Une Nouvelle Voie (Septembre 2014) : attention, le ressuscité est pire que l’original

Bienvenue à mon bilan du 9e mois de l’An 04 de la Condécratie, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « le mort est de retour » (le01, à son retour de Tunis) ; « Même si les gens ont mal à la tête, tant qu’on n’a pas fini de combattre Ebola, vous devez  vous protéger, vous avez des matériels….Les gens nous laissent encore une chance, il y a Air France, Royal Air Maroc  qui viennent. Mais si vous ne redoublez pas d’efforts, ils vont faire comme à Freetown…Vous aviez commencé à réussir dans le combat et après vous avez baissé les bras, vous avez été négligents et c’est reparti » (le 01, devant le personnel de Santé dans le principal site d’isolement des cas d’Ebola à Conakry) ; «  Il faut prendre très au sérieux cette histoire. Il faut qu’on prenne des mesures extrêmement rigoureuses pour que tout le monde soit conscient que c’est une véritable guerre que nous devons mener contre Ebola (le 03, devant les operateurs économiques à Conakry) ; « J’avais reproché à OMS et MSF que leur communication n’était pas bonne car si un malade est pris tôt en charge, il sera guéri….À un moment donné, nous étions presqu’arrivés à la fin, nous avons même voulu enlever le centre d’isolement à l’hôpital Donka. Mais, malheureusement au Liberia, où il y a eu la maladie dans une zone presqu’abandonnée, où il n’y a pas une présence remarquable des services du gouvernementQuand quelqu’un fait la fièvre, il faut l’envoyer tout de suite à l’hôpital. La Sierra Léone est déjà isolée, pas de vols, pas de bateaux, vous l’avez déjà vu à la télé, imaginez si cela nous arrive, quoi faire ?… Cette maladie est un malheur, mais faisons tout pour qu’elle soit notre bonheurJ’ai dit à Donka, si ça continue, je vais mettre une sécurité à la porte où aucun médecin ne rentrera s’il ne porte pas les gants …Pour certains, on ne peut pas se promener à Conakry, la preuve, tout récemment, ils ont filmé un fou qui était couché et le mettre sur France24. Le malade qui a quitté le Liberia pour le Nigeria par la voie aérienne, cela n’est pas possible en Guinée et la victime savait en plus que c’est Ébola qui a tué sa sœur. Je vous assure que cela n’est pas possible en Guinée, d’ailleurs, à l’aéroport ici, on prend la température trois fois…On a commencé un travail difficile en Guinée. Mais ce qui fait mal dans tout ça, au moment où le pays est prêt pour décoller, cette maladie est venue mettre les bâtons dans les rouesNous allons restructurer bientôt le parti en terminant par un congrès pour qu’il soit en ordre de bataille. Ce qui s’est passé récemment vous a donné beaucoup à réfléchir, ce n’est plus la politique, c’est plutôt la haine…Le mensonge a gagné ce pays, mais vous (militants) aussi, il est facile de vous manipuler. Depuis que je suis arrivé au pouvoir, je n’ai pas pris de congé. Quand je partais en Tunisie, j’ai prévenu le Premier ministre, je suis allé avec deux gardes. Si j’étais malade, je me rendrais à l’Occident au lieu de la Tunisie…Ils veulent que l’armée prenne le pouvoir, mais la Guinée d’hier est différente de celle d’aujourd’hui (le 06, lors du conseil des ministres hebdomadaire au siège du parti-Etat) ; « l’épidémie de fièvre Ebola est arrivée à un très mauvais moment pour la Guinée. Elle est intervenue au moment où la Guinée s’apprêtait à récolter les retombées du forum économique de Dubaï, de la ratification des différents contrats miniers et de la signature des contrats avec le MEDEF (rajouté parce que son jumeau Kouchner, démarcheur officiel du patronat français était assis à sa droite)… En accord avec la Banque Mondiale, on a décidé de donner 10 mille dollars US à chacune des familles des 25 agents du corps médical décédés des suites d’Ebola. Qu’il soit médecin, chauffeur…Nous devons renforcer les mesures. Il y a des gens qui ne croient pas à la maladie. Il y a d’autres, on leur dit : ‘’les blancs viennent pour vous tuer’’.Il y en a qui sont un peu têtus. A chaque fois, on leur conseille de porter des  gants quand ils doivent avoir un malade et de les jeter aussitôt après. Mais ils ne le font pas. Je leur ai dit la dernière fois que s’ils continuent, je vais mettre à chaque étage un militaire pour qu’aucun personnel ne rentre s’il ne porte pas les gants. Aujourd’hui, le grand problème se situe au niveau de la zone du bec du perroquet car c’est une zone où il n’y a pas assez d’infrastructures. Nous devons remercier tous les partenaires et les médecins guinéens. En Guinée ils ont  tout fait pour maitriser cette maladie…Nous devons porter le fardeau Libérien et Sierra Léonais » (le 09, devant la presse nationale) ; « Ebola est une maladie grave, certes, mais elle n’est pas une fatalité… On n’attrape pas Ebola dans l’air. Personne n’est partie de la Guinée pour transmettre Ebola ailleurs. Nous avons des gens qui n’aiment pas ce pays. Ils disent qu’il n’y a pas d’Ebola ou bien que les blancs veulent nous tuer. Il y a bel et bien Ebola en Guinée, en Sierra Léone, au Libéria et au Congo Kinshasa. » (le 20, lors d’une édition spéciale sur Ebola) ; « Au plan national, mon Gouvernement a décrété  ‘’la Déclaration  d’urgence sanitaire’’ le 13 août. Le  cordon sanitaire a été renforcé par l’institution obligatoire d’un contrôle médical à tous les postes frontaliers et tous les points de passage du pays, y compris les aéroports. (le 26, devant la 69e assemblée ordinaire des Nations unies) ; « Vous savez, avec l’Ebola, il y a une panique générale. Donc, je comprends bien les gens qui prennent parfois des décisions irrationnelles. Je ne peux pas avoir de problème avec le Sénégal… Comment voulez vous qu’on envoie l’argent par Émirates, si Émirates ne vient plus en Guinée ? Vous faites vos transactions financières avec la banque de France ? Quand le Sénégal doit payer 100 millions de Dollars de marchandises en Chine, comment vous faites ? Ce n’est pas la banque de France qui verse les devises ? Nous avons notre monnaie, on n’est pas de la zone CFA. En Guinée, on a l’unicité de Caisse. Seule la Banque centrale détient les devises. Aucune banque commerciale n’est autorisée à avoir les devises. Donc, quand ils commandent, ils donnent l’argent guinéen à la banque centrale qui paie aux clients. Pour ça, il faut que la banque centrale ait de l’argent dans les différentes banques. C’est un B.A BA. » (interview à une radio sénégalaise SUD-FM, pour s’excuser pour ses récents propos désobligeants sur le Sénégal en raison de la fermeture de ses frontières ;  « Le Sénégal n’a jamais envoyé un avion en Guinée. On a dit seulement, si vous devez envoyer quelqu’un, laisser nous prendre les dispositions médicales pour que si le gosse vient, qu’on le prenne en charge pour voir s’il est vraiment guéri ou pas. Ce que j’ai appris à travers le ministre des affaires étrangères, c’est qu’ils l’ont déposé à Kédougou. C’est un peu gênant pour nous parce qu’on ne sait pas par où il est entré en Guinée. Parce qu’on doit le prendre en charge pendant quelques jours, pour être sûr qu’il est guéri. Moi, je pense qu’il y a des gens qui cherchent à créer des troubles entre la Guinée et le Sénégal. Moi, je ne suis pas fou.  (parlant du jeune guinéen guéri d’Ebola et rapatrié du Sénégal) ; Ebola s’est développé dans les anciennes zones de rébellion du Libéria. Les gens mis en quarantaine ont traversé la frontière, c’est ainsi que l’épidémie s’est propagée en Guinée. Mais la situation est plus stable chez nous, on est plus structurés et organisés Le 30, à Paris sur Europe 1).
  • Pour : il a enfin compris, Alléluia, que cette affaire d’Ebola devait être prise au sérieux par lui-même. Le PPAC a dit le 03 en d’autres mots exactement ce que le Président Macky Sall du Sénégal avait dit après la découverte du premier cas d’Ebola chez lui. Le problème c’est que pour lui il a fallu attendre 8 mois, 771 cas et 494 morts avant cette épiphanie mais bon, il ne faut pas trop lui en demander car son niveau d’empathie pour les guinéens est maintenant bien connu de tous.
  • Contre : vraiment « le mort est de retour » mais il est pire qu’avant son départ ! Les mots de découragements du 1e responsable national de la crise Ebola aux pauvres agents de santé qui mettent leur vie en danger tous les jours pour sauver des guinéens sont d’une grande subtilité et sensibilité. Si j’en faisais partie j’aurais jeté l’éponge le jour même. S’il pouvait se taire maintenant sur le sujet c’est sur que la situation nationale de crise sanitaire s’améliorerait : oser dire en pleine recrudescence exponentielle de la maladie qu’il va restructurer son parti pour gagner les prochaines élections et que quand il est malade il va se soigner « à l’Occident » est vraiment inconscient, surtout devant de pauvres hères abrutis qui n’ont que l’hôpital Donka pour venir mourir dans des douleurs effroyables. Et que dire du mot « haine » de certains guinéens dans la bouche de leur Président de la République ? Pourquoi emprunter 250,000 USD pour les familles des agents de santé décédés par Ebola alors qu’il suffit juste de rapatrier 1% des dernières valises présidentielles pour Dubaï ?

——————————————————

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 01, les commerçants victimes des bévues policières lors des manifestations de l’opposition observent une journée ville morte sans aucune nouvelle violence des soudards. Et dire que deux jours des vacances du PPAC à Tunis auraient suffi à les dédommager ; le 04, le PPAC décrète Dr Sakoba Keita, un médecin maitrisant bien le sujet comme coordinateur national de la lutte contre Ebola ; le 09, le PPAC mobilise la presse nationale dans la lutte contre Ebola sans les insulter en même temps ; le 13, le PPAC reçoit enfin sa 1e personnalité politique française depuis décembre 2010, la secrétaire d’Etat au développement et à la francophonie. Bon elle n’est qu’une mini-ministre française mais les bouffons de service l’ont quand même présentée comme une grande victoire du RPCé.
  • Pour : la moisson est une fois de plus déprimante. Pour la nomination tant attendue d’un coordinateur technique pour une véritable lutte professionnelle contre Ebola j’ai travaillé le siècle dernier avec ce médecin qui était l’une des personnes les plus sérieuses et compétentes du ministère de la Santé. Il faut espérer seulement qu’il ne soit pas devenu un fanatique aveuglé du parti-Etat et que l’on ne lui assignera pas comme tâche de récupérer le maximum des millions d’USD promis par la planète entière pour la lutte afin de les transférer à Dubaï en passant par Bamako cette fois-ci.
  • Contre : le PPAC on a nommé le coordinateur de la lutte contre Ebola 2 jours avant la publication de la composition de la structure ainsi que de ses responsabilités et attributions. Comme d’habitude les hommes-clés passent avant et comptent toujours plus que les structures de gestion en Condécratie.

————————————————

3. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, le PPAC est revenu à Conakry vers 02h30 du matin et dans la matinée il a fait un cross-country dans les nids-de-poule de la capitale. Tant mieux pour lui – tant pis pour la Guinée. A le voir boiter dans la ville dans un véritable bain de militaires et courtisans j’ai immédiatement revu les photos de Charles Taylor en ballade dans sa capitale Monrovia en ruines ! Mais bon Dieu, pourquoi n’est-il pas revenu comme tous les Présidents africains malades en début d’après-midi pour que la mamaya habituelle soit organisée pour l’applaudir de l’aéroport au palais ? ; le 01, un petit cadre méritant du RPCé est décrété « directeur du contrôle de la procédure de passation des marchés publics et délégations de services publics au sein de l’administration et contrôle des grands projets et marchés publics ». J’ai fouillé dans le Guinness, c’est une première mondiale et le pauvre type est totalement perdu ; le 03, notre ministre de la jeunesse a l’inintelligence de dire « la victoire (de notre équipe de football) contre les Eperviers (l’équipe du Togo) sera l’équivalent d’une victoire contre Ebola ». Ahmed Satan Touré serait très fier de cette nouvelle petite catastrophe nationale ; le 03, Dans le rapport 2014/2015 sur la Compétitivité publié par le Forum Économique Mondial à Genève la Guinée du Changement est classée au 144e rang mondial sur……144. Nous sommes en pôle position pour la 1e fois dans ce classement, bien pire qu’au lancement de l’émergence en 2010 mais enfin nous ne pourrons plus poursuivre notre chute inexorable ; le 08, l’imam de la Primature et 10 de ses micro-ministres se rendent à Casablanca pour un forum économique Maroc-Guinée. A chacun ses priorités et ses affaires personnelles et il est même étonnant que le PPAC ait accepté de rater cette bamboula ; le 09, nous apprenons dans la presse internationale que le groupe minier BSGR vient de déposer une requête d’arbitrage au CIRDI (Centre International de Règlement de Différends Relatifs aux Investissements) de Washington D.C. pour le retrait de sa convention sur la mine de fer de Simandou. Les procès internationaux s’accumulent à la même vitesse que se réduit notre attrait pour les investisseurs étrangers ; le 15, il est confirmé par le RPCé qu’une bande d’environ 200 miliciens Donzos, des chasseurs traditionnels animistes et barbares, a été parquée dans une école privée de Conakry « pour participer à la lutte contre Ebola ». Ils seront sûrement chargés d’éliminer physiquement tous les malades et contacts de la capitale ; le 15, comme par hasard suite à l’arrivée de ces miliciens en ville, on annonce l’assassinat crapuleux d’un militant très connu de l’opposition, exécution « Al Capone style ». Nous savons déjà qu’aucun coupable ne sera retrouvé mais il est clair que les Donzos n’ont pas chômé longtemps ; le 16, nous apprenons par la presse internationale spécialisée que l’un des plus grands gisements d’aluminium du pays abandonné par la multinationale majeure BHP Billiton a été attribué par le PPAC à « La Maison Kébo », société crée le 14 décembre 2013 dont le principaux actionnaires sont : Thierno Madiou Barry (dit Barry Angola) financier officieux du PPAC, Fatou Bangoura (membre historique du RPCé), Saloum Cissé (secrétaire général du RPCé et premier vice-président de l’Assemblée nationale), Sébastien Tounkara (membre du RPCé et préfet de Kissidougou), Moussa Condé dit Tata Vieux (membre zélé et corrompu du RPCé et ministre du tourisme), Léonie Koulibaly (ancienne ministre du tourisme). Thierno Madiou Barry s’intéresse par ailleurs à l’offshore guinéen via « Kébo Energy », qui compte comme actionnaire le directeur national de la jeunesse M’Bany Sangaré un autre perroquet RPCiste. Encore un autre projet minier mis en jachère pour les 10 prochaines années ; le 16, une délégation gouvernementale est massacrée sauvagement dans une sous-préfecture de Nzérékoré (Womey) où elle était venue pour sensibiliser les communautés sur la prévention et la prise en charge d’Ebola. Au final on dénombre 8 morts (3 journalistes, un pasteur évangéliste, 3 agents de santé et le sous-préfet du village) dont les corps ont été retrouvés découpés à la machette dans la fosse septique de l’école publique. Si ce n’est pas une faute directe du PPAC, sa responsabilité indirecte est indiscutable car il est le 1e responsable de la terreur et de la folie meurtrière qui gagnent toutes les populations illettrées dans les zones urbaines et rurales. Grâce à lui nous sommes revenus à l’âge primitif où le respect de l’Etat est totalement inconnu. Quand tout va bien dans le pays il en est le principal bénéficiaire mais dans le cas contraire, surtout pour raisons de négligence et d’arrogance cela s’applique aussi ; le 17, nous apprenons que le ministre de la coopération et de l’intégration africaine a envoyé une lettre de protestation virulente au Président de la CEDEAO (association des pays de l’Afrique de l’Ouest) parc que ce dernier avait envoyé une invitation pour une réunion à New York à son collègue des Affaires Etranges mais pas à lui. Une nouvelle confirmation de la pléthore et du bordel de la gouvernance actuelle et une preuve supplémentaire de la guerre entre nos ministrons pour des perdiems et de billets First class ; le 18, nous apprenons dans la presse que suite à une note du Port Autonome de Conakry (PAC) adressée aux opérateurs portuaires, à compter du 1er novembre le PAC  annule les agréments techniques de tous les operateurs privés (Getma, Transco et Afrimarine) relatifs à l’activité RORO (transport de véhicules pourris d’Europe) et octroie au Groupe Bolloré le monopole de ladite activité. Ainsi le PPAC vient de vendre les dernières activités privées du PAC à son compatriote et ami d’enfance Vincent B. Les bénefs seront sans doute équitablement partagés. Nous assistons à la création d’un nouveau drame du type Fria qui mettra près de 1000 travailleurs au chômage ; le 19, le PPAC s’envole une fois de plus/de trop pour les USA (New York) pour participer à la 69e session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies qui ne démarre que le 24. Ses homologues du Liberia et de la Sierra Leone participeront aussi – par vidéoconférence comme tout chef d’Etat intelligent et responsable dans la situation actuelle. C’est quand même incroyable : dès qu’il y a plus de 5 morts d’un seul coup notre Président va à l’étranger pour se changer les idées sans même un mot de compassion pour les familles des victimes innocentes, pas même un jour de deuil national et de drapeaux en berne ! Le plus triste c’est que maintenant tout le monde s’en fout complètement de ses voyages intempestifs car cela ne change rien à la vie des guinéens – il a donc finalement obtenu ce qu’il espérait ; le 22, le ministre de la communication annonce en langue nationale dans un meeting public les mesures radicales prises pour prévenir définitivement un drame comme celui de Womey : il n’y aura plus de sous-préfecture, de centre de santé et d’école dans le coin mais plutôt la mise en place d’un camp militaire pour mater les habitants. Voila, le problème est réglé ; le 29, tous les membres du gouvernement sont envoyés dans leurs villages respectifs pour sensibiliser leurs parents sur Ebola : les ministres dans le pays profond et le PPAC à Paris ; le 30, nous apprenons dans la presse qu’à la suite d’un procès à Abidjan dont le verdict est tombé en mai 2014, le Tribunal des Affaires OHADA a ordonné à la Guinée de payer à la société portuaire française Necotrans 38.531.127 Euros après que les juges aient déclaré que la Guinée a illégalement exproprié la compagnie de son contrat de rénovation et l’extension du Port Autonome de Conakry (PAC) au profit de la société Bolloré. A cela il faut rajouter près de 1,4 millions d’Euros de frais d’avocats (burkinabés !).

  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : pour le meurtre d’un militant de premier plan de l’opposition J’ai été sidéré par la réaction du RPCé dans son démenti officiel : il n’a même pas pensé à présenter les condoléances pour le décès d’un de nos compatriotes innocent et tué lâchement, le « B-A-BA » de nos us et coutumes. Le PPAC a réussi à une rendre une partie d’entre nous indignent de porter nos valeurs traditionnelles et nous aurons beaucoup de mal à guérir notre pays de ce malheur commun, Alpha-Ebola. Pour la magouille révélée devant les projecteurs internationaux du consortium Kébo, la nouvelle vache là lait du PPAC, nous attendons maintenant qu’il ose encore nous parler des anciens premiers ministres. Le PPAC a dit en 2010 qu’il avait trouvé un pays sans Etat – maintenant il l’a transformé en une jungle sans pays régie par la loi du Talion et la vengeance contre toute personne différente de soi. Le Sansemen du PPAC nous tuera tous si on ne se débarrasse pas de lui à la vitesse V. Sa responsabilité dans ces 2 drames humains du mois est évidente car dans les 4 drames précédents dans la même région en moins de 2 ans (Saoro, Zogota, Galapaye et Nzérékoré) il a opté pour des mots et actions faibles, insuffisants et irresponsables. Comme le dit si bien un bon journaliste national « pour des raisons souvent électoralistes, on a emprunté la voie de la solution facile. Avec les conseils avisés de pseudo-négociateurs prompts à intervenir, on a souvent opté pour un processus de réconciliation sans justice, ni vérité. Craignant de prendre des décisions hardies au risque de fâcher de potentiels électeurs, l’Etat privilégie davantage le déploiement de « fils du terroir» qui, munis de quelques liasses de banque, de sacs de riz ou de bidons d’huile s’emploient à acheter le silence des victimes. En proie à la précarité et à la misère, ces dernières acceptent ce qu’on leur donne et jouent le jeu. Des cérémonies formelles sont alors organisées et la fin des hostilités déclarée à grands renforts de communication médiatique. Dans la foulée, l’enquête est oubliée et on passe à autre chose. Cette pratique a fini par convaincre certains qu’ils sont au-dessus de la force publique. C’est ainsi qu’on ose désormais s’attaquer à une délégation officielle, qui plus est, est conduite par le gouverneur de toute une région. Pire, on ne fait plus que caillasser les véhicules ou blesser les victimes, mais on les tue comme s’il s’agissait de la plus vulgaire des bêtes. Pour ceux qui sont prompts à invoquer l’autorité de l’Etat, c’est en pareille circonstance qu’elle est nécessaire et appropriée » (B.S. Barry). Il y a pour moi une leçon à tirer de ce massacre sauvage : il faut utiliser les bons exemples du passé récent comme dans la préfecture de Télimêlé. Suite aux 1e cas dans cette zone de très nombreux notables traditionnels, religieux, politiques et leurs cadres présents à Conakry ont débarqué dans leurs villages pour sensibiliser leurs parents pour éviter toute propagation. Ils l’ont fait sans attendre le carburant et les perdiems des « blancs ». Résultat il n’y a plus eu de nouveau cas dans la préfecture depuis la découverte des 3 initiaux. Que sont venus faire dans le village rural de Womey le gouverneur, le préfet et leurs bataillons de gorilles armés, tous haïs par ces populations miséreuses (car déjà responsables de centaines de morts lors de plusieurs épisodes de répression sanglante de paysans et de citadins depuis 3 ans dans la même région) pour des activités de sensibilisation dans cette zone qui en plus était encore indemne ? La réponse est simple : ramasser des cadeaux financiers offerts par la Communauté Internationale pour des activités de sensibilisation rurales prévues normalement pour des agents communautaires locaux. Pourquoi ne pas former et utiliser les milliers de jeunes sans emploi venant de ces localités pour aller sensibiliser « leurs parents analphabètes » dans ces villages reculés. Et finalement pourquoi les gorilles ont extrait juste le gouverneur et le préfet et laissé les autres, pauvres agents de santé et des médias, à la vindicte populaire. Pour avoir été les premiers à quitter leur bateau qui coulait, ils devraient être jugés et condamnés comme le capitaine du Costa Concordia.

————————————————–

  1. Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : formation des journalistes sur la stratégie financière d’une entreprise de presse ; atelier de formation d’agents de la police, de la gendarmerie et de la justice de paix sur la maitrise et l’application des lois et conventions sur l’égalité de sexe et droits reproductifs ; formation des assistants techniques de la CENI (?) ; concours de plaidoirie en droit international humanitaire (DIH) dans les facultés de droit de quatre universités guinéennes ; formation « les 21 secrets de l’internet » pour les jeunes du quartier Bambetto ; atelier de renforcement des capacités des membres du comité interministériel des droits de l’homme ; formation destinée au lancement et au fonctionnement de la radio parlementaire ; formation des donzos criminels sur la lutte contre Ebola (et l’élimination des contacts ?) ; atelier de renforcement des capacités et de mise en place du Réseau de journalistes parlementaires ; forum sur le rôle et la contribution d’un audit interne dans la création de valeur ajoutée au sein des entreprises ;
  • Pour : le décompte se poursuit inexorablement (10) pour les kamikazes des sandwichs + frais de transport. Le concours des juristes en herbe sur les violations des DDH est une excellente initiative. Ils ont participé à un procès fictif qui s’est tenu le 13 septembre à la Cour d’Appel de Conakry, sous la présidence du ministre de la Justice (!?!). A travers des simulations les étudiants ont été confrontés à des cas pratiques de violation du droit international humanitaire et des droits de l’homme. Cette méthode d’apprentissage leur permettra de consolider leurs connaissances et d’améliorer leurs aptitudes à la plaidoirie. Maintenant reste à savoir s’ils pourront tout comprendre, ensuite s’exprimer correctement en français et finalement si tout ce qui sera rentré dans l’oreille droite ne sortira pas directement par la gauche. Bravo également pour la formation des jeunes de l’axe de la Liberté à la maitrise de l’internet : ils remplaceront bientôt les cailloux par la plume avec j’espère autant de résultats positifs pour la démocratie au pays.
  • Contre : en Guinée il y a maintenant des formations même pour les assistants techniques. Sacrés journalistes guinéens, ils ont encore réussi à créer de nouveaux thèmes de formation. Finalement pour la formation des donzos dans la lutte contre Ebola je vous résume ma pensée – Allahou Akhbar !

                                             ———————————————————

5. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

  • Camarade grand-père de la Nation, il faut vraiment montrer un peu plus de respect et d’empathie pour vos compatriotes. Il est vrai que certains parmi nous sont des gros couillons amnésiques mais quand même ! Si vous n’étiez pas malade à Tunis comme beaucoup de Guinéens l’ont cru et certains espéré, alors expliquez-nous :
  • Pourquoi Diable êtes-vous allez officiellement en vacances et avez également mis tous vos ministres au même régime pour 2 semaines au pire moment possible pour la Guinée ?
  • Pourquoi avez-vous rappelé à tous les désespérés de Guinée que vous êtes effectivement vieux et malade donc mortel et qu’ils pourraient être effectivement débarrassés de vous plus tôt que prévu ?
  • Ne savez-vous pas que Satan Touré et Lansana Conté avaient finis par nous persuader que les Présidents guinéens étaient immortels jusqu’au jour de leur rappel en enfer ?
  • Pourquoi ces deux cross-country (le 01 et le 02) à travers les cratères de 3 communes urbaines, malhabilement présentés comme un seul marathon par la RT-PPAC, pour lancer à nos figures déconfites « j’ai pris 2 semaines de vacances à Tunis à votre charge, j’ai fait un checkup médical, je me suis bien reposé et maintenant regardez-moi, je suis en très grande forme physique. Et la prochaine fois j’irais faire encore mieux en Occident » alors que nous pleurons nos malades et morts tous les jours au pays et que nous n’osons même plus manger ensemble dans le bol familial à la maison ? Ne vous a-t-on pas appris à l’école primaire Sorbonne de Boké que les voleurs qui survivent longtemps sont ceux qui sont discrets et silencieux ?
  • Comment faites-vous pour mobiliser des fanatiques miséreux, affamés et malades pour vous applaudir tous les samedis et vous soutenir dans la presse ? Vraiment ils vous méritent tous et j’ai compris qu’ils vous soutiendront jusqu’à ce que vous les enterriez tous avec leurs parents.
  • N’avez-vous pas honte de la risée que vous êtes devenu et de l’irresponsabilité dont tout le monde vous accuse en raison de votre amateurisme gestionnaire et de votre arrogance politique ? Ne savez-vous pas que vous serez retenus dans l’Histoire pour être le 1e responsable d’une des plus graves crises sanitaires mondiales du XXIe siècle ?

Boss, la cata vous suit partout – pardon il faut partir sur la pointe des pieds maintenant et sauver votre pays d’adoption avant que le « printemps guinéen », un mélange d’intifada nationale et de « braisage » de vos parasites pourris ne vous « Kadhafise » au pire ou ne vous « Ben-Alise » au mieux…

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1379e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 3 ans, 9 mois et 10 jours !  Ce mois-ci un compatriote éclairé a enrichi le vocabulaire du Sansemen : PPTE = Petit Président Très Egoïste (M. Soumah). Cela exprime bien ce que nous constatons depuis l’atteinte de cette « victoire historique » du PPAC. Le moment est venu de mettre en place de vrais outils pour battre le PPAC à son propre jeu, sans plus organiser des marches mortelles dans les rues pour aucun résultat concret. L’opposition doit se faire entendre là ou cela est indispensable, au niveau des guinéens d’en-bas et en langues nationales, par des canaux de communications adaptés : radios urbaines et rurales indépendantes. Et comme elles n’existent pas encore c’est une priorité de l’opposition de les mettre en place au départ au niveau des 4 régions naturelles. Si le RPG communique déjà à l’intérieur du pays il faut communiquer encore plus et mieux vers le même public. Voila au moins une stratégie plus efficace, à creuser par les états-majors de ces partis, pour espérer concurrencer le RPG sur le terrain dans le contexte actuel. Il faut faire passer des messages simples et concrets sur la mal-gouvernance et les foutaises du PPAC afin que tous sachent ce que seuls les intellos de Conakry perçoivent en détail actuellement. L’opposition doit réveiller la grande majorité des guinéens sans chercher uniquement à les utiliser pour arriver au pouvoir ; elle doit créer des raisons objectives pour obtenir des sacrifices pour ses chefs. Le marquis de Sade avait si justement écrit « en lieu et place des voleurs et manipulateurs des votes, les Grecs punissaient plutôt et sévèrement les victimes pour leur distraction et pour leur apprendre à mieux protéger leurs biens et leur volonté exprimée dans les urnes ». Si seulement les guinéens pouvaient imiter les Grecs.

30 Septembre 2014

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2014. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s