Une Nouvelle Voie (Décembre 2014) : Happy Birthday Mrs Condécratie mais ça va chauffer en 2015

Bienvenue à mon bilan du 12e mois de l’An 04 de la Condécratie, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : «  La Guinée a de grandes potentialités touristiques. Puisque nous avons le bord de mer comme le Sénégal, la savane comme le Mali, la forêt comme la Côte d’Ivoire. Mais nous avons ce que personne n’a en Afrique de l’Ouest, c’est le haut plateau. C’est pourquoi nous faisons tout pour transformer tous les bungalows de Dalaba afin que nous puissions développer le tourisme. Je pense que la Banque Mondiale (BM) est prête à nous accompagner. Nous avons exposé tous nos besoins et je sais que le Président de la BM va nous accompagner et le peuple de Guinée lui est très reconnaissant. Et nous n’oublierons pas tous les efforts qu’il a faits pour nous soutenir. Et surtout qu’il va nous aider à définir un plan de lutte contre Ebola. Parce qu’actuellement il y a trop d’interventions un peu désordonnées. Il s’est donc engagé à nous envoyer un spécialiste qui va nous définir un plan qui nous permettra d’atteindre le point zéro de l’épidémie. Le peuple guinéen est conscient mais il faut que nous acceptions de collaborer, qu’on accepte d’écouter les médecins et qu’on ait moins de résistance pour qu’on en finisse le plus tôt que possible avec Ebola » (le 03, à la fin d’une rencontre avec le Président de la Banque Mondiale à Conakry) ; « Nous remercions le commissaire européen. Nous sommes maintenant au 11ème FED que l’Union européenne consacre aux pays africains. Vous savez que nous avons un grand problème en ce qui concerne la justice et la police. Donc nous avons insisté sur l’accompagnement pour nous aider à reformer la justice et la police…Nous sommes heureux de constater que le commissaire est venu en connaissant très bien nos problèmes que sont de mettre fin à Ebola le plus tôt que possible, renforcer notre système sanitaire et nous accompagner sur le plan budgétaire pour compenser les pertes de recettes que nous avons à cause de cette épidémie » (le 06, devant l’UE suite à la signature du 11e FED » ; « Nous sommes très heureux que la France construit un tel centre à Conakry après celui de Maneah. Nous sommes également heureux de la visite du Secrétaire Général des Nations-Unies (N.U.), Mr Ban ki-Moon  et celle de Madame la Directrice de l’OMS qui signifie aujourd’hui que les médecins d’autres pays peuvent venir et s’ils tombent malades, chose qui nous ne souhaitons pas, qu’ils puissent être traités en Guinée. Cela veut dire tout simplement que nous ne sommes pas désormais obligés d’évacuer les médecins étrangers malades en France ou ailleurs…J’ai rassuré le S.G. des N.U. que les élections prévues en 2015 auront bien lieu, Ebola n’est pas une raison pour ne pas aller aux élections » (le 20, en recevant le SG des N.U. en visite-transit à Conakry) ; « J’assume tout le passé de la Guinée. J’assume le camp Boiro, j’assume le 28 septembre…Le général Lansana Conté est le père de la démocratie en Guinée » (le 20, lors de son apparition de squatteur au siège du parti de Lansana Conté, son précédent pire ennemi) ; « Les autres délégations (régionales) sont venues chez nous pour présenter leurs condoléances. Et c’est à vous qu’on doit rendre compte et non aux autres donc il fallait que vous vous soyez là pour nous attendre…J’ai une autre peine plus que celle de la mort de ma sœur, il s’agit du virus Ebola. Ce virus qui a entravé tous les projets initiés par mon gouvernement pour le développement de La Guinée…Malgré qu’Ebola a rendu nos concessions propres et nous a évité d’enregistrer le choléra cette année, ce virus nous a fatigué dans le cadre de nombreux projets signés avec nos partenaires étrangers qui ont quitté le pays à cause d’Ebola » (le 28, en recevant la délégation de la Haute Guinée venue lui présenter les condoléances suite au décès de sa sœur) ; « L’année 2014 qui s’achève s’inscrit dans nos esprits comme l’année où notre nation a connu le fléau le plus inattendu de son histoire récente. » (le 31, pour souhaiter ses vœux aux pauvres guinéens).
  • Pour : bravo pour la confirmation des élections présidentielles en 2015. On vous le rappellera dans quelques mois et on vous prendra au mot – même si votre parole ne veut plus dire grand-chose maintenant au pays. Le 01 janvier 2016 vous ne serez plus Mr PPAC mais papy-AC. Pour le discours de bonne année 2015 je n’ai retenu que la seule vérité de ce nouveau conte d’auto congratulations basées sur des chiffres faux et des promesses irréalistes.
  • Contre : une chose est claire notre PPAC est francophone mais il ne parle pas en français ! Il a peu causé ce mois-ci, une petite déprime due aux nombreux refus de visas « à l’Occident ». Beaucoup de  « méci mon frère » aux Grands de la BM, de l’UE, des N.U. et de la France. Nous apprenons aussi que grâce à Ebola nos maisons sont propres en 2014 par l’absence du choléra : vraiment une bénédiction ! Le reste du temps il a comblé l’ennui en s’enfermant dans son bunker pour dégainer des décrets plus vite que Lucky Luke.

——————————————————

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 01, le PPAC a bénéficié d’un lunch à la résidence de Macky Sall pour discuter de ses faux-pas au Sommet de la francophonie à Dakar. Il se disait fâché à cause de la fermeture des frontières en raison d’Ebola mais je crois que c’était surtout pour la publication dans la presse de ses transferts financiers vers Dubaï lors du transit de ses valises d’argent à Dakar. Mais bon rien de mieux qu’un bon tchiep-Dien pour calmer les ardeurs belliqueuses du « coco (quémandeur) national » ; le 02, le ministre des Droits de l’Homme et des libertés publiques dit à la tribune de l’Assemblée Nationale (AN) : « Notre pays connait depuis son indépendance jusqu’à nos jours de graves et préoccupants problèmes de violations des droits de l’homme et libertés fondamentales des citoyens ou non. Nier cela, minimiser cela, banaliser cela, pour des raisons idéologiques, politiquement partisanes, communautaristes ou culturelles c’est faire preuve d’un aveuglement coupable ». Voici le seul ministre qui ne ment pas en Guinée – mais comme ses frères d’armes il ne démissionnera jamais pour si peu ; le 11, un tribunal téméraire de Conakry a condamné l’Etat à verser 50 millions de GNF de dommages et intérêts à chacun des deux « militaires mateurs » en détention arbitraire depuis 3 ans et demi pour l’auto-complot de destruction de la chambre à coucher du PPAC le 19 juillet 2011. Les peines maximales pour leurs délits sont déjà dépassées depuis 3 ans mais les deux sont quand même invités à rester en prison jusqu’à la prochaine bonne humeur présidentielle ; le 18, l’Assemblée nationale a voté à l’unanimité la Loi portant statut de l’opposition politique avec notamment la reconnaissance que « le rôle de l’opposition est de critiquer le programme, les décisions et les actions du gouvernement, développer des programmes propres, proposer des solutions alternatives à la nation » ; le 21, il ne se passe heureusement RIEN pour fêter le 4e anniversaire de l’arrivée du PPAC à la mangeoire car c’est effectivement l’un des jours les plus tristes de l’histoire nationale ;
  • Pour : pour la loi sur le statut de l’opposition je l’ai en fait notée que pour garnir un peu cette section car personne ne se fait d’illusion sur son application : c’est juste une nouvelle loi à violer pour le Boss.
  • Contre : en réalité le seul élément qui compte pour le PPAC dans cette loi sur le statut de l’opposition est « sa » désignation d’un chef de file de l’opposition, une opportunité pour lui de choisir avec qui il devra négocier directement si une transition lui est imposée en janvier 2016 ce qui est à 90% une certitude pour moi.

————————————————

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 02, le Président de la Gambie traite notre PPAC d’ingrat (« attitude bizarre, malheureuse et regrettable ») pour avoir encaissé un cheque de 500,000 USD pour la lutte contre Ebola sans avoir dit merci ; le 03, Transparency International publie son rapport annuel de la corruption dans le monde. Les chiffres nationaux sont à la hauteur de 4 années de Condécratie : notre pays occupe désormais le rang de 145e/175 dans le monde, de 35e/47 en Afrique et 15e/16 en Afrique de l’Ouest (seul le narco-Etat Guinée Bissau fait pire que nous). Voici l’analyse lumineuse du représentant de notre agence nationale de lutte contre la corruption (ANLC) : «  avec 25 points obtenus cette année (sur 100) contrairement à 24 l’année dernière la Guinée se classe 145èmeet sort du groupe des pays les plus corrompus d’Afrique. Un classement éloquent » ! ; le 04, les jeunes et les femmes d’un quartier de banlieue chassent tous les officiels (ministres, gouverneur, ambassadeurs, organisations internationales et ONG) venus poser la 1e pierre d’un centre de lutte contre Ebola en bordure du terrain de football des jeunes du coin ce qui dénote d’une excellente préparation préalable de la cérémonie – bravo Mr le sheriff de la capitale. Le PPAC qui était en route pour la fête avec sa brique, sa truelle et son demi-sac de ciment a dû faire demi-tour et s’est donc rendu sur le site de construction d’un hôtel privé, la 2e priorité nationale après Ebola ; 07, le PPAC envoie une délégation ministérielle (dont un ministre d’Etat) pour calmer la population déchainée de la préfecture de Lelouma qui a chassé son préfet RPCiste zélé et son Iznogoud local. Découvrez le compte-rendu humoristique réussi d’un journaliste local sur l’accueil réservé au discours démagogique du ministre porte-parole : « La foule se déchaîne. Tout le stade se lève comme un seul homme. Il est hué. Bouche bée dans la tribune officielle. Le ministre devient la poisse, l’Ebola du moment. Quand il apparaît, ses voisins arrangent leurs bonnets et leurs babouches de vendredi et s’éloignent sur la pointe des pieds. Certains d’entre eux se lassent de modestie, lui font face en se tenant le nez. Ah, monè! (Quel outrage!), on entend des soupirs. Mauvais quart d’heure pour ministre pyromane s’improvisant porte-voix d’une délégation venue pourtant éteindre le feu. La foule charge à nouveau. Les rabanas marmonnés en liturgie arabe s’entrecoupent de faabêlan – au secours en peul ! Le ministre Téliwel Diallo, par ordre de préséance est le vrai chef de la délégation qui devait prendre la parole en lieu et place du volubile ministre de l’Elevage. Il ne peut limiter les dégâts. Il s’embarque à bord de son véhicule de commandement et file à l’anglaise. Les autres happy-few et leurs courtisans décampent aussi à la sauvette. Toutes les grosses cylindrées démarrent en trombe. Happy-end. La foule crie victoire ! A l’image de véritables malpropres voleurs de bétail dans une cité de victimes, voilà comment les membres de la délégation se sont fait prendre à partie à cause des propos irrévérencieux du ministre de l’Elevage ». Les envoyés spécieux ont été à la hauteur de leur Boss ; le 11, le PPAC signe en grande pompe dans son bunker anti-Ebola un nouveau projet de relance de la production thermique d’électricité avec une compagnie mauritanienne spécialisée dans la pêche industrielle. Les 100 MW sont présentés comme la solution pour toute l’électrification du pays par une « ligne interconnectée de Conakry à Labé » – et nous qui pensions bêtement que c’était justement ce que le barrage de Kaléta allait faire. Une preuve supplémentaire que ce barrage sera un nouvel éléphant blanc (comme celui de Garafiri) et qu’il se prépare en conséquences pour après son inauguration prévue avant les élections de 2015. Quant aux 100 MW brésiliens de Junior Palladino ils sont classés maintenant en perte sèche pour la Guinée ; le 12, la CENI (agence du PPAC chargée de magouiller les élections en Guinée) présente son budget électoral pour 2015 : 531 milliards de GNF (environ 500 millions d’Euros) dont 66% pour les présidentielles (pour élire 1 personne), 30% pour les communales et communautaires (pour élire plusieures centaines de personnes) et 4% pour son fonctionnement interne. Elle précise que par souci de « souveraineté nationale intransigeante » ces élections seront entièrement financées par le PPAC – pardon, par le RPG – pardon par l’Etat. On verra bien maintenant qui viendra tremper son nez externe dans nos prochaines élections après l’erreur des législatives passées où le Boss a perdu toutes les communes de la capitale en raison de ces « fouineurs de l’U.E. » ; le 12, le ministre des finances annonce sans sourciller « je pense que l’espoir est permis et nous allons profiter de cette difficulté (Ebola) pour en faire une bénédiction » avec notamment une promesse de 1 milliard cent mille euros de l’UE ( !!!) pour lutter contre Ebola. De l’opportunité du Roi nous en sommes maintenant à la bénédiction de son bouffon ; le 12, l’USAID (par son partenaire NDI) a présenté à nos parlementaires leur « plan quinquennal affiné et plan de formation des députés et du personnel parlementaire ». Sans les « blancs » du panafricaniste nous sommes foutus ; le 16, le PPAC décrète une nouvelle société immobilière en Guinée au même moment que le PAM et la FAO annoncent un grand risque de famine d’une partie de la population suite à la crise Ebola ; le 18, le principal magasin de stockage des équipements de MSF et des N.U. pour la lutte contre Ebola prend feu ; la malédiction de l’opposant hystérique est globale et multiforme. Maintenant à vous de choisir entre 1) court-circuit officiel pour un très petit nombre de naïfs, 2) tentative d’empêcher tout inventaire externe d’un stock largement pillé par ses gestionnaires et 3) rallonge forcée et programmée de l’Ebola-bizness pour la majorité des observateurs ; le 19, le magazine économique américain Forbes a publié sa neuvième édition du classement « Best countries for Business » 2014 (meilleurs pays pour les affaires) : notre chère Guinée occupe la 146e place sur 146 pour la 3e année consécutive pour causes de corruption, faiblesse des infrastructures, absence d’innovation, de technologie et instabilité politique, après la Lybie en feu et flammes ! Nous sommes tous cadavérés sur le plan mondial ; le 20, le PPAC s’invite de force à une messe annuelle d’un parti politique de « l’opposition opposée ». Il est reçu par les « « tu n’es pas invité ici ; Alpha Ebola » des militants agacés et étonnés par tant d’audace. Imperturbable et provocateur dans le sang, le Boss fait 3 minutes d’éloges à son ex pire ennemi (Lansana Conté qui l’a hébergé gratuitement à la prison centrale pendant 2 ans) et remonte ensuite avec son bataillon militaire pour aller continuer ses bouffonneries ailleurs en ville ; le 29, les 3 militaires qui avaient bastonné un juge dans son bureau le 06 novembre dernier ont reçu une sévère punition par la Cour d’appel de Conakry : quelques mois de prison avec sursis. Ils peuvent donc retourner tranquillement pour botter d’autres magistrats indisciplinés.
  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : le Président gambien aurait dû après cela demander ce qui a été fait de cet argent mais comme ils ont reçu la même formation en gestion il ne le fera jamais car il sait que c’était avant tout un cadeau à son homologue guinéen. Mais il attendait quand même un petit « meci bocou mignan (petit frère) ». Vraiment ce PPAC n’arrêtera jamais de nous étonner : alors qu’il voyageait même pour visiter des foires commerciales provinciales et des sommets du gotha mondial sans aucun intérêt pour la Guinée il refuse d’assister à deux rencontres importantes pour notre pays et pour la CEDEAO : le Sommet de Dakar sur la paix, la sécurité et la lutte contre le terrorisme en Afrique et le Sommet d’Abuja sur la carte d’identité biométrique et les tarifs douaniers communs de la CEDEAO. Bientôt il faudra le prier d’aller nous représenter – tonton Obama et frère François, pardon donnez-lui un visa pour lui remonter le moral.

————————————————–

  1. Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : séminaire du ministère de la fonction publique sur la loi L028 portant sur le statut général des fonctionnaires ; session de formation destinée aux formateurs de ces 15 milles futurs soldats bénévoles anti-Ebola ; atelier de planification sur la bonne gouvernance dans le secteur minier et le développement communautaire ; atelier de formation de 20 journalistes d’une branche de la société civile (Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement – PUCD) sur le thème « information des acteurs sur les états généraux de la société civile guinéenne » ; formation de 36 journalistes des radios rurales et communautaires, de la presse en ligne et de l’Association Guinéenne de Presse (AGP) de Nzérékoré sur la fiabilité des informations dans la lutte contre Ebola ; formation des forces de dépenses et d’insécurité à Kindia avant leur déploiement dans les centres de transit et de traitement d’Ebola à travers le pays ; atelier d’adoption de la nouvelle loi sur la micro finance en Guinée ; séminaire d’appropriation des documents cadres de la Réforme des services de sécurité ; atelier de la Mano River Union pour l’élaboration de stratégies de communication innovantes pour éradiquer l’épidémie à virus Ebola ; atelier du PCUD sur l’analyse du projet de relance de la société civile guinéenne ; formation des « policiers de contact » (!!) de la commune urbaine de Matoto sur les outils de sensibilisation dans le cadre de la lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola en Guinée ; formation d’animatrices communautaires en techniques de communication sur les mutilations génitales féminines ; atelier des membres de la société civile pour l’élaboration d’un plan d’action pour la promotion de la bonne gouvernance dans le cadre des prochaines consultations électorales en Guinée prévues en 2015 (!) ; atelier d’élaboration du plan d’action de l’initiative Zéro cas d’Ebola en 60 jours (?!?) ; atelier de recueillement et partage de la perception des communautés à la base sur la maladie hémorragique à virus Ebola.
  • Pour : le séminaire-bizness reprend quelques couleurs malgré et grâce à Ebola ce mois-ci (15) : cette cochonnerie tue mais il faut bien « manger perdiem » quand même ; les journalistes, les soldats et les organisations de la société civile sont fatigués de ce ramadan forcé. La formation pour l’utilisation de mateurs officiels pour sécuriser les centres d’isolation des malades et contacts est effectivement une solution logique dans le contexte national d’indiscipline généralisée. Les fuites des contacts aux frontières sont telles que le lendemain de l’ouverture de celle avec la Guinée Bissau un contact en cavale a fui le camp d’isolement pour aller se réfugier en ville – de quoi faire regretter leur « solidarité africaine » à nos voisins. En plus nous sommes rassurés cette fois-ci que nos farces de l’ordre ne répèteront pas leurs meurtres et viols habituels de peur d’être contaminés mais il reste néanmoins un problème de taille : tous ceux qui auront 50,000 GNF passeront les barrières mais bon ils ne seront pas très nombreux.
  • Contre : les titres fantaisistes de séminaires sont de retour, à les lire on sait immédiatement qu’ils sont vides de contenu. Le meilleur exemple est la préparation d’un plan d’action pour « l’initiative zéro cas d’Ebola en 60 jours » alors que même les préfectures exemptes de cas depuis 42 jours sont réinfectées c’est comme une formation du PPAC à l’Université pour former des experts en droit et en sciences politiques.

                                              ———————————————————

  1. 5. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Mr le PDG de la BCRG (Banque Condé and Restricted Guests) je vous prie de me prendre comme hagiographe officiel, comme Kobélé Keita pour votre grand frère Satan Touré. Le best-seller que je produirais fera de moi un homme heureux et de vous un homme encore plus riche que riche. Voici juste quelques têtes de chapitres sur vos incalculables années sur terre et vos 4 années de pouvoir hystérique en Guinée :

  • Vous êtes le 1e panafricain du XXe siècle : vous racines bougent, parfois sur la côte Est de la Guinée au bord de la mer (préfecture de Boké), parfois dans la savane sèche du Nord (préfecture de Kouroussa) et d’autres fois carrément au lointain Burkina Faso (préfecture inconnue) ;
  • Vous avez étudié en France depuis l’école primaire et pourtant vous parlez le français comme votre proche ami le caporal Eyadema qui n’a jamais réussi le test de passage en 2e année ;
  • Vous avez étudié et vécu plus de vingt ans à la cité universitaire de Paris et pourtant vous n’avez obtenu qu’un Professorat en Sorbonne ;
  • Votre carrière professionnelle se limite à une année et demie à la présidence de la FEANF et pourtant vous avez réussi à devenir Président d’une République. Mais bon ce n’est pas exactement un exploit quand on regarde les profils des vos 4 prédécesseurs – décidément ce poste n’attire que les pires cancres du pays ;
  • Vous avez pris votre retraite-RMI après 70 ans de palabres et de repos à Paris, êtes venus rarement en Guinée et uniquement pour deux exploits inoubliables pour nous : un semi-marathon en tenue de marabout au niveau de la frontière ivoirienne et un saut en hauteur olympique style Fosbury d’un mur de stade. Pourtant en moins de 2 ans tous les mamayeurs guinéens vous servaient à longueur de journée du « Excellence Aladji Professeur de la Sorbonne, 1e Président démocratiquement Elu, Président à vie de la FEANF et du RPCé, Ministre de la dépense nationale et des forces d’insécurité, Homme-Etat-Gouvernement, Président du comité national de trésorerie financière nationale, l’Honoré des honorables, Alpha Condé de Mossiah ». Wow, vous êtes en fait le Président le plus titré du monde !
  • Vous n’avez jamais aimé personne à part vous-même et pourtant vous avez promis de prendre soin de 11 millions de personnes ;
  • Vous avez cherché désespérément le pouvoir en Guinée pendant 40 ans mais n’avez jamais pensé une seule minute à comment le mettre en pratique le lendemain de votre élection. Vous avez toujours pensé qu’une fois élu tout marcherait comme sur des roulettes grâce aux promesses mirobolantes de vos amis démarcheurs internationaux car pour vous de toutes façons tous les guinéens étaient des voleurs incompétents et incultes – et pourtant dans ces domaines vous pourriez tous nous enseigner ;
  • Vous avez promis de changer le visage de la Guinée en 1 an – vous l’avez réussi mais pas exactement comme nous le pensions. Grâce à vos actions néfastes et désordonnées nous avons moins d’eau, moins d’électricité, moins de santé et moins d’éducation malgré votre apport inestimable de 55 ministres ;
  • Vous avez innové dans le domaine de la Santé Publique dans votre région : avant nous mourrions de paludisme, rougeole et choléra – vous êtes le père-fondateur de la plus grave pandémie d’Ebola du monde. Votre arrogance et la légèreté de votre gestion de cette crise ont apporté 2 nouvelles malédictions aux guinéens en 2014 : l’interdiction de pèlerinage à la Mecque et la stigmatisation dès la présentation d’un passeport guinéen partout dans le monde. Même nos diplomates disent maintenant devant les services de police et des douanes qu’ils sont haïtiens ;
  • Tous les pays voisins atteints par votre négligence (Sénégal, Mali) ont pu régler le problème en quelques mois et quelques morts ; même le Liberia a enfin compris ce que « contrôler les mouvements des contacts » veut dire. Nous on se débrouille comme la Sierra Leone, un pays sorti avant-hier d’une guerre civile et ayant 1 médecin et 3 infirmières pour 100,000 habitants. A cause de vous nous trichons stupidement sur les données statistiques et on est incapable d’arriver au contrôle effectif et durable des malades et contacts d’aucune des préfectures touchées – un mois de repos et c’est à chaque fois reparti de plus belle. Et vous avez le toupet de dire que c’est la faute du coordinateur national alors que vous l’avez personnellement choisi et que vous chapeautez toutes ses activités, y compris les locations des bureaux à partir de votre centre d’isolement Ebola présidentiel ;
  • Vous avez insulté et manqué de respect au Président et à tous les Sénégalais parce qu’il a fait fermer leurs frontières pour mieux se préparer à recevoir des contacts d’Ebola sans dégâts humains sur ses compatriotes mais n’osez pas dire un mot à votre complice et mentor angolais Dos Santos qui pourtant fait malmener, piller et tuer des milliers de guinéens actuellement dans ses prisons, nous confirmant ainsi que votre égo et vos intérêts mafieux passent avant votre amour pour « les guinéens d’en bas ». Mr le PPAC vous dites que la Guinée nourrit le Sénégal – alors De Santos mais aussi Sassou Nguesso, Zuma, Kouchner et Soros vous ont mis sous perfusion intracrânienne.

Finalement vos « ignorance optimale et imprécision appropriée » seront magnifiées. Aucun aspect de votre singulier passage terrestre, à 180 degrés de celui de votre modèle Mandela, ne restera inconnu de l’Humanité.

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1471e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 4 ans et 10 jours !  La dernière ligne en zigzag a commencé. Le PPAC et ses condécrates présentent maintenant plusieurs signes cliniques d’Ebola : épuisement et léthargie professionnelle totale, fièvre aigue à chaque nouvelle crise, interdiction de voyage en Occident et mise en quarantaine du Boss dans le centre d’isolation pour guinéens supérieurs appelé Présidence Alphacondéa où seuls les officiels et hommes d’affaires étrangers qui font escale à l’aéroport de Conakry sont trainés de gré ou de force. Il ne manque plus que les vomissements et hémorragies pour confirmer le diagnostic. Une journaliste (J. Fofana) a écrit ce mois-ci « à la tendre enfance, quand on joue au football avec des copains d’âge, presque à chaque fin de rencontre on instaure ce qu’on appelle ‘’5 minutes boron-baran’’, une onomatopée qui signifie entre autres gâchis, désordre, pagaille ». Nous entamons donc la 5e année de boron-baran !

La majorité des observateurs des 4 premières années de la Condécratie prédisent que l’année 2015 sera l’année de tous les dangers, politiquement passionnée mais qu’elle aura probablement des conséquences sociales cruelles en termes de dégâts humains et matériaux. La conclusion du tsunami local qui débute le 01 janvier est incertain pour les principaux protagonistes mais les scenarios sont déjà clairs : soit le PPAC essaiera de passer en force en essayant de tenir ses élections comme il le souhaite soit il fera trainer la situation jusqu’à ce qu’il soit constaté par tous qu’elles n’auront pas lieu en 2015. Dans les 2 cas je pense qu’il prévoit que la majorité des guinéens descendront dans les rues, pas par amour des politiciens et syndicalistes mais principalement par peur de subir 5 autres années de Sanseman. Il sait aussi qu’il y aura probablement de graves bavures de ses bidasses incontrôlables avec sa responsabilité pénale comme Gbagbo et finalement un gros risque de scenario burkinabé avec comme seules options son départ ou un deal imposé par la Communauté Internationale (pressions de la CEDEAO, de l’UA et des Big Brothers) pour lui permettre de tenir pendant une « courte » transition civile afin d’organiser l’élection présidentielle en 2016-2017. Il préférera cela à l’autre risque d’une transition militaire, ses bidasses voyant le capitaine peureux voulant sauter en 1e du bateau supportant finalement la foule pour sauver leur peau et alors sa vie serait vraiment en danger. Le roublard signera n’importe quoi pour ne pas chuter tête première, même un gouvernement de consensus avec un PM de l’opposition. Vu le nouveau décret venu juste à propos ce mois-ci vous savez déjà qui sera l’heureux préposé. La question sera alors de savoir si celui-ci dira Non, mais vu sa docilité politique et sa résistance connue aux diktats des Big Brothers, j’en doute absolument. Ainsi le PPAC pourra avoir une rallonge de 1-2 années où il pourra encore essayer de partager les responsabilités de son merdier national avec ses opposants. Il y quand même un autre scenario qu’on ne peut jamais écarter surtout en Guinée, la « courte maladie » royale surtout par ces temps d’Ebola, de crise cardiaque, d’Alzheimer, de DAESH et de poudre de perlimpinpin dans les verres de vin. Et là ce sera encore une toute autre histoire…

Voila les prévisions que nous offre la Condécratie au démarrage de la dernière année du Sanseman – le bateau coule et les rats se bourrent le ventre avant de sauter à l’eau. Néanmoins Merci Mr le PPAC pour votre cadeau de noël : la promesse d’élection présidentielle et donc la fin possible de notre calvaire actuel avant le 01 janvier 2016…

31 Décembre 2014

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2014. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s