Une Nouvelle Voie (Juillet 2017) : le nationalisme désuet et populiste du chef intérimaire du village Afrique

Bienvenue à mon bilan du 19e mois de la Condécratie version 2.0. Je continue mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois:
  • « Je suis optimiste pour l’Afrique, mettons fin à l’afro-pessimisme. Changeons de vocabulaire. N’acceptons plus des vocabulaires qui nous sont imposés par des sociologues occidentaux qui ne correspondent pas à la réalité. L’Afrique doit s’approprier de son vocabulaire, sa démocratie, sa bonne gouvernance… Quand vous parlez de démographie galopante, c’est contre l’Afrique… Les autres continents nous envient notre démographie parce que c’est des peuples vieillissants et nous, la jeunesse est notre avantage… L’Afrique doit maitriser son destin… Nous ne voulons pas l’impunité. Mais nous ne voulons pas d’un tribunal à la Haye qui est un tribunal pour les africains comme si les dictateurs étaient en Afrique seulement. Nous allons créer un tribunal pénal africain parce que si un chef d’Etat malmène un peuple, on doit le juger. Mais ce n’est plus l’extérieur qui doit nous dicter ce qu’on fera… Avant les peuples ne se reconnaissaient pas en l’Union Africaine. On pensait que c’est un syndicat des chefs d’Etat qui ne se préoccupait pas de la population. Nous avons décidé de changer les choses. D’abord, en prenant nos responsabilités financières. Parce que quand vous dépendez de quelqu’un financièrement vous n’êtes pas indépendants… Les règles de la démocratie s’appliquent à une situation concrète. La France a sa situation, les Etats-Unis ont leur situation aussi. Personne ne nous dira ceci ou cela. Seuls les peuples africains sont maitres de leur destin. Nous on ne se mêle pas des élections en Angleterre ou aux Etats-Unis. Nous ne voulons plus d’ambassadeurs proconsuls comme au temps de Rome. Il y avait Rome et les proconsuls qui dirigeaient des provinces. Nous ne sommes pas des provinces, nous sommes un continent libre et indépendant. Nous voulons des partenaires, mais sur la base d’égalité. Nous ne voulons plus des donneurs de leçons surtout qu’ils n’appliquent pas ces leçons chez eux. Quand nous voyons les sondages, ça montre comment beaucoup de gouvernements européens sont coupés de leurs peuples » (le 30, lors de la clôture du forum de la jeunesse à Ndjamena).
  • « Tous les problèmes que l’Afrique connait sont dus à des interventions étrangères… Nous sommes prêts à collaborer avec tout le monde mais l’Afrique est désormais majeure, elle prendra ses décisions sans aucune interférence extérieure, elle respectera les autres, elle fera tout pour mettre fin au terrorisme, à l’immigration qui est une nouvelle forme d’esclavage. La première forme d’esclavage qui a vidé l’Afrique de ses forces vives, nous a empêchés d’être au rendez-vous de la première révolution industrielle. Faisons en sorte que cette deuxième forme d’esclavage que constitue l’immigration ne nous prive pas d’être au rendez-vous de la quatrième révolution industrielle qui est l’économie numérique. Nous avons décidé désormais que les problèmes africains seront résolus par les africains et qu’il n’y ait plus d’ingérence. Nous avons montré que quand l’Afrique parle d’une seule voix on est écouté. Sur chaque problème, il y a un chef d’Etat qui est chargé de parler seul au nom de l’Afrique après que l’Union Africaine ait pris position… Nous ne voulons pas qu’on pense qu’on peut nous acheter en nous divisant pour qu’on prenne des positions. L’Afrique doit définir sa voie de démocratie. C’est vrai qu’il y a des principes universels, mais il est important qu’on laisse les Africains adopter ces principes universels à leur condition… Il n’y aura plus de cacophonie… Quand l’Afrique est unie on gagne. (le 03, à l’ouverture du sommet de l’UA).
  • « Pourquoi l’Afrique a raté la première révolution industrielle, contrairement à l’Europe? A cause de l’esclavage. Parce que l’esclavage, en vidant l’Afrique de ses forces vives, cela n’a pas permis à l’Afrique d’être au rendez-vous de la première révolution industrielle. Aujourd’hui, nous sommes à la quatrième Révolution Industrielle, c’est-à-dire l’économie numérique. Est ce que la nouvelle forme d’esclavage qui est l’immigration va-t-elle nous empêcher d’être au rendez-vous de cette quatrième révolution industrielle ? Non. Pourquoi ? Parce que l’Afrique a pris conscience d’elle même. L’Afrique a décidé de prendre son destin en main. Et, aujourd’hui, nous voyons comment la jeunesse africaine maîtrise les nouvelles technologies… L’Afrique est le continent de l’avenir. La nouvelle Afrique est en marche» (le 06, à Hambourg, en marge du sommet du G20).
  • « Nous avons dit au Président Trump que nous on ne pollue pas mais on est les plus pollués. Il faut qu’on lutte contre le réchauffement de la planète qui occasionne la pauvreté, la migration et terrorisme »  (le 06, suite à un échange avec Donald Trump au sommet G20).
  • « Nous ne voulons plus demander l’avis de la France ou de l’Angleterre pour prendre une décision. C’est pourquoi j’ai dit à Abidjan qu’il faut couper le cordon ombilical. Nous ne voulons plus qu’on nous impose quelque chose. Nous sommes d’accord pour la démocratie qui a des règles universelles. Mais la démocratie en France n’est pas la même en Espagne. Montesquieu (en réalité Blaise Pascal !) disait  ‘vérité en deçà des Pyrénées erreur au-delà’. Nous ne voulons plus qu’on nous dicte qu’est-ce que la démocratie. Nous voulons appliquer nous-mêmes les règles universelles de la démocratie … Madame Merkel va avoir son quatrième mandat. Qui parle ? Personne !… Nous ne voulons plus que des gens nous dictent ce que nous devons faire. Nous voulons appliquer les règles de la démocratie mais dans nos conditions, les réalités de nos pays. La France n’est pas le Cameroun, la Guinée n’est pas l’Angleterre. La démocratie anglaise est différente de celle de la France. La démocratie française est différente aussi de la démocratie Allemande. Donc, il faut qu’on accepte aussi que les règles démocratiques soient adaptées à chaque cas concret… J’ai mis en place la comptabilité-matière. Désormais tout ce qui appartient à l’Etat doit être marqué. Cette mesure vise à éviter que des cadres véreux n’emportent les biens de l’Etat après leur limogeage. Avant, quand un ministre quitte il ramasse tout y compris les climatiseurs. Mais maintenant on a tout marqué. Mieux que ça, avant de faire un remaniement ministériel j’amène des gendarmes devant tous les ministères. Quand le remaniement est fait le ministre sortant ne peut plus rentrer dans son bureau. C’est seulement au moment de la passation de service qu’il peut accéder à son bureau pour distinguer ce qui lui appartient et ce qui appartient à l’Etat… On fait de la pomme de terre et autres, mais on ne veut manger que du riz et de la viande. Or, il y a beaucoup de maladies comme le diabète, les AVC dues à la nourriture. Nous vous voulons être autosuffisants d’ici fin 2018. C’est-à-dire ne plus importer du riz. Le retard que la Guinée a accusé dans le domaine de l’agriculture peut être un avantage  » (le 08, devant des mamayeurs du Sanseman à Hambourg).
  • « Je suis très optimiste pour l’avenir ! Bien sûr que tout le monde ne veut pas le changement surtout les cadres. Il faut dire la vérité, les cadres guinéens ne veulent pas de changement, ce qui les préoccupe c’est l’argent et le poste et puis détruire l’argent. C’est pourquoi nous sommes en train de modifier beaucoup. Nous avons fait un concours des jeunes appelés 518. Nous avons presque tous les DAAF parce que toute la corruption passait par les DAAF, pour mettre en place des jeunes sortis de nos universités, ils n’ont jamais géré donc ils ne connaissent pas ces mauvaises habitudes… Les ministres sont contre eux parce que ces ministres n’arrivent pas à les manipuler. Ils ont des règles précises, si les  règles ne sont pas remplies ils refusent. En Guinée qu’est-ce qu’on  faisait avant ? On signe un contrat avec les Guiter- là (homme d’affaire membre de sa belle-famille) pour fournir 10 véhicules. On paye les véhicules qui n’existent pas. On dit bien que ça été payé mais ça n’existe pas. Il y a une complicité. Ils se partagent l’argent alors qu’il n’y a pas de véhicules. Pour lutter contre ce phénomène nous avons mis un système en place pour lutter contre ce détournement. Maintenant tout ce qui appartient à l’Etat doit être marqué. A la présidence j’ai créé un bureau de stratégie très fort dirigé par Kassory (l’un des plus grands voleurs de tous les temps). Il est  accompagné de jeunes cadres. Ça veut dire que les gens ont des points focaux à la présidence, ils travaillent avec la présidence, c’est nous-mêmes qui prenons les rendez-vous. Par exemple avec les ministres c’est la présidence qui appelle pour prendre les rendez-vous, le ministre sera obligé de recevoir les hommes d’affaires et de faire en sorte que ces derniers ne trainent pas beaucoup… Les universités privées nous coûtent très cher. Tous les ministres qui sont venus, chacun a construit une université privée. Des universités qui ne servent à rien et qui ne forment que des chômeurs. On a constaté après la biométrie qu’il y a des universités où la moitié des étudiants déclarés n’existe pas. Nous ne payerons qu’en fonction des étudiants existants» (le 14, lors d’une de ses mamayas habituelles).
  • « Lorsque nous avons voulu ouvrir les compteurs prépayés, plus avantageux, ils (les travailleurs d’EDG) sont allés mentir aux citoyens afin de continuer à frauder. Mais tout ça doit finir. Ou les travailleurs se redressent, ou nous sommes obligés de les redresser. Ou EDG se redresse, ou nous sommes obligés de redresser EDG. Ou le ministre de l’énergie se redresse ou nous serons obligés de le redresser » (le 20, lors de la cérémonie de lancement des travaux du centre de dispatching électrique national).
  • « Le pays est en marche, le progrès est en cours comme l’a dit Kassory, même si à un moment il fait l’imbécile en étant de l’autre coté…Il y a des bons cadres en Guinée. Aidez-nous à les ressortir parce qu’il y a des gens, des ministres, qui ont peur et qui envoient des gens qui m’envoient souvent des messages pour dire ‘Président, Tibou te trompes, on l’a vu chez tel ; Kassory est comme ça ; si tu nommes tel, nous allons manifester’. Malheureusement quand je vois les messages j’essaie de rappeler mais il se trouve que la personne a enlevé la puce pour la jeter. Donc, ça fait que maintenant je reçois des centaines de messages que je n’ouvre même plus… Il est vrai aussi que nous avons été victimes comme je l’ai dit même ce matin à l’ambassadeur de France que nous avons été victimes de De Gaulle et de certains chefs d’Etat qui ont tout fait pour que la Guinée n’avance pas. Nous avons été victimes de l’obscurité pendant un moment et grâce à Dieu nous avons de l’électricité. Personne en Guinée ni à l’extérieur ne pourra plus ramener la Guinée dans l’obscurité » (le 23, en recevant une délégation de nouveaux mamayeurs du Fouta).
  • Pour : vraiment boss vous avez dit vrai au sujet de l’esclavage du XXIe siècle, l’immigration clandestine, mais vous devriez aussi expliquer que cette fois-ci les vendeurs sont les dictateurs comme vous qui poussez tous ces jeunes à préférer ce risque plutôt que de vivre sous votre gouvernance et les acheteurs sont la Méditerranée et les camps de survivants en Europe.
  • Contre : incroyable comment le PPAC ressort de plus en plus souvent le même 33 tours de sa collection impressionnante de disques FEANFistes anticoloniaux : il répète les mêmes phrases depuis qu’il est Président de l’UA (Union Africaine) en exagérant un peu plus chaque fois comme pour se convaincre lui-même que ses rêves sont maintenant des réalités africaines. Un compatriote avisé (Abdoul Diala Bah) résume bien ce qu’il faut penser des déclarations de ce « coq qui chante sur son tas de fumier » : « Pourquoi 58 ans après « l’indépendance » du pays sommes-nous encore incapables d’assurer le financement de nos consultations électorales. Le pays est devenu un éternel assisté. Il faut que « les partenaires » nous viennent au secours financier à chaque élection. C’est un honte d’entendre de la bouche de nos gouvernants « nous attendons le soutien de tel ou tel bailleur de fonds pour l’organisation des élections ». Avec de telles dépendances financières extérieures, il n’y aura jamais cette indépendance tant souhaitée et réclamée ». Papa-promesses a encore frappé fort ce mois-ci en recevant des étudiants venus lui « demander pardon » à relents révolutionnaires suite à leurs railleries du mois dernier : « nous allons construire une usine de montage de tablettes à Mamou ». Il est capable de nous proposer de construire des ponts même là où il n’y a pas de rivière, sans même un sourire !
  1. Les décisions et actions « positives » du mois :
  • Le 04, le « Président » Bakary Fofana est destitué à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) par coup d’état interne à l’issue d’une plénière extraordinaire de ses commissaires. Contesté par tout le monde en Guinée il est finalement poignardé dans sa propre maison. Son crime selon ses adjoints n’est pas de détourner presque tout le budget de l’institution mais plutôt de refuser ensuite de le partager équitablement avec eux.
  • Le 06, la cellule de communication du gouvernement annonce que le PPAC a reçu un prix de l’ONG Africa Verein en Allemagne. Selon elle cette distinction est décernée à la personnalité de l’année.
  • Pour : bravo au PPAC pour avoir contredit en coulisse mais sans ménagement les instructions officielles de certains petits faucons excités, comme les maires des communes Kaloum et Matoto et le ministre de l’administration, d’interdire les meetings totalement pacifiques de partis de l’opposition, en espérant ainsi bien cirer les babouches de leur boss. Et pan sur leur bec par leur demi-dieu ! Résultat, ambiance bon enfant entre mili-chiens et militants et aucun dégât humain et matériel, comme cela aurait du être le cas depuis le 1e de ces meetings et marches en 2011. Mais aussi et surtout fin calcul politique et enfarinage en règle de notre boulanger national, avec de nombreuses arrière-pensées évidentes, afin d’arrondir les angles internationaux sur sa tendance dictatoriale exponentielle et ses velléités de plus en plus évidentes de faire modifier la constitution pour un 3e mandat présidentiel.
  • Contre : le plus ravi aujourd’hui de l’expulsion du président de la CENI est le PPAC parce que les revendications d’organisation immédiate des élections communales sont ainsi reportées ad vitam aeternam. Vraiment le boss est trop fort pour nous – impossible pour ses opposants de jouer dans sa 1e division de fourberies. Concernant le prix allemand, selon le site Web de l’ONG elle « encourage l’échange entre les acteurs allemands et africains opérant dans le monde économique et politique. Elle entend ainsi donner une nouvelle image de l’Afrique en Allemagne ». Il s’agit donc d’un autre prix en chocolat pour flatter un pédant africain et préparer de juteux marchés pour l’avenir. Qui est l’idiot dans tout ce cinéma ?
  1. Les décisions et actions « négatives » du mois :
  • Le 01, nous apprenons que la ministre de l’économie et des finances a soumis au dernier conseil des ministres un projet de loi portant validation des comptes des comptables publics de 1958 à 2010. L’élément phare est l’article 3 demandant « la possibilité de poursuivre, le cas échéant, les comptables publics et toute autre personne auteure de fautes de gestion au cours de la période concernée ». Pour ceux d’après 2010, pas de problèmes à l’horizon car ils sont tous des petits saints intouchables.
  • Le 01, ‘Air Guinée One’ décolle de nouveau, cette fois-ci c’est pour Addis-Abeba en Ethiopie pour la 29è session ordinaire du sommet de l’UA. Papy-promesses sera attendu de pied ferme par ses pairs moqueurs après avoir clamé partout où il est passé récemment que l’institution fera peau neuve grâce à lui, comme si un morceau de bois pouvait se transformer en poisson en restant longtemps dans l’eau.
  • Le 06, notre diplomagie-photo fait de nouveaux progrès : le boss débarque à Hambourg en Allemagne pour le sommet du G20 pour essayer de vendre les reliquats chinois du pays aux investisseurs européens. Cette fois-ci sur la photo de famille il est beaucoup plus proche de Donald Trump que pour les 2 précédentes rencontres (Ryad et Sicile). Sur une vidéo on l’aperçoit clairement faire une courbette révérencieuse devant lui alors que son ministre Kerfalla Yansane le salue plus dignement. Comme quoi chacun a quelqu’un devant qui se courber, même l’homme-Etat guinéen.
  • Le 07, selon les analyses des principaux journalistes africains et internationaux l’échec du sommet de l’UA des 03 et 04 semble être le résultat final de la présidence annuelle du PPAC. En voici un exemple dans la presse locale (Moise Sidibé) : « Le 29ème sommet de l’UA est loin d’être un succès, un euphémisme. Non seulement les absents étaient nombreux, peut-être à cause des objectifs fixés de façon peu consensuelle mais volontariste d’un groupuscule composé d’Alpha Condé, de Paul Kagamé et de Idriss Deby, les mousquetaires les plus en vue de ce machin ». Le boss rêvait de mener ses pairs comme il le fait avec son peuple sans savoir qu’il était assis dans cette assemblée avec des bandits mille fois plus forts que lui.
  • Le 10, un journaliste (B. Doumba) nous montre qu’une nouvelle phase du chaos local a été entamée : « Sous haute surveillance pour empêcher la triche des candidats au baccalauréat n’ont pas apprécié l’attitude des surveillants qui étaient contre toute communication suspecte dans les salles d’examen. Enervés par le fait qu’ils n’ont pas pu copier, des candidats à l’école primaire du centre n’ont pas trouvé mieux que de séquestrer les surveillants et délégués. Des véhicules stationnés dans ledit centre ont été caillaissés par ces adeptes de la triche devenue une pratique courante dans les établissements d’enseignement. Aussitôt informé, le ministre Ibrahima Kalil Konaté a annoncé une série de mesures prises par son département : la directrice communale de l’éducation ainsi que le chargé des examens de Kaloum reçoivent un avertissement pour négligence. L’ensemble des candidats affrontant les épreuves à l’école primaire du centre écopent d’un avertissement ». Quelle efficacité de la part de ce septuagénaire, membre du « gouvernement de jeunes cadres dynamiques maitrisant l’outil informatique » selon son boss !
  • Le 15, le PPAC décrète la réquisition du train urbain « Conakry Express » qui appartient à une société privée chinoise (China International Fund} en raison d’un contentieux commercial. Le pire c’est que c’est nous avons une dette impayée de 42 millions USD envers elle mais l’argument selon le directeur des chemins de fer de Guinée est que cette dette date depuis 2010 et donc on ne comprend pas que les chinois ne puissent attendre un peu plus (que 7 ans !) pour être remboursés. Encore une fois la méthode habituelle des voyous populistes, le « tu sais qui je suis ? » national, pour régler un différend commercial. Nous serons surement le 1e pays africain qui aura réussi à faire fuir même les investisseurs-requins chinois, pourtant les pires escrocs économiques de la planète.
  • Pour : comme chaque mois, R.A.S…
  • Contre : je commencerais par l’histoire de l’Honorable député de l’opposition qui a été filmé en flagrant délit de vol de la tablette d’un autre Honoré dans une salle où ils se partageaient en coulisse nos impôts pour leurs frais de carburant. Vrai ou faux, n’ayant pas vu le film, le fait même que la victime ait refusée un dédommagement financier plus important que le prix de cette tablette neuve pour lui fermer la bouche et que donc la tablette ait ensuite été rendue le lendemain plaide effectivement contre cet escroc bien connu par ailleurs pour ses exploits autant en Guinée, au Mali et au Sénégal que quand il était ministre de l’agriculture, où il s’était fait une réputation de grand marchand des engrais de l’Etat. Par ailleurs je pensais bien l’avoir aperçu au milieu des étudiants qui se moquaient du PPAC pour ses promesses de tablettes lors du forum de l’étudiant (humour). Pardon boss, il faut lancer rapidement le programme « un député – une tablette » pour les calmer un peu. Le reste transparait comme un furoncle sur le nez dans tous les points suscités.

 

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 2413e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » – déjà 06 ans, 07 mois et 10 jours ! Aladji-Professeur-Président voici ma suggestion SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable et Temporellement définie) du mois pour améliorer un peu votre Sanseman : pardon il faut cesser de vous ridiculiser devant la jeunesse africaine qui subit tous les jours les fausses promesses de nos dictateurs à vie. Qui vous et vos pairs croyez tromper aujourd’hui ? Qui sont les responsables de cette fuite exponentielle vers des horizons théoriquement plus prometteurs, au mépris de tous les risques envisageables. Oui, vous offrez aujourd’hui de l’UA l’image d’un syndicat de mafieux qui ne discutent que de leur maintien à vie au pouvoir en essayant de faire front commun contre tous ceux qui essaieront de leur faire des leçons de bonne gouvernance. Vous jouez aux fiérots entre vous et devant nous mais vous passez la majorité de votre temps à faire le tour du monde toutes les semaines pour tendre la main et dire pleins de « merci patron » à vos hôtes toujours bien choisis. Vraiment vous faites honte et pitié à tous les peuples du continent. Vous nous avez offert encore ce mois-ci un nouveau pétage de plomb mémorable, cette fois-ci à l’étranger, au sommet de l’UA, suite à une altercation grotesque avec la délégation sénégalaise, et pour lequel vous aviez entièrement tort. Voici le compte-rendu de la presse sénégalaise (senemedia.com) : «  le ministre des affaires étrangères sénégalais conclut :vous savez, messieurs les Présidents, le Président Sall a déjà annoncé qu’il n’est pas candidat pour un renouvellement de son mandat après sa réélection à ce poste à l’unanimité. Il a déclaré qu’il ne sera pas candidat pour un nouveau mandat, parce que, par principe, le président Macky Sall n’est pas pour les troisièmes mandats successifs “. C’est cette dernière phrase qui enflamme le président Alpha Condé, piqué au vif, dans un état de colère indescriptible, pensant que le ministre sénégalais faisait allusion à la situation intérieure à la Guinée, avec les intentions qui lui sont prêtées de briguer un troisième mandat. ” Vous allez me donner des leçons, moi professeur Condé, qui ai imposé la démocratie à la Guinée après des décennies de combat ? Allez vous faire f…” a déclaré le président Condé, entres autres gros mots que la décence ne permet pas de relater. Les autres Chefs d’Etat, choqués, atterrés par les bassesses répétées du Guinéen, ont demandé le retrait pur et simple de ce point sorti de nulle part. Le Sénégal finira par obtenir gain de cause. Interrogés, de nombreux chefs de délégation ont insisté sur le fait que ce qui dérange le plus le président Guinéen c’est que, fort de son titre de président du NEPAD, le président Macky Sall est invité partout. Ce que ne supporte pas le président Condé. Et la rencontre à Hambourg, il la voulait sans son jeune voisin Sénégalais. La dissolution du NEPAD aurait en effet eu pour conséquence l’annulation de la visite du président Macky Sall en Allemagne. En réponse la semaine suivante lors du sommet de Hambourg Sall lui aurait balancé un cinglant « Si vous voulez du Sékou Touré – Senghor, je suis prêt ». Ainsi votre mauvaise éducation vient de franchir nos frontières nationales. Pardon, clamez-vous et descendez de votre petit nuage – vous n’êtes qu’un simple mortel et  l’un des pires Guinéens dont les extravagances ne seront jamais oubliées ni pardonnées chez lui.

Advertisements

About A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
This entry was posted in 2017. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s