Le satirique BINGO passe un cyber-activiste sur son grill

13 questions 100 tabous avec AOT Diallo

 1/- Dis-nous cher ami Alpha Oumar, t’es exactement né où et quand ? Es-tu marié ? A combien d’épouses, et tu es père de combien de poupons ?

Salut Bingodougoukas, je suis né il y a très longtemps, avant Mac, FaceBook et You Tube ; je suis né petit colonisé français dans la capitale de l’AOF, Dakar au Sénégal. Aujourd’hui néanmoins ma tête a 20 ans, mon corps a 40 ans et mon cœur a 60 ans. Je suis marié à une seule femme et n’ai pas encore pensé aux 3 autres autorisées. Quand aux poupons il y a une fille et ensuite deux garçons qui se baladent dans le monde, le plus loin possible de leurs parents, comme tous les jeunes du XXIe siècle.

2/- Nos lecteurs voudraient bien avoir un flash-back assez détaillé de ton parcours scolaire (primaire, secondaire et universitaire)… Ici ou ailleurs !

Je préfère raccourcir par modestie et pour ne pas effrayer mes adversaires. Sachez néanmoins que j’ai déménagé de pays 17 fois dans ma vie, que j’ai fait la maternelle et la première partie du primaire à New-York, puis le secondaire et le 1e bac à Addis-Abeba, ensuite le 2e bac au 2 Aout à Conakry, puis les facs de médecine à l’IPGAN suivie de celle de la Timone à Marseille. Pour compléter j’ai fais des spécialisations que j’ai effectivement pu utiliser professionnellement (ce qui est rare aujourd’hui) en santé publique à Rennes, Lyon, Baltimore et Boston. Je suis impatient de pouvoir continuer car les sujets qui me passionnent ne manquent pas. Au fait ne m’appelez surtout pas « Docteur » sauf quand vous me verrez avec une blouse blanche dans un hôpital – c’est à dire surement jamais. Le terme est totalement dévalué au pays et c’est devenu plutôt comique de le porter.

3/- Tu as passé un pan de ta vie au service de l’Humanitaire. Retrace-nous un peu ton parcours dans ce domaine…

Là aussi je vais être bref : j’ai rendu des services professionnels « gratuits » au gouvernement national de 1984 (directement après la fin de mes longues études) à 1990, bien qu’il n’y ait jamais contribué pour ne pas dire tout à fait le contraire, au Ministère de la Santé. Puis de 1990 à 1993, je l’ai fait pour survivre un peu mieux à l’UNICEF-Guinée. Finalement de 1993 à 2007 je l’ai fait pour préparer concrètement ma retraite à l’UNICEF-Cote d’Ivoire, Haïti, Tchad et Mali avec des missions d’appui et de conseils incessants sur 4 continents sur 5. Depuis 2008 je me délecte à préparer ma visite au 5e (l’Australie), me remet tranquillement de toutes ces émotions, profite pleinement de ma famille et écris un blog et des livres, ce dont j’avais toujours rêvé depuis 40 ans sans pouvoir le faire.

4/- Pour les lecteurs de BINGO qui ont peu (ou même pas) connu ton feu père Boubacar Telli DIALLO, 1er Secrétaire Général de l’O.U.A. ; peux-tu nous rappeler quelques souvenirs historiques de son passé ?

C’est un sujet encore douloureux dont je n’aime pas beaucoup parler, même en famille. Les souvenirs les plus marquants sont les visites tardives la nuit des freedom fighters à la maison (Eduardo Mondlane, Sam Nujoma, Amilcar Cabral et tous les autres sans exception), de Lumumba, de Malcom X quelques jours avant son assassinat, de Mohamed Ali et Harry Belafonte et de nombreux autres combattants des DDH dans le monde. Je pense aussi à nos ballades à deux presque tous les weekends dans sa voiture pour faire le tour de la ville, que ce soit à Addis-Abeba ou Conakry (mais quel mauvais chauffeur !). Mais plus que tout c’est son arrestation bestiale à Conakry où plus de 100 militaires et voitures de militaires sont venus envahir sa maison pour arrêter cruellement un simple père de famille qui n’a jamais tiré un coup de feu de sa vie.

5/- Tu viens de pondre un intéressant bouquin sur la transition militaire en Guinée. Y a quoi de passionnant dans ce livre ?

Je pense que le texte du 4e de couverture résume bien ce 1e bouquin. Je croyais fermement que la Guinée ne sortirait plus jamais de sa descente cauchemardesque depuis 1959 jusqu’au jour où les jeunes, puis les femmes et finalement les hommes (comme toujours) sont sortis dans les rues de Conakry puis des principales villes du pays pour dire « Changement –finie la dictature». La déception offerte par Conté et son équipe sur la réparation des injustices faites aux victimes et le respect des DDH m’avait confirmé que la 1e république était toujours au pouvoir, ce qui hélas est pratiquement le cas encore aujourd’hui avec un lobby militaro-civil auquel le pouvoir n’a jamais voulu s’attaquer pour le moment. Promettre l’émergence du pays sans s’attaquer de front au « système » c’est comme promettre de construire un gratte-ciel sur la mangrove de Gbessia. Souvenez-vous que les printemps arabes n’ont eu lieu que quelques années après celui de la Guinée. Hélas ces jeunes n’étaient ni politiquement, intellectuellement et socialement prêts pour gérer leur victoire comme leurs homologues du Balai Citoyen et de Y’en a marre chez nos voisins. Des groupes intéressés beaucoup plus par leurs privilèges et intérêts immédiats qu’à la sortie programmée et définitive de la misère des guinéens-d’en bas ont pris les commandes et ont complètement « mélangé et gâté la sauce » nous ramenant ainsi presque au point départ. Mais des avancées réelles sont visibles depuis et plus jamais à mon avis un ST ou un LC ne pourrons gouverner ce pays – toujours mon optimisme maladif ! Quant a moi j’ai décidé le 1e jour de la révolte de noter jour par jour tous ces événements, positifs et négatifs, pour le peuple de Guinée et pour que demain tous ceux qui en auront envie ou besoin puissent revenir sur les faits réels et comprendre où chaque fois et pourquoi nous avons déconné-total et tout foutu en l’air. Je l’ai fait surtout parce que cela m’avait terriblement manqué pour comprendre comment et quand le PDG-ST était devenu une machine à détruire tous les pères et vrais symboles de l’indépendance nationale pour réécrire le mythe du responsable suprême de la vie et de la mort de 6 millions d’individus. Les faits sont ainsi notés sur papier, même si chacun pourra ensuite avoir sa propre analyse qui sera souvent différente de la mienne. C’est justement cela les clés de la démocratie, de l’indépendance et du « Travail – Justice – Solidarité » qu’on nous bassine régulièrement – pas de tuer toute personne qui ne pense pas 100% comme le boss. Imaginez par exemple le carnage actuel au niveau des Grandes Gueules de Espace Radio/TV si un ST était encore là !

6/- D’autre part, il semblerait que tu as eu à rouler ta bosse au service de l’UNICEF. Avec le recul, que retiens-tu des hauts et bas de cette boîte ?

Tout était parfait Walahi ! C’est eux qui paient ma retraite et je suis un bon guinéen, alors « fo pa fâché paton ki donner riz-sauce cadeau en fin de mois»

7/- En fait, si notre ami Alpha Oumar n’avait pas fait carrière dans le domaine de l’Humanitaire, quel autre métier aurait-il choisi d’exercer dans la vie ? Et pour quelle raison ?

Sans aucune hésitation le journalisme d’investigation sans aucune retenue. Bien sur je ne serais plus là aujourd’hui pour tchatcher avec vous mais bon comme la sauvagerie du pouvoir a un peu baissé depuis le XXIe siècle je m’y consacre donc avec passion et amour dans ma nouvelle vie.

8/- Parlons en CULTURE. Dis-nous t’es branché sur quel genre littéraire ? Quels sont les écrivains guinéens qui t’enjaillent ? Et pour cause ?

Je n’apprécie que les auteurs qui ont de l’humour et qui l’utilise sans modération car soit on rigole de nos pagaille et bobos journaliers soit on tombe dans la dépression avec toutes ses conséquences secondaires. Mes préférés ? Thierno Monenembo, Nadine Barry, William Sassine, Alhassane Diomande et Oscar (on ne sait jamais, il risque de me censurer). Très franchement ce sont ces auteurs guinéens qui m’ont donné envie de raconter moi-aussi mes petites histoires sur notre pays.

9/- Es-tu branché cinéma ? Quels sont les films qui t’ont marqués ? Et surtout tes acteurs (ou actrices) africains qui te titillent un peu !

Le cinéma est ma 2e passion sans conditions. Je vais sans faute une fois par semaine pour voir 2 films aux cinémas là où je réside la moitié de l’année. Quand nous aurons bientôt 4-5 multiplex en ville je passerais surement plus de temps avec vous. Pour les acteurs et actrices il en a une pagaille donc je ferais un livre sur eux aussi, promis !

10/- Présentement, quelles sont les préoccupations d’Alpha Oumar ? Tu roules actuellement dans quel domaine ? 

Déjà répondu – remontez un peu plus haut svp. Quant à mon unique préoccupation depuis 2010 c’est de participer activement à un processus professionnel de Vérité-Justice-Reconstruction de la Nation guinéenne. Les hommes de Dieu auront un rôle bien défini et connu, mais pas au démarrage du processus. Et surtout ne justifiez pas cela par le cas de Desmond Tutu : il a été choisi car il a été le 1e et plus féroce combattant libre pour la fin de l’apartheid et les DDH, plus que Madiba qui y pensait aussi mais derrière ses barreaux pendant un quart de siècle. Son prix Nobel (Tutu) est pour ce combat-là, pas pour ses messes du dimanche et ses pèlerinages réguliers à Rome. La vingtaine de processus qui ont suivi ont mis en place des équipes composées de grands hommes et femmes reconnus par la majorité pour leur probité et éthique, des représentants désignés par eux-mêmes des différentes parties concernées (pas des béni oui-oui qui ne disent jamais rien) des juristes et des universitaires (historiens, sociologues, psychologues et même psychiatres pour notre cas). J’ai beaucoup étudié le sujet et écris dessus d’ailleurs dans ce 1e livre alors achetez-le et contribuez en même temps à améliorer mes vieux jours. Tant que ceci n’aura pas lieu je reste persuadé qu’il est inutile de faire de la politique dans ce pays bien que j’en sois aussi passionné. Il n’y a qu’une attaque sans peur de ce « système » qui nous offrira une chance de le détruire et rebooter le pays concrètement après cela. Le lobby le sait bien et lutte pour l’éviter mais qu’il sache qu’il viendra un jour celui qui le fera sans écouter et se laisser paralyser ensuite par son entourage complice.

11/- Voilà-toi, voici le journal BINGO, qui « cartoonne » dans la satire… Dis-nous, comment vois-tu ce genre journalistique ?

Répondu aussi ci-dessus. Je dois dire franchement que je lisais de nombreux journaux locaux pour récolter des infos inédites pour mon blog mais je me suis progressivement découragé pour la plupart. Je viens de découvrir Bingo et c’est le seul que j’ai lu depuis que je suis revenu il y a 1 mois. Alors attention je suis un lecteur exigent et j’ai le carton rouge facile.

12/- Dis nous, sans langue de bois, comment vois-tu l’actualité d’après présidentielle 2015 ? Le président a été réélu pour cinq ans (de renouveau ou de galère ?) Qu’en penses-tu ?

J’attends de voir et écrire sur PPAC 2.0 (Président-Professeur Alpha Condé). Les deux seules choses qui m’importent aujourd’hui sont en 1e de penser enfin aux pauvres guinéens-d’en bas (98% de la population) qui sont les seuls à souffrir dans ce pays – tous les autres vivent mieux que moi en Occident ! Le 2e est de donner une chance à notre pays de sortir de ce chaos en mettant enfin en route un processus professionnel de VJR. Tant que la moitié de la population t’appréciera et l’autre te haïra uniquement à cause de ton nom de famille, nous n’irons nulle part, croyez-moi. Et ceci est une pure création et responsabilité du PDG-ST qui n’a fait ensuite que s’accentuer depuis. Si quelqu’un peut me proposer une autre solution réaliste et concrète pour y arriver je suis preneur mais pardon pas les vœux pieux et rêves irréalistes que je lis et écoute ici et dans la diaspora depuis 1984.

13/- Terminons par ton coup de gueule magistral, sur un sujet de l’actualité politique de ton choix. (Sans quiproquo, s’il te plait !)

Je ne comprends vraiment pas pourquoi et je suis frustré que le PPAC ne fasse rien de concret pour un vrai processus VJR. Il est pourtant le président d’honneur et fondateur (terme à la mode ces jours-ci) des victimes de Guinée puisqu’il a été condamné à mort par contumace par le 1e dictateur, puis mis au frais pendant quelques années par le 2e et a raté de peu l’hôpital s’il avait assisté à la marche du 28 septembre 2009. Pardon dites-lui que s’il veut que les dernières lignes de sa biographie dans le Larousse et les encyclopédies soient diamétralement opposées à celles de ses 4 prédécesseurs, ça c’est son meilleur deal avec rapport qualité-prix garanti et exceptionnel. Il n’a quand dire Ok puis laisser des types travailler indépendamment et basés sur leurs expériences réelles de ces processus. Et ensuite sans avoir rien fait d’autre il sera le seul dont on se souviendra pour ramasser les lauriers pour un travail indispensable quand nous ne serons tous plus là pour organiser une mamaya gigantesque. Si lui ne le fais pas, un de ses successeurs visionnaires le fera, surtout pour lui-même, car ce sera du gagnant-gagnant 100% pour lui.

(Oscar et Prosper Doré)

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2015. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s