Une Nouvelle Voie (Décembre 2012)

Bienvenue à mon bilan du 12e mois de l’An 02 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : le dossier (des audits des opposants) est  déjà dans les mains de la justice et certains parmi eux ont commencé à répondre aux convocations des juges. On va les déculotter parce qu’ils sont mal éduqués. Si un vieux ne se respecte pas, il faut lui enlever son pantalon pour que tout le monde voit, qui il est (en soussou, lors d’une mamaya de ses fanatiques le 01 ;
  • Pour : rien à signaler (RAS)…
  • Contre : le langage châtié du PPAC a encore fait des merveilles ce mois-ci avec des « déculotter » et des « enlever son pantalon » – du vrai San Antonio ! Par contre aucun bombage de torse de sa part pour l’anniversaire des deux ans de Condécratie, à 40% de son mandat. Tout juste un petit coup de fil au P.M. pendant son discours lors du meeting de célébration au palais du Peuple où nous avons eu droit à des dizaines de « Oui, Président » sous les hourras des fanatiques, comme au bon vieux temps de son modèle Sékou Touré. Quand à la « grandiose manifestation » de célébration à Nzérékoré ce qualificatif n’était dû qu’à la taille de la délégation du gouvernement partie y « mamayer ». Pour les autres participants tout juste des élèves et fonctionnaires mobilisés à la hâte et avec menaces pour les reportages de la RT-PRG.
  • Une  Nouvelle Voie : le président dont nous rêvons ne peut pas rester silencieux et caché de son peuple à la date anniversaire de ses 2 ans de pouvoir. Nous souhaitons en pareille circonstance un « discours-programme » avec un bilan (même embelli), une analyse des contraintes et obstacles et des propositions concrètes pour les résoudre avant la fin de son mandat. Même s’il est vrai que pour le PPAC un bilan même embelli n’aboutirait pas à grand-chose…

——————————————————

  1. Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier de lancement du projet de contrôle démocratique et civil des forces de défense et de sécurité en république de Guinée ; formation sur le renforcement des capacités syndicales et les responsabilités au niveau syndical des élus de base des téléphonies mobiles en Guinée ; atelier sur l’impact social et environnemental du projet Bauxite de Koumbia ; atelier de restitution des capacités professionnelles des magistrats de Conakry ; conférence sous le thème “Dynamique de lutte contre la corruption en Guinée et le rôle des parlementaires” ; symposium des membres de la section guinéenne du Centre Africain d’Etudes Stratégiques (ACSS) sur les relations civilo-militaires et l’impact de la corruption dans un contexte de réforme du secteur de la sécurité et de la gouvernance démocratique ; atelier de renforcement des capacités des partis politiques sur le thème « les partis politiques face aux enjeux des élections législatives » ; atelier sur le thème : « La méthodologie d’élaboration du rapport sur la situation économique et sociale de la Guinée » ; formation de pairs éducateur pour la lutte contre le VIH-SIDA ; 4e édition du salon de la musique guinéenne ; atelier sur le projet de cartographie topographique à grande échelle de la ville de Conakry et ses environs ; table-ronde sur la politique nationale de la jeunesse et des sports ; formation des journalistes sur le thème « Mass Média et Contrôle Civique et Démocratique des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) en Guinée » ; séminaire régional (Kankan) sur le thème : « accès à la justice et justice pour tous » ; formation des sapeurs pompiers du service d’incendie et de secours de la commune de Matoto ; atelier de validation du guide national sur la lutte contre les violences faites au femmes ;
  • Pour : le business subit la crise de décembre – février de chaque année (15): les budgets annuels des donateurs sont consolidés et clos et les nouveaux ne seront pas disponibles avant février. De plus les bailleurs sont partis en vacances en emportant les clefs de coffres-forts, confiance oblige. Le thème du premier atelier ferait rêver tous les guinéens – si nous n’étions pas dans la Guinée du changement actuel. Avec un contrôle démocratique et civil réel de la grande muette nationale elle serait tout simplement supprimée et remplacée par un nouveau corps de gendarmes et de policiers ou au moins réduite à un maximum de 5,000 militaires de carrière, avec tout ce que cela implique de qualités intrinsèques. Bravo pour le salon de la musique guinéenne, le projet de cartographie de Conakry et la formation de sapeurs-pompiers mais il faudrait quand même un peu plus de courant électrique et d’eau aux robinets pour pouvoir appliquer les belles résolutions finales…
  • Contre : encore de nouveaux séminaires sur les impacts économiques et sociaux des projets miniers, des formations de magistrats, sur la lutte contre la corruption, sur les relations civilo-militaires, sur la justice pour tous et sur la lutte contre le VIH-SIDA. Mais quand je regarde autour de moi à Conakry je constate que plus on forme dans ces domaines, plus leur situation s’aggrave.
  • Une  Nouvelle Voie : l’anarchie et l’amateurisme mercantile dans le système de formations ont été les seules constantes dans le paysage éducationnel en 2012. Je rêve d’une réorganisation totale de tout le processus avec une gestion professionnelle et rigoureuse pilotée par de vrais experts nationaux (et non par les bailleurs) – et il en existe (quelque uns). En 2013 ? J’en doute beaucoup ; là également il faudra attendre une nouvelle voie.

———————————————-

  1. 3.      Les décisions et actions « positives » du mois : nouvelle arrestation de 9 militaires pour tentative de coup d’état : 9 dangers de mort de moins pour nos pauvres populations civiles ; les syndicalistes obtiennent finalement une hausse de 50% des salaires de la fonction publique et la détermination d’un SMIC d’environ 400,000 GNF : mais est-ce une bonne nouvelle quand on sait que tous les prix vont grimper en conséquence, y compris pour ceux qui n’ont pas la bénédiction d’être parmi ces bénis ; l’U.E. offre enfin son 10e FED (236 millions d’euros) au PPAC le 21 – le prix d’un gros mensonge sur la date du 12 mai 2013 pour nos élections législatives. Qui sont les couillons dans cette affaire ? Les guinéens ; la cour d’assise qui doit juger les militaires et civils responsables du meurtre de la villa présidentielle en juillet 2011 s’est enfin ouverte mais sous de mauvais auspices: le pauvre greffier en chef est tombé raide-mort en lisant le 1e acte d’accusation. Dans notre climat de suspicion et de superstition exacerbées ça va chauffer ; célébration à minima des deux premières années de Condécratie sans fanfare et loin de Cona-cris : le PPAC n’a de quoi faire le paon ; enfin un audit mené à son terme et dont les résultats sont divulgués officiellement par le gouvernement : Celui du cadastre minier – Quelle catastrophe ! ; lancement officiel le 19 du réseau de câble sous-marin à fibre optique Africa Coast to Europe (ACE) : guinex venez vite, l’internet marchera bientôt « correctement » chez nous ; une vingtaine de militaires déshabillés et condamnés à des peines de prison fermes pour des crimes ou vols à main armée par la cour d’assise ce mois-ci : un début de nettoyage au karcher de la racaille en treillis ; le 31, le PPAC offre aux Conakrykas leur 1e feu d’artifice pour la nouvelle année – mais attention, uniquement pour les membres du RPG selon le ministre de la pêche ;
  • Pour : comme toujours il y a un « catch » dans le cadeau 10e FED : seuls 16% du budget pour des activités communautaires (santé publique et eau potable principalement) seront disponibles avant la tenue effective des législatives – le marteau est donc toujours sur la tête de l’homme-gouvernement car tous les fonds non utilisés avant fin 2013 seront reversés dans les caisses de l’U.E. De quoi pousser à un peu plus de concessions électorales en 2013. Les résultats de l’audit du cadastre minier sont effarants : sur 1072 titres recensés dans le cadastre, 818 sont totalement inactifs. Sur 457 détenus, 95 n’ont rempli aucun critère du contrat établi avec l’état et 148 n’ont rempli qu’un seul critère. Un petit avant-gout des résultats des audits « sérieux » de tous les secteurs de l’administration publique : une anarchie népotique très bien organisée par la mafia civilo-militaire qui gère notre pays depuis 1960.
  • Contre : la cour d’assises a traité en 2e dossier celui de 6 militaires accusés de bastonnade à mort d’un jeune civil. 5 ont comparu, leur chef étant « en fuite ». Pure coïncidence sûrement c’est le fils aîné du célèbre Marechal Claude Pivi, ministre d’état (à la sécurité présidentielle !) et futur gardien de but de l’équipe de Charles Taylor dans la prison de la CPI à la Hayes. Maintenant on attend avec impatience en 2013 le jugement de colonels et généraux militaires par une cour d’appel civile – only in Guinea !
  • Une Nouvelle Voie : des audits professionnels de tous les domaines de l’administration publique seront demain indispensables pour évaluer correctement le point de départ dans chaque secteur stratégique et social du pays. Ils vont faire mal c’est sûr, mais ils seront indispensables pour relancer correctement la machine Guinée. Encore faudra-t-il au préalable neutraliser et ensuite se débarrasser de cette mafia étatique pour pouvoir le faire dans les règles de l’art.

_______________________________________

  1. 4.      Les décisions et actions « négatives » du mois : le 03, un des ministres du PPAC annonce la main sur le cœur au Fouta qu’il n’est pas question pour le gouvernement de construire une maison de jeunes où l’opposition viendra tenir sa conférence de presse ni creuser  un point d’eau dans une localité pour que les opposants viendront y boire de l’eau. Façon de dire que soit vous êtes 100% RPG soit vous n’êtes pas guinéen – et ensuite, aucune sanction à son retour à Conakry ; nous sommes encore dans un top 10 mondial : celui des pays les plus corrompus d’Afrique. Malgré quelques petits pas (de 1e à 8e d’Afrique), à la veille de la 3e année du changement version PPAC il est difficile de mettre cette absence de résultats probants encore sur le dos des pouvoirs précédents ; nouvelle intifada préfectorale en ce début de mois, cette fois-ci à Gueckédou contre l’excès d’RPGisme des autorités (préfet et son adjointe) : les bons vieux temps de la dictature PDGiste sont vraiment finis ; le dernier rapport  d’audit de l’OIF sur les capacités techniques de la société Waymark de réaliser correctement le recensement électoral pour les prochaines législatives a encore une fois disparu dès son arrivée à Conakry – encore ce problème des souris à la présidence ! Mais comme les 2 fois précédentes, elles finissent toujours par le recracher, bon gré, mal gré ; le 11, la CENI rebelote : le président annonce une date pour les législatives (12 mai 2013) sans accord avec tous ses commissaires. Cela confirme ce que la majorité des guinéens pensaient : le PPAC est toujours à la barre  de cette institution ; on annonce un don de 50 millions GNF pour une université à Labé. Le soir au JT de la RT-PRG on voit un ministre remettre un gros paquet de fric attaché avec une ficelle au directeur du centre ! Devinez quel pourcentage a dû arriver à Labé ? : Rusal a le dernier mot dans son bras de fer avec le PPAC : ils obtiennent leur exigence de contrat de bauxite de Dian-Dian alors qu’ils ont fermé l’usine d’alumine de Friguia en raison de faiblesse de la demande mondiale ;
  • Pour :comme d`habitude, R.A.S.
  • Contre :pour notre nouveau SAS tropical « terreur sur Gueckédou » on compte 2 morts, des centaines de blessés et une véritable guerre interethnique dans le bled avec les politiciens de tous bords qui versent de l’huile sur le feu. Et oui, ce mois-ci encore des guinéens ont tué d’autres guinéens pour des raisons qu’aucun d’eux ne comprennent – pour faire les affaires de nos grands nationaux – triste ! C’est la 6e préfecture où les populations se révoltent contre leurs autorités administratives pour excès d’RPGisme en 2011-2012 – il n’en reste plus que 32 à déloger en 2013. Les pauvres populations en sont même à regretter les gouverneurs et préfets militaires (sauf le Resto-cop de Conakry et Bonda-bonbon de Dubréka  bien-sûr). Pire que tout, la délégation envoyée par le PPAC pour calmer la situation est composé uniquement de ministres originaires du coin – comme pour dire « calmez ses parents, sinon ouste ». C’est sûrement la plus grande gifle à l’unité nationale de toutes ces crises. Pour boucler la boucle le PPAC n’a même daigné adresser un message de condoléances aux familles éplorées, une tradition dans tous les pays, même non démocratiques. Les dons en cash et en mains « propres » dans notre administration sont le meilleur symbole de la pourriture du système – le partage a dû se faire avant la fin de la cérémonie.
  • Une Nouvelle Voie :la règle est universelle : à force de tirer sur une corde elle finit toujours par casser. Les nominations ethniques de fanfarons incultes et autoritaires, tous membres du RPG, aux principales fonctions administratives à Conakry, dans les régions et préfectures ont conduit à un rejet massif de ces zélés par les populations qu’ils martyrisent. Pour aboutir à une nouvelle voie il faudra bien se débarrasser de tous ceux qui brillent par leur incompétence et leur démesure mais hélas cela sera assimilé par certains à une chasse aux sorcières. Merci d’avance Mr le PPAC de nous avoir légué ce problème supplémentaire qu’il faudra résoudre, difficilement, après votre départ du pouvoir.

————————————————–

Mr le PPAC, voici mon bilan de fin 2012 et de deux années pleines de Condécratie : vos compatriotes, à part les bénis oui-oui de la mangeoire, sont presque tous dégoûtés de la politique ethnique à la guinéenne. Vous êtes un modèle de syndrome bipolaire très rare : d’un côté  un communiste stalinien tropical qui n’imagine pas gouverner sans TOUT contrôler, même les femmes et les enfants des villages les plus éloignés, qui adore les éloges, hait la critique et traite tous ceux qui l’approche comme des valets (pour les malins flatteurs) ou des ennemis jurés. De l’autre un individualiste aigri, revanchard et insatiable qui veut amasser des sous de partout et n’importe comment, beaucoup plus que vous ne pourrez jamais consommer d’ici la fin de votre vie. La grande majorité de nos politiciens nationaux donnent finalement l’impression d’être, comme vous, plus préoccupés par leur futur que par le nôtre et pendant ce temps la vie est tous les jours de plus en plus « caillou » pour 95% des guinéens. Nous avons très rarement fait un pas politique en avant sans juste après en faire deux en arrière. Comme disait notre grand-père à Labé lors d’un passage du monstre Sékou Touré : « Prési le changement c’est bien, mais ça finit quand ? » Je rajouterai juste « peut-on vous aider pour que cette fin vienne plus vite et soit moins douloureuse ? » J’imagine déjà votre discours de fin d’année (si vous daignerez nous en offrir un puisque le 21 vous n’avez pas osé le faire) : parmi vos « réussites » :

  • le guichet unique qui a réduit le nombre de petits voleurs en col blanc mais pas le volume des détournements donc finalement les vrais bénéficiaires sont les gros bouffeurs. Parmi eux celui qui amène le plus de discrédit au PPAC pour sa boulimie financière et ses intrigues de palais est son fils « MAC (Mohamed Alpha Condé) aka Junior Palladino » dont la réputation a maintenant largement dépassé les frontières africaines et qui fait endosser un nouveau qualificatif que personne ne pouvait imaginer à son paternel : népotisme. Il devrait penser à Teodorino Nguema et Charles Biya dont les seuls lieux de vacances tranquilles sont maintenant Pékin et Pyongyang.
  • Le PPTE est atteint mais depuis il y a de plus en plus de contraintes du FMI et de la Banque mondiale. C’est comme le cancre qui vient d’avoir pour la 1e fois la moyenne en classe et qui depuis est suivi à la culotte par tous les professeurs pour qu’il ne rechute pas – avec tous les inconvénients pour les autres cancres (et hélas les petites personnes) autour de lui. Idem pour le 10e FED dont nous ne pourrons pas absorber plus de 25% avant de restituer le reste pour des pays plus efficients.
  • Bref il y a des « petits succès » macro-économiques vite applaudis par les bailleurs diplomatiques parce qu’ils sont évalués sur leurs capacités à faire absorber de nouvelles dettes par leurs mendiants. Mais les impacts sociaux sont totalement inexistants alors qu’à près de 800 jours de pouvoir absolu ils devraient déjà se faire sentir. Parfois de bonnes décisions administratives sont aussi à constater  dont les principales sont les militaires désarmés en ville, les barrages urbains supprimés, le port de casque obligatoire pour les motos, les déguerpissements de marchands et mendiants sur les principaux trottoirs de Conakry, l’interdiction de circulation pour les camions pendant la journée. Hélas 2 semaines après la décision fracassante et applaudie plus personne ne s’en souvient grâce à la complicité active de nos forces de désordre qui profitent pour en faire une nouvelle source de « petit-déjeuner ».
  • Du côté  négatif le chapelet est beaucoup plus long : le gouvernement est toujours aussi pléthorique qu’inutile car vous êtes avant tout « l’homme-gouvernement » qui reçoit tous les étrangers qui débarquent à Gbessia (notre aéroport français), même des sous-directeurs et patrons de PME qui n’ont jamais eu le privilège auparavant de rencontrer un ministre chez eux ou dans les autres pays de notre sous-région. Ainsi vos ministres sont devenus de simples agents du protocole de la présidence qui servent à introduire et à raccompagner à leur limousine officielle vos « importants hôtes de marque qui vont très bientôt sauver le pays ». Des investisseurs étrangers potentiels qui se bousculent dans des hôtels miteux mais dont on ne voit que les conférences de presse au sortir de votre audience. Pendant ce temps le vrai pouvoir est partagé entre un petit groupe de stratèges ethniques cachés à la présidence et des coordinations régionales politiquement et socialement néfastes. Et ceux-ci mènent « le vieux » par le bout du nez vers son propre abime politique. Les nominations à caractère principalement ethniques (surtout pour les postes juteux) de cancres a fini par dégouter les habitants de trois régions sur les quatre du pays.
  • Les jeunes sont toujours presque tous au chômage et les enfants ont de plus en plus faim à la maison – un repas par jour est une pratique en progression exponentielle dans la capitale.
  • Vos dizaines de « missions de développement à l’étranger » sans aucun bilan au retour et encore moins de résultats sur le terrain ont surtout profité aux loueurs d’avions et propriétaires de palaces pour présidents du tiers-monde.
  • Toujours pas d’électricité et d’eau courante permanente même dans la capitale ! Le déficit énergétique est toujours proche de celui que vous aviez trouvé en arrivant – mais des centaines de millions d’USD ont quand même été dépensés. Et comble de l’ironie et de l’insulte : le directeur national de l’EDG qui organise une conférence de presse d’autocongratulation accompagnée de la présentation d’un livre sur ses « succès professionnels extraordinaires en moins de 2 ans, bien plus que tous ses prédécesseurs depuis 1958 » ! Et le public, sûrement taraudé par la faim et salivant en regardant surtout  le cocktail bien garni de fin de cérémonie qui applaudit à tout rompre, sans rire pour écourter les discours.
  • Des centaines de 1e pierres posées dans tout le pays – sans jamais de dernière, avec comme point d’orgue l’échec lamentable de la rénovation de votre ville de Boké pour la fête du 02 octobre 2012. On imagine donc la situation des autres chantiers dans le reste du pays.

Presque à mi-mandat (40%) ce n’est plus un carton jaune que vous méritez mais bien un gros carton rouge avec exclusion immédiate et suspension de participation aux 2 prochaines élections. Après cela vous pourrez revenir, si vous le pouvez toujours….

Quant à nos chefs opposants, s’ils veulent regagner le respect de la majorité des vrais patriotes il faut qu’ils cessent de nous gaver de conférences de presse et de communiqués insipides et inutiles ; qu’ils nous épargnent de nouvelles collaborations avec des pourris connus de tous ; qu’ils commencent à faire bouger effectivement la situation, comme Morgan Tswangirai au Zimbabwe (avec Mugabe qui est même pire que le PPAC) et de nombreux autres (Kenya, C.I…etc.). Comment ? A eux de nous le dire stratégiquement pour mériter que la majorité dont ils se glorifient tous les jours se batte pour eux. C’est pour cela qu’ils sont « les chefs » que tout soit rose ou noir. Qu’ils éloignent les courtisans, flatteurs et extrémistes connus de tous, au profit de vrais professionnels en stratégie politique, en communication et en contre-attaques juridiques efficaces – pas des griots ridicules qui débordent de « Monsieur le Président, Madame la Présidente ». Qu’ils organisent des congrès avec des changements radicaux dans leurs directoires politiques au profit des jeunes loups bien formés qui sont des militants de base maintenus dans l’ombre par des dinosaures qui refusent d’aller se reposer pour permettre de redynamiser et moderniser le combat politique. Pour vaincre la politique du 19e siècle du PPAC il faut opposer une politique du 21e siècle qu’il ne comprendra pas. C’est en prenant le risque de proposer un jeune noir plutôt socialisant à la présidence que les démocrates américains sont au pouvoir pour au moins 8 ans sinon plus et pour les battre les républicains devront désormais en faire autant. Il faut savoir mener l’offensive et le prendre par surprise, surtout ne pas lui laisser imposer ses règles archaïques et tordues. En tous cas plus besoin d’envoyer de pauvres enfants dans les rues pour se faire tuer. Si « vous êtes garçon » prouvez-le en bloquant totalement le fonctionnement corrompu de la CENI et du processus électoral. Au lieu de caresser mollement le président de la CENI (« cela ne nous engage pas ») pourquoi ne pas dire « NON, pas question » et exiger des explications publiques de lui sinon un blocage administratif du fonctionnement de l’institution ? Vous dites que vous représentez 70% de la population ? Nous en voulons maintenant et tout de suite la preuve, sans plus verser une seule goutte de sang guinéen. Sinon, comme on dit de manière triviale « circulez et laisser nous mourir en paix ». D’ailleurs si ce pourcentage est réel et que vous avez malgré tout perdu lamentablement les élections présidentielles alors vos états-majors devraient démissionner et des congrès extraordinaires urgents devraient mettre en place de nouveaux exécutifs plus percutants pour les prochaines joutes électorales – c’est ça la démocratie active et efficace! Un président à vie d’un parti politique cherchera toujours ensuite à être président à vie de son pays…

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 741e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 2 ans et 10 jours ! Le train guinéen du PPAC est toujours à la gare sans rails de Kaloum, à 500 mètres de son bunker. Au lieu d’un mois de festivités pour les 2 ans de récupération promise de nos retards abyssaux, nous ne pouvons toujours pas allumer un sapin de fêtes parce qu’il n’y a pas d’eau pour le faire pousser et d’électricité pour le faire briller. La morosité dans tous les ménages n’est même plus un drame – tout juste une fatalité devenue le propre du guinéen indépendant. Triste et décourageant pour les millions vivants au pays et dans la diaspora. La prophétie Maya a bien eu lieu en Guinée : le 21, les fanatiques du PPAC nous ont promis au minimum 3 années de plus de son modèle de changement – c’est vraiment la fin de notre monde ! Le PPAC a raison de dire qu’il a trouvé notre pays au bord du précipice – le problème c’est que depuis il nous a fait faire un grand pas en avant…

 31 Décembre 2012

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2012. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s