Une Nouvelle Voie (Août 2014) : hashtag « Bring back Our Cash »

Bienvenue à mon bilan du 8e mois de l’An 04 de la Condécratie, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « Nous avons fait tout ce qui est possible pour lutter contre la propagation de la maladie » (04, sur CNN concernant la lutte contre Ebola en Guinée) ; « Aujourd’hui la Guinée a trouvé son équilibre macro-économique. La base économique est saine. Mais,  il faut qu’on passe à la deuxième phase du développement du pays pour améliorer les conditions de vies des populations… Obama est américain. Il est élu  pour résoudre le problème des Américains, pas pour résoudre les problèmes des Africains. Donc, c’est un peu du sentimentalisme américain. Les américains le jugent par ce qui va faire  en Amérique et non pas ce qu’il va faire en Afrique » (le 05, au micro de RFI) ; « (pour lutter contre Ebola) La Guinée n’a pas besoin de fermer ses frontières ou de décréter l’Etat d’urgence à cause d’EbolaJe l’ai  expliqué aux médecins, même si quelqu’un vient pour dire qu’il a mal à la tête, pour l’examiner, il faut mettre les gantsNous allons exiger la prise de températures au niveau des débarcadères avant le passage et le contrôle sanitaire aux frontières…Il ne s’agit pas de fermer les frontières, ça n’a aucun intérêt. Mais chaque pays est libre de prendre la mesure qu’il veut… (pour la situation politique actuelle) J’ai été opposant, je n’ai jamais envoyé mes militants à l’abattoir… (pour l’insalubrité de la capitale) Il y a un sabotage manifeste. Certains attendent la nuit pour déverser les ordures. On a attrapé plusieurs… (concernant le recrutement des ministres) Désormais les concours seront corrigés par des étrangers…Je ne réponds pas à un homme politique en recréation. (le 11, devant la presse nationale) ; « Vous nous demandez de renforcer, faudrait-il que nous aidez à cet effet. Vous n’allez pas demander au gouvernement guinéen d’augmenter le budget, il faut qu’une partie de l’aide qu’on promet, revienne au renforcement des capacités du gouvernement guinéen pour pouvoir conséquemment agir dans les régions touchées » (le 20, sur la crise Ebola devant les diplomates et les représentants des compagnies aériennes).

  • Pour : il a au moins bien compris les priorités et ce qu’il peut attendre directement d’Obama mais alors pourquoi diantre est-il allé passer une semaine inutile chez lui ?
  • Contre : quelle belle définition de l’insouciance, de la politique de l’autruche et de l’amateurisme de notre chef et devant la presse internationale suivie par tous (CNN) ! C’est vraiment débile de tenir un tel discours devant des journalistes qui étaient il y a moins de 2 semaines à Conakry et qui avaient déjà présenté de nombreux reportages sur nos carences nationales responsables de la propagation de la maladie dans toutes nos régions et chez nos voisins. Comme pour Satan Touré, la CIA a du profiter de sa visite pour mettre en place une équipe de psychiatres et psychologues pour décortiquer tous les aspects et conséquences de ce nouveau bouffon tropical qui rentrera dans les anales comme le Bokassa du XXIe siècle. Quand à la leçon de santé publique au comité d’experts internationaux et à la directrice générale de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) elle confirme tout simplement que les connaissances de notre Professeur sont « globales et multiformes » dans tous les domaines imaginables – Guinea is really back.

——————————————————

2. Les décisions et actions « positives » du mois : le 01, réunion urgente à Conakry des Présidents des 3 pays touchés de plein fouet par l’épidémie d’Ebola (Guinée, Sierra Leone et Liberia) avec un représentant du Président Ivoirien et la directrice générale de l’OMS. Celle-ci est venue avec un cadeau de 100 millions d’USD pour financer la lutte renforcée. Cette somme ne sera bien sûr pas gérée par des nos ministères de la santé locaux ; le 11, le PPAC offre enfin sa 1e conférence de presse aux médias nationaux depuis le début de son mandat ; le 13, le PPAC est forcé par ses Big Brothers de déclarer l’état d’urgence sanitaire nationale contre l’épidémie d’Ebola alors qu’il avait juré deux jours auparavant qu’il ne le ferait jamais ; le 15, le PPAC dépité et en rage n’a pas pu participer à la croisière de Toulon pour la célébration du débarquement en Provence lors de la IIe guerre mondiale : refus discret de l’hôte et des autres invités ? ; le 21, le PPAC fait annoncer enfin des mesures sérieuses, complètes et professionnelles pour le contrôle des voyageurs à l’aéroport de Conakry pour éviter la poursuite de l’exportation du virus Ebola. Si cela avait été fait en février 2014 nous n’en serions pas là aujourd’hui et tout le monde ne fuirait pas notre pays comme la peste. Mais hélas, le Roi du Maroc était attendu pour une visite de cadeautage chez le Boss.

  • Pour : pas d’action vraiment positive ce mois-ci : aucune action proactive, rien que des réactions toujours apeurées et tardives.
  • Contre : décidément, il a fallu une catastrophe régionale et une crise cachée du petit peuple pour que deux chefs d’Etat viennent en même temps chez nous. D’ailleurs le PPAC les a repoussés rapidement dans leurs vols retour pour finaliser ses bagages de vacances aux USA. Pour sa conférence de presse nationale il faut tout d’abord dire que toutes les questions et réponses étaient écrites préalablement ce qui indique un filtrage préventif mais cela ne nous a pas privés des perles habituelles. Le premier sujet une justification de son voyage honteux à Washington : qui se sent morveux se mouche. En tout cas il dit être allé pour rassurer les pays et les investisseurs que la situation d’Ebola était bien sous contrôle en Guinée. Mission réussie : les compagnies ariennes interrompent progressivement leurs vols, les pays voisins ont presque tous fermé leurs frontières et cela s’étend progressivement à de nombreux pays même hors du continent. Puis il a présenté sa version de l’état d’urgence de l’OMS : étant plus compétent que celle-ci le professeur lui a offert en réponse un cours de santé publique sorbonnard. Si on le laisse faire il vous tous nous tuer, Walahi ! Bien sûr pas un mot sur les vrais problèmes de sa gouvernance : le dialogue politique qui met encore la Guinée dans une impasse pire qu’en 2010 ; les détournements des deniers publics par tous les membres de son pré-carré ; les nombreux échecs et la gabegie financière dans les secteurs de l’électricité et de l’eau qui occasionnent des marches de protestation journalières ; les nombreux meurtres d’honnêtes citoyens par des gangs qui se multiplient comme les comités de mamaya ; le trafic, la vente et la consommation de drogues pour lesquels nous avons récupéré en 3 ans notre pôle position peu envieuse ; les journalistes persécutés ou en exil. Les journalistes triés et conditionnés étaient prévenus des risques et conséquences en cas de dérapage de la ligne éditoriale stricte de l’Homme-Etat. Pour l’état d’urgence sanitaire le gouvernement par son porte-parole l’avait déjà déclarée depuis le vendredi 08 dans la suite des directives internationales de l’OMS. Mais le PPAC à son retour des USA est monté sur ses grands chevaux pour dire que le pays n’en a pas besoin. Il a dû recevoir ensuite des remontrances très sèches de l’OMS et de la CEDEAO pour lui faire comprendre que son doctorat en « Santé Publique/Ebola » n’était reconnu qu’à Conakry. Une fois de plus il a baissé l’échine, toute honte bue.

————————————————

3. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, le PPAC encouragé par son entourage immoral chasse rapidement ses invités de la réunion sur Ebola et voyage le même soir pour un séminaire de formation des présidents africains à Washington ; le 01, le cabinet américain d’avocats Dentons US LLP qui avait été retenu par le gouvernement pour le représenter lors des négociations avec le géant minier Rio Tinto sur le projet Simandou a déposé une plainte devant un tribunal américain contre le gouvernement guinéen et le ministère des mines. Il demande le paiement des 10.248.458 USD de services juridiques rendus suite à des contrats engagés en août et décembre 2012, le tout avec dommages et intérêts – dette de blancs ce n’est pas dette de la BADAM ou des commerçants de Madina ! le 02, notre ministre des affaires étranges a confirmé qu’il avait subi une batterie de tests médicaux avant de pouvoir rejoindre Washington. Il confirme aussi que tous ceux venants directement des zones infectées passeront par les mêmes procédures à leurs entrées aux USA. Imaginez l’humiliation du personnel de notre ambassade à la vue de notre Président et madame avec des thermomètres quelque part, sous les jets de désinfectants puis en petite culotte dans des scanners. Il ne manquait plus que de les loger dans une chambre à coté du médecin américain rapatrié du Liberia à l’hôpital universitaire Emery ; le 06, au cours d’une rencontre avec des journalistes le ministre zélé de la jeunesse dit « C’est une grande chose qu’on mentionne notre Président et notre pays dans un communiqué de presse de la Maison-Blanche en marge du sommet États-Unis/Afrique ». Encore un autre qui a bien compris les priorités du « Sansamen » ; le 08, notre ministre de la Santé a le culot de répondre à l’OMS « l’état d’urgence n’est pas nécessaire en Guinée parce que l’épidémie est sous contrôle » même si à cette date la maladie était présente dans 11 des 38 préfectures du pays ; le 13, après avoir décrété l’état d’urgence sanitaire le PPAC nomme 17 nouveaux préfets sur les 33 du pays. Il déplace 50% des têtes de l’administration territoriale sensées mettre en place les mesures d’urgence pour les remplacer par des fonctionnaires nouveaux et donc peu préparés pour cela. Franchement ce monsieur ne réfléchit que politiquement à sa réélection avant d’agir ; le 14, les vraies raisons du départ de la multinationale Bhp Billiton du secteur minier guinéen sont révélées par le journal spécialisé Africa Mining : les actionnaires dont les sociétés Areva et Newmont ont reçu l’ordre de verser 115 millions de dollars au nouveau « fonds de développement régional de la Guinée Forestière » crée dans la perspective de la présidentielle de 2015. Bien sûr le consortium de miniers qui n’était pas d’accord sur les conditions d’allocation et de contrôle de ce fonds a donc refusé cette contribution douteuse et plié définitivement bagages ; le 14, Le président Barack Obama s’est entretenu avec ses homologues libérienne Ellen Johnson Sirleaf et sierra-léonais Ernest Bai Koroma pour les assurer de l’engagement des Etats-Unis dans leur crise actuelle, soulignant le rôle des experts du centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) envoyés dans leurs pays pour aider les autorités sanitaires. Il n’a pas invité le PPAC à la conference-call parce qu’il avait déjà « cité son nom dans une interview » ce qui était largement suffisant pour lui. En plus son seul interprète en anglais Junior Palladino Condé était absent, occupé à des affaires familiales plus importantes à Dubaï et au Brésil ; le 15, pour éradiquer Ebola à Conakry le Chérif de la ville ordonne la destruction d’un bidonville au bulldozer : c’est ça l’état d’urgence sanitaire en Condécratie ; le 16, au cours de l’assemblée générale du parti-Etat le ministre-troubadour de la communication annonce sous les applaudissements de la salle : « je vous garantis que nous mettrons les journalistes indélicats aux pas avant l’élection  présidentielle de 2015. C’est cette mission que vous m’avez confié et je n’ai aucun compte à rendre à personne si ce n’est pas vous les militants et au Président de la République  ». Ils sont tous prévenus officiellement ; le 18, le PPAC accorde devant la télévision nationale une audience à une association dénommée ”Jeunes du Manding” venue jurer sa réélection certaine en 2015. Les adeptes de l’ethnicité ont le vent en poupe et le plan de bataille pour le 2e mandat est déjà en marche ; le 21, La commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé le recrutement d’une société malienne dénommée ICB pour remplacer l’opérateur technique local Sabary Technology dans la gestion du fichier électoral pour les élections communales, le tout sans aucune consultation avec l’opposition. Le directeur de Sabary n’a donc eu qu’à ouvrir une succursale de sa boite à Bamako ; le 22, nous apprenons par la presse tunisienne que le PPAC est en visite privée à Tunis pour des vacances non méritée. Parti en cachette et tard dans la nuit, même ses ministres ont appris la nouvelle dans la presse. Il parait qu’il était en petite forme en embarquant : il ne s’est pas encore remis de n’avoir pas pu participer à la bombance en rade de Toulon. Pour couronner le tout le ministre des affaires étranges nous dit qu’il est allé pour discuter avec les responsables de la BAD. Mr le ministre ils sont à Abidjan depuis un mois et leur Président y est arrivé officiellement la semaine dernière, pardon il faut écouter RFI tous les jours ; le 23, nous apprenons par la presse dakaroise que les douaniers sénégalais ont intercepté à l’aéroport de Dakar (une dizaine de jours auparavant) une cargaison de devises étrangères d’environ 8 millions USD (des billets en dollars et euros). Ils ont voulu bloquer les valises mais ont été obligés de faire marche arrière quand les autorités guinéennes ont expliqué que cet argent était envoyé à Dubaï sur ordre du PPAC. En fait le pactole convoyé par un petit avion banalisé était en transit pour embarquer sur le vol d’Emiratis Airlines puisque celui-ci ne vient plus à Conakry pour cause d’Ebola, Sans ce contretemps indépendant de leur volonté et pour lequel elles avaient beaucoup pleuré dans la presse (on comprend maintenant pourquoi !) c’était « bizness as usual » avec le traditionnel ni vu – ni connu par les pauvres guinéens ; le 26, le gouvernement annonce une « préretraite » de travail dans un palais de Conakry c’est à dire un conseil de ministres avec perdiems et carburant supplémentaires ; le 28, à Nzérékoré des agents préfectoraux sont venus la veille en pleine la nuit et sans alerter au préalable les habitants  pour désinfecter certaines maisons et selon certains un marché de la ville, soit disant pour lutter contre la maladie Ebola. Le matin des effluves désagréables se dégageaient partout et les étales du marché étaient touchées. Ceci a provoqué la colère des citoyens et une intifada urbaine avec plus de cinquante blessés, interpellations à gogo, destruction de matériel et véhicules sanitaires et le couvre-feu à 21 heures à partir du 28. Il est fort possible qu’il y ait eu de la manipulation mafieuse dans cette tentative de créer un chaos social profitable à la pègre armée locale, Bref tout ceci démontre surtout l’absence totale d’autorité de l’Etat dans tout le pays et confirme une fois encore que pour protéger les habitants nos administrateurs territoriaux s’y prennent comme des sauvages.

  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : pour le cours 101 « leçon de démocratie à l’américaine pour les cancres africains » le Président Obama lors d’une interview avait clairement annoncé que les Présidents qui viendront de la région seraient soumis à des tests de dépistage d’Ebola et il avait jugé « responsable » l’annulation de la participation des Présidents du Liberia et de la Sierra-Leone. Pas étonnant qu’en apprenant ces conditions ces deux aient refusé cette honte à leurs concitoyens. Hélas ce mot n’existe pas à la mangeoire guinéenne. En fait Obama voulait poliment leur demander de ne pas venir, voulant ainsi éviter aux autres invités de marque d’avoir des doutes avant de leur serrer les mains. S’il connaissait mieux notre affamé national il lui aurait dit au téléphone : « Non ne vient pas, on ne veut pas de toi ici pour le moment ». L’invitation ne concernait en fait qu’une vingtaine de pays africains qui représentent un potentiel certain pour les entreprises privées américaines qui veulent leur part dans la forte croissance effective de leurs économies qui ne profite pour le moment principalement qu’aux BRICS. Tous les autres n’étaient là que pour ménager les susceptibilités des derniers de la classe Union Africaine et pour la photo sacrée de couple sur le perron de la Maison Blanche. D’ailleurs ces cancres ne verront effectivement leur grand-frère Obama que lors d’un diner commun et de la réunion du clôture, le reste étant confié à des députés, fonctionnaires et hommes d’affaires privés. Dans le seul panel auquel Obama a participé aucun d’eux n’était invité et la conférence de presse finale se limitait au seul Président des USA. Je me demande si le Boss et ses groupies ont compris les nombreuses piques méprisantes et humoristiques dans la presse américaine suite à leur venue. Finalement le budget total de la délégation venue de Conakry soit 200,000 euros par jour aurait suffit pour prendre entièrement en charge la lutte contre Ebola pendant un mois dans au moins une des préfectures-épicentres. Et ça personne ne l’oubliera à L’OMS, à MSF, en Sierra Leone, au Liberia et en Afrique. Quant aux résultats de ce sommet Obama a été très clair : son administration affirme clairement son ambition de renforcer la coopération avec six pays du continent à savoir le Ghana, le Sénégal, l’Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie et l’Ethiopie. Ces six pays, précise le locataire de la Maison Blanche, ont montré un bon exemple dans le domaine de la démocratie et de la bonne gouvernance. Pour les nominations mal venues des nouveaux gouverneurs et préfets le cas le plus parlant du raisonnement présidentiel est celui de la région et de la préfecture de Faranah : le gouverneur est le « spécialiste des élections » et le préfet était la directrice de campagne du RPG lors des élections législatives de 2013. Les résultats de la région pour les élections communales et présidentielle à venir sont donc déjà connus. Pour le séjour tunisien nous n’avons aucune nouvelle de lui depuis plus d’une semaine. Dans la mesure où la RT-PPAC ne nous a pas montré ses activités habituelles à l’étranger (rencontre avec des commerçants et visite de foires de villages) il est clair qu’il est dans une clinique discrète en Tunisie ou à Dubaï pour des liftings sanitaires interne et externe afin d’être dans les meilleures conditions possibles afin de revenir au plus vite au pays pour nous voler de nouveau. Enfin pour l’imbroglio international sur le 1e détournement pris en flagrant délit de devises nationales du XXIe siècle le 1e démenti du vice-gouverneur de la banque centrale est affligeant pour lui : «  Ces fonds font partie des réserves de change de la BCRG destinées à ses comptes à l’étranger. C’est une procédure normale de toutes les banques centrales. Vu que la compagnie Émirats a suspendu ses vols vers Conakry, le transporteur des fonds MSF a affrété un petit avion pour transporter les fonds donnés à Dakar avant de rallier Dubaï via Emirats où se trouve la banque du transporteur. Ces fonds sont en train d’être virés à la City Bank à New York où se trouve le compte de la BCRG ». En résumé il est tout à fait légal de transférer des millions d’USD et d’Euros en cash dans des valises entre Conakry et Dakar par un vol clandestin et ensuite de les transférer de là à Dubaï dans les cales d’une compagnie commerciale pour les déposer dans un compte privé et ensuite de les virer dans un compte public à New York, une procédure habituelle et régulière de notre banque centrale. J’aimerais bien voir les comptes en banque personnels des cadres de cette BCRG à Dubaï. Pour plus de précisions sur la moralité de cette transaction visitez le site du transporteur (http://www.mss.us) et vous comprendrez que la mafia du blanchiment de fric est bien installée à la présidence maintenant. La plus belle justification vient ensuite le 25 du gouverneur de la banque centrale, un repris de justice qui avait reconnu en 2009 qu’il allait rembourser plusieurs milliards de GNF détournés quand il était ministre des mines mais qui avait été blanchi avant d’avoir tout remboursé en 2011 par le « Sansemen ». La main sur le cœur il dit à la presse : « il s’agit d’un montant bien plus important. C’est 20 millions de dollars au lieu de huit millions de dollars » ce qui suppose donc que 12 millions de USD ont disparu entre le départ des fonds des caveaux de la BCRG et le contrôle effectué par la douane sénégalaise à l’embarquement sur Emirats. Il rajoute en plus qu’en fait il s’agit d’un ensemble d’opérations de virement d’un total d’environ 85 millions USD (58 millions USD et 20 millions Euros) qui devait être fait en 5 voyages d’environ 11 millions USD et un voyage de 20 millions d’Euros mais que pour aller plus vite en raison d’Ebola ils avaient doublé l’un des convoyages. C’est une opération que nous pratiquons depuis toujours. Transférer des espèces de billets étrangers par voie électronique, cela est purement et simplement impossible aujourd’hui et ce sera impossible aussi à l’avenir. Il n’y a pas d’autres moyens pour nous d’atteindre ces pays que par l’avion ». Le livre « Management pour les Nuls » sera écrit en Guinée. Il n’y a plus de doute le PPAC n’a pas honte et il n’a pas peur de Dieu et je lance le hashtag « Bring Back Our Cash ». D’ailleurs les coupeurs de route du pays auraient tenu ce mois-ci une assemblée générale où ils ont décidé de ramener toutes leurs activités à Conakry, sur le tronçon entre la BCRG et l’aéroport de Gbessia : une petite consolation pour nos pauvres voyageurs nationaux.

                                            ————————————————–

4. Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier d’appropriation du programme national de plateformes multifonctionnelles (PTFM) ; session de formation en codification des données pour les agents recenseurs du dernier recensement ; atelier de renforcement des capacités de gestion des districts sanitaires (33) pour le contrôle de l’épidémie d’Ebola ; renforcement des capacités du personnel parlementaire ; atelier d’élaboration d’un plan intégré de lutte contre Ebola dans l’espace Mano ; atelier de formation des journalistes des radios de proximité sur les dispositions réglementaires et modes de scrutin liées aux élections communales.; formation des agents du gouvernement et des ONGs de deux régions sur le module harmonisé pour la lutte contre les mutilations génitales féminines ; formation de 230 agents de la police de proximité ; atelier d’élaboration du plan de développement stratégique de la pharmacie centrale de Guinée ;

  • Pour : le décompte dans la presse écrite ce mois-ci (09) est nettement plus faible que la norme habituelle. Entre Ebola et perdiems-carburant-sandwich le choix est évident !
  • Contre : la formation des cadres de notre parlement consistait en des cours d’élaboration d’un rapport ; la tenue d’un procès verbal de réunion et de mission ; la lecture tout comme la compréhension des textes législatifs et des méthodes administratives ; le maniement et l’usage du français (grammaire, orthographe, mots composés). J’imagine le désarroi et la tristesse de leurs formateurs français.

                       —————————————

5. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définis) pour changer le changement :

  • Camarade Responsable Suprême du Changement, nous avons tous compris maintenant que près de 50 années d’opposition historique ont totalement détruit vos capacités de lecture, d’écoute et de réflexion. Je sais maintenant c’est quoi l’opposition historique : c’est une forme aigüe d’Alzheimer ! Faites quand même un effort surhumain après vos longues journées de rencontres avec tous ceux qui foulent le tarmac de notre aéroport : lisez un peu les documents que l’on vous présente avant de faire des déclarations tonitruantes qui montrent que vous ne les avez même pas parcourus. Vous donnez des leçons sur la lutte contre Ebola aux médecins guinéens, à MSF et même à l’OMS en ne disant que des bêtises et ensuite vous êtes étonné de la terreur des étrangers devant tout contact physique avec vos compatriotes. Avant cela vous nous aviez promis une bombe nationale avec la publication des audits de 2009 et finalement en les lisant on constate qu’il n’y a aucune preuve sérieuse sur vos opposants dans ces brouillons dignes d’amateurs et que vos proches sont les principaux responsables des magouilles nationales.

Sinon je vous offre quelques conseils à partager avec la bande de simples d’esprit qui peuplent vos services de protocole et de communication de la présidence. Il existe des outils de communication simples pour les chefs comme vous et pour ceux qui n’ont pas vos handicaps mais qui sont trop débordés par leurs tâches au sommet de leurs Etats : les « talking points » et les fiches techniques. Importez un « nègre » de qualité qui lira tout pour vous et vous préparera ensuite des résumés en Bullet-point d’une page maximum. Ensuite lisez simplement cette page devant les micros et ne dites pas un mot de plus, surtout plus de commentaires télévisés décousus avec des ricanements hystériques et des blagues mystiques aux doigts. Ainsi certains penseront qu’avec l’exercice du pouvoir vous êtes devenu après 4 années de votre 1e poste administratif plus discret et mesuré ; pour le moment c’est exactement le contraire que nous constatons. Un compatriote avisé a donné ce mois-ci une bonne définition du dilemme sans solution pour le moment que vous représentez : « La Guinée est pitoyable et son Président lamentable qui prend ses rêves pour de la réalité » (K. Kourouma). Prouvez-nous le contraire Boss, faites-nous rêver au moins une fois avant de nous quitter pour toujours en ne laissant que de très mauvais souvenirs.

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1349e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 3 ans, 8 mois et 10 jours !  Ce mois-ci le PPAC a été directement touché deux fois par Ebola : sa croisière à Toulon n’a pu avoir lieu et l’arrêt des escales d’Emirats à Conakry a « versé son visage par terre » et mis à nue dans le monde entier ses magouilles hebdomadaires de détournement d’argent public, pire que tous nos anciens 1e ministres réunis. Vraiment non seulement ce type a la guigne mais en plus il nous a tous contaminés avec elle. Nous n’avons finalement qu’une seule retombée visible de tous les voyages de notre Président : une photo avec Barack et Michelle Obama. Pour les autres Présidents leurs bureaux de presse ont parlé de millions d’USD obtenus grâce à des négociations avec des partenaires privés américains. Chez nous le parti-Etat a fait la fête pendant deux semaines parce qu’Obama avait prononcé une fois les mots Guinée et Alpha Condé ! Qu’il le comprenne ou pas le PPAC est aujourd’hui considéré dans le monde entier comme le 1e responsable de la propagation de cette catastrophe sanitaire par son irresponsabilité et son cynisme politique. La mollesse de sa réaction et sa persistance du déni de la réalité ne seront oubliées par personne, et en particulier par ses pairs de la CEDEAO. Cerise sur le gâteau guinéen ce mois-ci : l’affaire des 8 millions USD détournés en cachette, devenus finalement 85 millions USD, confirmés par Mediapart, une source crédible française. La Guinée tient enfin son « AlphaGate » qui pourrait devenir son chant du cygne ! Je vais conclure en partageant ce que je ne pensais jamais écrire de ma vie : je regrette le bon vieux temps de Lansana Conté et quand je me présente en publique maintenant je ne dit plus Alpha : appelez-moi Oumar svp…

Le 30, j’ai reçu une confirmation sérieuse que le PPAC est hospitalisé dans une clinique de Tunis pour « longue maladie » et que son état de santé se serait dégradé depuis son arrivée en Tunisie. Cette source parle même d’une évacuation possible vers une structure plus spécialisée – voila, maintenant il veut même tuer ma chronique ! Si cela ne se confirme pas ce sera dommage pour la Guinée mais dans le cas contraire je lui souhaite meilleure santé et une très-très longue convalescence à l’étranger, comme son prédécesseur Dadis Camara.

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2014. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s