Une Nouvelle Voie (Novembre 2013) : Cour Suprême, la voix du seul Maitre

Bienvenue à mon bilan du 10e mois de l’An 03 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

1.      Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « La presse guinéenne regorge de brebis galeuses…Alpha Condé président est à l’opposé d’Alpha opposant, il a moins de liberté et de temps libre pour flâner dans les rues de Sandaga et du centre ville de Dakar…Le débat c’est entre le peuple et moi et non avec l’opposition et mon problème c’est de ne pas décevoir l’espoir que le peuple a mis en moi malgré toutes les difficultés que nous avons eues » (le 04 devant  des journalistes sénégalais) ; « Il y a eu quatre élections en Afrique et je souhaiterais que vous faites les comparaisons pour voir les résultats. En général, quand des élections sont organisées en Afrique, le gouvernement a souvent 70 % voire 80 %. Regardez les résultats en Guinée…Je n’accepterais plus la pagaille en Guinée…Nous ne voulons plus entendre parler d’Azawad parce que l’Azawad n’existe pas » (le 21,sur le perron de l’Elysée) ; « Je suis surtout satisfait du comportement du peuple de Guinée qui a voté massivement sur l’ensemble du territoire sans qu’il y ait un seul incident, malgré les oiseaux de mauvais augure qui prédisaient la catastrophe, etc. Jamais on a eu des élections aussi tranquilles en Afrique…Mais est-ce que vous ne pensez pas que c’est humiliant, que 50 ans après nos indépendances, on soit obligé de féliciter la France d’être intervenue ? » ( le 23, sur RFI) ; « Un environnement social et politique stable est un facteur clef dans l’atteinte de l’objectif d’émergence économique. Nous posons, au fil des années, les bases d’une démocratie stable après des décennies de déficit de gouvernance politique et économique… La Guinée est maintenant à l’aube d’une croissance accélérée et diversifiée. C’est une jeune démocratie avec un potentiel d’investissement hors normes, qui a réalisé d’importants progrès. La Guinée engage une nouvelle phase de sa transformation : celle de son émergence économique, basée sur les investissements massifs dans les secteurs prioritaires. (le 24, à l’ouverture de la réunion des bailleurs de fonds d’Abu Dhabi) ;

  • Pour : merci Mr le PPAC de reconnaitre que le Niger, le Sénégal et la Cote d’Ivoire ont organisé comme nous récemment des élections législatives. C’est vrai que les partis au pouvoir dans ces pays ont eu des scores honorables à leurs Assemblées Nationales mais sans avoir triché alors que vous, malgré toutes les magouilles de vos nervis vous avez à peine 46% des sièges. Je ne sais pas comment vous analysez ça mais pour moi c’est un signe patent de la popularité de leurs partis chez eux et de la déception de la majorité des guinéens de vos 3 ans de changement.
  • Contre : le mot « peuple » revient en force dans la dialectique du PPAC – maintenant  il puise ses discours dans les tomes d’Ahmed Satan Touré. Les mots « émergence » et « prospérité » ont aussi trouvé leur tombeau en Guinée. Un président qui se vante qu’il « flânait » dans les marchés de Dakar (et de Paris surtout) laisse deviner à quoi il consacrait ses journées d’opposant historique. Le discours d’Abu Dhabi est un poème à l’inconscience au sommet de l’Etat : se vanter devant des investisseurs privés que tout va bien au pays et qu’ils sont attendus à bras ouverts alors que ceux-ci savent d’expériences vécues qu’ils seront 1) truandés dans le pays dès l’aéroport ; 2) arnaqués le 1e jour et sans recours par leurs partenaires et les fonctionnaires ; 3) soumis à des pots-de-vin incessants par tous les responsables qu’ils rencontreront ; 4) braqués jours et nuits dans les rues par nos policiers et gendarmes s’il ont la chance de ne pas être assassinés ; 5) rançonnés pour obtenir justice et perdants à tous les coups devant les juridictions nationales ; 6) arrêtés, intimidés par des militaires et mis le plus souvent en tôle en raison de leurs plaintes ; 7) et finalement expulsés grâce aux médiations de leurs ambassades. Aujourd’hui, même les Guinéens de la diaspora optimistes n’investiront pas un kopeck de leurs économies durement gagnées dans leur pays alors à plus forte raison des requins étrangers.
  • Une  Nouvelle Voie : ce n’est pas en faisant le tour du monde pour tendre la main afin de boucler les fins de mois du gouvernement et vendre son pays avec l’aide de lobbyistes internationaux douteux à un petit groupe de patrons spécialisés dans les affaires avec le « tiers-monde corrompu » qu’un Président développera son pays. Deux semaines de ballades en jet privé et de vie de palaces sans jamais parler de la misère des guinéens mais plutôt de la richesse de leur sous-sol est vraiment le comble de la mauvaise voie empruntée depuis 55 années. Nous exigeons juste le contraire pour sauver notre pays.

——————————————————

2.      Les décisions et actions « positives » du mois : le 07, les 31 « martyrs de Soronkoni », les pauvres enfants peuls qui ont subi des sévices atroces dans un camp militaire de Kankan parce qu’ils habitaient dans des quartiers proches de l’opposition ont publiquement porté plainte devant la justice (hélas guinéenne) contre leurs tortionnaires. Depuis leurs familles et eux vivent dans la terreur des représailles de leurs bourreaux ; le 23, le gouvernement reconnait enfin une de ses responsabilités primaires et annonce que la ville de Fria sera ravitaillée en eau et électricité par nos services publics mais depuis les Friakas pleurent à l’idée de l’arrivée de ODG (Obscurité De Guinée) chez eux ; les départs du PPAC pour l’étranger et ses retours se font de plus en plus dans la discrétion totale et à des heures où tous les Conakrykas allument ou éteignent leurs bougies : nouvelle modestie ou état non présentable avant maquillage ? En tout cas les clowns du palais et les danseuses de mamaya commencent à se plaindre ; le PPAC a fait déclarer avec fracas par son courtier en bourse, le ministre des Finances, qu’il a pu mobiliser 6 milliards de dollars pour le développement de la Guinée à l’horizon 2021. Il est vraiment fort : il a même négocié et obtenu les 10e et 11e FED aux Emirats. Les principaux bénéficiaires, ses banquiers au Brésil et à Monaco sont ravis mais les Guinéens savent que ce sera comme son « atteinte du PPTE » : 90% pour Junior et lui, 9% pour ses divers intermédiaires et 1% pour les 99% restants ; le 27, un système national d’alerte précoce et de riposte rapide en Guinée a été officiellement lancé par WANEP-Guinée. Ce système consiste à fournir en avance des informations critiques sur un danger probable ou une catastrophe imminente, en vue de prévenir ou de minimiser les pertes en vies humaines et la destruction des biens ;

  • Pour : le PPAC est gentiment revenu le 27 à Conakry pour nous rendre une visite de courtoisie, après ses vacances médicales pour surmenage post-électoral. Hélas il va nous manquer encore car  il repart dare-dare chez lui, à Paris en début décembre. Le système national d’alerte précoce est une bonne chose pour le pays mais son gestionnaire a été obligé immédiatement de débrancher l’alarme interne car elle hurlait en permanence.
  • Contre : le seul hic dans la promesse de fournir enfin les services de base aux populations de Fria est que l’échéance est fixée à perpette soit après la finalisation du barrage de Kaléta (2015 ??) ou après la reprise des activités de la société d’alumine Russal c’est à dire jamais puisque cette dernière ferme même les usines obsolètes dans son pays. Bref le message habituel de tous les gouvernements guinéens est envoyé en pleine figure des Friakas : « calmez-vous et priez, demain tout ira bien, le bateau arrive ».
  • Une Nouvelle Voie : un gouvernement qui ne fait rien pendant tout un mois est une honte pour un pays en développement en particulier dans notre sous-région où le taux de croissance moyen est de 7% par an. La Guinée mérite mieux et avec un peu de sérieux, d’organisation et d’efforts elle emprunterait rapidement le chemin d’une nouvelle voie.

————————————————

3.      Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, l’armée nationale fête son 55e anniversaire avec un défilé en cachette dans une caserne et des déclamations de poèmes ! A cet occasion les guinéens vous disent « allez au diable pour plus d’un demi-siècle de bavures et de crimes – vous êtes notre plus grande honte nationale » ; le 01, le PPAC se rend à Abu Dhabi, officiellement pour « préparer la 1e conférence économique internationale sur la Guinée » : le pauvre n’a que des cancres autour de lui donc il doit s’occuper lui-même du placement des participants autour de la table et des pauses-café ; les comptes annuels 2012  de la SOGUIPAMI (Société Guinéenne du patrimoine Minier), le machin crée par le PPAC pour revendre nos mines nationales dévoilent encore une fois le pot au rose présidentiel : aucune trace des 25 millions USD du prêt Palladino, 150 millions USD du prêt angolais et 56 millions USD du prêt du Congo Brazzaville. Son ministre des Finances et son gouverneur de la Banque Centrale avaient pourtant juré devant la presse que ces prêts ont été mobilisés pour permettre a cette nouvelle agence gouvernementale de gérer les intérêts guinéens dans ce domaine. En Condécratie, intérêts guinéens = intérêts du président guinéen et de son fils unique. Dieu merci qu’il n’a pas une centaine d’enfants comme la majorité des présidents de sa génération ; le 09, lors d’une réunion de bilan des législatives la coordinatrice de la campagne révèle : « certains responsables politiques et élus locaux ont favorisé l’opposition en lui permettant de procéder au bourrage des urnes à plusieurs endroits ». Ces mêmes responsables et élus ont aussi refusé de remettre à la base, l’argent que le Président a donné » ! Elle confirme donc officiellement l’achat de votes orchestré par le PPAC ; le 15, comme prévu la Cour Suprême (C.S.) annonce son verdict des élections législatives : elle est incompétente pour trancher les contentieux électoraux donc elle s’en est tenue à la décision de la seule personne compétente du pays, l’homme-Etat; le 17, le PPAC se rend encore une fois au Brésil – il y était déjà en décembre 2012. Il va ensuite directement le 20 à Paris où se tient « le sommet des nuls » : les 2 présidents les plus impopulaires dans leurs pays. François Hollande et lui se sont retrouvés pour parler de leurs malheurs et insomnies ; le 17, suite à un appel au secours d’un journaliste dans les quartiers de Cosa et Bambeto il y a une fois encore des échauffourées entres des jeunes désœuvrés et surchauffés, de pauvres passants et les Lucky Luke de la police. Bilan : un mort par balle, une vingtaine de blessés dont plusieurs graves et des biens matériels détruits ; le 19, signature à Nzérékoré d’un « pacte de non agression et de non complicité » entre les représentants des communautés kpelés (autochtones d’origine forestière) et Koniankés (allogènes d’origine malinké) sur ordre du Colonel Thiegboro Camara. Vu sa carte de visite – responsable présumé de crimes contre l’humanité en 2009 à Conakry – les convoqués ont signé dare-dare. Maintenant c’est soldé de tout compte pour les centaines de pauvres victimes des deux communautés tués en juillet dernier et le PPAC peut balayer tranquillement (il croit) toutes ces « bêtises  de nègres » sous les tapis de son palais ; le 23, il quitte les lambris parisiens pour ceux plus dorés et chauds des Emirats pour participer à la réunion des bailleurs de fonds de la Guinée à Abu Dhabi (24 et 25) au nom prédestiné de « Forum Guinea is back » ! Les délégués veinards (étrangers et guinéens) ont profité du séjour pour se gaver aux buffets, faire du shopping et se bronzer à la piscine pour ceux qui ont pu ainsi fuir l’hiver pour quelques jours ; le 23, lors de l’Assemblée générale du RPG le secrétaire général à la jeunesse Mr Mbany Sangaré lance à la tribune « nous invitons encore ici, l’ensemble des structures à se mobiliser, du Km 36 jusqu’à Kaloum, les structures d’autodéfense, à rester vigilant, quartier par quartier. Dès que vous appréhendez un saboteur, vous le prenez et le présentez à la police la plus proche. Encore une fois, responsables des sections, la brigade d’autodéfense de Lansanayah, de Tomboliyah, de Dabompa, d’Entag, dès demain soir, vous devez rester mobilisés. il faut barrer le chemin aux saboteurs, barrer le chemin aux anti-guinéens ! ». Ce doit être un fils inconnu d’Ahmed Satan Touré : les milices révolutionnaires vont donc venir épauler les chevaliers du changement dans la capitale. Pour renchérir un autre dirigeant du parti Mr Mamady Traoré conclut en beauté : «  « il faut les laisser (les politiciens) aboyer. Il faut laisser les chiens aboyer. Ces leaders politiques ne sont que des chiens. Ils savent parler, ils savent mentir, ils savent voler, mais la réalité, ils ne savent pas travailler » ; le 25, c’est une fois encore « ville avec morts » à Conakry : un jeune étudiant de 21 ans et un enfant de 13 ans sont tués à bout portant par les criminels en tenue de gendarmes ; le 26, la Commission Européenne a expressément demandé à son Conseil des ministres d’adopter des sanctions contre les avantages commerciaux découlant des activités de pêche illégale de la Guinée. Nous sommes en compagnie de Belize et de Sao Tomé en queue de liste de la classe. Notre pays avait déjà été identifié par la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faunes et de Flores Sauvages menacés d’extinction (CITES) comme étant la plaque tournante de trafics à l’échelle internationale. Nous voilà encore pris la main dans le sac de nos patrons, d’où ce nouveau carton rouge ;

  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : le 01, la fête de l’armée guinéenne a été gâchée par l’absence de son commandant en chef : il devait souper le même soir avec des Sultans à Abu Dhabi. L’état-major et les troupes étaient dépités car pour la première fois de son magistère et malgré leurs kalaches ils se rendaient compte qu’ils ne sont que de simples citoyens, des bandits-saletés armés qui font le sale boulot du chef sans beaucoup de reconnaissance pour leurs hauts faits de guerre contre les civils. Il semblerait que la virée du week-end aux Emirats avait deux autres agendas cachés bien plus importants : il serait allé mendier chez les Emirs pour les prochains salaires mensuels de ses fonctionnaires et en même temps faire un check-up médical d’urgence en raison de ses pertes de connaissances de plus en plus fréquentes. A ce rythme il risque de nous faire une « Eyadema » un de ces quartes matins. Les comptes annuels de la SOGUIPAMI sont l’exemple parfait de la nullité des hommes qui gèrent notre pays au plus haut niveau aujourd’hui : ils n’ont même pas pensé à regarder ces chiffres incriminants avant de les publier. Les ont-ils même regardés ou compris ? Et ils osent prétendre que son chef Mr Kanté est l’un des meilleurs cadres du pays. En tout cas soit il a fait exprès de les publier pour « se laver les mains » de tous soupçons demain soit il est vraiment un élément digne du cercle restreint du PPAC. Idem pour la coordinatrice du RPG qui reconnait tout haut la plus grande honte de ces élections : l’achat de voix par les caciques du pouvoir pour éviter un raz-de-marée victorieux de l’opposition. Quelle bande de pied-nickelés. Naïf comme d’habitude j’ai espéré jusqu’à la dernière minute que le Président de la C.S. aurait le courage de dire enfin la vérité au PPAC : que la majorité des guinéens sont fatigués de sa gouvernance raciste et népotiste. Maintenant nous savons que nous ne pouvons plus compter sur la morale et l’étique des deux plus hauts magistrats du pays, alors la question ne se pose même plus pour les autres. En plus il a eu un mal de chien à lire son texte et a débité une dizaine d’erreurs notamment sur les noms des nouveaux députés (y compris le chef de l’opposition) et de certains partis politiques élus. Et comble du ridicule, il a finalement remercié ses adjoints qui ont eu la gentillesse de le rectifier à chaque erreur. Un journaliste crie au secours parce que des agents de la police secrète du PPAC sont à sa porte pour lui faire la peau ; ses admirateurs sortent pour le soutenir et ils sont reçus par nos policiers et gendarmes sanguinaires qui leur tirent dessus à balles réelles avec au final deux mineurs morts. Qui d’après vous est immédiatement pointé du doigt par le gouvernement pour cette bévue policière ? Le journaliste bien sûr ! Quant à la réunion des bailleurs de fonds d’Abu Dhabi les principaux invités assis au 1e rang avec Néron étaient le ministre des Affaires Etrangères des Emirats et la présidente du CNT guinéen. Et dire que le PPAC s’y était même rendu 3 semaines avant pour les préparatifs de la réunion. Notre pays est l’un des rares sur le continent actuellement où absolument aucune des conditions minimales pour attirer des IDE (Investissements Directs Etrangers) n’est disponible ni même envisagée à court terme : pas de garanties judiciaires ; pas de zone franche moderne, hyper-équipée et attirante pour des investisseurs ; pas d’infrastructures de bases minimales pour faire des affaires rentables et des fonctionnaires pourris jusqu’à la moelle. Il faut vraiment délirer pour organiser une réunion pour attirer des financements privés dans ce contexte ou alors être berné par une société privée malhonnête qui vend des rêves aux derniers nigauds de la planète. Ses cadres doivent en rire encore…
  • Une Nouvelle Voie : l’arrogance, le mépris et l’injustice des plus forts ont atteint de nouveaux sommets en Guinée, du haut du système judiciaire (la Cour Suprême) aux plus bas niveaux (un journaliste de quartier). Mon Dieu que faudra-t-il faire pour que les autorités comprennent qu’ils ne pourront jamais rétablir l’ordre public, quelque soit les violences des enfants désœuvrés et frustrés, en leur tirant dessus à balles réelles. Au contraire, comme l’intifada en Palestine ils seront tous les jours plus nombreux et mieux équipés pour riposter dans les rues. Après toutes ces bavures humaines le PPAC n’a-t-il pas encore compris cela ? L’impunité des agents du système, militaires et civils, est en croissance exponentielle ; les condamnations à la peine de mort sont rendues et exécutées immédiatement par nos militaires, gendarmes et policiers sur ordre du pouvoir et ce depuis 1959. Existe-t-il maintenant une autre option que la loi du Talion pour que cela cesse ? Faudra-t-il passer par là pour envisager un jour le retour de la Justice dans notre pays ?

 ————————————————–

4.      Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : table-ronde sur le dialogue intergénérationnel pour la promotion de la couche féminine (!?) ; journée de sensibilisation sur le thème  «  non-violence et citoyenneté » ; atelier sur la problématique de l’adaptation au changement climatique du secteur agricole ; atelier d’information et de sensibilisation des acteurs et parties prenantes au projet de renforcement du contrôle civil et démocratique des forces de défense et de sécurité (FDS) dans la ville de Conakry (?!) ; atelier de formation à la lutte contre la contrefaçon des billets de banque ( !!) ; atelier de présentation des doléances citoyennes (OGDH) aux ministères de la justice, de la sécurité et à celui des droits de l’homme et des libertés publiques (?!) ; renforcement des capacités administratives des douaniers des régions de Kankan et Faranah ; formation des journalistes sur l’investissement privé dans le cadre de la réunion des bailleurs de fonds de Abu Dhabi (?!) ; formation de renforcement des capacités des membres de la société civile guinéenne sur le contrôle citoyen de l’action publique (!?) ; campagne d’information et de sensibilisation sur le planning familial ; séminaire de formation des jeunes cadres du ministère de la culture sur les missions du ministère et sur l’élaboration de projets culturels (!!) ; formation pour le renforcement des capacités nationales dans les domaines de la prospective et de l’analyse structurelle en Guinée dans le cadre du plan d’action de finalisation à l’horizon 2035 (?!) ; formation des chefs de centres de santé de 18 préfectures (sur 33) sur la commande, la gestion et la vente des médicaments essentiels ; Matinée-Médias 2013 ; 28ème Colloque sur la reconnaissance et l’équivalence des diplômes et  7ème atelier francophone sur l’assurance qualité des formations ; rencontre de validation du document de la Stratégie E-Administration Guinée ; séminaire de renforcement des capacités de base des journalistes guinéens (!!) ;

  • Pour : le séminaire-bizness (17) comme tout le pays est au point mort et sur cales. Le colloque inter-africain sur la reconnaissance et l’équivalence des diplômes entre les différents pays et sur l’assurance qualité des formations est assurément une bonne chose pour l’avenir de l’enseignement francophone sur notre continent. J’imagine les sueurs froides des participants quand la Guinée a présenté ses expériences dans ces domaines.
  • Contre : atelier sur le dialogue intergénérationnel – vraiment ils sont forts ! Quant à la formation sur la contrefaçon des billets de banque il est clair que nos experts nationaux dans ce domaine ont grandement profité de ce moment tant attendu « du donner et du recevoir ». Une formation des journalistes pour leur apprendre comment rapporter les évènements de la réunion d’Abu Dhabi prouve à suffisance le niveau de carence des gratte-papier locaux choisis pour accompagner les bosses. Adieu le journalisme professionnel ! Les « jeunes cadres » du ministère de la culture avaient entre 50 et 78 ans, perdiems oblige. Elaborer un plan d’action à l’horizon 2035 alors que personne ne sait plus où nous sommes en 2013 – vraiment ils sont marrants chez nous. Quant à la mise en place d’une e-administration sans électricité (17% en milieu urbain et 3% en milieu rural) ça aussi il faudra le voir pour le croire. A la fin de la dernière formation des journalistes le représentant des participants a insisté particulièrement sur « le choix des thèmes de la prochaine session de formation, la prolongation de la durée de la formation et l’organisation d’un atelier de restitution ou de sensibilisation à l’intention des promoteurs ou des responsables des médias » – qui est fou ?
  • Une  Nouvelle Voie : mêmes problèmes dans ce domaine depuis des décennies – mêmes solutions drastiques déjà décrites plusieures fois pour entrer sérieusement et durablement dans une nouvelle voie.

——————————————————-

Mr le PPAC, vous allez nous tuer ! Il ne s’est strictement rien passé comme activité de développement dans le pays ce mois-ci. Votre traitement pour la Guinée malade a été catégorique : « arrêt-législatif » dans tous les domaines jusqu’à nouvel ordre :

–       Pour le politique votre Premier Ministre n’a posé qu’une ou deux 1e pierres, n’a ouvert aucune mosquée et n’a présidé aucune mamaya à votre gloire. Il n’a rencontré ses ministres qu’une seule fois. Ceux-ci en ont bien sur profité pour mener leurs bizness en accéléré en attendant avec marabouts et sacrifices le remaniement ministériel tant redouté. Quant au débat politique c’est une première mondiale qu’un parti quasi-unique au pouvoir accuse son opposition de l’avoir triché par fraudes aux élections qu’il a organisé !

–       Pour l’économique la seule activité de nos hommes d’affaires a été de faire des conférences de presse. Ils sont tellement désœuvrés les pauvres riches que certains envisagent même de faire maintenant de la politique, la seule activité vraiment rentable au pays.

–       Pour le social l’insécurité et la criminalité urbaines et rurales ont occupé 70-80% du contenu de tous les journaux et sites guinéens. Elle touche maintenant même les officiers de l’armée car les bandits en treillis ne s’intéressent qu’à une seule chose : l’argent, où qu’il se trouve. Ce mois-ci vos agents du changement ont assassiné deux jeunes cadres de l’Etat (Mrs Diané et Mohamed Ghussein), volé dans tous les quartiers et escroqué plusieurs étrangers venus faire des affaires fructueuses en Guinée. Les manifestations contre l’absence d’électricité et l’excès de poussière sur les routes nationales dépassent Conakry pour se propager dans plusieures villes de l’intérieur (Kankan, Fria, Labé et Dinguiraye). A ce rythme nous seront bientôt classés par les ambassades et agences des Nations Unies dans le même groupe de pays à risque que le Pakistan et l’Afghanistan.

–       Enfin pour nos institutions c’est la honte anesthésiée : un exécutif népotique, cleptomane et raciste ; un législatif amorphe, démissionnaire de ses responsabilités et docile comme un caniche devant son maitre ; et maintenant la confirmation que notre judiciaire est irresponsable, peureux et manque d’indépendance. Il n’a pas eu le courage de dire La Vérité au Peuple de Guinée qui ne l’oubliera et ne le pardonnera pas. Son Président Mamadou Syma Sylla a raté sa seule chance d’entrer dans la liste très réduite des hommes d’honneur de la Nation et il ne s’en relèvera probablement jamais. S’il était une personne honorable il n’aurait pas hésité à mourir avec cette réputation plutôt que de vivre sans elle ; tant pis pour lui.

Au cours de la 2e quinzaine du mois vous êtes parti revoir vos partenaires et amis sur 3 continents (Amérique du Sud, Europe et Asie) laissant le pays en haleine, à la merci de vos paroles éclairées car sans vous personne n’ose penser au lendemain. Rien n’est possible en Guinée sans vous, l’homme-Etat, que ce soit aux sujets de la nouvelle Assemblée Nationale, d’un nouveau gouvernement ou de quoi que ce soit d’autre à part manger parfois, magouiller toujours et rêver en plein jour. Je pense en souriant à ces villes de l’intérieur du pays dont l’approvisionnement pré-électoral en carburant a cessé les jours suivants les votes locaux. Et dire qu’il y a de nombreux corniauds qui se sont plaints que vous les aviez trahis suite à cette nouvelle fourberie !

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1075e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 2 ans, 11 mois et 10 jours ! Les manques de courage et de vision d’avenir heureux des guinéens jusqu’au plus haut niveau, la Cour suprême, les ont encore condamnés à deux années de plus de misère, d’injustice et d’impunité par les criminels qui nous gouvernent depuis 3 ans. Je ne peux que méditer une fois encore ce dicton si représentatif de la Guinée depuis 1958 : chaque peuple a les dirigeants qu’il mérite. Une minorité de guinéens sans vergogne ont préféré de petits cadeaux éphémères à la prospérité de tous leurs compatriotes et une fois de plus ils se sont imposés à la majorité peureuse et silencieuse.

Maintenant il ne reste plus qu’à fermer nos « gueules » ou à décider ensembles d’inverser cette malédiction en  marchant enfin pour la seule juste cause : chasser le PPAC et son régime malsain du pouvoir et du pays. La défense du journaliste Mandian Sidibé par les enfants de l’axe de la Liberté, en grande majorité des peuls, est un signal fort que les jeunes qui représentent près de 60% de la population ne descendent pas dans les rues pour des raisons ethniques ou politico-politiciennes mais plutôt pour exiger la justice égale pour tous, le vent de la liberté et enfin un peu de prospérité. Ils finiront bientôt par aller les réclamer jusqu’à la porte de la Présidence et ce jour-là si tous les peureux de Guinée trouvent enfin le courage de les accompagner alors le tyran fuira, comme jadis au stade de Coléah et à Piné…

30 Novembre 2013

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2013. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s