à des experts du FMI et de l’U.E. pour expliquer aux cadres des finances nationales leur propre LORF. C’est la preuve que cette loi n’a pas été écrite par nos cadres financiers et surtout la confirmation que la chape de plomb post-PPTE du FMI se met doucement en place – costumes et boubous neufs s’éloignent de plus en plus. Le CNT et le gouvernement nous offrent encore trois séminaires tournants autour de la réconciliation en étant toujours persuadés que dès qu’ils en feront des lois, des prières, des concerts de musique et des mamayas, la réconciliation nationale sera réalisée en Guinée – c’est incroyable cette obstination à refuser de mettre en place un véritable processus de Vérité, Justice et Réconciliation ; mettre notre passé sous un tapis en pensant ainsi avoir réglé tous les problèmes. C’est surtout une confirmation de l’aveuglement et de l’arrogance de la majorité des responsables nationaux qui ont peur de prendre leurs responsabilités devant notre histoire. Triste et dommage pour eux, d’autant plus qu’ils perdent leur temps pour rien. Quant à la ministre des Guinéens de l’étranger qui veut recenser la diaspora pour des raisons obscures  (mobiliser son pouvoir économique pour certaines poches du pays sans lui permettre de voter lors des élections nationales qui la concerne) je lui souhaite beaucoup de courage. Elle recensera encore moins de gens que la CENI pour les élections présidentielles (1,9%). Il n’est pas étonnant de constater le nombre de séminaires sur la microfinance depuis que le PPAC lui  a accordée quelques petits milliards de GNF pour les femmes et les enfants : et oui, il faut bien s’entendre sur comment partager cette nouvelle manne financière entre les responsables du secteur.
  • Une  Nouvelle Voie : un jour prochain cette ribambelle anachronique de distribution de cadeaux cessera au profit d’un processus intégré, synergique et planifié de formations et sur-formations de tous les guinéens des secteurs public et privé qui en ont besoin et le souhaitent.

————————————————

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : dans la nuit du 31 octobre la présidente du Liberia fait une petite leçon de modestie au PPAC : elle s’arrête à Conakry pour le saluer en allant en mission en Europe – dans le vol d’Air France – mais a-t-il compris ? ;  participation du PPAC au sommet de la CEDEAO à Abuja (Nigeria) sur la solution militaire à la crise malienne et le renforcement  de l’intégration sous-régionale ; le 19 le préfet de Beyla et un de ses adjoints sont demis de leurs fonctions le 19 pour « excès d’RPGisme » après une intifada des habitants de la préfecture : tout excès est mauvais pour la santé même dans le changement version PPAC ; inculpation (enfin) d’un officier de l’armée pour « complicité d’assassinat, coups et blessures involontaires » suite au massacre de 6 civils à Zowota en Guinée Forestière ;
  • Pour : un petit plus pour le limogeage de l’hyper-zélé préfet de Beyla qui menaçait sans vergogne tous les fonctionnaires qui n’adhéraient pas au RPG présidentiel. Est-il vraiment victime de ses abus ou a-t-il été débarqué pour éviter son assassinat dans une préfecture qui est importante pour ce parti ? En tout cas cela devrait refroidir quelques « plus royalistes que le roi » régionaux et préfectoraux.
  • Contre : je doute beaucoup que le PPAC ait compris la « leçon » de Mme Johnson-Sirleaf : il n’y a rien de honteux pour un président de prendre un billet 1e classe sur un vol commercial quand 60% de sa population vit sous le seuil de pauvreté. La preuve le lendemain il a recommencé ses virées touristiques sur des jets privés ne battant pas pavillon guinéen – et il veut nous faire croire que c’est totalement gratuit ! Pour l’officier inculpé pour les meurtres de Zowota il est l’équivalent du planton inculpé dans le détournement des 13 milliards à la banque centrale : le plus petit des poissons de cette triste affaire.
  • Une Nouvelle Voie : encore un mois sans aucune action positive de dimension nationale ; Il faudra absolument inverser cela pour parler d’une nouvelle voie.

______________________________

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois :Alhaji PPAC n’a pas chômé le 01 : défilé militaire et décorations pour nos forces de désordre et de crimes sur des civils, nomination d’un parent proche de la 1e dame comme chef de cabinet civil à la présidence, et nouvelle mission d’amitié d’une semaine en famille (avec son fils, 2 cousins et son trader personnel) à Abu Dhabi pour hypothéquer un peu plus de nos mines nationales ; nouvel accord minier à minima signé le 02 par le PPAC entre la CBG et Mubadala à Abou Dhabi : on continue à vendre des milliards de tonnes de terre rouge bauxitique au lieu de parler de transformation sur place en alumine et aluminium – mais bon cela fera sûrement quelques guinéens heureux, hélas toujours les mêmes ; le changement version PPAC s’accélère à l’intérieur du pays : les mines traditionnelles d’or sont fermées de force par le pouvoir jusqu’à la fin de la saison des récoltes pour obliger les orpailleurs à aller cultiver. Inutile de dire que la révolte a éclaté et été mâtée par les forces de désordre avec des blessés graves comme d’habitude ; le 09, le célèbre Lounceny Camara, boss de l’ex-CENI est nommé ministre du tourisme et de l’hôtellerie pour bons et loyaux dégâts réalisés ; le 09 aussi, exécution « Chicago style » d’un haut fonctionnaire de l’état (la directrice nationale des impôts) et presque en même temps d’un cadre d’une société privée d’informatique et réaction du même style des autorités nationales : chez nous la règle est simple « ferme les yeux, les oreilles mais surtout la bouche ou alors démissionne » ;la chambre d’accusation (présidentielle) rejette le 13 les conclusions de la chambre d’accusation de la justice guinéenne et condamne des officiers déjà acquittés au tribunal militaire et à la cour d’assisse pour tentative d’assassinat de la chambre à coucher présidentielle le 19 juillet 2011 ; le 26, le PPAC dans la précipitation et pour clore toute enquête policière sérieuse pense « soulager et compenser » l’assassinat de l’ex-directrice du trésor, Mme Boiro par la nomination de son mari au poste de ministre de l’environnement – le pire c’est que ce dernier a accepté ; l’université PPAC a sorti une nouvelle promotion de ministres ce mois-ci : deux petits nouveaux et deux permutations dans le paquebot gouvernemental pour cacher les erreurs du précédent remaniement;
  • Pour :comme d`habitude, R.A.S.
  • Contre :quelqu’un pourrait-il nous expliquer pourquoi un président de la république doit participer à la signature d’un contrat entre deux sociétés semi-privées (CBG et Mubadala) ? Même son ministre des finances ne devrait pas présent. Revoilà King Lounceny Camara, l’homme qui a volé officiellement son budget et s’est totalement planté pour gérer un personnel de 25 cadres qui est récompensé par le PPAC – only in Guinea. Il doit promouvoir l’hôtellerie et le tourisme au plan national – ça va chauffer ! Cette nomination à une fonction ministérielle aussi « juteuse » après le rapport financier de l’U.E. sur sa gestion catastrophique des ressources de la CENI est un signal fort envoyé à tous nos partenaires financiers : pas de changement dans le traitement des gros voleurs en col blanc de l’administration guinéenne. Avec tous les sous détournés j’espère qu’il pourra au moins nous créer des dizaines de sites touristiques et d’hôtels, privés bien-sûr, pendant son petit séjour fructueux dans ce ministère. Pour la reprise à la vitesse grand V des crimes de civils en soirée dans la capitale la réponse de l’état a été radicale : l’organisation d’une session ordinaire de la commission d’orientation stratégique du comité national de pilotage de la reforme du secteur de la sécurité qui nous confirmé que tout va bien de ce côté  là – et que demain, ça ira encore beaucoup mieux. Une promesse présidentielle vient enfin de voir le jour : une tête majeure est effectivement tombée suite au détournement de 13 milliards au ministère des finances : mais c’est celle du justicier, pas celles des voleurs ! Objectif réussi, après ça je veux bien voir qui osera poursuivre ce dossier – il est clos, définitivement.
  • Une Nouvelle Voie :il est illusoire de penser que dans le contexte actuel d’insécurité, d’injustice et de violations flagrantes des droits de l’homme que vit aujourd’hui le pays des investisseurs sérieux viendront faire des affaires en Guinée. Nos hôtels sont peut-être pleins d’étrangers mais ce sont surtout des rapaces internationaux, vendeurs de rêves et spécialistes des bons coups rapides et fructueux. Nous constaterons une nouvelle voie le jour où nous verrons de vrais cadres qui parlent moins, durent moins de temps au pays, ne passent pas une grande partie de leur séjour à la présidence et montrent des résultats concrets dans les mois qui suivent leurs séjours.

————————————————–

Mr le PPAC, 40 années d’opposition historique ont fait de vous, aux yeux de la majorité des guinéens qui ont cru en vous jusqu’en 2011, un citoyen très différent de tous les autres :

  • Vous semblez classer tous vos compatriotes en 2 catégories : 1) Vos « amis » et alliés qui doivent absolument être d’accord avec tout ce que vous dites et surtout ne pas vous contredire. Ils sont presque unanimes à reconnaitre (en coulisse) aujourd’hui qu’ils ont plus de la peur que de l’admiration pour vous et que vous ne ratez jamais une occasion pour les rabaisser ou pire les ridiculiser en public. 2) Vos ennemis jurés que vous voulez absolument écraser comme des punaises. Ce sont la grande majorité de vos compatriotes, ceux qui refusent de voir en vous un messie infaillible et qui refusent d’applaudir à tout ce que vous dites ou faites.
  • Pour les non-guinéens ils se partagent aussi en 2 groupes : ceux que vous craignez comme l’huile sur le feu (vos Big Boss) au point même de leur souhaiter bon anniversaire et tous les autres, des êtres inférieurs, des cancres qui ne peuvent qu’apprendre lorsque vous daignez les recevoir.
  • Vous êtes le champion des  politiciens guinéens : trop fort pour vos amis, vos ennemis et même pour ceux qui n‘en font pas. Pour vous, la bataille politique n’existe pas – c’est toujours une guerre totale et sans merci contre des « punaises à écraser ». Vous êtes prêt à tous les coups, y compris les plus bas, pour gagner à plate couture, même faire tuer des jeunes qui ont rêvé de vous, ont chanté votre nom et reçu les coups de fouets des sbires de Lansana Conté pour vous défendre lorsque vous étiez en prison. Votre coup de bluff sur la nouvelle CENI est un chef d’œuvre en la matière : vous avez maintenant la présidence et 16 commissaires minimum (les 10 de la mouvance, les 3 de la société civile, les deux de l’administration et un de l’opposition, la taupe de J.M. Doré). Comme en plus vous avez réussi par la nouvelle loi sur cette CENI à remplacer les décisions par consensus de tous les membres par celles par majorité des voix vous n’avez plus qu’à cadeauter un micro-parti avec des miettes pour avoir 17 voix sur 25 à tous les votes soit les 2/3 exigés pour dicter votre loi. Qui plus est vous avez donné tellement le tournis à vos opposants qu’ils n’y ont vu que du feu jusqu’à la dernière minute où il était trop tard pour changer et que certains se félicitent même des sièges du fond de la classe que vous leur avez offerts.
  • Pour toutes vos prouesses je crois qu’il est inutile de continuer cette bataille législative avec vous car personne au pays ne pourra jamais utiliser vos cyniques règles de jeu. Votre habileté à bloquer un dossier compliqué pendant des mois pour l’approuver ensuite en moins de 48 heures, dès que la situation vous est favorable est effarante. Même si l’opposition obtenait le départ de Waymark vous sortirez de nouveaux lapins de votre chéchia d’El Hadj pour assurer votre victoire aux législatives sinon vous les bloquerez jusqu’à la fin de votre 1e mandat. Inutile de faire tuer d’autres guinéens par et pour vous. Je pense que le moment est venu de vous laissez tricher et gagner vos législatives – de toutes façons vous aurez le dernier mot : soit vous trichez pour les gagner dans un bain de sang d’innocents soit vous piloterez la future Assemblée Nationale dominée par votre opposition comme vous le réussissez si bien avec le CNT actuel – une simple caisse de résonnance dont les membres toucheront des salaires, perdiems, véhicules 4X4 et jetons de présence réguliers uniquement s’ils sont sages ; qui sera consultée principalement pour le projet de Loi des finances de l’année suivante et pour entériner les rares projets que vous ne leur cacherez pas. Et pire, si par hasard elle arrivait effectivement à retarder certaines de vos affaires alors vous n’aurez aucune peine à démontrer qu’elle aura été responsable de l’échec de la fin de votre 1e mandat, un nouvel argument que vous mettrez en avant pour demander un 2e.

Par contre la bataille à mener de manière brillante est celle des présidentielles de 2015. Il faut absolument mettre en place et  bien huiler un regroupement de tous les vrais partis d’opposition en une seule coalition qui se présentera contre vous, comme les sénégalais l’ont fait pour vider Wade et les zimbabwéens pour clouer la bouche à Mugabé. La démocratie ghanéenne fait aujourd’hui la fierté de l’Afrique parce qu’il n’y que deux partis dans ce pays et en pratique ils alternent presque à chaque grande élection. Les opposants gabonais, togolais et congolais ont refusé de le faire et on voit le résultat identique de leurs élections : la continuité des dynasties familiales telles que celle que vous voulez nous imposer. Il faut absolument ranger les querelles de plancher de l’opposition au placard et que ses membres s’asseyent pour partager « équitablement » les futurs responsabilités et postes (puisque c’est là leur priorité) sinon ils seront tous perdants. Ces chefs doivent enfin comprendre qu’ils ne seront jamais tous présidents de la république et qu’à la limite ce n’est pas cette fonction (si peu prestigieuse chez nous) qui doit être la finalité de leur combat. Ils doivent comprendre que pour leur avenir et vu le temps qui passe, il est mieux d’être « petit-chef » que rien du tout demain…

Tout ceci bien-sûr en attendant l’arrivée prochaine d’une nouvelle génération d’opposants expérimentés, connus et reconnus par nos populations pour leurs qualités intrinsèques et non pour leur noms de famille ou leur ethnie – mais cela comme je l’ai plusieures fois écrit, ce sera après un dialogue national et un processus Vérité-Justice-Réconciliation réussis, seuls gages réels et concrets pour calmer la furie ethnique actuelle et faire de la « politique propre » demain en Guinée, chez nous tous.

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd`hui est le 710e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 1an, 11 mois et 10 jours ! Les guinéens en ont assez de cette guéguerre devenue finalement inutile entre le PPAC et ses opposants. Ils comprennent maintenant que le combat des chefs ne profite qu’au Big Chef car il plie mais il ne casse jamais, ne lâche jamais rien. Il négocie toujours jusqu’à la dernière minute et finalement quand on pense qu’il a enfin cédé un peu on se rend compte qu’il avait déjà tout prévu et que nous sommes revenus au point de départ. La sincérité des uns et des autres est de plus en plus en doute : c’est à se demander finalement pourquoi tous ces copains et coquins veulent autant aller siéger à la future Assemblée Nationale et qu’est ce que cela changera vraiment pour nous. Nous rouler encore dans la farine comme nos récentes élections présidentielles libres, démocratiques et transparentes qui devaient TOUT régler dans notre pays ? Nous sommes des aveugles mais on nous a déjà marché des centaines de fois sur les deux pieds donc on a fini par voir et comprendre ce qui se passe réellement…

30 Novembre 2012

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2012. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s