Une Nouvelle Voie (Avril 2014) : anesthésie générale Ebolique en Condécratie

Bienvenue à mon bilan du 4e mois de l’An 04 de la Condécratie, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a expliqué qu’il n’y a aucun risque de contamination par les voies terrestres. Donc on ne comprend pas pourquoi le Sénégal a fermé ses frontières » (le 02, lors d’une interview sur notre 1e télévision nationale, France 24) ; « Nous aspirons que le Maroc mette à notre disposition son savoir-faire en matière de développement agricole qui se veut l’aboutissement et le couronnement de la vision extraordinaire de S.M. le Roi du Maroc) (le 23, à Meknès lors d’une réunion nationale de l’agriculture) ; « Nous allons bientôt lancer un appel d’offres international ouvert et transparent pour l’exploitation des mines de fer de Simandou » (le 29, lors d’une interview avec la presse de ses cousins genevois).

  • Pour : pas d’insulte pendant 30 jours : bravo Mr le PPAC ! Avec le discours de Meknès je constate aussi qu’il peut effectivement apprendre et retenir certaines choses : par exemple il se débrouille de mieux en mieux en « français griotique guinéen », une spécialité nationale.
  • Contre : concernant ce nouveau drame national, l’épidémie de la fièvre Ebola, il est inutile de se jeter la pierre dans un moment de crise pareille mais il est clair que des analyses critiques et des sanctions devraient tomber si on veut éviter cela demain :
    1) Notre système national de surveillance épidémiologique est totalement dysfonctionnel et ensuite l’Etat a délibérément voulu cacher les 1e cas pour des raisons purement mondaines (visite du Roi du Maroc). Il est maintenant confirmé que les 1e cas sont effectivement apparus en décembre 2013 en Guinée Forestière et mêmes les télévisions internationales Al-Jazzeira et France 24 avaient signalé en janvier 2014 des cas de mystérieuses fièvres hémorragiques non identifiées. Il est absurde que les premiers échantillons n’aient été envoyés que quand des personnels de santé (médecin et infirmiers) ont été contaminés car la réaction du Ministère de la Santé n’a été énergique que lorsqu’il a constaté que certains des siens commençaient à en mourir en début mars. J’appelle cela « non assistance à peuple en danger ».
    2) Il y a des véritables « Indiana Jones » qui vivent uniquement pour des épidémies de ce genre aux USA et en Europe. Un seul coup de téléphone au CDC-Atlanta, à Pasteur-France ou même à une grande société pharmaceutique privée aurait déclenché le lendemain une réaction immédiate surtout pour la primeur du scoop médical – chose que MSF a su si bien récupérer pour sa com. internationale. J’ai découvert d’ailleurs de sources sures que le CDC avait contacté les autorités guinéennes dès janvier pour informer que leurs systèmes de surveillance épidémiologique mondiale signalaient des cas suspects de fièvres hémorragiques en Guinée mais celles-ci ont répondu qu’elles n’avaient pas besoin de leur assistance pour le moment : il ne fallait pas gâcher la visite royale pour de « petits guinéens de seconde zone » qui mouraient-cadeau.
    3) La panique de nos pays voisins est tout a fait compréhensible :
    a) Vu l’extension du nord au sud du pays en moins d’un mois il est évident que l’isolation des premiers malades et des porteurs potentiels (leurs contacts) au départ de Macenta et Gueckedou a été un échec total, preuve de négligence et d’amateurisme coupable que les responsables directs de la protection sanitaire de ces pays ne peuvent ignorer ou tolérer.
    b) Notre Président leur montre qu’il s’en fout éperdument puisqu’il n’en dit rien pendant 2 semaines (fin mars) et voyage à l’étranger pour saluer des ministres et directeurs comme si de rien n’était : pas d’urgence pour lui veut forcement dire urgence extrême pour eux.
    c) Tous nos systèmes de contrôle et de surveillance ne rassurent plus personne car ils sont amateurs et chaotiques. Les agents de l’Etat ne sont même pas capables de verser du désinfectant sur les mains de tous les passagers à l’aéroport (alors que tous les bars et supermarchés le font dans la ville) ne serait-ce que pour rassurer les compagnies aériennes internationales et les pays qui les reçoivent. Même pour cela il a fallu que la France et tous les autres pays de ces compagnies nous l’exigent pour continuer leurs services chez nous. Ce n’est par hasard que les américains (par CNN) ont envoyé leur plus grand expert médical (Sanjay Gupta) pour faire des reportages qui démontreront que « sans les blancs tous les guinéens seront sûrement contaminés au cours des 10 prochaines années » – buzz médiatique oblige. Imaginez les conséquences à court, moyen et long termes sur notre économie et en particulier le tourisme et l’arrivée de nouveaux investisseurs étrangers chez nous.
    Si j’étais responsable sanitaire de n’importe lequel des pays qui nous entoure au mieux je mettrais tous les voyageurs arrivant de Guinée ayant de la fièvre en quarantaine à l’aéroport pour vérifier leur possible portage du virus. Une « bonne nouvelle » relative quand même avec ce virus Ebola : la souche découverte en Guinée est légèrement différente de la souche originelle découverte au Congo et au Gabon dans les années 1970 et 1990. Néanmoins avec une ressemblance génétique de 97% il est fort probable que ce soit un descendant du premier. Au fait quel est le dernier patriarche guinéen à avoir visité le Congo et le Gabon en 2013 ? Qui sait si ce n’est pas la 1e retombée effective des voyages d’Etat incessants ! Sacré PPAC qui va assister à l’ouverture d’une foire régionale au Maroc avec un autre mendiant (IBK du Mali) alors que tous les autres pays africains et Maman-France n’étaient représentés que part des ministres de 3e catégorie. Même leur « grand frère » le Roi du   Maroc n’a pas daigné s’y rendre. Avec notre Boss c’est maintenant « le voyage ou la mort ». Encore plus marrant il pense qu’il peut débouter aussi facilement un vieux filou comme Benny Steinmetz et qu’il va pouvoir revendre les mines de Simandou immédiatement. Au lieu d’un arrangement à l’amiable comme cela se passe partout entre les grands et les  minuscules forces économiques mondiales nous allons nous retrouver avec une série de procès internationaux qui empêcheront toute possibilité de vente avant sa disparition du pouvoir ou même de cette terre. La preuve ? En moins d’une semaine Valé le partenaire brésilien de BSGR (la société du requin israélo-suisse) sur les mines de fer du Simandou a déposé une plainte contre BSGR ; puis BSGR contre la Guinée ; et enfin Rio Tinto contre Valé et BSGR devant des cours arbitrales de Londres et des USA. Ca va chauffer pour tous le monde – sauf pour les pauvres guinéens, les dindons malheureux de ce combat de titans qui ont tout le temps et les ressources nécessaires pour attendre des chefs plus cléments. Il est facile d’estimer que Rio Tinto va exiger la rétrocession de ces blocs miniers ou bloquer toute nouvelle tentative de revente à un concurrent potentiel.

——————————————————

2. Les décisions et actions « positives » du mois : le 07, la nouvelle Assemblée Nationale (AN) siège enfin pour la 1e fois en session des lois, soit juste un petit retard de près de 3 ans – un exploit chez nous ; le 08, sortie d’un document fort intéressant intitulé « la dérive meurtrière de la gendarmerie » produit par deux ONGs nationales ; le 26, ce sont 2 ONGs nationale et internationale (OGDH et FIDH) qui dénoncent la volonté du pouvoir de soustraire le Resto-Cop, ex-shérif de la capitale des procès qui l’attendent pour violation des DDH en le réfugiant comme diplomate à l’étranger.

  • Pour : je salive déjà à la vue des contorsions du Maréchal Baldé et de ses loubards pour pouvoir se blanchir de cette nouvelle patate brulante. Il est de plus en plus dur d’être un criminel de sang en Guinée, Dieu merci – en attendant qu’il en soit de même pour les crimes économiques.
  • Contre : R.A.S. (Rien A Signaler).

————————————————

3. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 31 mars à 20h30 le PPAC montre une nouvelle fois sa fermeté légendaire suite à la condamnation grave de son ministre de la pêche, accusé par l’U.E. « d’incurie gestionnaire contre la pêche illégale » ayant entrainé l’interdiction de tout commerce halieutique avec la Guinée : il le nomme ministre du tourisme et de l’hôtellerie ; le 01, le PPAC rebelote : voyage sur la pointe des pieds pour une semaine à Bruxelles (et surement chez lui à Paris) pour une réunion cosmétique et son shopping de printemps. Il était revenu moins de 48 heures avant de Yamoussoukro mais vu l’accroissement exponentiel de l’épidémie Ebola il avait besoin d’aller recharger ses batteries immunitaires à la maison. Ouf, le casse-tête de ces « casse-pieds d’immigrés clandestins en Belgique » a été réglé en dernière minute – tant pis pour eux ; le 02, le PPAC nous balance de Bruxelles un nouveau décret pour annoncer la 1e session ordinaire de l’AN. Boss, vraiment ça c’est pas votre problème car même si vous ne le voulez pas cette session est obligatoire donc votre décret est nul et non avenu ; le 03, la Guinée fait de nouveau le blackout total sur deux événements cruciaux de notre histoire nationale : 1) Le 03 avril 1984 quand l’armée nationale a mis fin à la dictature sauvage de Satan Touré et promis la liberté à tous les guinéens. Et pourtant sans cela le PPAC serait toujours condamné à mort par contumace. Bizarre d’ailleurs que ce dernier ait promis de « reprendre la Guinée là où Satan l’avait laissée » et qu’il ait osé ensuite se présenter pour une élection présidentielle alors qu’à cette date il n’était pas éligible selon notre constitution qu’il n’a pourtant pas modifiée avant cela. 2) Ensuite c’est le 3e anniversaire de l’assassinat de Zaccaria Diallo, un jeune innocent qui était juste sorti dans les rues pour acclamer son leader politique. Il est ainsi devenu, malgré lui et sa famille, le 1e martyr du pouvoir du PPAC. Cela aussi est une œuvre de l’armée guinéenne pourrie par Satan et achevée par Lansana Conté. Mais bon, pour le 2e oubli, vu que le principal responsable de ce crime est encore au pouvoir on peut comprendre qu’il n’ait pas voulu rappeler cette bévue qui restera dans son bilan final pour toujours ; ; le 04, des médecins et des équipements français sont installés à l’aéroport de Conakry pour filtrer les cas suspects d’Ebola. Même pour prendre les températures des voyageurs et leur poser 2-3 questions nous sommes des incapables ayant besoin d’ assistance des blancs mais le PPAC et sa clique se tapent la poitrine de nationalisme béat tous les jours partout où ils vont ; le 07, le Président de l’AN avoue piteusement qu’aucun projet de loi n’est déposé par le gouvernement au bureau de l’AN. Pour les parlementaires de tous les bords les deux seules dont ils parlent en symphonie harmonique devant la presse sont le nouveau règlement intérieur de l’AN (qui doit fixer leurs salaires et avantages) et le nouveau code électoral (qui devra leur permettre de continuer à gérer la mangeoire nationale). Pour les autres, ils vont commencer à y penser tout doucement pour que la session dure effectivement les 90 jours maximum admis par la Constitution ; le 07, nouveau décret Condéen pour reformer le ministère des travaux publics englouti dans un énorme scandale de détournement de fonds publics. Le présumé principal instigateur est confirmé dans son fauteuil de nouveau ministre et le cadre qui a été le 1e dans les anales nationales à dévoiler une magouille dans son département est rétrogradé au poste envieux de sous-directeur d’un laboratoire qui n’existe que sur le papier. Le système est sauf : plus personne n’ouvrira la bouche pour dénoncer un crime économique à moins qu’il soit suicidaire et cherche un coup de main pour passer à l’acte ; le 22, le PPAC fonce sur le Maroc ; le 22, les députés commencent leur 1e réunion de travail parlementaire depuis l’ouverture de la session le 07 du mois. Après cette séance c’est de nouveau les séminaires et les vacances jusqu’à la fin du mois ; le 24, les dernières données de l’enquête démographique et santé (EDS 2012) sur les mutilations génitales féminines montrent que le taux de cette pratique est passé de 95% à 97% : Guinea is back ; le 28, le ministère de la Santé annonce officiellement que nous sommes frappés par une épidémie de méningite cérébro-spinale dans toutes les régions du pays avec 440 cas décelés et environ 40 décès : décidément ce PPAC nous porte malheur ; le 29, après ses vacances marocaines le PPAC débarque à Genève pour participer à une réunion d’ambassadeur et rencontrer des sous-directeurs des Nations-Unies ; les campagnes agricoles à succès depuis 2011 et les progrès visibles en termes d’autosuffisance alimentaires des gouvernements du Changement donnent enfin leurs 1e résultats : la chambre nationale d’agriculture signale en cette fin de mois que les importations de riz sont passées de 300,000 tonnes à 500,000 tonnes en 2 ans ; le 29 par ailleurs, des policiers et des jeunes désœuvrés se sont donnés la main pour arraisonner en pleine journée au centre-ville et se partager le chargement d’un camion contenant du riz RPG (sacs jaunes). Cela me rappelle tant la décadence et la sensation de « fin du monde civilisé » que j’ai vécu en Haïti il y a quelques années !

  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre :la fièvre Ebola a eu comme effet secondaire, en plus de la centaine de victimes la mise sous anesthésie générale de tous les secteurs du pays déjà fortement mis en arrêt maladie par le Changement du PPAC. Nous constatons avec tristesse le départ précipité avec des billets aller simple des miniers et autres investisseurs potentiels ; le gel du commerce national et avec l’étranger ; les chutes drastiques des réservations d’hôtels, des trafics aérien et terrestre ainsi que des activités sociales et récréatives ; et même la très faible fréquentation des hôpitaux nationaux comme si brusquement plus personne ne tombait malade chez nous. Les viandes de bœuf et de chèvre et même les bananes plantain sont maintenant incriminées par la population informée et sensibilisée par des canaux de communication inappropriés. Décidément le PPAC a apporté une véritable malédiction sur notre pays et même lui doit commencer à le penser maintenant : là où il touche c’est la cata et même là où il ne touche pas c’est la maladie et la mort sans traitement ! Pour la « visite de travail » au Maroc la version officielle est la représentation à un salon de l’agriculture parce que nos ministres sont incapables même de cela. Il semblerait qu’il espère également que la villa où il logera sera baptisée Palais AlifaCondéa. Officieusement elle doit comprendre également des visites médicales pour retaper le vieux cheval avant les prochaines courses électorales. S’il obtient en plus quelques tonnes de riz gratuites pour le bétail électoral il pourra conclure que cette visite aura été une grande réussite et un bel exemple de rencontre du recevoir-recevoir. Le pire c’est qu’il a été accompagné partout par des ministres marocains et il semblerait que le Roi du Maroc ne l’aurait même pas reçu ! Il a ensuite déménagé la Présidence de notre République dans un palais royal de Rabat pour plus d’une semaine et il y a évité de justesse une intifada en règle des étudiants guinéens déchards du Maroc grâce à une intervention urgente de la police locale. Pauvre Guinée où le Président se déplace pour rendre des visites de courtoisie à des sous-directeurs d’agences internationales et des ministres étrangers alors que dans tous les autres pays c’est plutôt eux qui prient pour être reçu par le 1e magistrat du pays, souvent sans gain de cause. En réalité je ne vois qu’une seule explication logique à cette mission la plus ridicule depuis son arrivée au pouvoir : mon instinct médical me pousse à penser que le PPAC est malade et qu’il a besoin de voir des spécialistes au Maroc et ensuite en Suisse pour confirmer les diagnostics. Après tout ces deux pays sont bien plus discrets que le sien (la France) pour cela.

————————————————–

  1. Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier de validation de l’étude sur l’évaluation du secteur financier en Guinée ; sessions de stages de formation de l’OMS sur le contrôle des infections et en particulier de la fièvre Ebola destinée à 70 personnes à Conakry ; atelier de formation des médias publics et privés sur les notions de protection des Droits de l’Homme ; atelier préparatoire du conseil d’institution de l’université de Labé en vue de formuler un plan de développement institutionnel dans le cadre de la mise en œuvre du document politique et stratégique de la gouvernance (ouf !) ; 2e forum économique guinéo-sud africain; retraite sur la capitalisation des acquis de la participation des femmes aux élections législatives du 28 septembre 2013 ; formation des députés sur l’exercice de leur mission (!) : atelier sur le dialogue Public – Privé.
  • Pour : le séminaire-bizness est anesthésié comme tout le reste du pays (8). Merci à l’OMS pour avoir fait le travail de notre ministère de la Santé c’est à dire former notre personnel médical dans des domaines où les spécialistes nationaux existent à la pelle. Il est vraiment triste de constater que même pour former nos praticiens sur une maladie épidémique tropicale nos autorités sanitaires sont incapables de prendre l’initiative malgré tous les Professeurs de médecine à Conakry. D’autant plus qu’il existe dans cette ville actuellement un médecin guinéen retraité de l’OMS qui a dirigé un camp d’isolement lors de la précédente crise de Tiquit en RDC. Ceci leur a été signalé mais ils n’ont même pas daigné lui téléphoner. Vous savez pourquoi ? Une crise internationale de ce genre est une garantie de beaucoup de nouveaux juteux « PEV » (Perdiems, Essence, Véhicules) et il faut s’assurer du minimum d’intrus lors du partage du butin de guerre
  • Contre : qui a bien pu convaincre un bailleur de fond qu’il fallait dépenser des centaines de milliers d’USD pour évaluer le secteur financier guinéen ? Est-il possible de commanditer cela et de se regarder ensuite dans un miroir ? Assis devant mon écran et mon clavier je vous fais ce travail pour le prix d’un plein de carburant pour mon groupe électrogène : c’est zéro pointé, une farce, une caricature à la « qui perd gagne », un énorme foutage de gueule, une parodie de toutes les règles de l’art dans le domaine de la gestion. Pour le séminaire de Labé les participants ont du passer les 3 jours à essayer de comprendre exactement le thème de leur rencontre et ce qu’il apportera de concret à la réduction de leur calvaire journalier. En parcourant les thèmes du séminaire de nos députés (fonctionnement de cette institution ; statut du député ; ses fonctions de représentation, législatives et de contrôle de l’action gouvernementale ; relation entre les députés et l’administration parlementaire) il y a de quoi avoir des sueurs froides sur l’efficacité de leur action pendant leur mandat. En clair ces guinéens se sont portés candidats à des postes dont ils ignoraient même les fonctions. Ceci confirme donc clairement pourquoi ils se sont engagés : pour les salaires et avantages.

                                             ———————————————————

5. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définis) pour changer le changement :

  • Mr le Saint-Exupéry du continent il faut vraiment que vous cessiez de voyager en jet privé toutes les quinzaines dans l’état actuel de votre pays. Vos compatriotes en ont marre et se disent que jamais un Président de ce pays ne s’est montré aussi arrogant et a montré si ouvertement son mépris pour eux. On massacre des guinéens en Guinée Forestière – vous allez en ballade comme si de rien n’était. Les guinéens vivent dans la panique totale de Ebola, vous voyager 4 fois pour des anniversaires de funérailles familiales au Congo, pour la Cote d’Ivoire, la Belgique, le Maroc et la Suisse pour des réunions où votre PM ou même votre « ministre des affaires étranges » auraient largement suffi puisque de toutes les façons nous sommes chaque fois le cancre du fond de la classe dans les débats et sur la photo de famille finale. N’avez-vous pas remarqué que lors du dernier sommet de la CEDEAO à Yamoussoukro, en plein paroxysme de l’épidémie Ebola chez vous, certains chefs d’Etat et personnalités importantes qui étaient obligés de vous serrer la main se sont ensuite immédiatement retirés pour aller se les désinfecter ? Lorsque que le gotha économique et politique de notre sous-région et du monde développé parle d’émergence et d’importance stratégique grandissante de l’Afrique aucun d’entre eux ne pense à y inclure la Guinée d’aujourd’hui ; bien au contraire nous en sommes plutôt l’un des derniers freins. On pourrait en dire autant pour vos dizaines d’autres voyages inutiles depuis 2011. Vous avez maintenant pour tous une étiquette de « diaspo bobo nouveau riche du 3e âge » qui veut rattraper au cours de ses dernières années tous ses rêves de vie de pacha pendant qu’il déchait à Paris. SVP allez maintenant visiter la marre de Baro chez vos « ancêtres », les îles de Loos en face de la fenêtre de votre chambre à coucher, la Dame de Mali et la forêt sacrée. Non seulement vous économiserez beaucoup d’argent au pays mais vous apprendrez aussi à le découvrir pour la 1e fois de votre vie. En plus les guinéens de ces contrées vivants au XIXe siècle auront la chance de vous voir au moins une fois en personne au lieu de vous apercevoir pendant 30 minutes tous les soirs sur votre TV-PPAC.
  • Camarade Responsable Suprême du Changement, n’acceptez pas de passer dans l’histoire nationale comme le 5e pape du Mal en Guinée. Ce pacte avec le Mal s’appelle la Première République. Elle est vivante et encore très forte et nocive chez nous. Le jour où nous auront un homme d’Etat et une équipe qui diront clairement que leur première mission et objectif principal dans les 12 premiers mois est de mettre de manière concrète et visible cette malédiction sous terre, alors nous parleront enfin du début de la 2e République et de la possibilité effective de rédemption et de reconstruction de notre pays. Le travail de fond sera plus long mais les premiers résultats devront être visibles dans les 100 premiers jours pour convaincre les guinéens et leurs amis de part le monde que ce qui est fait est enfin sérieux et sans retour possible. La mafia militaro-civile doit être éliminée systématiquement et sans aucun ménagement et il est possible de le faire si on le veut vraiment. Ces hommes et femmes du renouveau national ne seront pas populaires dans la Guinée d’aujourd’hui, comme Khama, Rawlings et Kagamé chez eux au départ, mais ils seront retenus par l’Histoire comme ceux qui auront sauvé la Guinée de son pacte cinquantenaire avec le Mal absolu. En ferez-vous partie ? Hélas j’en doute de plus en plus tous les jours.
  • Mr le Président à vie du RPCé et de Tous les Ciels j’ai une suggestion super-intéressante pour vous : recyclez tous nos militaires désœuvrés, inutiles et budgétivores pour en faire le service national de nettoyage des ordures de Conakry. Ce sera une situation Win-Win pour tous vos compatriotes : 1) Ils ne comprennent de toutes façons rien à ce qui est attendu d’une armée républicaine et vu le niveau et les critères de leur recrutement ils sont trop incultes et primitifs pour toute autre activité d’intérêt national. 2) La plupart sont des malabars sans cervelle donc puisque que nous ne pourrons jamais profiter de leurs lumières, utilisons au moins leurs muscles. 3) Ils seront bien fatigués tous les soirs pour la première fois de leurs vies de truands en travaillant effectivement pendant la journée donc ils ne sortiront plus les nuits pour piller et tuer de pauvres civils désarmés. 4) Ils utilisent leurs armes comme des balais dès qu’ils sont appelés sur des sites de contestations. Remplaçons donc effectivement leurs armes létales par des balais qu’ils maîtrisent déjà bien et qui n’occasionneront que des égratignures ou au pire des fractures de bras mais plus de morts par balles dans le dos ou dans le cou de nos enfants. 5) Avec quelques bons coups de chicotte journaliers de leurs officiers qui ne sont experts que dans ce domaine notre capitale sera finalement nickel et on pourra même ensuite les envoyer nettoyer les autres villes du pays et surtout nos frontières. Pensez-y Mr l’Homme-Etat guinéen, Yandi…

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1226e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 3 ans, 4 mois et 10 jours !  J’ai été flatté ce mois-ci lorsque certains députés de l’opposition ont brandi le 07 au cours de la 1e session de l’AN des pancartes disant « Non à la Condécratie ». Et oui ce système de gouvernance est maintenant breveté et dénoncé ouvertement même au niveau de cette « auguste assemblée » qui est par ailleurs le premier hémicycle triangulaire du monde. Le mensonge ne résiste jamais à l’épreuve du temps. Par exemple savez-vous qui Satan Touré a reçu au Palais du Peuple le 25 juin 1983 lors d’un meeting du parti ? Il est rentré dans la salle en disant « camarades, je vous présente mon ami Jacques Foccart. Désormais il sera mon conseiller personnel pour la préparation du sommet de l’OUA ». La foule en a été choquée et le bon Dieu était tellement fâché qu’il l’a rappelé en consultation urgente quelques mois après. Interrogé à son retour en France sur cette rencontre par leur ami commun André Lewin le vieux bandit lui a dit qu’il y a quelque temps qu’ils ne s’étaient plus parlé mais qu’après des explications franches tout était maintenant en ordre entre eux. Si seulement il avait appliqué les mêmes humanité, générosité et clairvoyance pour ses frères « comploteurs nationaux » que pour leur « présumé commanditaire néo-colonialiste » la Guinée ne serait pas où elle est aujourd’hui ! Alors c’était qui la taupe de Foccart en Guinée de 1958 jusqu’au 25 juin 1983, d’après vous ? Quand on veut parler de l’histoire de cette période sombre de notre pays il ne faut pas cacher les très nombreux faits honteux de ce zéro national. Quand à la nouvelle malédiction du Changement version PPAC, L’Ebola virus, plus personne ne sait vraiment le nombre réel de malades, de morts et de contacts en surveillance. Sacré virus quand même : il saute de la RDC à la Guinée en évitant tous les pays qui les séparent. Il recherche la mal-gouvernance extrême ou quoi ? Finalement Kabila et PPAC « c’est même dictature – même Ebola », seule le nom de la souche diffère…

30 Avril 2014

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2014. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s