Une Nouvelle Voie (Décembre 2013) : en plein coma post-électoral sans assistance respiratoire

Bienvenue à mon bilan du 12e mois de l’An 03 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « Mandian Sidibé, qui nous critiquait mon fils et moi et qui se cache aujourd’hui parce que je veux l’arrêter n’est pas un Peulh, c’est un Malinké…La Haute Guinée n’est pas contente de réserver les postes de l’Assemblée Nationale et de la Primature à la Forêt et à la Basse Cote » (le 30 novembre devant ses fanatiques réunis au niveau du siège de son (ex) parti politique) ; « D’abord je dois vous présenter les excuses. Le changement est très difficile. L’amateurisme caractérise encore la Guinée. La preuve : ils ont été incapables de nous passer une cassette, ce qui est une chose élémentaire. Quand on dit Guinée Is Back, on a encore beaucoup de chose à faire pour passer de l’amateurisme au professionnalisme (le 02, à l’ouverture d’une réunion des ports d’Afrique de l’Ouest et du Centre) ; « Vous savez ce que représente Mandela pour l’Afrique. C’est que je n’ai pas de mot. Toute l’Afrique le pleure. Les mots me manquent. C’est un baobab qui s’éteint, il représente la dignité de l’Afrique » (le 06, « à chaud » devant la presse française suite au décès de Mandela) ;  « On a fini les élections. Je dis à tout le monde, je l’ai dit à Nzérékoré, même quand j’étais à Paris devant François Hollande j’ai dit la même chose. Maintenant que les élections sont terminées, les débats politiques se feront au Parlement. Maintenant, nous devons travailler. En 2014, le gouvernement qui sera mis en place sera un gouvernement de mission. Finie la politique. Nous nous mettons maintenant au travail et celui qui veut faire la politique n’a qu’à le faire au Parlement. Le gouvernement quant à lui va travailler et non pour faire la politique car, cette année nous allons travailler. Dire combien de Malinkés, Soussous, Peulhs sont au gouvernement cela est terminé. On doit privilégier les compétences. Il faut qu’on aille de l’avant. Il faut que le pays bouge. Nous pouvons le faire, mais, ce qui nous fatigue c’est que le Guinéen n’aime pas son prochain. Le Guinéen n’aime pas le bonheur de son ami. C’est ce qui nous fatigue. Et ça aussi s’il plaît à Dieu cela peut changer » (le 29 dans un quartier Baga de Conakry,  en pleine campagne présidentielle prématurée pour 2015) ;
  • Pour : c’est une bonne chose qu’il fasse enfin l’analogie entre son « Guinea is back » et l’amateurisme de ses plus hauts cadres nationaux. Il a juste oublié de préciser qu’il en est la principale cause. Il promet aussi que son gouvernement va enfin travailler à partir de la 4e année du changement – merci ! Nous clôturons l’année 2013 avec la certitude que le PPAC parle parfaitement au moins une langue mondiale : le soussou.
  • Contre : le fait de parler de peuls et de malinkés en parlant du cas du journaliste Mandian Sidibé et de confirmer que c’est lui qui « veut l’arrêter » parce qu’il a critiqué son fils et lui-même sont des symptômes supplémentaires du racisme primaire du PPAC. En plus il se vante de vouloir partager les plus hautes fonctions de l’Etat entre les différentes régions et ethnies guinéennes : quelle honte nationale ! Le manque de mots appropriés devant des journalistes étrangers à l’annonce de la mort d’un Grand Homme comme Madiba et l’utilisation de banalités comme « un baobab s’est éteint » ont fini de confirmer son étiquette de faux-Professeur de la Sorbonne. Pour clore son année de gaffes il participe à une manifestation purement ethnique pour proclamer la fin des privilèges ethniques dans sa gouvernance – vraiment je ne le comprends plus du tout ! Quant au « je l’ai même dit à Paris devant le Président François Hollande » il prouve une fois de plus le complexe d’infériorité de ce citoyen français devant son Président. Quand un homme comme Mandela quitte ce monde même un paysan au fond de la brousse ne dira pas « c’est un baobab qui s’éteint » – au fait qui a déjà vu un baobab s’éteindre comme une ampoule ? Moi qui pensais que cet arbre sacré mourrait par vieillesse ou par le feu !
  • Une  Nouvelle Voie : Mr le PPAC, en mourant Madiba est devenu un phare qui illumine et guide tous les démocrates du monde. Que Dieu nous offre un jour un de ses disciples pour nous mener vers Une Nouvelle Voie.

——————————————————

2.      Les décisions et actions « positives » du mois : l’un des principaux responsables du RPG, Mr Mohamed Traoré (celui qui s’était déjà rendu célèbre le mois dernier en disant que les opposants étaient des chiens) a annoncé dans une interview que «  le Président de l’Assemblée Nationale était le défunt constitutionnel du Président de la République ». Pour une fois il a dit la vérité ; le 09 s’est ouvert comme prévue à Conakry la 40e session du conseil des ministres des Affaires Etrangères des pays de l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique) avec juste quelques heures de retard. Les délégués étrangers ont surtout pu admirer l’utilisation adéquate des 50,000 Euros gracieusement offerts par nos amis saoudiens et marocains pour chasser les mendiants et nettoyer la ville pour leur court séjour ;  le 09, nouveau départ en cachette du PPAC mais pour une fois c’est pour la bonne cause : représenter la Guinée à la cérémonie internationale d’adieu à Nelson Mandela. Nous prions que la sagesse de Madiba l’ait foudroyé pendant ce séjour ; notre PM-Imam a bénéficié d’un dernier cadeau du PPAC avant d’être surement viré très prochainement : il est allé pour la 1e fois en mission officielle à l’étranger pour représenter notre pays. Mais c’était à Kayes au Mali. Pas assez exotique et confortable pour que le PPAC veuille bien s’y rendre ; le 30, le maréchal de la gendarmerie, Ibrahima Baldé annonce en fanfare la mise en place d’un fichier informatisé de la criminalité en Guinée. Il a oublié de préciser que le fichier « récidiviste » est déjà complet avec notamment ses hommes et leurs complices policiers et militaires. Il ne reste de la place que dans celui des « délinquants primaires » ;

  • Pour : il est enfin démontré qu’il est possible de nettoyer notre capitale à défaut de l’embellir. Même si c’était uniquement pour éviter la honte devant nos invités-bailleurs, le Resto-Cop de Kaloum et ses tonton-macoutes ont montré enfin qu’ils avaient autre chose à faire dans leur job description que de casser du peul dans les quartiers de haute-banlieue. D’ailleurs nos caniveaux sont le lieu le plus approprié pour eux pour travailler.
  • Contre : le lapsus du fanatique du RPG sur l’état de mort-né prévu à la tête de notre Assemblée Nationale est une prémonition de l’efficacité de cette nouvelle institution de la Condécratie. Quant à la propreté de la capitale, elle a pris fin dès que le dernier invité de la réunion internationale s’est embarqué pour son vol retour chez lui. Les senteurs et visions cauchemardesques ont repris de plus belle à l’indifférence de tous, du sommet à la base.
  • Une Nouvelle Voie : quand le gouvernement ne fait rien il est impossible de trouver des actions positives. Les défilés des ministres devant les cameras de la TV-PPAC pour essayer de sauver leurs postes dans le prochain remaniement fait pitié à voir et surtout à écouter. Ce n’est pas comme cela que notre pays sera mis sur une Nouvelle Voie.

————————————————

3.      Les décisions et actions « négatives » du mois : le ministre de la Sécurité envoie un message de rigueur et des menaces aux criminels qui pullulent dans la ville. Ils lui répondent le lendemain (le 01) en assassinant un de ses commissaires de police devant son domicile. Depuis Mr le ministre se planque – qui est donc le véritable patron de la Sécurité de notre capitale ? ;  le 03, le rapport 2013 de l’ONG Transparence International sur l’Indice annuel de Perception de la Corruption (IPC)  a été présenté par l’Agence Guinéenne pour la Transparence (AGT) : la Guinée est 15e sur 16 dans la région Afrique de l’Ouest et du Centre, malgré 3 années de changement à toutes pompes. Elle nous a quand même remonté un peu le moral : nous avons fait « beaucoup » de progrès depuis 2012 ; le 04, le PPAC sort en cachette pour retourner chez lui à Paris afin de faire acte de figuration au sommet dénommé « Pour la paix et la sécurité en Afrique » : les deux denrées les plus rares en Guinée ; l’Homme-Etat-Parti sévit une nouvelle fois ce mois-ci : le Président de l’Assemblée Nationale sera forcement de la Guinée Forestière et c’est lui seul qui le choisi. Depuis même ses fanatiques grondent et menacent de voter pour l’opposition à l’Assemblée Nationale (A.N.). Il va être obligé de casser une autre tirelire pour les calmer ; le 05, le gouvernement annonce que pour réduire la criminalité dans la capitale les militaires vont appuyer les policiers et gendarmes pour patrouiller les nuits et ils auront droit de faire usage de leurs armes au besoin – AU SECOURS ; le 08, un adolescent de 18 ans, peul bien sûr, est retrouvé mort dans sa cellule de la prison centrale de Conakry. Il avait été « raflé » nuitamment dans la rue par nos braves gendarmes hyper-armés et ensuite oublié dans sa cage de fer et de ciment. Un de plus dans le décompte macabre du PPAC (56 ou 57 ?) et le ministre des DDH va une fois de plus pleurer à la radio et nous faire rêver de sa démission prochaine ; le contrat de location pour des groupes électrogènes signé par le PPAC avec une société britannique AGGREKO pour 6 mois et 11 millions USD ne comprenait pas bien sûr le prix du gasoil. Il n’avait pas calculé que pour les faire fonctionner 24/24 il faudrait environ 60 millions USD – ou plutôt le double vu les détournements des agents responsables. Résultat l’ODG (Obscurité De Guinée) les font travailler entre 6 et 12 heures par jour. Si seulement Junior « Paladino » Condé avait acheté (pour des centaines de millions de USD) il y a deux ans au Brésil des groupes qui fournissaient du 220 V et 50 Hertz au lieu des spécifications Sud-Américaines, nous n’en serions plus là. Le contrat de Aggreko a été renouvelé en fin de mois pour 6 mois renouvelable ; le 13, le PPAC offre une promotion au directeur national de la police en lui accordant le grade exceptionnel d’inspecteur général de police – maréchal de la police quoi. Sûrement en reconnaissance de ses efforts pour l’augmentation des crimes, braquages et tabassages en règle à Conakry et dans toutes les capitales régionales du pays ; le 14, la population surexcitée de la ville de Pita a fait une « sentence 9500 » (un pneu usé autour du cou, un litre de carburant et une allumette) à un jeune homme présumé coupable du viol d’une personne âgée. Le lendemain une patrouille de gendarmerie dans la ville de Kankan bastonne à mort un jeune footballeur. Il a été accusé, jugé et exécuté immédiatement pour délinquance. Sur le coup, la population en colère les a aussi accusé, jugé et condamné à une «sentence 9500 ». La majorité a eu la vie sauve grâce à leurs gaz lacrymogène et cartouches assourdissantes mais la rupture de stock nationale a de nouveau sévi et deux d’entre eux ont subi la rigueur de la loi de la jungle – maintenant c’est vengeance civile immédiate et sans procès – c’est ça l’année de l’injustice 2013 et l’Etat de droit en Condécratie ; le 18, le décidément incorrigible PPAC essaie un dernier baroud d’honneur avant de devoir confronter les emmerdes probables de la nouvelle A.N. où il est loin d’avoir l’assurance de faire passer ses combines comme des lettres la poste. Il décide donc de faire adopter en moins de 2 semaines maximum et à la sauvette la Loi des Finances 2014 par le moribond CNT à son service exclusif alors que les législatives ont eu lieu il y a près de 3 mois (28 septembre). Bien sûr les CNTetards déprimés par leur retour prochain aux oubliettes de la République ont hurlé OUI à un dernier round de perdiems-carburant-sandwichs journaliers. Vraiment notre Mandelaton nous tourne tellement en rond que tout le pays a le vertige ; le 22, c’était l’anniversaire de l’an 3 de la Condécratie. Nous attendions tous une mamaya grandiose, des défilés civil et militaire, le partage du gâteau royal et un discours historique à la Nation avec le chemin de l’arc-en-ciel qui nous propulsera en 2015 au stade de pays à revenu intermédiaire. Hélas le PPAC s’est caché pour se lamenter car il serait totalement découragé et résigné devant tous nos faux problèmes guinéens. Il aurait même chassé les ministres et autres courtisans venus lui remonter le moral en leur intimant d’aller  défendre leurs échecs devant le peuple. Vraiment il était plus heureux il y a trois ans à la place d’Italie, devant son café-crème du bistrot du coin ; le 23, on revoit enfin le Premier Ministre l’imam Vimto Fofana. Il a repris enfin ses activités en toutes pompes en faisant le tour des quartiers de la capitale pour voir si les caniveaux et autres activités d’assainissement existent encore deux semaines après leur toilette pour la conférence de l’OCI. Il est reparti aussi déçu que les Conakrykas ;

  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : pour l’adjonction de l’armée à la lutte contre la criminalité urbaine le ministre de la sécurité, ancien tortionnaire du PDG Madifing Diané croit rassurer les guinéens en disant « dans cette bataille, le colonel de l’armée sera géré par le brigadier ou le margis-chef de la police. Nous nous battrons efficacement avec les moyens de bord ». Depuis nous avons grimpé des stades inquiet à terrorisé. La réaction de la population de Kankan devant l’absence totale de justice égale pour tous a entrainé la mort de 3 personnes, dont 2 gendarmes battus et « braisés », une cinquantaine de blessés dont 30 gendarmes tabassés, leurs chefs suspendus par Conakry et depuis la quasi-disparition des gendarmes dans la ville. Ce n’est pas demain qu’un gendarme lèvera la main sur un autre habitant de cette ville ou de cette région. Comme quoi si l’Etat ne garantie pas l’arrêt de l’impunité aux habitants ils finiront en désespoir de cause à l’imposer aux agents-voyous de l’Etat. Le PPAC avait dit qu’il n’avait pas trouvé un Etat mais plutôt un pays. En 3 ans il a transformé le peu qu’il a trouvé en une jungle où tout le monde se venge contre tout abus immédiatement, sans recourir au système judiciaire pourri. Pour les pauvres guinéens pressés de sortir de leur misère grâce à la nouvelle A.N. la réponse du PPAC est immédiate : le CNT moribond est convoqué en session budgétaire avec un calendrier fixe de 15 jours qui s’achève le  31 décembre 2013 à 13 heures pétantes. Le message est clair : votez immédiatement et sans discussions OUI à main levée pour repérer facilement les indisciplinés et pas de nouveaux casse-pieds avant janvier 2014. Au lieu de s’en prendre à ses deux ministres des finances pour n’avoir pas présenté au CNT le projet de budget 2014 avant le 15 octobre 2013 comme l’exige la Constitution, ce que personne aurait trouvé à redire, il préfère profiter de ce retard pour gifler son opposition et il réussit de nouveau son coup-bas purement politique. Pour nous rappeler la fête de l’an 3 de la seconde vie du PPAC nous n’avons eu droit qu’à des émissions interactives sur les chaines de radio et télévision privées avec leurs défilés de déçus et de bilans négatifs. A chaque fois en fin d’émission il ya quand même un fanatique de service qui demande la parole pour essayer de défendre leur idole avec les blablas habituels : caisse unique, PPTE, reforme des forces de dépenses et d’insécurité, barrage de Kaleta, les dizaines de missions à l’étranger pour vendre (littéralement) la Guinée et les deux petits derniers à la mode, les 5 milliards d’Abu Dhabi et le 10e FED périmé. Pas un mot bien sûr sur la cinquantaine d’innocents tués à Conakry et les centaines en Guinée Forestière par les milices d’insécurité/impunité pour avoir crié leur ras-le-bol des injustices et leur désespoir d’avenir ces trois dernières années. Au fait un jeune de 18 ans, victime de ratonnade le jour de la ville morte passé a rendu l’âme le 07 dans une prison de la capitale et il a été enterré le 30 par une foule en colère. La TV-PPAC a préféré tout simplement zapper la fête, ayant totalement épuisé son stock de mensonges et promesses pour faire patienter les guinéens aux abois. Quant au Boss lui-même, depuis que je suis au bled je ne l’ai vu qu’une seule fois sur la petite lucarne et ne l’ai pas entendu  sur les radios françaises et sénégalaises, les seules par lesquelles il daigne s’adresser aux Guinéens. Tout juste un petit discours en soussou le 28 en dans une haute banlieue fanatisée qui se décrète propriétaire de Conakry. Silence forcé depuis sa participation à l’hommage planétaire à son « homonyme » au stade de Soweto. Je suppose qu’il n’a pas encore digéré la gifle d’Obama qui pointait dans la direction de son petit groupe de coquins en critiquant tous les faux Madiba qui se disent ses élèves mais qui martyrisent leurs administrés. La rumeur publique qui contient toujours une part de Vérité à Conakry raconte en fait que Papy-Cool se sent très mal ces jours-ci, avec en plus des cauchemars chaque nuit. Il rêve en particulier que ses 2 premiers prédécesseurs l’invitent à venir les rejoindre au plus vite. Depuis il déménage régulièrement mais les cauchemars le suivent dans chaque nouveau lit présidentiel et tous les petits et gros bobos se sont réveillés ; comme on dit chez nous « le chef est occupé » ce qui en français veut dire qu’il est alité ou semi-comateux comme son pays. Nos nouveaux députés-dépités devront encore attendre avant de toucher leurs premiers perdiems dont ils rêvent depuis 3 mois.
  • Une Nouvelle Voie : rien de nouveau à dire sinon faites le contraire et nous serons sur une Nouvelle Voie.

 ————————————————-

4.      Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : journée d’échange et d’informations sur le projet suisse d’assistance au retour volontaire et à la réinsertion des immigrants guinéens ; 36ème session ordinaire du Conseil de l’Association de gestion des ports de l’Afrique de l’ouest et du Centre (AGPAOC) ; séminaire UMEOA sur le thème « Renforcer la gestion des investissements publics par la mise en œuvre des autorisations d’engagement et crédits de paiement » ; formation régionale (Nzérékoré) des personnes handicapées sur leurs droits et devoirs ; Table ronde sur les itinéraires techniques de production de riz et de légumes du projet tripartite Guinée-Afrique du Sud-Vietnam ; formation en marketing et planification des travailleurs de la Pharmacie centrale de Guinée ; 6e forum des ministres du commerce de la Zone Monétaire de l’Afrique de l’Ouest ZMAO) ; formation des commissaires de police sur la lutte cotre l’insécurité ; atelier de structuration des organisations économiques féminines de Guinée ; séminaire de réflexion sur la gestion, prévention des conflits dans les zones minières et consolidation de la paix en Guinée ; atelier de présentation d’une étude scientifique sur la préservation de la paix en Guinée (!) ; atelier de validation des ouvrages : “La Guinéenne et la résolution 1325” et “Paix et Sécurité en Guinée, observées par les femmes” (!!) ; atelier de formation des nouvelles élues au parlement (!) ;  atelier national sur la présentation et la validation de l’étude globale sur la sécurité alimentaire et la vulnérabilité des ménages en Guinée ; le 26, suite à des troubles entre les populations autochtones et une entreprise aurifère dans la préfecture de Mandiana le PPAC fait interdire toute exploitation d’or dans la zone. Voila enfin sa première réaction radicale à une crise urgent mais hélas elle est pire que quand il ne fait rien ; séminaire Météo-Medias ; ateliers (2) de restitution des résultats de la mission de préfiguration d’un mode de gouvernance décentralisée des secteurs de la Santé et de l’Education au niveau des territoires pilotes des préfectures de Conakry et Kindia (ouf !) ;

  • Pour : le séminaire-bizness (17) stagne de nouveau. Même coma postélectoral que tout le reste du pays et en plus la majorité des papa-bailleurs sont en absence prolongée en raison des élections tropicales et des fêtes de fin d’année. Le mois débute en force avec des rencontres internationales – les perdiems locaux manquent alors il faut de plus en plus chercher des financements externes. La coopération avec le Vietnam sur la production du riz et de légumes locaux est une bonne chose mais je crains que l’on ait demandé aux cousins Viets de venir les planter et les récolter pour nous – et pour eux car ils sont avides de nouvelles plaines fertiles pour augmenter leur production nationale.
  • Contre : la cérémonie d’ouverture du séminaire sur les ports régionaux a été très comique : multiples coupures d’électricité pendant les discours et raté total sur le clou de la cérémonie, le documentaire sur notre port car il n’a tout simplement pas pu démarrer. C’est le PPAC himself qui a présenté de plates excuses à nos invités marins (voir plus haut).
  • Une  Nouvelle Voie : mêmes problèmes dans ce domaine depuis des décennies – mêmes solutions drastiques déjà décrites plusieures fois pour entrer sérieusement et durablement dans une Nouvelle Voie.

——————————————————-

Mr le PPAC, le mois dernier vous avez failli nous tuer ; maintenant nous sommes mort-cadavéré ! Je suppose que vous avez suivi une émission vedette de la télévision de chez vous : le maillon faible. Si vous aviez participé vous auriez perdu au 1e tour car vous êtes reconnu par tous maintenant comme le maillon faible de l’Afrique de l’Ouest. La Guinée est terrorisée et traumatisée par la criminalité – même les chiens n’osent plus sortir hurler la nuit de peur d’y laisser leurs queues, mais vous n’en dites (et pensez ?) absolument RIEN. Côté gouvernance vous êtes aussi un champion du monde : 4 mois entre le 1e et 2 tour de la présidentielle (puisque c’est vous qui pilotiez en coulisse), près de 3 ans pour organiser des législatives et maintenant plus de 3 mois pour convoquer la 1e réunion de la nouvelle A.N. !

Si seulement l’UFDG et l’UFR, au vu de la démonstration récente qu’ensembles ils étaient imbattables pouvaient décider maintenant de fusionner en un seul grand parti d’opposition, un nouvel espoir pourrait renaitre chez nous pour les élections présidentielles de 2015. Que leurs chefs s’asseyent et trouvent des compromis pour codiriger, en mettant l’avenir de la Guinée avant leurs egos et égoïsmes personnels. S’ils créaient une alliance « Opposition Unie pour 2015 », une première historique pour l’Afrique, ils pourront ensuite « forcer » tous les particules à intégrer le Grand parti ou à s’en séparer totalement. De toute façon ceux-ci représentent moins de 2% de l’électorat qu’ils perdront rapidement devant ce colosse politique et leurs chefs se fermeraient définitivement la porte d’un avenir politique en Guinée. Plus que tout ils cloueraient au pilori le seul argument politique du PPAC contre l’UFDG, le « parti des peuls ». Pour une fois Messieurs soyez visionnaires et proactifs afin de construire  un plan d’action professionnel pour chasser l’intrus du pouvoir et de notre pays. Et surtout pour vous rien de mieux pour passer de « l’opposition la plus bête d’Afrique » à l’opposition la plus innovante du continent, celle qui aura su faire l’union sacrée pour faire tomber démocratiquement un dictateur au pouvoir. Un exemple à suivre et qui sera imité dans toutes nos dictatures en cours…

Mr le PPAC, vous êtes devenu un obstacle majeur à ma chronique mensuelle. J’ai compris votre stratégie pour me fermer la bouche : ne rien faire, et mettre le pays sous assistance respiratoire pour que je n’ai rien à écrire tous les mois. Mais Boss, vous avez oublié votre ODG (Obscurité De Guinée), la machine-là ne marche qu’avec du courant électrique 24/24 heures. Vous perdez votre temps – vous n’arrêterez jamais mes analyses et critiques de l’échec total de votre gouvernance ainsi que celles de mes amis démocrates guinéens et étrangers. Nous sommes maintenant désespérés de voir nos années filer sans espoir de voir notre pays enfin se développer et s’épanouir lentement, comme tous nos voisins africains. Eh Président à vie du RPG, même le Liberia et la Sierra Leone nous ont dépassés maintenant – vous n’avez pas honte comme nous de cela ?

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1106e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 3 ans et 10 jours ! Deux nouveaux objectifs intermédiaires du changement viennent d’être atteints : 3 ans pleins de pouvoir absolu et 2,000 jours de souffrances et de larmes pour la très grande majorité des guinéens. Est-ce encore la faute des anciens 1e ministres ? Le coma a finalement terrassé tous les guinéens, du sommet à la base. Ce mois-ci un opposant historique de l’Afrique nous a quitté pour toujours, Mandela, mais ce n’était pas celui de la Guinée – Manden-Dracula ! Ouf, 2013 est enfin finie en Guinée – bonne fêtes de fin d’année et que 2014 soit radicalement différente sinon au nom du Tout Puissant nous sommes foutus…

31 Décembre 2013

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2013. Bookmark the permalink.

One Response to Une Nouvelle Voie (Décembre 2013) : en plein coma post-électoral sans assistance respiratoire

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s