Une Nouvelle Voie (Décembre 2016) : le PPAC et son biographe sont en vacances annuelles obligatoires

6 ans

Bienvenue à mon bilan du 12e mois de la Condécratie version 2.0, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois: « « La Guinée est un pays très touristique. Avant Conakry s’appelait la perle de la corne de l’Afrique de l’Ouest. Moi quand j’étais petit il y avait des flamboyants, tout était vert, il n’y avait même pas le soleil. C’était très joli, mais les touristes ne venaient pas alors que nous avons le pays le plus touristique d’Afrique de l’Ouest… Quel était notre handicap ? C’est parce qu’on n’avait pas d’hôtels. Vous savez très bien dans quelles conditions était Novotel. Si un touriste vient il passe une nuit là-bas, il ne peut pas rester. Nous sommes en train de rattraper ce retard. Et d’ici un an nous aurons plus d’hôtels que Dakar. Le deuxième handicap c’est les routes. C’est fondamental de résoudre ce problème si on veut développer le tourisme » (le 06, lors d’une mamaya hebdomadaire devenue rituelle pour ses fanas) ;  « Je serai en bonne santé pendant 100 ans… A bas les menteurs, à bas les ethnocentristes » (le 10, lors de l’inauguration d’un marché privé) ; « Comment voulez-vous qu’on construise des usines si vous vendez les terres qui appartiennent à l’Etat ? J’ai prévenu, tous les terrains vendus illégalement, nous allons les récupérer pour servir le Gouvernement, pour servir le pays… Nous allons vérifier point par point, tout ce qui a été acquis illégalement, on va reprendre ! Je m’en fous que ce soit Barry, Condé, Diallo, Soumah, Bangoura etc. » (le 21, lors d’une énorme mamaya à Kindia pour fêter ses 2 élections truquées et lancer officieusement le plébiscite « national » pour le 3e mandat – les faucons et fanas sont lâchés maintenant). « Le grand problème qu’on a en Afrique c’est qu’il faut qu’on assure. Quand quelqu’un perd le pouvoir, il faut qu’on le rassure. C’est-à-dire qu’on ne va pas le poursuivre, poursuivre ses partisans ou sa famille. Tant qu’on ne donne pas de garanties aux chefs d’Etat qui partent, ils ont peur qu’il y ait une chasse aux sorcièresTout le monde sait que moi j’ai d’excellentes relations avec le Président Yahya Jammeh. Il l’a dit dans Jeune Afrique qu’il n’a que deux amis en Afrique: le président Mugabe et moi… J’espère que le moment venu nous allons discuter avec lui pour qu’on essaie de trouver une solution. Je ne crois pas que l’intervention militaire soit une bonne solution. L’intervention militaire entraîne toujours des morts. J’espère qu’on pourra l’éviter par le dialogue… Moi, je suis un peu comme mon frère et ami, le président Erdogan. Nous sommes très pragmatiques. Je n’hésite pas quand les hommes d’affaires viennent parce que vous savez en Afrique plus particulièrement en Guinée, on aime souvent jouer à la bureaucratie… Nous nous organisons à la Présidence pour casser cette bureaucratie et faire en sorte que quand vous venez en une journée vous puissiez rencontrer tous les ministres que vous voulez rencontrer et les hommes d’affaires » (le 27, à la télé turc et sur la BBC pour essayer de sauver le soldat Jammeh) ; « copier-coller 2010 – 2015 avec une petite nouveauté : j’engage l’Etat à équiper notre administration de produits mobiliers fabriqués par les créateurs guinéens » (le 31, vœux présidentiels pour la nouvelle année – de Conakry ou bien un montage TV à partir d’Istanbul ou de l’hôtel Raphael à Paris ?).
  • Pour : rien de positif dans tout ce qu’il a dit lors de ses visites de plus en plus courtes en Guinée.
  • Contre : moyen-moyen mais sans aucune finesse pour sa tentative d’acheter en avance sa non-poursuite judiciaire le lendemain de son départ du pouvoir en voulant sauver aujourd’hui son 2e meilleur ami Jammeh (après Mugabe, quelle équipe !). Hélas c’est peine perdue pour eux deux alors circulez, vous finirez tous les deux devant les juges, essayer plutôt de vous préparer en conséquences au lieu de gesticuler grotesquement. Nous sommes en 2017, les passe-droits pour dictateurs tropicaux à immunité permanente c’est fini ça maintenant. Pour le cas de la défense insensée du soldat Jammeh rejeté par tous ses pairs sauf lui, il se tire en plus un coup de canon dans le pied : voyons-voir comment il aura le soutien de sa propre région (CEDEAO) pour devenir le prochain Président de l’U.A. au sommet africain en janvier 2017. En plus il a toujours ce sens inné pour l’exagération : « on ne voyait pas le soleil à Conakry dans les années 50 » ou « dans un an nous aurons plus d’hôtels que Dakar (et Abidjan un autre jour) ». Il ne se rend même pas compte que ces exagérations et promesses infantiles le décrédibilise un peu plus à chaque sortie et montrent surtout ses carences effrayantes en matière de prévisions réalistes et de gestion du pays. En ce mois réservé à ses vacances annuelles on voit réapparaitre sa frénésie de promesses démagogiques à n’en plus finir destinées surtout à lui permettre de mieux dormir la nuit : l’autosuffisance en riz, la réhabilitation de toutes les usines de la 1e République en faillite et fermées depuis les années 70, le développement de la culture du café au Fouta, la récupération de tous les terrains appartenant à l’Etat, la transformation du port de Kamsar en port de transbordage pour les ports de la sous-région, l’installation d’une usine de montage de bus, de cars et de tracteurs à Conakry , la construction rapide de plusieures citées HLM et le rasage des habitations de la commune de Kaloum pour la reconstruire totalement avec les sous d’Erdogan et la meilleure pour la fin, la construction rapide d’une autoroute inter-pays à péage alors que les rues autour de son palais rejoignent maintenant la liste des plus défoncées de la capitale ! Vraiment le boss a eu en 2016 une vitesse dégradation intellectuelle (due au 3e âge ?) exponentielle qui doit effrayer maintenant même ses pires faucons.

——————–

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 02, les nouveaux code électoral et code des collectivités sont déposés comme promis par le PPAC au bureau de l’Assemblée nationale avant la fin de la session budgétaire en cours. Ainsi un 1e point (le plus simple) du dernier accord politique est engagé – mais loin d’être encore finalisé. Le vote de ces deux textes devrait permettre théoriquement de tenir les élections locales en février 2017, mais avec beaucoup de « si » ; le 02, le PPAC sort le carton rouge à propos de l’implication des chinois dans le secteur de la pêche en Guinée. Il ne veut plus qu’ils soient présents dans la filière distribution, ce volet revenant exclusivement et depuis toujours aux mareyeuses de Conakry qui n’ont pas hésité à le lui rappeler bruyamment autour de son bunker. Il n’a aucune envie de se les mettre en plus sur le dos par les temps qui courent ; le 20, la police sénégalaise annonce l’arrestation du « trépanateur » du petit dadais en décembre 2009, le colonel Aboubacar Sidiki Toumba Diakité ; le 23, la direction générale de la police nationale a déployé 1000 agents supplémentaires  au niveau des 150 carrefours de la capitale. Une initiative dont l’objectif est de renforcer le dispositif sécuritaire de la capitale pendant les fêtes de fin d’année et par la même occasion rendre la circulation plus fluide ; le 27, une vingtaine de militaires soudards sous les ordres du colonel Issa Camara, le fou furieux qui avait joué à « Mad Max & family » dans la ville de Mali, sont présentés enfin devant un pool de juges dans la ville de Labé suite à leurs tristes exploits du  mois de juin dernier que je vous avais décrit en détail à l’époque. Comme toujours chez nous le principal accusé n’est pas encore sur le 1e banc des méchants, Dieu et PPAC seuls savent pourquoi – viva Impunita in Guinea !
  • Pour : concernant le rappel à l’ordre des pêcheurs chinois, il a proprement remonté les bretelles en public aux ministres de la pêche et du commerce, initiateurs et responsables directs de cette nouvelle magouille, pour bien  se faire applaudir à tout rompre devant les caméras nationales par les mamayeuses vengeresses. En effet les opérateurs chinois jouissent officiellement du droit de faire aussi ce commerce de produits marins, conformément à un arrêté officiel délivré par une institution judiciaire guinéenne le 20 janvier 2015. Mieux, pour une durée de près de 100 ans à partir de la date d’immatriculation de la société au Registre de Commerce et de Crédit Immobilier (RCCM). Maintenant attendons la réaction des Chinois qui se savent propriétaires exclusifs de notre pays depuis sa dernière visite officielle à Pékin. Concernant le Toumba-Gate, la prochaine patate chaude dans les mains du PPAC, si je suis choisi comme membre du jury de son procès il aura des circonstances atténuantes pour son crime vu qu’il nous a tous sauvés de 30 ans de dadisme sans limites. Bon je ne sais quel deal il a signé avec nos Big  Brothers vu que c’est eux qui l’avaient confiés aux cousins Gorguis où il vivait à leurs nez et barbes depuis près de 7 ans déjà mais en tout cas c’est un pas positif de plus vers le procès et la taule probable pour cette bande de criminels contre l’humanité en liberté totale depuis le 28 septembre 2009. Le plus marrant dans tout ça c’est si le PPAC demande son extradition en Guinée pour l’enfermer alors que ses complices des crimes sont encore ministres et gouverneur. La pression monte sur les épaules et les jambes déjà flageolantes de notre opposant hystérique. Concernant les nouveaux policiers pour réguler les Conakrykas indisciplinés et inconscients seuls les agents  stagiaires dans les casernes de la brigade de répression du banditisme (BRB), de la brigade anti-criminalité, des compagnies mobiles d’intervention (CMIS) et de la protection civile sont concernés. Sur le terrain ce surplus d’agents est facilement identifiable : ils portent un T-shirt bleu sur lequel on peut lire « police stagiaire » et un képi bleu avec un pantalon noir. Ils sont en charge de la sécurisation des personnes et des biens dans les quartiers. Selon  le directeur central de la sécurité routière sur le plan opérationnel trois brigades vont évoluer de manière rotative dans chaque quartier selon les tranches horaires suivantes : 6h45 à 12h ; 12h à 17h et 17h à 22h. Bonne chance à eux, avec cet accoutrement ca va être dur-dur pour exiger « prix de café ou de cigarette » aux automobilistes et cyclistes qu’ils contrôleront. Pourvu que ça dure !
  • Contre : quelques actions positives mais aucune au crédit direct du PPAC qui est en réalité en vacances de ski annuelles comme tous les mois de décembre et janvier depuis 6 ans maintenant.

——————–

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 06, on est interloqué d’apprendre que le projet du code électoral qui a été déposé au bureau du Parlement n’est pas conforme à l’accord politique signé par les deux mouvances complices. Sacré boulanger national, il a une nouvelle fois roulé dans la farine son seul véritable adversaire politique au pays. Encore heureux que celui-ci ait pris la peine pour une fois de faire lire entièrement le texte proposé avant de l’approuver à l’Assemblée nationale. Le lendemain l’auteur de cette « erreur », le Président du dialogue a le culot de dire qu’en fait il s’est trompé de version du document en l’envoyant au parlement – vraiment, l’argument est aussi ridicule que lui-même. Et une fois encore le coup de force est réussi car la majorité présidentielle (RPG et vendus divers planqués parmi les indépendants) le votera à une écrasante majorité des honorables présents dans la salle ; le 06, Colomb-Condé retourne chez lui à Paris pour revoir ses potes et toubibs pour bien démarrer ses vacances. Le Président de la planète pour l’énergie n’a été reçu cette fois-ci que par son adjointe planétaire, Ségolène Royale ; le 09, la Guinée célèbre avec fracas la journée internationale de lutte contre la corruption. Une rencontre nationale a permis de constater que nous sommes le seul pays de la sous-région a ne pas avoir une loi anti-corruption – allez savoir pourquoi. Le constat détaillé fait encore plus peur : « Il n’y a aucun dispositif judiciaire mis en place pour lutter spécialement contre la corruption. Il n’y a pas de tribunaux ni de système carcéral approprié et les détournements de deniers publics sont traités comme des délits ordinaires alors qu’il s’agit d’un véritable cancer qui gangrène le pays » rappelle un opposant lui-même ancien ministre une ou deux fois dans ses vies précédentes. L’ONG Transparency international classe la Guinée au rang de 37e sur 52 pays en Afrique et 139e sur 167 pays dans le monde pour 2015. Qui dit mieux ? ; le 25, rebelote de notre Colomb-Condé en Turquie avec son jet pour lui et sa bande de copains/coquins et des vols commerciaux en classe économique pour une centaine de hauts cadres civils et militaires désœuvrés à Conakry. Et dire qu’il y était déjà novembre dernier ! En marge de cette rencontre, les autorités turques ont remis des timbres et des stylos avec les nom et effigie de notre PPAC chéri en guise de signe de fraternité et de remerciements pour son soutien au peuple turc lors de l’auto-attentat de leur Président – bref les turcs ont payés les droits d’auteur à notre Boss pour l’original de l’auto-attentat made in Guinea en 2011. Et le mythe de l’opposant inoubliable en prend une couche de peinture supplémentaire – la vie est vraiment belle en Guinée pour chambellans, courtisans, fous du Roi, hauts représentants et partenaires du palais Satanya ; le 27, le constat est enfin clair et net et la CENI confesse pitoyablement : les élections communales ne pourront pas avoir lieu en février 2017, comme indiqué dans l’accord politique ; le 27, à 3 jours de la fin de l’année et avec le PPAC toujours en ballade à l’étranger il est maintenant clair que contrairement à l’annonce faite par les autorités qui nous avaient jurées que Kankan, la capitale de la Haute-Guinée allait abriter les festivités de la fête glissante de l’indépendance au cours de ce mois de décembre, il ne se passera strictement rien de nouveau dans cet autre coin paumé du pays cette année. Et pourtant, la commission d’organisation qui avait été mise en place discrètement par le Gouvernement et pour laquelle d’importantes sommes d’argent ont été débloquées continue de travailler d’arrache-pied pour justifier tous les milliards de GNF décaissés.
  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : concernant le retard inéluctable des prochaines élections locales les raisons sont simplement arithmétiques : après l’adoption du nouveau code électoral en janvier 2017 (ou après) il faudra que le texte soit renvoyé à la Présidence de la République qui le transmettra ensuite à la Cour constitutionnelle.  Après avoir donné son aval, celle-ci devra renvoyer le texte à la Présidence pour sa promulgation. Ensuite pour convoquer le corps électoral le Président devra le faire au minimum 60 jours avant le scrutin. A vos doigts ou calculettes les amis. Enfin pour la fête d’indépendance de nouveau avortée de Kankan le bon coup habituel est par contre bien réussi : on décaisse quelques milliards de GNF en vitesse, on bâcle le boulot pour en mettre 80% dans les poches déjà pleines des hauts d’en hauts et de « leurs petits » et ensuite on joue à l’autruche le temps que la rage médiatique se dissipe. C’est tellement classique chez nous que c’est devenu banal et n’émeut plus personne sauf ceux qui ont été dribblés lors du partage du gâteau.

——————–

4.     Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier public-privé sur le thème «Problématique de l’accès au service de la fiscalité et aux infrastructures d’accueil des investissements privés » ; atelier de formation des journalistes dans la couverture médiatique en période électorale (!) ; journées nationales de concertation sur le processus d’élaboration d’une nouvelle politique culturelle nationale ; rencontre sous-régionale d’échanges sur le développement du secteur de l’Energie dans l’espace CEDEAO, particulièrement sur l’accès aux services énergétiques, la régulation du secteur de l’électricité, le développement du secteur du gaz naturel et des hydrocarbures, le développement des énergies renouvelables et les projets prioritaires de production et de transport de l’énergie électrique (wow !) ; 21e session du Comité des Experts de l’Organisation Mondiale de la Douane –OMD ; forum régional sur la protection sociale ; rencontre régionale de discussion des défis et des enjeux liés à l’électrification de la CEDEAO ; atelier de planification stratégique du Plan Cadre de Coopération (UNDAF) Guinée (2018-2020) ; atelier de validation des résultats des consultations nationales sur les Etats généraux des droits de l’homme ; journées de réflexions les institutions constitutionnelles de la Guinée.

  • Pour : le séminaire-bizness semble lui aussi en vacances ce mois-ci (10) mais attention c’est surtout parce que plusieurs « rendez-vous du recevoir » n’ont pas pu être notés, vacances annuelles de votre serviteur obligent. Pas de soucis, en fait tout marche comme d’hab.
  • Contre : la mode en fin d’année c’est d’organiser des séminaires régionaux, pratique habituelle de nos partenaires, agences régionales et internationales pour améliorer un peu leurs capacités de décaissement avant les rapports annuels d’activités et des finances obligatoires. Nous on s’en fout, tant que les perdiems, sandwichs et frais de déplacement coulent comme un grand fleuve tranquille que personne ne viendra jamais perturber ici.

——————

  1. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Mr le Pharaon de la pyramide Satanya j’ai remarqué que chaque mois de décembre, depuis 6 ans que je vous suis sous mon microscope, vous prenez vos vacances annuelles françaises comme tous vos parents de la métropole. Vous pensez le faire en cachette mais c’est peine perdue, on a tous compris. Il faut juste le dire publiquement pour que nous fassions tous pareils. En effet selon les droits acquis et donc irréversibles issus des us et coutumes bénis de nos ancêtres les gaulois tous les fonctionnaires, cheminots et pilotes de lignes ont droit à un mois de congé annuel, indispensable pour maintenir leur bonne santé et légalement obligatoire. Les conséquences physiques des longues soirées de fêtes et banquets de fin d’année sont largement suffisantes pour justifier tout ce repos. De belles grasses matinées, quelques discours improvisés pleins de promesses ridicules et des voyages discrets entre Paris et chez tous les amis dictateurs de la planète – et le tour est joué sans finesse. On vous demande seulement de nous dire à partir d’où vous nous avez rejoué le CD de votre discours de vœux annuels que nous connaissons par chœur maintenant. Tant pis pour vos faucons qui ne prennent pas leur vacances en même temps que vous tant ils sont occupés à se gaver sur le gâteau national – tout le monde n’est pas maudit en Guinée, Dieu merci ! En tout cas moi je fais comme vous patron, je prendrais tous les ans en décembre, en tant que fonctionnaire à la retraite, mon mois de congés annuels sans salaire (comme tout le reste de mon boulot d’ailleurs) mais obligatoire. Ce sera donc service minimum et farniente certainement mieux mérités que les vôtres. Si par hasard vous vous en plaignez je vous préviens que j’organiserais une marche de tous les retraités guinéens – ceux qui peuvent encore marcher un peu – de la porte principale de la BCRG (banque centrale) aux grilles du palais Satanya où nous organiserons un sit-in avec grève de la fin (depuis le début) jusqu’à ce que nous soyons reçu par VOUS qui n’êtes en fait, même si vous faites semblant de l’ignorer, que le Président des retraités fatigués guinéens. Agnon ! (j’ai fini).

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne; aujourd’hui est le 2201e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back », déjà 06 ans et 10 jours ! Je l’ai déjà écrit plusieures fois et je le répète encore avec insistance aujourd’hui : j’ai vraiment besoin de l’appui d’un ou deux jeunes volontaires motivés pour poursuivre mais surtout « rajeunir » cette chronique en adaptant mieux que moi la circulation de toutes ses informations importantes à mes yeux aux « générations post-millenium » qui dirigeront le monde démocratique dans la prochaine décennie. La chronique actuelle couvre à mon avis un public cible important qui me tient particulièrement à cœur –  ma génération de baba-cool attentifs mais blasés de la pourriture locale et celles juste avant et après elle – mais je sais en parcourant la toile du matin au soir que des améliorations peuvent et doivent être apportées pour une meilleure pénétration vers une population cible encore plus importante pour moi, cette jeunesse montante qui grâce a une  meilleure formation de base que celle de tous ces zozos qui nous dirigent depuis 1984, comprendra qu’elle ne pourra jamais parler sérieusement de construire un avenir solide pour notre pays sans au préalable lire de manière attentive et détaillée tous les pages de son passé et de son présent car aucun immeuble ne peut tenir sans des fondations bien calculées et construites. J’ai pu couvrir à ma satisfaction les principales péripéties positives et négatives de la transition militaire (2007 à 2010) et du 1e mandat du PPAC (2010 – 2015) mais je crois sincèrement que ce 2e mandat doit être couvert de la même manière détaillée pour poursuivre avant toute cette banque de données qui sera d’un grand apport pour tous demain mais dan un format plus « branché » pour que cette passion du détail, de l’analyse et du débat contradictoire politique et sociale continue à prospérer en Guinée.

Jeunes journalistes en ligne et blogueurs motivés et passionnés par le décollage prochain de la Guinée – je vous espère nombreux à me lire – je vous invite donc à me contacter sur mon courriel personnel (aotdiallo@gmail.com) afin que nous puissions en discuter, partager sans aucun tabou mes trucs et astuces pour noter, vérifier et éliminer autant que possible les contes et légendes guinéennes habituelles avant de corriger au mieux et publier en fin de mois. Un travail de fourmi pour moi au détriment de 2 autres projets encore plus importants et intéressants que je n’arrive pas à démarrer comme je le devrais actuellement or le Tic-tac, Tic-tac ce n’est pas seulement pour le PPAC, c’est pour moi aussi et au fait c’est pour vous  tous aussi qui me lisez. J’ai compris dans mon expérience personnelle que les seuls qui peuvent communiquer efficacement avec « la génération Internet » sont ceux de cette même génération. Alors tous ceux qui ne savent taper qu’avec les index des 2 mains, ceux qui passent le dimanche matin à cirer leurs cheveux et moustaches au cirage noir-poivré (comme le Boss et ses ministres) ou au cirage noir-fluorescent (comme notre Président de l’Assemblée nationale et ses honorés) sont priés de ne pas s’engager dans ce projet svp ! Je promets que tous les messages reçus seront lus en détail et répondus dans le cadre d’un échange d’idées pour l’amélioration continue de cette chronique. Les candidatures féminines seront fortement appréciées (déformation  professionnelle oblige).

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2013. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s