Une Nouvelle Voie (Mars 2014) : en avant toutes pour les badigeonnages à la chaux, les baptêmes des bâtiments publics et Ebola

Bienvenue à mon bilan du 3e mois de l’An 04 de la Condécratie, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.
1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « Depuis un an et ce, grâce à la dextérité et au savoir-faire d’une société marocaine, nous avons pu reconstruire ce palais (des Nations). Et le Roi Mohammed VI est la première personnalité à avoir habité ce palais. C’est pourquoi ensemble, nous sommes tombés d’accord de donner le nom du palais à une éminente personnalité du continent qui a joué un grand rôle dans la libération et l’unité africaine. Je pense que tous les Marocains le savent, c’est le roi Mohammed V…Votre Majesté, vous êtes chez vous puisque vous êtes dans la maison de votre grand-père» (le 03, au diner officiel avec le souverain marocain) ; « La manière dont vous prenez soin de vos enfants, de la même manière, prenez soin de cet endroit …Kouchner dit que tout sera gratuit. Tout médecin qui se trompera pour demander un centime, giflez-le… Il faut quand même féliciter KPC parce que, pour construire ici ça été très difficile. Il y avait de l’eau, beaucoup d’eau ; beaucoup d’entrepreneurs ont échoué. Ça veut dire que si les guinéens veulent, ils peuvent. Rien n’est impossible s’ils le veulent. KPC, donc, tu es capable de faire du très bon travail. Tu l’as montré ici. Alors, oublie les années 2009-2010. Oublie ! Et fais maintenant ce que tu as fais ici. Désormais, les routes que tu vas faire, les maisons que tu vas faire, qu’on dise, ah ! KPC a travaillé comme à Coronthie. Est-ce que tu promets cela ? Est-ce que tu promets ? i na ha n’na yagui dé ! (Ne me honnis pas hein ! Ndlr, en soussou)…Mon cher frère Bernard Kouchner, excellence l’ambassadeur de France, et surtout madame Christine Ockrent, qui a beaucoup de mérite, je le sais parce que, supporter Kouchner, ce n’est pas très facile. Toutes mes félicitations pour avoir pu supporter mon frère jumeau. (Rires). Je sais de quoi je parle. Je crois que mon ami, qui a un an de plus d’amitié avec lui, sait de quoi je veux parler. Mais Kouchner est Kouchner. » (le 08, lors de l’inauguration du centre médical de Coronthie « offert par son jumeau de 57 années » Bernard Kouchner) ; « Moi je ne suis pas préoccupé par l’horizon 2015, à savoir comment ça va se passer, je suis préoccupé par qu’est-ce qu’on va laisser d’ici 2020-2030 aux guinéens » (le 20, lors de l’inauguration d’un hôtel à Conakry) ; « Je demande également à la population à ne pas céder à la panique et de croire aux rumeurs qui dans de telles circonstances, ne manquent pas d’alimenter les débats… Je demande aux sages et aux populations à faciliter la tache au personnel de santé à tous els niveaux et aux spécialistes venus aider leur pays ».(le 30 pour compatir et nous souhaitez bonne chance avec Ebola, avec les fautes grammaticales de rigueur).

• Pour : merci Mr le PPAC de reconnaitre que vous connaissez autant que nous les turpitudes de votre jumeau Kouchner. Hélas vous ne faites rien ; au contraire vous le traitez chez nous comme un chef d’Etat français.
• Contre : le PPAC utilise pompeusement le « nous » pour justifier ses décisions unilatérales. Il rebaptise désormais sans consultations préalables et au gré de ses émotions nègres impulsives les nouveaux bâtiments publics de la capitale : palais Mohamed V, centre médical Bernard Kouchner. Ibrahim Boubacar Keita a du repartir vexé car lui n’a eu droit à rien du tout. Pire, le Boss absout sans recours à la justice tous les crimes économiques présumés d’un businessman complice du clan mafieux Dadis-Konaté pendant la transition uniquement parce qu’il a été capable de faire du très bon travail sur un chantier. Il nous joue du « Lansana Conté et la justice » maintenant. La folie des grandeurs s’accentue et nos institutions qui doivent décider de telles attributions jouent comme d’hab. à l’autruche. Le 20, il y a eu panique dans la capitale : il nous parle de ce qu’il va nous laisser d’ici 2020-2030 ! Au secours, il aura 110 ans à ce moment-là et même Mugabe a mis la date limite pour la candidature présidentielle à 99 ans.
———————————————
2. Les décisions et actions « positives » du mois : le 03, sa Majesté Mohamed « vi » du Maroc a enfin foulé le sol de Guinée vers 17 heures. Nous avons eu chaud – il parait qu’il a fallu le prier pour qu’il accepte enfin de visiter royalement et en vitesse TGV notre beau pays (moins de 48 heures contre plus du double au Mali et plus de 10 jours en Côte d’Ivoire). Nous avons ainsi pu au moins éviter la déculottée historique s’il nous avait zappé ; le 08, le PPAC inaugure un centre médical spécialisé moderne dans le quartier de Coronthie au centre-ville. Comme il faut toujours un bémol à toute action positive du Boss il le baptise immédiatement et sans consulter la famille du nom de son jumeau Bernard Kouchner dont le seul mérite dans cette affaire est d’avoir quémandé (Dieu seul sait où) les fonds pour sa réalisation ; le 10, le ministre de la Justice a mis en place le Conseil Supérieur de la Magistrature pour « s’occuper des brebis galeuses » comme il l’a si bien dit. Si ce diaspo fraîchement débarqué dans notre jungle ne fait pas doucement, il ne restera plus grand monde dans son département d’ici la fin de l’année ; le tribunal de première instance de Kaloum a condamné les anciens ministres Ousmane Doré et Mohamed Camara, respectivement ministre de l’Economie et des Finances et ministre de l’Agriculture du gouvernement version 2007, à chacun cinq ans d’emprisonnement par défaut et émis des mandats d’arrêt internationaux contre eux ; le 10, La France a décidé de dépêcher huit spécialistes pour apporter leur expertise technique aux côtés des forces armées guinéennes pour détruire 100 tonnes de munitions conservés depuis les années 1970 au camp militaire de Kindia, ville à 135 kilomètres de Conakry ; le 14, mise en place d’un plan directeur pour l’élaboration des infrastructures ferroviaires et portuaires pour le secteur minier. Le plus simple est réalisé – maintenant vient le vrai casse-tête : comment l’appliquer et surtout le faire respecter en dépit des bakchichs journaliers du secteur ; le 18, le ministre de l’industrie annonce la privatisation de 7 PME situées à l’intérieur du pays. Deux ont déjà été cédées en 2013 dont une à la compagnie française spécialisée dans les huiles alimentaires « Lessieur » dans la ville de Dabola. Un plan pour privatiser 9 autres avec une simple participation de l’Etat dans l’actionnariat est également en cours de réalisation. Enfin une bonne idée « théorique » ; on fera le bilan dans 12 mois ; le 19, le shérif de OK Corral (Conakry) Resto-Cop est flingué par le PPAC et remplacé par un autre de la même espèce. Néanmoins je note une légère amélioration lorsque qu’un tonneau vide civil remplace un cancre militaire ; le 24, le nouveau gouverneur de la capitale prend fonction avec un retentissant : « Ma première décision à cette passation, j’interdis le mot ethnocentrisme, les mots peulh, malinké, forestier et tout ce qui ressemble ». Je le prie de passer le message a tous ses collègues du pouvoir et de la mangeoire ; le 28, la croisade du nouveau gouverneur se poursuit. Il n’y va pas par 4 chemins pour mettre fin au banditisme urbain : « Toute personne qui mettra main sur un bandit aura 1 million, s’il s’agit d’un groupe qui réussi à arrêter un bandit et que ça soit reconnu par les services de police et de gendarmerie, chacun des membres du groupe aura 1 million. Celui qui réussira également à dénoncer des bandits, il sera récompensé à hauteur de 5 millions francs guinéen ». Principal bémol : il faut craindre avec la dèche noire actuelle que des femmes dénoncent leurs beaux-frères ou maris infidèles pour pouvoir nourrir leurs enfants ; le 30, ENFIN demi-Dieu nous balance officiellement sa compassion pour cette cochonnerie d’Ebola, mais surtout pour pouvoir repartir la conscience tranquille en ballade belgo-française dans quelques jours.

• Pour : à l’instar de Rio-de-Janeiro, Sao Polo et Port-au-Prince nous avons droit nous aussi en début de mois à un mini-carnaval pour recevoir « notre frère le Roi du Maroc ». Notre unique autoroute et ses passerelles étaient peintes aux couleurs rouge-jaune-vert en rotation permanente et décorées d’affiches et banderoles géantes bourrées de fautes d’orthographe. Merci à tous ces chefs d’Etat courageux qui viennent constater avec nous nos 3 années de gâchis démocratique : grâce à leurs escales rapides nous avons quelques jours de bonheur dans nos demeures avec des rues désherbées et presque propres, des lampadaires qui fonctionnent et un peu d’électricité quand ils doivent traverser nos quartiers. Pardon venez nombreux, un ou deux chaque semaine jusqu’en fin 2015. Après cela nous aurons inch Allah un nouveau « changeur » au pouvoir. Bravo à cette minorité discrète d’hommes de Loi et en particulier au juge Ibrahima Sory Tounkara pour la condamnation de ministres-ripoux. Les deux anciens ministres sont reconnus coupables de délit de complicité de détournement de deniers publics dans l’affaire dite Projet Coton. Pour la répression, le juge a aussi ordonné la confiscation de tous leurs biens. Il s’était déjà distingué dans son jugement du dossier de faillite de la banque d’escrocs BADAM. Comme dit depuis très longtemps mon frère Gandhi Barry ce n’est qu’en mettant nos juges à chaque fois devant leurs responsabilités qu’ils oseront progressivement prendre leur courage à deux mains pour dire plus souvent le droit, en attendant de le faire systématiquement à chaque occasion. Bravo également pour le début de destruction de nos armes conventionnelles inutiles – il faudra agir de même ensuite pour nos militaires non conventionnels inutiles. Le sheriff Resto-Cop est enfin viré – j’espère qu’il dira tous les matins « au revoir à la famille et aux amis, pour de bon » car la justice qui l’attendait en embuscade pour tous les crimes de sa brève mais riche carrière se frotte déjà les mains. Allez, Ouste –go to hell ! Les dernières rumeurs de la capitale nous ont bien fait rire en annonçant qu’il viserait maintenant un poste de micro-ministre ou d’ambassadeur plein de poussière.
• Contre : sacré Etat Guinéen qui a pris des prêts remboursables auprès de l’URSS, de la Chine et de la Tchécoslovaquie dans les années 1960 pour acheter des mines et des missiles et qui ensuite quémande de l’assistance technique et de l’argent en 2014 auprès de la France et de l’UE pour pouvoir s’en débarrasser ! Il n’y a pas meilleur exemple de l’inutilité de notre équipement militaire et du jeter l’argent des guinéens à la poubelle. Imaginez la présence d’une armée pléthorique et indisciplinée dans un pays où la majorité de la population vit d’un seul repas par jour.
————————————————
3. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 02, le PM imam Fofana inaugure dans la commune urbaine de Matoto le 1e monument public en hommage au PPAC. C’est plutôt un mauvais présage : d’habitude cela se fait après que le Prési soit décédé ; le 03, la Guinée et le Maroc signent une vingtaine d’accords économiques dans des domaines absolument identiques à ceux signés lors de la réunion des bailleurs de fonds de Paris en 2012 et lors du Forum Abu-Dhabi en 2013 qui avait mobilisé « plus de 6 milliards USD ». On peut donc supposer que ces milliards sont déjà épuisés et qu’après des évaluations rigoureuses de leur utilisation il fallait rechercher des budgets complémentaires pour « finaliser les grands projets en cours » ; le 05, le PPAC bouscule le Roi du Maroc dans son avion pour pouvoir repartir fisa-fisa en ballade au Ghana. Le pauvre n’a même pas pu inaugurer la 2e usine marocaine (cimenterie) à Kagbelen en haute banlieue. Il a eu vraiment trop de stress pour recevoir ce Roi chez nous – il préfère mille fois être reçu en Roi partout où il va ; le 10, c’est au tour du Président IBK du Mali de venir redorer le blason interafricain du PPAC ; le 12, l’intifada urbaine reprend de plus belle : dans le quartier de Nongo pour « braiser » un gendarme meurtrier d’un civil et ensuite dans la préfecture de Dubréka pour faire de même avec des policiers venus se servir dans le bizness local des femmes du coin. Puis les femmes d’un autre quartier urbain manifestent cette fois-ci pacifiquement pour exiger de l’eau courante pour leurs maisons mais il y a quand même eu un jeune civil de 20 ans tué par « balle perdue ». Le topo de pression et menace publiques avait bien fonctionné deux jours auparavant pour leurs sœurs de 2 autres quartiers. Résultat, rebelote le 17 dans les mêmes quartiers ; le 12, encore une fois un investisseur majeur fout le camp : la junior pétrolière Tullow Oil déclare un cas de force majeur et bloque ses activités de forage de pétrole au large de la Guinée. Ceci fait suite à des enquêtes et de possibles poursuites judiciaires américaines et guinéennes contre son partenaire principal Hyperdynamics soupçonné de « trafic d’influence et opérations opaques » pour obtenir leur concession offshore. La chasse aux sorcières contre les contrats de corruption des requins financiers finit toujours par un retour de manivelle lorsqu’elle est menée par des amateurs en matières minières. Le temps joue à 100% en faveur de ces investisseurs : il leur suffit juste d’attendre que « courte maladie » passe par Alifacondéa pour relancer leurs billes ; le 13, départ en cachette (espérait-il du moins) du PPAC pour Oyo, le village natal du Président du Congo Brazzaville pour participer à une réunion de commémoration strictement familiale : ouf, le Roi du Maroc est parti et les affaires louches de la franc-maçonnerie africaine peuvent reprendre comme d’habitude. Selon la bonne tradition africaine quand on doit de l’argent même à un petit-frère on est obligé d’être présent à toutes ses cérémonies jusqu’au jour où on a tout remboursé ; le 13, les aveugles et mal-voyants organisent eux aussi une marche pacifique dans nos rues pour protester contre tous leurs malheurs actuels (sauf pour EDG bien-sûr) – Dieu merci il n’y a eu aucun mort par balle perdue. Presque tous les Conakrykas ont marché dans les rues depuis 2010 – il ne reste plus que 2 groupes : les prisonniers et les membres périmés du RPG ; le 14, nos députés nous disent fièrement à la TV-PPAC qu’ils ont profité d’un séminaire avec une ONG internationale pour comprendre leur responsabilités et faire leur plan d’action pour les 5 ans de leur mandat. Quelles honte et pitié, notre contre-pouvoir principal est formé de vieux stagiaires de 1e année ; le 18, nos « frères belges » jettent la figure de notre PPAC et de ses ministres dans la boue internationale. Après leur refus de recevoir 27 guinéens expulsés sous prétextes d’honneur national et de souveraineté souillée, la ministre belge dit tout haut le lendemain que pourtant elle avait obtenu de l’Homme-Etat et de ses sofas lors de son séjour le mois passé à Conakry tous les accords sur le processus d’expulsion et qu’ils avaient même envoyé un émissaire haut perché pour les identifier avant embarquement gratuit ; le 21, on nous annonce que la fièvre Ebola séjourne en Guinée Forestière, au départ dans les préfectures de Macenta, Guéckédou et Kissidougou mais en fin de mois on trouve des cas progressivement partout y compris Conakry avec 8 cas suspects dont 4 confirmés. A la date du 31 mars on compte 122 cas dans le pays dont 78 décès soit un taux de létalité de 64%. Le dernier cas en Afrique de l’Ouest était en 1994 en Côte d’Ivoire et il y a avait eu 1 seul cas et 0 décès. Existe-t-il pire malédiction que cela, en plein XXIe siècle ? En tout cas nous revoilà célèbres dans le monde : tous les médias internationaux parlent de nous en une de leurs journaux télévisés ; le 24, la cata empire : l’Union européenne a pris la décision de fermer son marché économique aux importations de poissons de trois pays dont la Guinée, pour sanctionner commercialement « l’incurie de leurs dirigeants respectifs contre la pêche illégale ». Notre ministre en mission de pêche illicite familiale est enfin décoré pour l’ensemble de son œuvre nuisible au cours de trois années de magouilles exclusives ; le 27, le PPAC fait une petite virée de 2-3jours, vite fait bien fait, à Yamoussoukro pour s’éloigner un peu de notre Ebola national, alors que même nos imams appellent à des prières nationales et des jours de jeun pour sauver notre pays de cette nouvelle calamitée. Quand je pense qu’il était parti le mois dernier pour commémorer l’anniversaire du décès de la fille de son Maitre de Lumière Sassou Nguesso dans leur village du Congo et qu’il a attendu près de 2 semaines pour nous offrir ses 1e mots de compassion et de condoléances pour ses compatriotes qui continuent à mourir de façon exponentielle en raison de l’incapacité de son gouvernement à contenir une épidémie en plein XXIe siècle.

• Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
• Contre : désormais chez nous c’est « No Pitié In Business – NPIB » : les représentants et sbires du PPAC commettent la moindre injustice envers le membre d’une famille, ils refusent de donner de l’eau et de l’électricité tout en continuant à envoyer des factures mensuelles, ils regardent de travers ou marchent sur un pied en passant – les jeunes du quartier, parfois avec mamans et papas les caillassent à mort et leur font ensuite « un procès-sentence-exécution immédiate à 10,000 FG » (1 vieux pneu +1 litre d’essence + une allumette gratuite). La Nation, l’Etat et le pays ont totalement disparu avec la Condécratie. Le Changement chez nous c’est le retour à la jungle, à la Loi du Talion et à l’indiscipline caractérisée, du palais au bidonville. Si on rajoute 5 années à cette cure d’enfer c’est sur que la CEDEAO et l’UA vont nous exclure de leurs rangs. Vraiment la Guinée fonctionne sur une autre planète : notre gouvernement est responsable de l’accélération des exils économiques et politiques du pays, au point de nous valoir le triste titre de numéro 2 des demandeurs d’asile en Belgique en 2013. Et malgré cela il veut nous montrer qu’il est leur 1e défenseur pour les maintenir en prison en Europe ! Bon Dieu les refugiés léonais, libériens, ivoiriens et maliens reviennent en masse maintenant chez eux depuis que des vrais technocrates et gestionnaires aguerris sont au pouvoir chez eux. Est-il si difficile de réunir quelques têtes bien faites et honnêtes pour analyser pourquoi l’exode chez nous fait penser au dernier convoi sur l’arche de Noé ? Le PPAC était surtout très embêté par ce casse-tête bilatéral : son invitation en début avril à Bruxelles et Paris pour faire son shopping printanier était maintenant compromise – sa pire catastrophe du mois. Du coup il a vite cédé 48 heures plus tard aux menaces d’annulation des belges : ces « empêcheurs de voyage présidentiels » seront désormais rapatriés 4 par 4 au lieu de 27 à la fois. Une belle fin pour lui – une belle jambe pour eux ! Une scène plutôt cocasse pendant les dernières manifestations des femmes pour obtenir de l’eau dans leurs quartiers : après 2-3 heures d’intifada intense et sans pitié l’électricité revient brusquement dans le quartier de Hamdallaye. Les Femmes hurlent aussitôt « non ce n’est pas ca qu’on vous demande aujourd’hui, nous on veut de l’eau ». La dèche est vraiment dure chez nous.
————————————————–
4. Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : formation de renforcement des connaissances de 14 comptables de Guinée-Terminal (groupe Bolloré) sur la Procédure de clôture annuelle des comptes ou travaux de fin d’exercice ; formation des pairs éducateurs en technique de communication pour la santé ; formation de journalistes culturels sur le thème : culture comme spécialité journalistique ; atelier sur la politique nationale de reforme de la justice ; séminaire de Kindia et rencontre de restitution des résultats à Conakry sur le renforcement des capacités des femmes dans les domaines de la prévention et de la gestion des conflits ; stages de formation des 8e et 9e promotions des Officiers de Police Judiciaire (OPJ) et les Techniciens en Analyse Criminelle (TAC) ; retraite parlementaire organisée par le NDI ; atelier de validation des textes d’application du nouveau code de marchés publics en Guinée ; forum de l’association Women In Mining sur le secteur minier ; atelier de renforcement des capacités à l’endroit des journalistes guinéens sur le thème : Droits de l’Homme et rôle des medias dans la promotion et la protection des droits de l’Homme ; formation des secrétaires généraux et des DRH des ministères sur le recensement biométrique des fonctionnaires et stagiaires de la fonction publique.

• Pour : le séminaire-bizness reprend un peu de couleurs (12). Nous sommes sauvés : nous avons maintenant nos OPJ (Officiers de Police Judiciaire) et TAC (Techniciens en Analyse Criminelle) new-look. Bientôt le tournage de la nouvelle série TV « Les experts Conakry » viendra compléter celles de Las Vegas, New York et Los Angeles ; nous recherchons déjà des acteurs locaux pour les rôles des commissaires Derrick, Colombo et Horatio.
• Contre : Rien A Signaler (R.A.S.)
———————————————————
5. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définis) pour changer le changement :

• Mr le Président à vie du RPCé et de Tous les Ciels votre cas est grave : la majorité des guinéens pense maintenant que « vous dites encore moins la vérité » qu’Ahmed Satan Touré (il faut faire gaffe : un brave journaliste a été mis en 1e classe sur Air Sahara ce mois-ci pour vous avoir traité de menteur). Le chef du cabinet civil de Satan Touré disait à voix basse à ses amis très proches : « il ment, il sait que vous savez qu’il ment et il vous prend à témoin devant les autres sur ses mensonges, le tout sans aucune vergogne ». Penser que « protéger nos ressources naturelles pendant 24 ans pour que l’impérialisme ne les touche pas » était d’une bêtise gestionnaire incommensurable : garder des ressources naturelles inexploitées pour éviter de les faire voler par les impérialistes équivaut à conserver des liasses d’argent dans sa poche et mourir de faim. L’argent n’a de valeur que lorsqu’on l’utilise, sinon il ne vaut pas plus que du papier hygiénique mais allez expliquer cela à un syndicaliste ignare, braillard et complexé. Si Satan Touré avait pris la main tendue par Eisenhower en 1959, le barrage Konkouré dont tous les plans étaient disponibles au conseil territorial guinéen donc dans ses mains serait aujourd’hui une réalité. Au lieu de cela il a voulu jouer l’équilibriste entre les USA et l’URSS en pleine guerre froide Un signe évident de mégalomanie et de stupidité. Ceux qui se vantent de 25-30 PME-PMI au cours de la 1e République oublient toujours de dire que c’était entre 1960 et 1970 parce que de nombreux pays surtout de l’Est nous ont aidés à les avoir pour contrecarrer un éventuel blocus économique français. Ils oublient volontairement de dire combien étaient encore fonctionnelles le 26 mars 1984 : la triste réalité est qu’il en restait 4 et celles-ci étaient toutes presque en faillite. Les autres ? Enterrées ou en ruines pour causes de cadres incompétents et démagogues, de carence gestionnaire et de larbinisme d’État. Quel Grand homme, que votre modèle Ahmed Satan Touré ! Vous avez imité et maintenant vous voulez dépasser votre mentor, vous êtes entrain d’améliorer son système. J’en suis arrivé au point de vous écouter parler de vos solutions pour notre gâchis de pays sur les médias pour savoir exactement ce que vous ne ferez pas. Votre seule chance de salut pour votre postérité historique est de favoriser l’éclosion urgente de la vérité historique sur notre pays de 1957 à 2014 mais pour réussir cela il vous faudra laisser une commission totalement indépendante de l’Etat criminel de Guinée faire le job. Ce ne sont ni les bourreaux ni les victimes qui écriront l’histoire de la Guinée. Ils seront des universitaires historiens, sociologues, psychologues et des psychiatres pour Satan Touré et Dadis Camara. Des personnes neutres qui n’auront aucun intérêt à travestir les faits réels pour soutenir leurs causes. Vous rentrerez au moins dans la glorieuse histoire nationale pour cette unique réussite de votre passage au pouvoir, comme Conté pour avoir mis fin à la dictature en 1984 malgré toutes ses casseroles après.

• Camarade Responsable Suprême du Changement, votre cas est incompréhensible : la majorité des guinéens disent que vous êtes plus incompétent que vos trois prédécesseurs qui n’étaient pourtant que de minables bidasses. Ils disent que vous êtes notre cauchemar ambulant. Plusieurs doctorats à la Sorbonne et Sciences-Po mais vous ne pouvez pas faire mieux que ces petits « lacourous » ? Vous avez vécu presque non-stop 60 ans en Europe et y avez don tout étudié du lycée à « la Sorbonne » depuis l’âge préhistorique de notre planète, en passant par la renaissance et les guerres mondiales jusqu’à la reconstruction de l’Europe et du monde civilisé – tout cela et plus, mais vous avez tout oublié ou rien compris. Vous avez vécu directement la transformation de l’Allemagne qui est sortie du trou nazi pour redevenir la 1e puissance européenne. Pour réussir ce pari vous avez appris que ses nouveaux dirigeants ont compris qu’il fallait immédiatement juger et condamner les criminels nazis pour clore définitivement cette sombre page de leur histoire. Mais ils ont aussi conservé les camps de concentration comme symboles de l’impunité vaincue pour les générations futures du pays et du monde. Vous avez eu la même opportunité en 2010 d’entrer dans l’Histoire comme le 1e homme d’Etat guinéen qui avait eu le courage d’enterrer définitivement la 1e République qui persiste encore et gère notre pays depuis 1958. Mais vous avez fait exactement le contraire : vous réhabilitez et vantez la mémoire de responsables de meurtres de civils innocents (Ahmed Satan Touré, Lansana Conté, Dadis Camara et Sékouba Konaté) en oubliant que si le 1e avait pu mettre la main sur vous, vous auriez péri de diète noire au Camp Boiro. Vous anoblissez les derniers criminels survivants et leurs descendants négationnistes que vous amenez avec vous pour nous représenter dans vos visites officielles hors du pays, vous acceptez la destruction des camps de concentration et charniers humains et donc finalement vous blessez une nouvelle fois les victimes innocentes et leurs familles. Cela ne vous empêche pas de nous chanter tous les jours « changement, changement ». Existe-il une meilleurs preuve de vos incompétence, insouciance historique et inconscience, vous qui avez pourtant été une victime directe de vos 3 premiers prédécesseurs ? Il est incroyable de constater que l’expression « tour-tour » a pris une toute nouvelle dimension avec vous : jusqu’à votre arrivée au pouvoir c’était le programme de fourniture d’électricité dans les différents quartiers. Maintenant c’est devenu le programme de manifestations violentes et tournantes dans tous les quartiers de la capitale. A ce rythme moi aussi je vais bientôt sortir bruler des pneus devant ma maison pour espérer une amélioration de ce service que je paye pourtant sans aucun retard autorisé tous les 2 mois. Mr le PPAC, prenez désormais le Président IBK du Mali comme modèle car vous pourrez y arriver au bout d’efforts certes herculéens. Laissez définitivement les comparaisons avec Mandela et Obama car ils ne jouent pas sur tous les plans mais surtout intellectuel et gestionnaire dans la même division que vous.

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1196e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 3 ans, 3 mois et 10 jours ! Aujourd’hui tous les pays de la CEDEAO investissent régulièrement sur les marchés financiers privés et mettent en place les infrastructures de bases indispensables à l’émergence économique rapide : constructions accélérées de barrages, centrales thermiques et autoroutes ; mises en place de zones franches économiques et de conditions techniques et professionnelles attractives des Investissements Directs Externes (IDE) ; développement rapide des capacités nationales en NTIC de pointe. Nous on badigeonne nos rues à la chaux ; on peint les ponts aux couleurs nationales ; on ramasse les ordures sur les rues pour les cacher dans les caniveaux d’évacuation des eaux usées ; on remercie tous ceux qui nous font l’aumône par mauvaise conscience et on baptise nos bâtiments publics en espérant ainsi plaire à des bienfaiteurs que l’on recontactera demain pour remboursement. Ainsi va la Condécratie et cela se poursuivra jusqu’en 2015 – au moins…

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2014. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s