Une Nouvelle Voie (Mars 2019) : « vous n’êtes pas des étrangers ? Alors je vais raser vos maisons et il n’y aura pas d’état d’âme »

Bienvenue à mon bilan du 39e mois de la Condécratie version 2.0. Je continue mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois:
  • « Les gens vont jusqu’à construire sur la mangrove. Et lorsque j’ai cassé les maisons dans la forêt les gens ont commencé à crier. Mais un mois après il y a eu mille morts à Freetown. Et on a repêché des corps jusqu’au port de Conakry. Parce que l’indiscipline les emmène à construire là où il y a les marécages. Or on sait très bien que si vous construisez là, en saison des pluies la maison va partir. La deuxième République a dégagé Kaporo-rails à 60%. Il restait un peu. Mais là aussi les gens sont venus occuper de nouveau et de façon illégale. Il n’y aura pas d’état d’âme pour tous ceux qui occuperont les domaines de l’État. Et toute autorité qui revendra un domaine de l’état sera sanctionnée et on récupérera… Désormais personne ne verra l’espèce. Jusqu’à 10 millions ça sera par monnaie électronique. Au-delà de 10 millions par virement bancaire. Parce que la Guinée a la spécialité, même les chèques barrés n’ont pas de valeur. Mon cher frère de la Banque mondiale, même les chèques barrés on annule. Ensuite désormais celui qui ne paie pas les impôts ne peut pas importer. L’autre faiblesse de l’Etat c’est la lenteur, la bureaucratie. Ce qu’on doit faire en deux ou trois jours, en Guinée, on fait une semaine ou un mois pour le faire… Parfois il arrive même qu’il n’y ait pas une certaine liaison directe entre les impôts, le trésor et la banque centrale alors que nous sommes à l’ère de l’informatisation. Voilà tout un ensemble de cas au niveau de l’état qui freinent notre développement économique. Au niveau du privé la première chose c’est qu’il n’y a pas de privé en Guinée. Vous avez au moins trois structures patronales. Et plus souvent ce ne sont pas des industriels. C’est le secteur du commerce qui se réunit. Deuxième faiblesse, les hommes d’affaires ne savent pas présenter des dossiers bancables. Or ce n’est pas l’argent qui manque… Pendant longtemps le secteur privé guinéen a été dominé par le commerce, c’est plus facile, d’autant plus que quand des conteneurs venaient c’est écrit dessus PRG (présidence de la république de Guinée) ou AG (armée Guinée) ; donc on ne payait ni douane ni taxe et rien d’autre. Voilà comment beaucoup de personnes se sont enrichies dans la facilité parce que même le dernier des imbéciles il deviendra milliardaire dans ce cas » (le 02, lors d’une mamaya de séminaire sur le partenariat public – privé, parlant du déguerpissement inhumain et violent des habitants de Kaporo Rails).
  • « Vous avez fait des réunions mais monsieur le ministre est-ce qu’il n’était pas plus correct de me transmettre ce document pour que j’en prenne connaissance avant que je ne vienne ici ? Comment vous allez me donner un document ici alors qu’il y a un certain nombre de choses auxquelles on doit répondre y compris des choses que je trouve inexactes ? Nous avons donc décidé désormais qu’il y ait un compte à la banque centrale où systématiquement l’argent de la TVA sera versé parce que c’est l’argent que l’état utilise indûment. Et c’est ce qui fait qu’aujourd’hui nos recettes minières sont faibles » (le 02, lors d’un diner de travail initié par le ministère du budget suite à un discours mamayique de celui-ci qui essayait de le convaincre qu’il était entrain de sauver le pays de l’abîme).
  • « Je préviens les commerçants, nous allons envoyer des inspecteurs dans tous les marchés du pays. Tout commerçant qui sera pris en train de vendre des pagnes de contrefaçon sera arrêté, emprisonnés et verra ses biens saisis. Nous ne voulons pas que le travail de nos femmes qui se battent sous la pluie et le soleil pour fabriquer des pagnes indigo soit écrasé par des gens qui importent des pagnes indigo. Tout pagne qui sera une imitation des pagnes de Guinée, le commerçant non seulement ses biens seront saisis, il sera aussi condamné. Cela doit être très clair » (le 08, lors de la journée de la femme Guinéenne sous le thème ‘3e mandat et plus pour notre sauveur PPAC’).
  • «  Il n’y avait pas d’entreprises, nous étions un pays qui importait tout. Nous avions une seule usine de ciment qui produisait aussi du ciment de mauvaise qualité. Donc nous n’avions pas l’esprit entrepreneurial. Le premier régime était un régime de captage, c’est-à-dire que c’est quelques personnes qui captaient l’économie et qui s’enrichissaient au dos de la population. Donc il fallait créer cet esprit au niveau des hommes d’affaires pour qu’ils acceptent de prendre des risques afin de créer des entreprises. Dieu merci nous avons commencé à avancer » (le 12, lors du lancement de la 1e édition du salon des entrepreneurs de Guinée, SADEN).
  • « Il faut absolument régler le problème des déchets  pour que Conakry soit une ville propre. Nous sommes heureux que la société Albarak (famille Erdogan deTurquie) nous ait envoyé des bacs à ordures. On aura donc des bacs à ordures modernes dans tous les quartiers. On va bien les protéger pour que personnes  ne jette des saletés dehors. Tout le monde devra mettre là-dedans. Toute personne qui jettera des saletés dehors sera punie par une amende. Quand on va mettre des bacs à ordures partout chacun devra mettre les saletés là-dedans pour que les camions viennent ramasser pour que d’ici la fin de l’année Conakry soit  une ville totalement propre » Le 19, en réceptionnant des camions-poubelles offerts par la famille Erdogan, en échange du contrôle exclusif de notre port autonome par cette mafia turque).
  • « J’ai été président de la FEANF, si je dois venir quelque part mais les gens peuvent faire la pagaille et insulter, je m’en fous. Pourquoi je vais avoir peur de la contestation ? Moi je suis président, si je dois aller quelque part les gens n’ont qu’à menacer, insulter et faire de la pagaille, moi j’en fous. J’irai dans toutes les universités pour organiser des débats avec les étudiants. Ceux qui pensent qu’ils peuvent m’effrayer avec des pancartes  de ‘à bas ceci ou cela’, ils se trompent, moi je n‘ai pas peur de la contestation » (Le 22, lors de la réception d’un doctorat honoris causa d’une université de Conakry).
  • « Je suis venu vous dire  je laisse mon manteau de président de côté. Je prends mon manteau de militant car maintenant je suis prêt à la bataille contre ces gens qui veulent nous distraire (rire hystérique). Nous n’allons plus permettre que des gens prennent le peuple en otage par des mensonges. Je suis très calme c’est pourquoi je laisse les gens s’agiter mais ils ne trompent personne. La grève des enseignants l’année dernière il y avait quelque chose derrière. C’était des gens qui pensaient qu’ils peuvent renverser le gouvernement en s’appuyant sur certains militaires. En tête SANOH (Abdourahmane) de la PCUD (plate-forme des citoyens unis pour le développement), un petit bandit comme ça-là qui exploite ses travailleurs et qui ne les payent pas. Et qui après n’a pas honte de m’écrire ‘président pardon aide-moi’. Voilà quelqu’un qui se présente comme combattant et qui, dès qu’il y a un petit problème, court pour demander pardon. On dit chez nous plus le singe monte  plus on voit son derrière. Il faut éviter en Guinée que le débat soit politico-politicien. Si les gens sont prêts pour le débat politique soyez prêts et s’ils sont prêts pour l’affrontement soyez prêts aussi, c’est cela la réalité. Quand tu danses avec un aveugle il faut le piétiner qu’il sache qu’il n’est seul sur la piste. Si tu organises une manifestation, s’il y a casse c’est toi qui va payer.  Ne vous laissez pas intimider. On va vous donner les arguments qu’il faut pour organiser les débats et que les masques tombent. Y en marre de ces politiciens corrompus. Maintenant ce n’est pas le président de la république qui sort, c’est le militant. Je suis prêt à la bataille politique. Est-ce que vous êtes prêts ? Alors, ne craignez personne. N’ayez peur de personne, pas de violences, pas d’injures, c’est le débat démocratique. Personne en Guinée ne m’empêchera d’aller devant le peuple pour lui demander ce qu’il veut et faire sa volonté. Le temps du silence est fini. S’ils sont sûrs d’eux on n’a qu’à aller devant le peuple, il va trancher, c’est lui qui dira ce qu’il veut. N’insultez aucun leader politique, ne faites pas de violences mais n’acceptez pas non plus qu’on vous marche sur les pieds.  Si c’est le débat politique soyez prêts, si c’est pour vous marcher sur les pieds soyez prêts à marcher sur leurs pieds pour qu’ils sachent que vous n’avez peur de rien. Désormais, je serai à votre siège comme un simple militant et nous ferons face à ces nains politiques. Des voleurs, des bandits qui se présentent comme leaders du peuple. Quand je viens ici  désormais, ça ne sera plus le président de la République, ça sera Alpha Condé militant. Le débat est libre. Je n’ai jamais  insulté un président de la république. Quiconque m’insulte sera arrêté le même  jour par le procureur de la république. Désormais quand ils vont m’envoyer des SMS je vais renvoyer à tout le monde… Nous allons renforcer  des PA (point armé) dans tous les quartiers où les gens veulent faire la pagaille. Plus de violence ni du côté de la mouvance ni de l’opposition. Si c’est la mouvance on matera et si c’est l’opposition on matera aussi. Qu’il soit clair pour tout le monde » (le 24, lors d’une mamaya au siège de son parti inique RPCé).
  • Pour : au moins cette fois-ci il a rompu son silence hypocrite. Il n’arrive plus à dissimuler le fond de sa pensée de pouvoir à vie. Il rêve effectivement toutes les nuits de ses nouveaux 1e et 2e mandats basés sur une nouvelle constitution car la modification de la précédente est quasi-impossible à faire gober à ses mentors français et même à nos moutons locaux. Et moi, le naïf incorrigible depuis le siècle dernier, je lui donnais jusqu’à ce jour le bénéfice du doute sur sa participation active à ce complot mais je dois conclure qu’il n’y a effectivement rien de positif à attendre de papy-promesses.
  • Contre : c’est vraiment sidérant qu’un grand économiste et juriste de la Sorbonne et Science Po (universités de la ville de Baro ?) ne sache pas que pour lutter efficacement contre les copies et contrefaçons on ne menace pas les petits commerçants qui sont partout dans le monde prêts à tout pour se faire un franc. C’est pour cela qu’ont été créés des brevets intellectuels, des patentes et autres « appellations d’origine contrôlée » car ensuite on peut trainer en justice tous ceux qui y contreviennent. Mais j’oubliais – il n’y a pas de justice chez nous ! C’est à se demander ce qu’il y a de pire pour un pays, un boss entre cadavéré comme Bouteflika qui ne peut plus articuler une phrase ou notre PPAC qui ne sait plus faire le tri entre ce qui se dit en public ou non.
  1. Les décisions et actions « positives » du mois :
  • Le 08, une grande fête des mamayeuses habituelles du 3e mandat est perturbée et ridiculisée sur l’esplanade du palais du peuple par une bande joyeuse de jeunes filles et garçons avec des slogans hurlés et des pancartes disant ‘Non au 3e mandat’ et ’2 mandats merci mais ça suffit’. Vive les sursauts sporadiques de la société civile désorganisée.
  • Le 14, un autre groupe de jeunes de la société civile (peu être les mêmes ?), dignes héritiers de ceux qui avaient réussi à presque renverser Lansana Conté, font une nouvelle fois honneur aux patriotes nationaux. Une nouvelle mamaya gigantesque est organisée dans la grande salle interne du crime précédant par les mêmes petits courtisans affamés en service commandé d’en haut pour réclamer des sous pour exiger (verbalement) une nouvelle constitution, la nouvelle astuce pour réclamer en fait un 3e Ces jeunes se sont levés comme un seul homme en pleine réunion politi-chienne avec des pancartes disant ‘Non à un 3e mandat’ et en criant leur désapprobation et leur rage dans tous les micros qui trainaient dans le coin. Pris au dépourvu et paniqués les mamayeurs qui de toutes façons avaient déjà empoché leur ‘motivation financière’ pour venir chanter et danser ont filé immédiatement à l’anglaise en évitant particulièrement les journalistes présents.
  • Le 16, la résistance pacifique de la société civile contre le 3e mandat se fait encore plus visible. Cette fois-ci c’est rebelote à Kankan. Le site Kababachir.com (Cheick Bérété) nous faire revivre cette autre déculottée des RPCistes affamés qui sont prêts à tout pour obtenir leur part des fonds inépuisables pour les soutiens au 3e mandat : « Une manifestation de soutien des femmes favorables à un éventuel troisième mandat du chef de l’état s’est tenue dans l’enceinte de la maison des jeunes de Kankan en présence des autorités locales. Mais elle a été boycottée par un groupe de jeunes opposés à ce projet. Ces femmes issues des différentes sections du RPG ainsi des groupements féminins de la place se sont réunies sous la coordination de la nouvelle inspectrice régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance Mme Aminata Bérété. L’objectif était pour elles de se regrouper, ensuite marcher à travers la ville pour signifier leur adhésion totale à cet hypothétique projet de troisième mandat du président de la république. Finalement les choses ne se sont pas déroulées comme elles avaient souhaité parce qu’un groupe de jeunes issus du parti PEDN sans être invité s’est incrusté dans la danse. Ces jeunes au nombre de sept brandissaient une pancarte et scandaient « Non au troisième mandat ». C’est ainsi que les autorités auraient donné l’ordre de les arrêter. Six se seraient enfuis tandis qu’un fut arrêté ». Pourvu que ça dure et que ces gosses ne soient pas bastonnés sauvagement par les faucons de service pour leurs ‘idées révisionnistes’.
  • Le 20, on nous annonce que le démagogues mamayeur accessoirement ambassadeur de la fédération de Russie en Guinée (Alexandre Bregadzé) est rappelé à Moscou. Il n’y a que très peu de doutes que ce soit (entre autres) en raison de sa sortie qui avait suscité des chuchotements locaux au mois de janvier dernier mais surtout des protestations véhémentes des autres diplomates étrangers devant leurs supérieurs qui ont dû transmettre le message à son chef. Lors d’une cérémonie de présentation des vœux de nouvel an au chef de l’état, ce bouffon de palais de la fédération de Russie avait en effet soutenu qu’une révision constitutionnelle était bien possible en Guinée, en rappelant de passage que la constitution n’est pas un dogme ou encore un livre saint. Ses collègues de l’ambassade ont beau s’égosiller depuis dans la presse locale pour dire qu’il n’y avait aucun lien avec son rappel il est clair que son excès de zèle ne pouvait plaire nulle part, même auprès de ses chefs du ministère des affaires étrangères. Allez Ouste et bon débarras.
  • Pour : concernant les nombreux coups de force des jeunes de la société civile nous voyons enfin revenir sur la scène politique la seule véritable force sociale du pays (les jeunes) qui pourrait combattre efficacement toute tentative de tripatouillage constitutionnel. Un bel exemple nous est montré tous les jours de ce mois en Algérie.
  • Contre : hélas comme ces jeunes patriotes sont tellement pauvres sur tous les plans (la formation de base, l’organisation de leur combat, le soutien technique, politique et les ressources pour leur lutte), comme en 2007 leur récupération sera quasi-inévitable par les autres structures mieux organisées mais totalement pourries de la société civile et des syndicats qui auront une nouvelle fois le dernier mot. Prions qu’ils puissent tenir compte de toutes les leçons passées en particulier 2006-2007 pour mieux s’organiser dans cette lutte.
  1. Les décisions et actions « négatives » du mois :
  • Le 04, les promesses farfelues des ministrons du Sanseman se poursuivent : lors de son passage devant la presse (comme pour tous ses collègues depuis le depuis de l’année pour vanter les réussites extraordinaires de l’Homme-Etat), le ministre de la jeunesse frappe fort. Il lance dans une de ses envolées : « Le projet présidentiel ‘un tailleur-une machine à coudre’ prend corps. Il y a une centaine de machines modernes qui ont été importées. Un centre a été aménagé pour l’occasion dans l’enceinte de la maison des jeunes à Taouyah et c’est du concret ». Lors du passage prochain de la ministre des affaires sociales je ne serais pas étonné qu’elle nous annonce le démarrage prochain du programme ‘Un Guinéen – une femme » qui sera suivi de ‘Un Guinéen – 2 femmes’ et ainsi de suite jusqu’à 4 femmes puisque c’est ce que souhaite la majorité des dépités nationaux.
  • Le 04, le ministre-casseur de la ville et de la désurbanisation (A. Kourouma), encouragé par les propos belliqueux et pleins de haine de son chef pointe officiellement les prochains quartiers-cibles à démolir très bientôt par ses bulldozers. Le site Africaguinee.com (Oumar Bady Diallo) résume bien ce nouveau fait d’arme du ministron : « Ce lundi 4 mars 2019 plusieurs habitants d’une des zones de la cité Soloprimo (Koloma/Kaporo rails) ont été surpris par des agents de l’habitat qui sont venus mettre des croix sur leurs habitations. Accompagnés des éléments des forces de l’ordre ces émissaires ont mis des croix rouges sur plusieures maisons, signe qu’elles sont les prochaines cibles des autorités. Le chagrin mêlé au sentiment d’injustice était à son comble. Larmes aux yeux, les occupants ont assisté impuissants à cette scène presque insupportable. Certains habitants soutiennent que cette zone n’avait pas été touchée en 1998. D’où leur surprise. D’autres cherchent déjà à sauver certains biens avant l’arrivée des bulldozers ». Et oui, c’est facile d’écraser les économies des vies de labeur des pauvres et faibles avec des bulldozers et encore plus facile de laisser ces terrains récupérés pour « usage public » en montagnes de ruines pendant plus de 20 ans, comme cela avait été le cas pour le quartier de Kaporo Rails en début 1998. Si seulement on pouvait voir une liste indépendante des propriétés luxueuses construites sur des domaines publics de l’état par tous ceux qui sont derrière cette méchanceté gratuite je suis sur qu’ils en auraient honte en public, si c’est encore possible pour ces gens-là.
  • Le 05, l’humanité de notre prési est de nouveau étalée sur la place publique : alors que les déguerpis de Kaporo-rails dorment sur leurs gravats ou dans les mosquées voisines après la démolition de leurs maisons le boss vole au secours de déplacés sierra-léonais refugiés chez nous dans la préfecture de Forécariah suite à des conflits communautaires internes chez eux,
  • Le 12, les bulldozers du ministre de la ville foncent maintenant sur le quartier Kipé 2, comme 2 semaines auparavant dans le quartier voisin de Kaporo-rails, sous les pleurs et cris de femmes et d’enfants et les bras en l’air de chefs de familles désemparés. Un jour les noms des faucons haineux du RPG qui tirent les ficelles derrière ces actes inhumains seront jetés sur la place publique – c’est toujours le cas partout dans le monde. Mais bon, ceux de Kaporo-rails en 1998 se la coulent douce aujourd’hui donc finalement ils n’auront pas trop à craindre chez nous.
  • Le 20, l’ONG ‘Balai Citoyen’ publie la liste des ministres du gouvernement actuel qui n’ont toujours pas fourni leur déclaration de biens depuis leur prise de fonction bien que cela soit une exigence de l’article 36 de notre constitution. Ils sont 12 sur 36 (33%) qui trainent les pieds et pas les moindres : le ministre d’état chargé des affaires présidentielles et ministre de la défense nationale (le vice-calife Iznogoud) ; le ministre de la santé (le vieux périmé et malade) ; le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation (le faucon en chef) ; le ministre des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger (qui déteste les critiques) ; la ministre du plan et du développement économique (pourtant elle nous arrive directement de la BAD et de la BM !) ; le ministre des travaux publics (mister buzz médiatique) ; le ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique (le roquet du chef) ; la ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance (la funambule de la bande) ; le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (le dernier de la classe) ; la ministre de l’agriculture (wanted in Belgium) ; le ministre de l’environnement (un coq sur son tas) et le secrétaire général en charge des Affaires Religieuses (Allah Akoubar !). Bref une belle brochette parmi ceux qui gèrent directement les bonnes et grosses magouilles financières de l’état. Une autre liste des bons élèves est divulguée quelques jours après, parmi lesquels le PPAC et ses PM, mais on verra bien combien il en restera parce qu’ils devront le faire également à leurs départs après plusieures années de bons et loyaux services personnels pour leurs poches. Avec une telle bande de leaders pas étonnant que nous en soyons encore là après 09 ans de Sanseman.
  • Le 21, nous apprenons que le groupe familial Albayrak/Erdogan met en œuvre avec empressement son contrat d’exclusivité signé le 10 août dernier pour une concession pour la gestion du port autonome de Conakry. Les hauts responsables de ce groupe sont en Guinée pour les derniers réglages. Bien sur tout ce pognon c’est pour le boss et sa nébuleuse. Pour nous autres ils sont venus avec une trentaine de camions poubelles et camions balayeurs recyclés (regardez les jantes des roues) proprement repeints en jaune et blanc, ainsi que des bacs métalliques à ordures, pour nous aider à dégager les ordures devant nos maisons. Ça pour toute la ville de Conakry qui compte environ 2 millions d’habitants ! Mais c’est néanmoins un petit bénéfice réel pour les gens-d’en-bas dans ce deal digne de la mafia napolitaine, championne de la gestion des ordures urbaines.
  • Le 26, Lansana Camara, directeur de publication de Conakrylive.info et correspondant en Guinée du journal Chine-Nouvelle est convoqué à la direction centrale de la police judiciaire (DPJ) pour ‘’diffamation par voie de presse’’ suite à une plainte du ministre des affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger. Il y est longuement auditionné puis présenté à un juge qui le place immédiatement sous mandat de dépôt. Il lui est reproché un article de presse faisant état d’un présumé détournement de deux milliards de FG dans la gestion du carburant affecté au département. Or comme le rappelle justement le journaliste Amadou Tham Camara, le président de l’AGUIPEL (association de la presse en ligne) : « Il s’agit d’un délit de presse. Et on le sait tous que le délit de presse est dépénalisé. La sanction ce n’est pas une privation de la liberté, c’est une sanction financière. En aucun cas un journaliste ne doit aller en prison pour ce genre de délits-là. C’est une violation grave sur la liberté de la presse et même de la constitution guinéenne. Et ceci est d’autant plus inquiétant maintenant que chaque fois que c’est un ministre qui est mis en cause le journaliste va systématiquement en prison, ça n’arrive pas avec les autres citoyens. Le délit de presse chaque fois que c’est un ministre de la république il y a du zèle, il y a privation de liberté pour le journaliste. Nous condamnons avec la plus grande fermeté et nous ne nous laisserons pas faire », Impossible de ne pas voir dans les nombreux cas similaires récents (4 en 2 mois) une manière d’intimider les journalistes pour les effrayer et leur clouer le bac. La « paranoïa du 3e mandat » et la terreur qu’il faut imposer à toute la presse privée pour l’obtenir est bien en marche.
  • Le 31, les forces de sécurité ont interpellé lors d’un meeting dimanche à Coyah trois personnes qui étaient munies d’une banderole pour afficher leur opposition à un 3e mandat pour le président de la république. Selon le site visionguinee.info (Ciré Bah) « Mohamed Conté, Abdoulaye Sylla et Djibril Kanny Bangoura ont été appréhendés par les services de maintien de l’ordre et conduits au commissariat central de Coyah ». Depuis aucune précision sur leur sort après la bastonnade/humiliation sauvage de rigueur à l’arrivée. Nous sommes prévenus : « Non au 3e = Prison directe ». Et ils nous bassinent ensuite de referendum transparent pour déterminer le libre-choix du ‘peuple ».
  • Pour : comme chaque mois, R.A.S…
  • Contre : concernant la destruction de la cité Kipé 2 le site Guineenews.org (Alhassane Bah) décrit pathétiquement ce désastre : « Après Kaporo Rails, Kipé 2 tombe. Ce mardi 12 mars 2019, les maisons s’écroulent les unes après les autres dans ce quartier de la commune de Ratoma sous le regard impuissant de leurs occupants. Garages, gargotes, boutiques, ont été rasés par les Caterpillar du génie militaire. Des lits, chaises, des fauteuils, des valises, des congélateurs, des habits attachés dans des pagnes sont posés çà et là. Pendant que le Caterpillar démolit la maison des jeunes cherchent à arracher le portail de la cour, d’autres s’occupent à charger les affaires dans une camionnette. Des curieux, des garagistes, ou même des propriétaires des maisons en démolition observent la scène de destruction de leurs biens, des économies amassées des années durant s’écroulent en un rien de temps. Ils n’ont que leurs yeux pour pleurer. Après Kaporo Rails, Kipé 2 tombe. Récemment ces habitants de Kipé 2 avaient porté plainte au tribunal de Dixinn afin que la justice annule la décision de déguerpissement de la zone qu’ils jugent illégale. Malheureusement pour eux ils ont perdu cette ultime bataille judiciaire et se sont vus condamnés par la justice au paiement de 500 millions GNF à l’état ». Pour le projet de vente de notre port de Conakry d’après le journal Jeune Afrique «  « Le contrat d’une durée de vingt-cinq ans avec le conglomérat turc Albayrak pour la gestion de la partie conventionnelle du port autonome de Conakry concerne les marchandises qui ne sont pas mises en conteneurs. En contrepartie de cet accord conclu de gré à gré avec les autorités guinéennes, l’entreprise turque s’est engagée à investir 200 millions de dollars (173 millions d’euros) sur deux ans et 500 millions de dollars à terme ».

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 3021e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » – déjà 08 ans, 03 mois et 10 jours ! Aladji-Professeur-Président voici ma suggestion SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable et Temporellement définie) du mois pour améliorer un peu votre Sanseman : cher pro-fesseur je commence d’abord par vous dire à quel point je suis encore plus déçu de votre gouvernance chaque fois que je repense à ce que vivent certains de vos compatriotes depuis que vous avez lancé vos molosses métalliques sur  les quartiers de Kaporo-rails et Kipé 2. On pourrait comprendre pour les gargotes, garages d’autos, petites échoppes d’artisans et cimetières de ferrailles rouillées qui constituent la majorité de ces quartiers. Mais des habitations où vivent des familles entières depuis des décennies ? Pire, le 02 du mois vous vous en êtes vanté de cela et avez juré de faire encore plus très bientôt, sans un seul mot de compassion pour ces familles dans la rue ce qui prouve surtout que personne de vos proches n’a été touché par cette catastrophe humaine. Prési, vous devez des excuses publiques à ces familles et à nous tous pour cela. Et on ne veut pas celles de votre ministron excité et ridicule devant la presse qui n’est rien d’autre que le haut-parleur grésillant de son maitre. Personne de sensé et sans intérêt personnel affirme en fait que l’état a tort de vouloir récupérer ses domaines publics mais le faire avec une telle vengeance et inhumanité ne vous fait certainement pas honneur. Où sont les premiers signes de démarrage de vos promesses de projets immobiliers pour nous montrer ‘l’utilité publique’ de cette démarche ? On fait comme par le passé à Kaporo-rails en début 1998 : on casse tout sauvagement et depuis il n’y a que 3 immeubles sortis du sol dans le quartier: l’ambassade des USA construite sur ses propres fonds, la RTG cadeau 100% gratuit de la Chine et les tours jumelles d’un mafieux chinois construites avec l’argent de la revente criminelle de nos derniers massifs forestiers par la frontière ivoirienne. Pour juste cela devait-on raser kaporo-Rails il y a plus de 20 ans ? Je reviens tout juste de Lomé. Entre Lomé I (la vieille ville) et Lomé II (la nouvelle avec des immeubles administratifs et privés et des chantiers impressionnants) il y a aussi un domaine public de l’état togolais. Certes les petits ferrailleurs, garagistes et gargotiers envahissent toujours les coins pareils au bout de 3-4 ans sans aucune action gouvernementale et c’est compréhensible même si c’est illégal vu les petits commerces informels de proximité dont vivent leurs familles et leurs clients qui n’ont nulle part d’autre où aller pour des services de base. Mais non seulement il y a des plaques de l’état pour le leur rappeler mais en plus des inspecteurs qui  sillonnent la zone régulièrement. Et chaque fois que l’état a un plan précis pour construire une nouvelle parcelle ils sont déguerpis immédiatement sans contestation et sans bruit – en quoi est-ce impossible chez nous ? Le constat final pour moi est clair : certains de nos dirigeants sont heureux et fiers de nous prouver leur toute puissance en créant nos propres réfugiés autour de leurs belles villas qui sont elles aussi souvent construites sur des parcelles de l’état. Et chaque dernier samedi du mois ils portent des gilets jaunes pour nettoyer les gravas qu’ils ont rajouté à nos poubelles urbaines au cours du mois. Sacrée Guinée, alors qu’en France les gilets jaunes sont le symbole des ‘vrais gens’ qui veulent nettoyer la pourriture du pouvoir, chez nous c’est le pouvoir qui se pavane en gilets jaunes pour nettoyer la pourriture des ‘vrais gens’.

Mais le pire c’est ce que vous avez fait quelques jours après. Le site Visionguinee.info (Boussouriou Domba) nous donne les détails : « C’est le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation le général Bouréma Condé qui s’est rendu en personne le mardi 5 mars à Kaleyiré, une localité frontalière relevant de la sous-préfecture de Benty. Au nom du chef de l’état et du gouvernement selon la cellule de communication de son département il y a apporté des vivres et de l’argent aux déplacés sierra-léonais qui ont trouvé refuge suite à un conflit opposant deux villages autour de la construction d’un centre de santé. La cellule de communication de préciser que depuis le 26 février 2019, suite à un différend entre les villages sierra-léonais de Mapotolon et de Menkia autour de la construction d’un centre de santé la localité guinéenne de Kaleyiré a reçu 983 déplacés venus de l’autre côté de la frontière. Parmi eux il y a 308 femmes et de nombreux enfants. Une situation qui ne peut laissé indifférentes les autorités guinéennes précise le communiqué rendu public ce mercredi 06 mars. C’est sur instruction du président de la république Alpha Condé et du premier ministre Kassory Fofana que le général Bouréma Condé, à la tête d’une délégation s’est ainsi rendu sur les lieux pour, dit-on, apporter le soutien moral et matériel de la Guinée aux déplacés sierra-léonais. Au total 20 tonnes de riz et la somme de 30 millions de francs guinéens ont été présentés au nom du chef de l’état et de son gouvernement. Il était aussi question pour la délégation conduite par le général Condé d’échanger avec les autorités sierra-léonaises sur les dispositions pratiques à prendre pour que ces derniers regagnent dans les meilleurs délais leurs villages respectifs ». Les réfugiés du Liberia et de la Sierra Leone sont maintenant mieux traités que leurs égaux Guinéens dans leur propre pays ! Pour vous ‘ce qui est bon pour voisin n’est pas bon pour parent’ ? c’est bien dommage et pitoyable d’oser faire ces 2 actions à moins d’une semaine d’intervalle. Votre humanisme bizarre ne sera jamais oublié dans notre pays. Et dire qu’un jeune commerçant, tout en reconnaissant le droit de l’état à récupérer ses terrains, néanmoins par compassion humaine naturelle pour ces familles démunies jetées à la rue, a offert des petites parcelles individuelles à chaque famille sur ses terres personnelles dans la préfecture limitrophe de Coyah afin d’y rebâtir leurs foyers et même pour cela, surement sous vos ordres vos sbires lui mettent des bâtons dans les roues pour l’empêcher de le faire ! Pourquoi n’y avez-vous pas pensé au moins pour ceux qui détenaient des papiers officiels même magouillés par vos fonctionnaires à tous les niveaux de votre administration de rapaces ? Et dire que certains veulent vous aider à nous offrir 5 années de plus de tout ça ! Vraiment les pires ennemis des Guineens-d’en-bas ce sont les Guineens-d’en-haut.

Boss, j’appréhende déjà votre discours de vœux annuels de fin 2020, le soir du 31 décembre 2019. Votre bilan social sera encore une fois plus triste que les précédents. Alors que Macky Sall parlera chez lui de construction de trains régionaux et de nouvelles habitations de type social pour les plus démunis, Ouattara chez lui parlera de démarrage de la couverture médicale universelle (CMU), de construction de nouveaux hôpitaux et autoroutes. Pour vous on pourra retenir le nombre impressionnant de maisons de pauvres rasées et de quartiers ressemblant comme deux gouttes d’eau aux villes d’Alep et Baghouz en Syrie. Prési, je ne peux vous quitter ce mois-ci sans vous dire que je prie tous les soirs le Bon Dieu pour qu’il nous débarrasse enfin du « Système G » (Guinée) qui pourrit la vie des Guinéens depuis plus de 60 ans. Ce système qui représente toute la laideur du pouvoir en Guinée et qui est fait de corruption, délinquance généralisée pour chacun qui broute sans retenue à l’image de tous ses supérieurs là où il est attaché, népotisme, injustice, impunité des puissants, écrasement de tous les autres, absence de travail et de solidarité, gargarisassions démagogiques, pédanteries comiques, hypocrisie communautaire et courtisanerie sociale. En dehors de vous et des mafiosis du ‘System G’ il n’y a plus que des morts-vivants dans notre pays, Walahi !

Publicités

A propos A.O.T. Diallo

Un quinqua hédoniste qui plane sur le Web...
Cet article a été publié dans 2019. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s