Une Nouvelle Voie (Juin 2017) : savez-vous danser le « saut de cabri » ?

Bienvenue à mon bilan du 18e mois de la Condécratie version 2.0. Je continue mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois:
  • «Mesdames et Messieurs les diplomates, je commencerais par vous présenter les excuses suite au comportement de ces étudiants. Ceux qui crient montrent qu’ils sont mal élevés, mal éduqués. Vous n’êtes que des petits excités. On va vous obliger à être bien éduqués. Vous ignorez l’histoire de l’Afrique, ce n’est pas un droit pour les étudiants de les avoir. Vous êtes indignes de l’histoire panafricaine… Je n’ai pas peur des étudiants. Vous ne pouvez pas m’impressionner, j’ai été étudiant avant vous. Alors, j’ai décidé de dire au ministre de l’enseignement supérieur, on suspend les tablettes jusqu’à nouvel ordre (cris de protestation dans la foule). Voilà, pour le moment, on ne mettra pas de tablettes à votre disposition. Ce n’est pas un droit, c’est notre volonté. Vous êtes indignes de ça. On suspend les tablettes jusqu’à nouvel ordre (nouveaux cris de désapprobation). Mais, on va vous obliger à vous redresser. Jusqu’à nouvel, il n’y aura pas de tablettes distribuées. Je veux des étudiants dont la Guinée va être fière parce que la Guinée vient de loin. Vous ne connaissez même pas l’histoire de l’Afrique, vous ne connaissez rien à l’Afrique… Vous avez présenté aujourd’hui un visage exécrable, honteux. Mais, cela sera la dernière fois. Vous n’aurez plus l’occasion. Un Etat doit être respecté (les jeunes crient encore plus). Ce n’est pas la peine de leur dire d’arrêter (s’adressant à ceux qui veulent tempérer les ardeurs des jeunes). C’est vous qui avez peur des étudiants. Moi j’ai été président des étudiants africains. Je n’ai pas peur des étudiants, surtout des petits plaisantins comme ça qui s’agitent. Vous pouvez sauter, crier jusqu’à demain, ça ne me fait ni chaud ni froid. Aucune tablette à partir d’aujourd’hui ne sera mise à votre disposition. Aucune tablette. Je ne vais pas continuer parce que c’est inutile de s’adresser à des gens comme vous, Qui pouvez-vous impressionner ? (c’est là que les étudiants ont répondu en chœur : Vous ou Toi)  » (le 01, suite aux railleries contre  ses fausses promesses de « tablettes pour tous les étudiants » lors de l’ouverture d’un forum de l’étudiant guinéen dans une université de Conakry).
  • « L’Afrique doit faire respecter notre souveraineté pour que nous puissions sans ingérence construire un avenir meilleur pour nos populations… L’Afrique a un seuil de pauvreté très élevé, un chômage massif qui conduit les populations les plus vulnérables notamment les jeunes à prendre des risques en particulier l’aventure à travers le Sahara et la Méditerrané pour rejoindre le vieux continent. Nous devons admettre que c’est une nouvelle forme d’esclavage qui prive l’Afrique de ses forces vives, comme l’esclavage l’avait privé avant(le 08, à Bruxelles lors des journées européennes du développement).
  • «  Je voudrais vous réaffirmer ma disponibilité d’apporter mon intermédiation et d’œuvrer sans relâche avec toutes les bonnes volontés du monde afin de trouver une solution pacifique et rapide à cette crise inopportune entre des frères amis (Saoudiens et Qataris) ». (le 11, lettre au Roi d’Arabie Saoudite suite au récent conflit avec le Qatar).
  • « Il y a des accidents parce que nous sommes très indisciplinés, nous ne respectons pas le code de la route, nous ne respectons pas le nombre de passagers. Un véhicule qui doit prendre 20 personnes on met 50… Il ne suffit pas seulement de faire des ponts, il faut discipliner les conducteurs, il faut discipliner les populations. C’est pourquoi nous avons décidé de faire les états-généraux de la circulation afin d’obliger chacun à respecter les règles… Comme les guinéens ne sont pas disciplinés il faut alors qu’on vous apprenne à être disciplinés, c’est pourquoi nous allons désormais faire des lois, on va obliger tous les transporteurs, les chauffeurs et les cyclistes à respecter le code de la route… D’ici cinq ans nous voulons qu’il n’y ait plus de maisons qui ressemblent à des taudis et que quand on rentre à Coyah, qu’on pense qu’on est rentré dans une ville américaine ou française. Mais cela ne peut pas se faire sans travail. Il faut qu’on accepte de travailler et d’être disciplinés en respectant les lois… S’il plaît à Dieu, j’ai pris l’engagement que dans deux ans on n’importera plus le riz à condition que vous acceptiez de cultiver. Moi-même j’ai donné l’exemple en envoyant un tracteur à Dubreka. Je vais cultiver 400 hectares à Dubreka, 400 hectares à Mandiana. Je vais obliger les préfets, les gouverneurs et les généraux à cultiver aussi… Nous allons obliger les étudiants, l’armée, les gouverneurs à manger les pommes de terre pour être l’exemple afin que toute la population suive ». (le15, lors de l’inauguration du pont de Kaaka).
  • « J’ai prévu des sacs plastiques. C’est très modeste, mais je vous prie de prendre chacun un sac, hein ! Ne refusez pas de prendre. Tibou, à commencer par toi, tu dois prendre parce que c’est ce qui permettra aux autres aussi de prendre, hein… Je vous donne cent millions pour le transport. Voilà ! Mais, il faut partager pour que chacun puisse recevoir sa part, il n’y a pas de grand, il n’y a pas de petit, je vous prie tous de prendre ça » (le 15, lors d’un diner fructueux offert à 132 journalistes locaux).
  • « C’est un grand honneur pour moi que tous les grands imams de ce pays viennent à la présidence. On va prendre le numéro (de téléphone) de tous les inspecteurs régionaux et préfectoraux, de temps en temps on va bavarder. Mais à condition que si je vous appelle vous ne me dites pas Président il n’y a pas de mosquée ici et là. Est-ce qu’on est d’accord ? Si j’appelle pour vous demander comment ça va il ne faut pas me dire de construire une mosquée… L’année dernière les acteurs régionaux et préfectoraux s’étaient plaints. Et qu’avaient-ils dit ? Qu’ils ont beaucoup de déplacements à faire mais n’ont pas de véhicules. Donc on va remettre aux imams régionaux des V8 Fortuner et aux 38 inspecteurs préfectoraux des voitures de marque Grand Vitara. On a déjà fait les cartes grises. Mais il ne faut pas que les khalifes se fâchent en disant qu’on les a oubliés. Les khalifes n’ont pas fait de demandes. Donc pour le moment, c’est pour les inspecteurs régionaux et préfectoraux. On verra l’année prochaine si on peut faire pour d’autres. Le 16, lors d’un diner offert à une bande d’imams triés sur le volet venus de tout le pays).
  • « Les conditions dans lesquelles la Guinée a pris son indépendance a été l’une des causes de notre retard. La Guinée a été le seul pays qui a osé dire non en 1958 au Général De gaulle. Ce dernier a estimé qu’il fallait punir la Guinée pour que ce mauvais exemple ne se répande pas. Après l’indépendance de la Guinée le gouvernement du Général De gaulle a fait partir toutes les archives. La Guinée s’est retrouvée sans mémoire. C’est le Japon qui est venu pour faire une nouvelle cartographie pour la Guinée. Le Ministre Focard avec la complicité de certains chefs d’Etat de l’Afrique de l’Ouest ont mis la Guinée en quarantaine ce qui a fait de Sékou Touré comme un animal dans une cage. Voici l’une des causes du retard de la Guinée, en plus des régimes militaires qui n’ont pas arrangé certaines » (le 24, à Kampala devant un Yoweri Museveni qui dormait à poings fermés).
  • « Aujourd’hui beaucoup d’hommes d’affaires viennent en Guinée, beaucoup d’étrangers viennent, on doit bien les recevoir. On ne doit pas leur demander l’argent à l’aéroport et sur les routes comme le font les policiers. On doit les accueillir très bien, c’est important » (le 27).
  • « L’Union Africaine doit prendre en charge la lutte contre le terrorisme. Il faut que ce soient les Africains eux-mêmes qui assument ce combat étant donné que la présence des casques bleus (de l’ONU) n’a pas donné des résultats. Comment voulez-vous qu’un Pakistanais ou un Bangladais vienne mourir en Afrique ? Ce n’est pas son pays. Il faut désormais que ça soit les Africains eux-mêmes qui assument ce combat qui est le nôtre. Nos partenaires peuvent financer les opérations, apporter la logistique, les moyens matériels et aussi l’aide aux renseignements pour que les pays du G5 (africains) prennent en charge la lutte contre le terrorisme » (le 28, lors d’un sommet des jeunes d’Afrique avec leur grand-père guinéen à Ndjamena).
  • «  Je vous ai invité aujourd’hui pour vous montrer que je ne vous ai pas oublié. Vous avez accepté qu’on vous insulte en me soutenant. Bras Cassé m’a dit qu’il se déplace encore à pieds. Donc, j’ai acheté des voitures pour vous » (le 28, en recevant ses artistes-militants au palais Satanya).
  • Pour : parlant des ballades à l’étranger du boss, un journaliste du site Guineeneews au sens de l’humour particulier (M. Sidibé) nous écrit ce mois-ci « C’est dans ces conditions que le Sisyphe de l’Union Africaine s’est proposé de rencontrer Donald Trump pour chercher à le convaincre de renoncer à son retrait. Les chances de succès de cette entreprise existent mais elles sont minces ». Nous attendons avec impatience de lire ce discours-là.
  • Contre : et voila ce qui arrive lorsqu’on ment aux étudiants en leur promettant des tablettes depuis 2010 –  « un étudiant – une tablette » chantait-il – avec des reports réguliers depuis ça. Aahh, Prési, il ne faut plus mentir aux enfants, Go ! Quand on leur dit que le Roi porte une belle robe dorée alors que c’est faux ils répliquent immédiatement « tu mens, il est nu ». Et personne n’y peut rien car ils ont raison. En plus il est vraiment triste de le voir sauter, baver de rage et faire une démonstration inoubliable de la danse « saut de cabri » devant les caméras de TV et nos hôtes étrangers. A Bruxelles et N’Djamena il a répété très fort ses leitmotivs actuels : donnez-nous votre fric mais ensuite ne vous occupez-pas de comment nous l’utilisons car ça c’est de l’ingérence inacceptable. Et nos enfants fuient et meurent dans le désert ou dans la Méditerranée à cause de la faiblesse de votre perfusion financière et ceci n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme d’esclavage des noirs par les blancs. Je vous laisse imaginer son assistance, trop effrayée de dire quoi que ce soit depuis qu’ils ont vu son pétage de plomb devant ses petits-enfants sur le Net. Sacré PPAC qui propose ses services internationaux afin de trouver une solution rapide à une crise inopportune entre monarchies pétrolifères du Golfe d’Arabie ! Pardon pourquoi veut-il tremper notre nez dans ce nouveau combat éternel au Moyen Orient alors qu’il est incapable de le proposer pour les pays en guerre qu’il doit « guider et superviser » cette année (Burundi, Congo, Soudan, Lybie, Somalie…etc.). Quant à moi, j’hésite entre une crise de fou-rire et une crainte de nouvelle provocation inutile d’apprentis terroristes en mal de lieux faciles à faire sauter. C’est quoi cette histoire d’états-généraux de la circulation ? Une nouveauté offerte au continent par l’Homme-Etat ? Pour ses solutions-miracles contre le terrorisme international en Afrique, si la Communauté Internationale le prenait au mot et que ce soit l’UA seule qui en soit chargée – à part le fric et le matos bien sur – alors foncez vite chez vos notaires pour écrire ou revoir vos testaments car le malheur sera désormais à la porte de toutes nos maisons. Mais bon ses Grands savent que ce n’est qu’une blague qu’il leur répète chaque semaine depuis qu’il a été nommé roi du village africain.
  1. Les décisions et actions « positives » du mois :
  • Le 02, 25 parlementaires de l’opposition dite radicale ont introduit à l’Assemblée Nationale une demande de mise en accusation pour haute trahison du Président de la République. Ils lui reprochent les points suivants : violation de  son serment ; violation de la Constitution et d’autres lois de la République ; violations graves et caractérisées des droits humains ; actes attentatoires au maintien d’un environnement sain, durable favorable au développement du pays ; actes attentatoires à la paix et à l’unité nationale ; violation du principe de la séparation des pouvoirs et de la procédure. Et ensuite tout le monde a continué sur les autres faits divers.
  • Le 03, le Boss nous fausse compagnie pour assister au 51e sommet de la CEDEAO à Monrovia et aux travaux de lancement du projet régional d’énergie électrique. Ce projet d’interconnexion des réseaux électriques de la Côte d’Ivoire, du Liberia, de la Sierra Leone et de la Guinée (CLSG) vise la construction d’une ligne haute tension de 225 KV longue de 1.357 km avec 12 postes de transformation et deux centres de contrôle pour relier les quatre réseaux électriques nationaux. Les bénéficiaires directs du projet sont les populations de sa zone d’influence (24 millions d’habitants) qui disposeront d’une électricité fiable et à un coût compétitif (officiellement). Vu que le projet démarre au moment prévu de son achèvement initial (2017) il faudra compter d’autres grands retards pour la suite – souhaitons seulement que nous n’en soyons pas le responsable principal.
  • Le 07, notre ministre de la justice soumet au gouvernement l’examen de l’avant-projet de loi portant prévention, détection et répression de la corruption et des infractions assimilées. Pour lui « l’ampleur du fléau transnational que représentent la corruption et les infractions assimilées et les graves menaces transversales qu’il véhicule justifient l’élaboration de ce projet de loi visant essentiellement la garantie de l’intégrité et de la transparence dans la gestion des affaires publiques, privées et de la société civile ». Les sourires ont été difficiles à maîtriser lors de la présentation du texte en conseil des ministres.
  • Le 15, le tout nouveau « pont de Kaaka » dans la préfecture de Coyah a été inauguré par le boss venu spécialement en Guinée pour y assister.
  • Pour : avec la reconstruction du pont colonial de Kaaka, un des plus dignes symboles de l’échec de nos gouvernements successifs depuis 1958 vient enfin de disparaître et en plus cadeau, sans un sous de notre caisse unique (ou inique). Merci les frères japonais, nous en avons encore beaucoup comme ça à vous proposer, pardon et merci d’avance.
  • Contre : pour la mise en accusation pour haute trahison du PPAC le président de ce groupe parlementaire a déclaré à la presse : « Nous avons envoyé le courrier pour une première fois au Bureau de l’Assemblée Nationale qui n’a pas voulu tenir compte de cette proposition de mise en accusation du Chef de l’Etat ». Bien sur ce texte ira directement à la poubelle parlementaire mais il fallait quand même le tenter au moins une fois, pour que l’histoire retienne cette tentative de notre opposition opposée à tout le monde, y compris à ses propres membres.
  1. Les décisions et actions « négatives » du mois :
  • Le 01, un homme d’affaires opaques local, un protégé du PPAC, le bien nommé Aboubacar Camara est la risée des réseaux sociaux et des médias locaux en se prenant sérieusement pour le Roi de Kaloum. Quelques jours avant cela il avait organisé un carnaval avec tournée loufoque dans les rues du centre-ville (Kaloum) habillé grotesquement comme un roi du peuple Akan perdu en Guinée. Avant cela il se faisait déjà appeler le shériff de Kaloum avec des posters collés sur les baobabs et manguiers des quartiers. Le tout sous les regards admiratifs de notre administration à tous les niveaux du pays.
  • Le 05, suite aux querelles publiques interminables entre les commissaires gourmands de notre CENI, nous apprenons qu’une commission de réflexion interne sur les questions de renforcement de la gouvernance de la CENI vient de faire des propositions de solution pour la correction des dysfonctionnements et l’amélioration des conditions de travail – dans cette vie on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Si ces propositions arrivaient à être avalisées un commissaire pourrait toucher jusqu’à environ 750.000 GNF par mois (approx.13.000 Euros), ce en fonction des tâches exécutées et des périodes de l’année. Regardez ci-dessous les principales lignes proposées, n’incluant pas les allocations sous la table de rigueur. Et si cela passait sans action urgente pour le stopper on n’en reparlera plus jamais, les avantages acquis étant exclus de toute révision future. Pendant ce temps ils critiquent en majorité les étudiants impolis parce qu’ils demandent des tablettes pour étudier au XXIe siècle. Quelle tristesse !
Prime plénière période non électorale 4.000.000 FG et 2 millions /quinzaine

et 2 millions sur compte

Prime de plénière en période électorale 15.000.000 FG/ mois
Sécurité des commissaires 1.500.000 fg/mois
Prime de conduite des commissaires 1.000.000 FG/mois
Entretien véhicule 1.500.000 FG/mois
Vidange 700.000 FG/mois
Revalorisation carburant 7.200.000FG/ mois
Assurance Santé le couple et 2 enfants
Prime de mission à l’intérieur 1.500.000 FG/jour
Prime de risques de mission 700.000 FG/jour
Prime de missions à l’extérieur 250€/300$
Prime d’organisation d’une élection 100.000.000 FG
Prime du 13e mois salaire d’un mois
Prime des commissions Techniques 300.000 FG/ jour
missions Prise en charge en fonction du besoin 
  • Le 06, notre cabri national saute à Bruxelles pour prendre part à la 11e édition des journées européennes du développement les 07 et 08. Vraiment, il ne sait même plus quel prétexte utiliser pour fuir Conakry. Vraiment laissons les toubabs gérer seuls leurs problèmes de développement et concentrons-nous plutôt sur les nôtres.
  • Le 07, nous apprenons qu’une mission de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) séjourne à Conakry pour « aider la Guinée à installer une nouvelle CENI correspondant aux aspirations des politiques ». Ainsi on reprend les mêmes qui ont occasionné un désastre national en 2010 et on espère un résultat meilleur pour nos prochaines élections ? Mine de rien, le cordon ombilical est vraiment dur à trancher. Mais c’est bien vu aussi par notre grand enfarineur car elle sera une nouvelle fois un bon bouc émissaire pour expliquer et justifier le bordel électoral de 2020.
  • Le 07, encore des manifestations de la jeunesse, cette fois-ci de la ville minière de Kamsar (préfecture de Boké) pour protester contre le manque total d’électricité pendant plus de 3 jours. Cette intifada nous offre un petit aperçu de la situation sécuritaire à l’intérieur du pays : les journalistes ont demandé au sous-préfet si elle est allée sur place pour discuter avec eux pour les calmer. Elle leur répondit du tic au tac : «  ils ont de l’essence et des allumettes, je n’ose pas ». Le bilan final est d’un mort (un élève de 16 ans), une douzaine de blessés (civils, gendarmes et policiers), la mairie et le commissariat de police pillés et cassés presque entièrement. Avec comme d’habitude des barricades sur les rues principales, des véhicules et motos de pauvres civils brûlés-cadeau.
  • Le 08, malgré tout ce qui précède le boss s’envole vers Rome et ensuite plusieures autres escales avant le 18 vers Tokyo ! Les détails précis de toutes les escales présidentielles entre ces deux dates sont secret défense. En tous cas plusieures sont prévues chez lui, Place d’Italie et à l’hôtel Raphaël de Paris et chez nous, à Conakry.
  • Le 12, notre jet royal se pose à Berlin pour une rencontre sur le partenariat G20 – Afrique. Malgré tous les tam-tams hurlants du palais Satanya, le rapport final de la rencontre souligne : « Dans le cadre du partenariat du G20 avec l’Afrique, le ministère allemand de la coopération et du développement a choisi lundi les trois premiers pays africains qui vont bénéficier du programme « Investir pour un avenir commun » : la Côte d’Ivoire, le Ghana et la Tunisie. Des pays qualifiés de réformateurs notamment par la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque africaine de développement (BAD). L’implication de ces institutions financières internationales consistera à aider les pays du continent à prendre en charge l’assurance des risques qui inquiètent les investisseurs privés ». Oups, la secrétaire a oublié quelqu’un ! Voila ce qu’on appelle du concret suite à une visite officielle chez un gentil bailleur, pas une panoplie de photos avec les bosses rencontrés.
  • Le 14, à l’occasion d’une plénière de l’Assemblée nationale le géant du perchoir a encore prouvé toute son utilité : lors des débats un député a appelé ses collègues à observer une minute de silence à la mémoire de trois soldats guinéens tués le jeudi 08 juin au nord du Mali. Visiblement surpris par cette «  nouvelle » le Président de l’AN. marqua son étonnement. Il s’est donc rabattu sur celui assis à sa droite pour demander des précisions sur ce mystère pour lui. Malheureusement son micro n’était pas fermé et nous avons ainsi compris que la 2e personnalité du pays, le successeur du chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir était totalement déconnecté de l’actualité dramatique de son pays. Trop occupé à compter les résultats financiers de ses petits bizness dès qu’il sort du bureau sans doute.
  • Le 14, le ministre des affaires étrangères français Jean Yves Le Drian fait une escale expresse de quelques heures à Conakry avant de continuer sur Dakar où il passera la nuit. Sûrement pour calmer les bouderies de notre mégalo parce que le Président Macron avait refusé de le recevoir en tête à tête privé à Bruxelles et Paris la semaine précédente. A Dakar Le Drian a tenu sa conférence de presse finale avec son homologue sénégalais alors que chez nous c’était avec le président de l’Union Africaine, son homologue guinéen. A chacun ses héros et zéros !
  • Le 15, nous apprenons que le ministre en charge de l’administration et de la décentralisation a présenté en conseil des ministres l’état d’avancement de la professionnalisation de la gestion des déchets solides à Conakry. En conclusion on peut retenir qu’il faudra attendre le dernier trimestre 2017 pour procéder au lancement des appels d’offres et le recrutement de l’entreprise chargée du transfert et de la mise en stockage des déchets solides à la décharge de la minière. Ensuite il faudra attendre le premier trimestre 2018 pour le démarrage des activités de l’entreprise retenue. En résumé il ne faut rien espérer dans ce secteur aussi d’ici la fin du Sanseman 2.0 en 2020.
  • Le 16, les troubadours du chef inaugurent 2 statues métalliques géantes à l’entrée de Kaloum, le centre-ville. La 1e qui représente Nelson Mandela mesure 3 mètres de hauteur. La seconde qui mesure 6 mètres et pèse 6.5 tonnes a plusieurs facettes. La 1e n’est autre qu’une portait géant du PPAC ricanant, la 2e représente la statue Nimba, symbole national de la fertilité et la 3e facette un livre ouvert avec des citations d’auteurs français du passé et les paroles prophétiques du pasteur M.L. King I have a dream !! Il faut préciser que le cadeau vient d’une fondation privée minière Libano-PPACienne qui fait justement son beurre dans la préfecture de Boké secouée depuis plus de deux mois par le ras-le-bol généralisé dans ses villes en raison de l’absence presque totale d’eau courante, d’électricité et de retombées visibles des bizness miniers locaux – sauf pour un petit groupe de bénis politiques et administratifs.
  • Le 16, le ministre de l’énergie nous trouve une nouvelle explication pour les coupures devenues presque généralisées de l’électricité à Conakry : « c’est les fortes pluies et les orages » ! Vraiment notre pays est grave, quand c’est la saison sèche d’étiage on n’a pas de courant par absence d’eau dans les barrages et ensuite quand il pleut c’est encore la même chose par excès d’eau dans les barrages. Le barrage de Kaleta est vraiment le plus grand joke du siècle en Guinée.
  • Le 16, le PPAC décrète le directeur général de la police comme conseiller à la Présidence avec rang ministre. On se souviendra qu’en novembre 2016 il a été parmi les 1e mamayeurs à parler de 3e mandat à vie pour son boss. Il gagne donc la médaille d’or de la démagogie nationale et la course est maintenant bien lancée pour les 2 autres médailles. Petit désavantage pour lui quand même : il rejoint le cimetière des cadres de la présidence et perd du coup les retombées très juteuses des rapines de notre flicaille. Il semble même que son supérieur hiérarchique, le ministre de la sécurité publique aurait offert un banquet privé pour fêter sa mise à la casse nationale. On ne peut quand même pas gagner de tous les cotés.
  • Le 18, c’est sayonara vers le Japon où il va rencontrer son frère de la FEANF et ami de 60 ans, l’Empereur Akihito. Petite consolation pour nous : il a voyagé dans le vol régulier d’Air France, petit retard de trésorerie de Dubaï sans doute. Il va enfin avoir une photo au mont Fuji-Yama, une des rares qui manquait dans son bureau.
  • Le 24, il participe à son 1e safari à Kampala en Ouganda pour bien se moquer de notre misère. Avant c’était des voyages mensuels, maintenant ils sont hebdomadaires.
  • Le 27, le secrétaire d’état américain dévoile le « rapport 2017 sur le trafic d’être humain ». Il fait une liste noire des pays ne combattant pas suffisamment le trafic d’êtres humains, qui compte 23 pays dont la Syrie, la Chine, la Corée du Nord et la Russie, La RDC, le Congo-Brazzaville, le Mali ….ET notre Guinée chérie. Selon la presse américaine trois d’entre eux, dont nous, font donc leur entrée dans le « tier 3 », au plus bas de l’échelle. Ils peuvent donc faire l’objet de sanctions allant de restrictions dans l’assistance américaine à l’arrêt des échanges culturels ou éducatifs. Il semblerait en réalité, selon les détails du rapport que la Guinée se retrouve sur cette liste noire pas parce qu’elle utilise des enfants soldats mais parce que partent illégalement de chez nous de nombreux mineurs vers les pays de la sous-région (Sénégal, Gambie, Mauritanie) et vers les pays du Golfe ce qui est bien documenté avec des données chiffrées. Les Américains n’auraient pas apprécié le laxisme de l’Etat à lutter efficacement contre ce fléau en dehors du lip service On apprend parfois dans la presse locale que certains trafiquants se sont faits pincer par nos bandits en treillis mais comme toujours chez nous les présumés coupables, très friquées grâce à leur bizness, sont relâchés après une visite de courtoisie à la case prison.
  • Le 27, nous apprenons que selon le « Natrural Resource Gouvernance Institute » (NRGI) américain, l’indice de gouvernance des ressources naturelles 2017 (données de 2015 et 2016) a classé le secteur minier de la Guinée en 63e position parmi les 89 évaluations réalisées dans le monde et en 20e position parmi les 31 évaluations effectuées en Afrique subsaharienne. Cet indice évalue la façon dont les pays riches en ressources naturelles gèrent leurs richesses pétrolières, gazières et minérales. Nous culminons au dessus des pires cancres du continent avec une note de 38 points sur 100 (ou 8 sur 20 en termes plus clairs pour les cadres du ministère). Pour la composante de gestion des revenus de l’indice nous sommes classés 78è sur les 89 réalisées ; pour la composante « conditions générales de gouvernance » nous obtenons 37 points sur 100, une moyenne légèrement inférieure à celle de l’Afrique Subsaharienne (39 points) ; pour une sous-composante de l’indice en matière d’octroi des licences nous obtenons notre plus haute note avec 62 points sur 100. Et toc pour la reforme réussie du nouveau code minier et le redressement spectaculaire de ce secteur grâce au Sanseman.
  • Le 28, encore une virée, cette fois-ci c’est à N’Djamena au Tchad et, croyez-moi ou pas, pour participer à un forum africain de la jeunesse. A plus de 80 ans il fera tache dans cette rave. En fait c’était juste pour consolider son nouveau record Guinness : 7 visites officielles à l’étranger (Liberia, Belgique, Italie, Allemagne, Japon, Uganda et Tchad) en 1 mois (soit une moyenne légèrement supérieure à une tous les 4 jours) avec 10 passages par Paris !
  • Pour : comme chaque mois, R.A.S…
  • Contre : pour l’affaire Bobodi tout a commencé le 28 mai lorsqu’une fondation ivoirienne obscure mais rusée avait décerné au guignol le « prix africain pour le développement, meilleur artisan des œuvres sociales » et l’avait couronné « Roi Nana Kouassi Bobody 1er, Roi de l’Afrique ». Résultat il fait depuis ce qu’il veut en ville. L’anarchie de la jungle est bien installée maintenant, raison pour laquelle des jeunes peuvent brûler des présumés voleurs en plein jour et en plein ramadan sans aucune réaction sérieuse de nos leaders. Cette affaire sert néanmoins de Dadis-show pour détendre un peu l’humeur morose des milliers de miséreux et paumés particulièrement en plein mois de carême. Dans le cadre de la mobilisation de la société civile pour la prochaine campagne du 3e mandat, les distributions de prix du Sanseman s’accélèrent ce mois-ci : 750.000 GNF par journaliste choisi sur le volet pour venir dîner avec le boss au palais Satanya, puis des 4×4 rutilantes pour un groupe bien choisi d’imams venus de tout le pays et enfin quelques voitures et de l’argent de poche pour les artistes-militants RPCistes. Les réponses de nos seuls artistes à audience internationale tels Takana Zion et Ali Kamano ont été immediates : « Même si vous donnez 100 voitures à chaque imam, une villa à chaque journaliste, 10 sacs de riz à chaque mendiant, nous combattrons ce régime partial qui de jour en jour tombe dans la dictature » et « Dites-lui d’octroyer des limousines ou des Jaguars, des Bentley ou des Mercedes, des Wranglers ou des BMW aux artistes qui n’ont aucunement pas de crédibilité aux yeux du peuple… Dites à Alpha que les peuples c’est comme de l’eau, quand ça dort, tu peux en abuser, mais quand elle se réveille, elle ravage tout sur son passage ». Quant au flic-mamayeur qui avait exigé un mandat à vie il est, certes en retard, nommé ministre. La course à la bassesse est bien lancée maintenant. Au fait puisque nous sommes officiellement un pays laïque, nos prêtres chrétiens et anglicans devraient eux aussi organiser une grève et une marche sur l’axe de la liberté s’ils veulent eux aussi des carrosses de la république.

 

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 2382e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » – déjà 06 ANS, 06 mois et 10 jours ! Aladji-Professeur-Président voici ma suggestion SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable et Temporellement définie) du mois pour améliorer un peu votre Sanseman : il faut cesser d’insulter le monde autour de vous, y compris en public devant les cameras qui enregistrent pour l’avenir vos gaffes historiques. Les insultes n’y feront rien, il faut plutôt cesser votre affaire de promesses-bidon. Sinon ça va barder de plus en plus chaque fois que vous ouvrirez la bouche. Nos enfants ne sont pas comme nous : dès qu’on décorne devant eux ils réagissent au quart de tour, Walahi ! Tristes effets secondaires : le recteur d’une université de la capitale et le vice-recteur d’une autre ont sur le coup fait des malaises cardiaques sur la tribune et ont du être évacués par les services sanitaires d’urgence. L’un des deux n’y a pas survécu ! Le plus inoubliable était votre gestuelle, gambadant sur la scène entouré de vos gorilles comme un fou devant une bande d’ados excités qui répondaient directement à vos invectives. Puis sautillant sur place les poings fermés, exhibant ainsi pour la postérité votre talent incontesté de professeur de la danse du « saut de cabri », une digne réponse nationale au dombolo et mapouka congolais ainsi qu’au coupé-décalé ivoirien. Sachez que même en Guinée le chef suprême doit respecter sa parole donnée. Qui plus est, quoi de pire que de faire miroiter à de pauvres universitaires de tablettes qu’ils devront quand même acheter à 50 US$ dont un pourcentage sera évidemment reversé à vos seconds-couteaux en charge de leur formation gratuite. Partout ailleurs ils rêvent d’universités d’excellence avec des labos de pointe, de partenariats et d’échanges universitaires avec l’élite mondiale comme dans presque tous les pays de la CEDEAO maintenant. Mais chez nous ils sont poussés à rêver de tablettes ! Comme vous l’a si bien écrit un de ces étudiants si mal formés selon vous « un homme fort c’est quelqu’un qui sait maitriser sa colère. Quelque soit la situation il n’avait pas le droit de tomber si bas ». Et pourtant lui n’a pas fait la Sorbonne comme vous. Mr le PPAC finalement je vous renvoie votre balle : c’est vous qui êtes mal élevé, mal éduqué et indigne de ces enfants et de nous tous. Un ou deux « pétage de plombs » pareils et vous ferez un A.V.C. sur la scène, alors courage les jeunes. Quant à votre petite démonstration de la danse du « saut de cabri » sur de la photo officielle du sommet de Berlin (le 12 juin) il ne faut plus jamais refaire ça, yandi !

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2013. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s