Une Nouvelle Voie (Janvier 2017) : la chronique se simplifie ce mois-ci en attendant son prochain narrateur

. Chers lecteurs,

Cet épisode sera le dernier de la version AOT de la chronique mensuelle « Une Nouvelle Voie » sur votre site. A partir de février 2017 un successeur prendra la relève (inch Allah) avec courage et détermination. Je ne vous dirais pas qui est cette personne car il/elle le fera où et quand il/elle le voudra. Je dirais seulement que c’est un/une « blogueur pré-millenium ». Ses réflexions et analyses devraient donc donner une nouvelle dynamique à cette chronique, ce qui me plait bien car elles seront différentes de celles d’un diaspo blazzé même s’il restera toujours un observateur attentif.

Bien sur pour lui laisser de l’espace pour « grandir son projet » et éviter des répétitions mensuelles inutiles sur les mêmes sites je ne publierais plus ma chronique sur mes sites guinéens préférés. Je voudrais à ce titre remercier sincèrement tous les webmasters qui ont su m’appuyer et me donner des critiques pour l’améliorer. J’ai toujours aimé les critiques, en fait plus les critiques négatives que les positives, car elles m’obligent à toujours y rechercher les vérités et suggestions constructives et celles provenant des frustrations, complexes d’infériorité et relents ethniques qui stressent les habitants de notre petit village d’irréductibles trolls nationaux. Je demande à tous ces sites de bien vouloir fournir le même type d’appui à mon successeur pour lui permettre d’apprendre progressivement de ses succès et erreurs comme moi au long de ce parcours passionnant. Idem pour tous les commentateurs pour leurs contributions constructives pour permettre des améliorations progressives.

Mes plus grandes fierté et satisfaction ont été de la tenir sans interruption de Janvier 2007 à Janvier 2017 (121 épisodes) et en respectant à 98% les deadlines de les corriger et publier au plus tard le dernier jour de chaque mois. Seul trois fois je n’ai pu le faire le dernier jour du mois, toutes lors de séjours à Conakry pour les raisons que vous pouvez imaginer aisément. Je ne sais si vous percevez tous les tracasseries, petits sacrifices, sueur et stress permanents pour tenir absolument ce deadline ! Manie de micro-manager perfectionniste sans aucun doute mais je pense que c’est assez pour moi sur ce projet. J’ai pu en extraire un premier livre sur la transition militaire (2007 à 2010) et un deuxième en préparation sur la Condécratie Vers. 1.0. J’ai hâte de démarrer d’autres projets aussi intéressants et j’espère utiles plus tard à nos petits et arrières-petits enfants, ceux qui vivront dans une Guinée enfin différente de l’état en faillite totale sur tous les plans que notre pays est devenu et hélas restera encore à court et moyen terme.

Je continuerais néanmoins à stocker ma banque de données sur le 2e (et dernier) mandat du PPAC uniquement sur mon blog (https://aotdiallo.wordpress.com/) mais dans un style plus succinct, court et peut-être avec une périodicité différente. La chronique de ce mois en est un 1e aperçu qui sera encore progressivement amélioré avec vos critiques. Ce site est bien sur ouvert à tous et vous pouvez vous-y abonner, en haut de 1e page, pour recevoir un courriel d’alerte chaque fois qu’un nouveau post sera publié, ce qui simplifiera ainsi le partage éventuel pour vous et pour moi.

NB : Attention, les Kotto Balla, K-Ba, Bashir et autres affranchis récents, je suis toujours  là et je vous ai à l’œil…

Awa Agnon (bon c’est fini…pour aujourd’hui)

 

AOT

====================

 Bienvenue à mon bilan du 13e mois de la Condécratie version 2.0. Je continue mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois:
  • « Nous avons nos partenaires qui disent qu’on doit protéger nos espèces. Nous voulons faire le barrage de Koukoutamba, mais on a retardé l’appel d’offres. Les partenaires ont dit qu’on doit résoudre le problème des chimpanzés à Tougué. On leur a dit qu’on va travailler pour les déplacer, mais ils ont répondu qu’ils ne croient pas qu’on peut le faire. Ils disent que la zone de Tougué est la zone la plus naturelle pour les chimpanzés en Afrique de l’Ouest. Mais est-ce que les guinéens vont croire qu’on ne peut pas construire un barrage simplement pour protéger des chimpanzés ?… (à la question de savoir pourquoi il confie la construction des barrages hydroélectriques uniquement aux entreprises chinoises) C’est parce que je ne veux pas qu’on m’impose des conditions. Il y a des sociétés, dès qu’une ONG dit il y a ça ici, elles arrêtent le travail. Dès qu’on leur dit qu’il y a un singe qui est menacé, elles arrêtent de travailler (rires)… Quand je devais construire le barrage de Kaléta, on m’a dit qu’on ne peut pas le faire là-bas parce qu’il y a des diables sur les lieux. Les chinois ont donc vaincu le diable puisqu’on a construit le barrage et personne n’est mort » (lors d’une explication savante sur sa stratégie hydroélectrique).
  • « Quand vous survolez la Guinée, vous voyez partout des gratte-ciels mais malheureusement à côté vous avez des taudis. Il y a un manque d’harmonie. A côté d’un immeuble de 8 étages vous avez un taudis. C’est pourquoi nous avons demandé à la société qui a fait le plan de Singapour de nous faire le plan de Conakry en 2040. Nous allons avoir ce plan d’ici la fin de ce trimestre. Ce qui veut dire que nous n’allons pas reconstruire Conakry de façon aveugle et désordonnée, mais c’est à partir d’un plan donné … Partout dans monde, c’est le premier ministre et le ministre de la défense qui ont des sirènes, mais ici les ministres, les chefs de services et n’importe qui se dotent des sirènes. Si on prend quelqu’un dans ça on met sa voiture à la fourrière. (et pour signifier tout le sérieux qu’il accorde à sa décision) Monsieur le Premier ministre vous veillerez à ce que les ministres n’utilisent pas de sirènes parce qu’ils ne sont pas au-dessus des citoyens. Si les citoyens sont victimes des embouteillages les ministres aussi doivent l’être » (le 11, à l’occasion de la cérémonie de présentation officielle des vœux des membres du gouvernement, du corps diplomatique et consulaire ainsi que d’autres organisations nationales et internationales).
  • « J’ai été clair, si les universités privées veulent faire des grèves, elles n’ont qu’à faire des grèves.  Si elles veulent descendre dans la rue, ça ne me fait ni chaud ni froid. La Guinée va aller de l’avant… J’ai été scandalisé quand j’ai mis une commission en place pour réfléchir sur l’enseignement de savoir qu’on peut avoir le bac avec 7 sur 20. Il est inadmissible d’avoir le bac avec 7 ou 8 de moyenne, nous allons changer… Que les étudiants soient d’accord ou pas nous allons orienter désormais. On ne va pas vous laisser choisir librement, on va d’abord vous conseiller pédagogiquement et vous orienter si vous n’acceptez pas. Quand un gouvernement n’a pas le courage d’orienter les étudiants ce n’est pas un gouvernement parce qu’il a peur des étudiants et moi je n’ai pas peur des étudiants. Pour votre bien on va vous orienter en fonction de vos capacités… On ne doit plus gaspiller l’argent de l’Etat en finançant des universités qui nous trompent, c’est pourquoi il y a le contrôle biométrique. Quand ils ont 100 étudiants, ils nous disent qu’ils ont 300 donc on gaspille en payant pour 200 étudiants qui n’existent pas et cela va dans les poches des gens » (le 11, lors d’une rencontre avec les étudiants guinéens lors de la cérémonie de lancement du projet « Initiative Présidentielle pour la Connexion des Ecoles » (IPCE), en réalité un simple cybercafé universitaire).
  • Nous demandons aux gens de ne pas vendre les terrains parce que nous allons construire un aéroport ici (le 25, devant ses fanas en transe dans la sous-préfecture de Maferiniah).
  • Pour : pas mal pour la remise à l’ordre de nos des Mad Max folkloriques de Conakry et de l’intérieur du pays. Est-ce la fin des rodéos des hauts d’en haut, de leur descendants et de leurs haut d’en bas ? Imaginez que souvent après avoir déposé pompeusement à la maison son patron, puis madame, puis les enfants, le chauffeur du boss met aussi la sirène pour rentrer chez lui.
  • Contre : les commentaires du « Président de la planète pour l’environnement » vont surement ravir ses adjoints des COP 21 et 22 sur sa vision de la protection de cette planète. Bien fait pour Ségolène Royal (et pour la France) qui distribue démagogiquement des titres pompeux à des rois-nègres incultes dans ce domaine avant de venir voir ce qu’ils fabriquent en réalité pour leur environnement national. Et moi qui croyait que le PPAC avait plus d’estime pour les chimpanzés que pour ses cadres fonctionnaires – en fait il les met tous dans le même panier. Et nos pauvres singes vont maintenant eux aussi commencer la longue traversée du Sahara et de la Méditerranée en espérant finir dans des zoos de toubabs avec 3 repas par jour aux frais de l’Etat.

———————-

  1. Les décisions et actions « positives » du mois :
  • Le 08, les auditions des prévenus concernant le dossier des exactions de l’armée dans la ville de Mali sont closes pour une vingtaine de mili-chiens et qu’ils seraient tous inculpés et placés sous contrôle judiciaire. Les juges se sont ensuite immédiatement rendus dans cette ville pour auditionner leurs victimes. Il semblerait même que leur boss, le colonel Issa Camara serait déjà inculpé et placé sous contrôle judiciaire depuis quelques semaines à Conakry. Tout ceci semble trop beau pour être vrai et derrière l’effet d’annonce il faut déjà rechercher les ruses et acrobaties en cours pour éteindre en coulisse ce dossier. Après tout des inculpés pour crimes contre l’humanité sont encore ministres et gouverneur, alors Issa Camara et ses loubards qui chicotent des jeunes et pillent des commerçants sont vraiment des enfants de chœur par rapport à eux.
  • Le 10, le ministre de la Justice confirme que la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar par sa cour de cassation a ordonné l’extradition en Guinée de Toumba Diakité. Néanmoins le suspect ne pourra être extradé que par un décret du Président de la République du Sénégal. La messe n’est pas encore dite pour Toumba-Toumba car je me demande si Macky Sall pourra juridiquement et moralement extrader un prévenu dans un pays où la peine de mort n’a pas encore été abolie. Au Sénégal ce n’est pas le bordel dans la justice comme chez nous, Dieu merci.
  • Le 19, le PPAC arrive en Gambie accompagné de son homologue mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pour une médiation de la dernière chance avant la chicotte publique, auprès du mégalomane gambien Yahya Jammeh qui refuse toujours de quitter le pouvoir. En cas d’échec la CEDEAO a promis de faire recours à la force – Pour une 1e fois les chefs d’Etat de l’Afrique de l’Ouest font honneur aux peuples africains qui souffrent, pas à leurs dictateurs qui les massacrent.
  • Le 30, notre PPAC est nommé Président de l’U.A. (l’Organisation politique de protection d’une majorité des grands pilleurs du continent) pour un an non renouvelable– pas Président de l’Afrique comme il semble le penser. Décidément il est abonné aux Présidences pour un an depuis la FEANF. En tout cas c’est une grande victoire pour lui, le rêve de toute sa vie et une petite victoire pour la Guinée s’il sait l’utiliser à bon escient pour faciliter quelques dossiers importants du continent malgré ses 80 berges. Mais faut craindre que ce soit une honte mondiale pour les Guinéens car le monde entier verra maintenant à la TV et en direct ce que nous écoutons et subissons tous les jours à Conakry. Par exemple, connaissant son goût immodéré des jets privés et palaces occidentaux, il y a beaucoup de risques qu’il se déplace à toutes pompes même pour régler les problèmes conjugaux de ses homologues. En attendant ses services de communication ont pris toutes les précautions pour nous cacher que traditionnellement toutes les charges et dépenses pour cet « honneur » seront payés par la Guinée, par nos pauvres taxes et impôts.
  • Pour : enfin un message qui va faire réfléchir les derniers petits dictateurs de la CEDEAO. Aziz le maure lui-même, Faure le togolais et Bongo le gabonais sont prévenus : c’est passé la dernière fois mais la prochaine il y aura au minimum 50% de chances qu’ils rejoignent Jammeh au mieux ou Taylor et Gbagbo au pire. Et cette tendance va ensuite atteindre l’Afrique Centrale, le pire nid de pourris au pouvoir. Ce sont la Gambie et les Gambiens qui sortent plus forts et plus confiants car ce qui s’est passé pendant 22 ans chez eux ne sera plus jamais accepté par eux. Comme quand le PPAC et ses faucons ont cru au départ en 2010 qu’ils pourraient ramener la terreur révolutionnaire au pouvoir en Guinée mais ils ont vite fait marche arrière quand ils ont compris qu’ils devraient tuer des milliers de Guinéens pour cela. Quand au bouffon « ami intime et de confiance du PPAC », il a fui comme tous les lâches au lieu de se battre jusqu’à la mort dans son palais – tout les leaders africains ne sont pas des Thomas Sankara. Quand à la soit disant amnistie qui lui a été accordée par le PPAC et Aziz, elle n’enlèvera rien au droit international qui garantie que les crimes de sang sont imprescriptibles – or Jammeh n’a baigné que dans ça depuis plus de 20 ans. Encore une fois quand un dictateur, d’où qu’il vienne, finit en procès à la CPI avec une peine de 50 ans minimum, c’est lui seul qui est concerné car il l’a mérité. Il n’y a et n’aura jamais aucune honte pour son peuple, bien au contraire, car chaque nouvel exemple est une leçon gravée dans le crane malade de tous les aspirants à ce modèle de gouvernance. Le nationalisme et le souverainisme désuets des derniers coqs africains locaux et de la diaspora, sur les tas de cadavres ou de fumier crées par leurs héros de la lutte contre la néo-colonisation, n’auront aucun impact sur cet acquis concret et visible pour tous les peuples meurtris de la globalisation.
  • Contre : pour le sacre continental de papy, les mamayeurs RPCistes sont aux anges : un résultat extraordinaire du Sanseman, une justification en béton armé pour ses voyages à l’étranger en 2017 et surtout une obligation nationale désormais pour un 3e mandat bien mérité. Sacrée presse démagogique guinéenne un article, en plus d’un site privé reconnu crédible par les Guinéens, titre le jour-même « Fumée blanche à Addis-Abeba, le PPAC officiellement intronisé…Il trône majestueusement désormais sur le toit de l’Union Africaine… A peine sa tunique de nouveau président de l’UA enfilée, Alpha Condé a montré qu’il attache du prix à la rigueur en rappelant à l’intention de tous les participants à ce sommet que les travaux seront effectivement repris à 16 heures, heure locale soit 13 heures de Conakry. ». Honte à votre démagogie surannée Mr le journaleux alimentaire, ce sont des tirades ridicules comme celles-ci qui ont tournées les têtes et transformées Sékou Touré, Lansana Conté, Moussa Dadis Camara et Sékouba Konaté en dictateurs au dessus de tous leurs compatriotes. Vous auriez eu des circonstances atténuantes en 1960 – aujourd’hui cela prouve juste que vous êtes un bon « guinéen nouveau » du responsable extrême de la révolution et un véritable danger public pour la Guinée de demain. Et oui mes chers, le pape africain Deby est mort – vive son digne successeur, le papy PPAC chéri. Concernant le sauvetage de « Sheikh Professor Alhaji Doctor Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Jammeh Nasirul Deen Babili Mansa » le PPAC a enfin entrepris (avec de nombreux autres acteurs) une entreprise qui a finie avec un petit succès personnel mais à écouter la presse guinéenne c’est l’œuvre quasi-exclusive du PPAC – pas étonnant venant de bouffons RPCistes. Mais toute autre personne réfléchie sait que c’est avant tout son lâchage total par son armée de trafiquants et la menace de la force de la CEDEAO avec des ordres du genre « de tirer à vue s’il résiste » qui l’ont convaincu que cette fois-ci il était mort-foutu pour toujours. C’est le genre qui s’en fout complètement des autres, il cherche uniquement à sauver sa peau. Sans cela ce clown mortifère serait encore entrain de pagailler dans son pays. Ceci est d’ailleurs confirmé le 22 par le nouveau Président de Gambie Adama Barrow : « Si Jammeh a accepté de partir ce n’est pas du fait de la médiation des Présidents de la Guinée et de la Mauritanie Alpha Condé et Mohamed Ould Abdel Aziz, mais parce que l’armée de la CDEAO était prête à le déloger ». Et pan sur le bec de nos faucons balourds RPCistes. Par ailleurs le PPAC et son homologue mauritanien introduisent en douce un document appelant à une amnistie pour ce criminel et tous ses hommes de main sans préciser que c’est en fait un pur-produit des élucubrations du dictateur. Le site officiel de la CEDEAO ne cite nulle part ce document et le ministre des A.E. du Sénégal Mankeur N’Diaye enfonce un clou de plus dans le cercueil de notre boss : « le président Jammeh et son équipe avaient concocté une déclaration pour être endossée par la CEDEAO, les Nations-Unies et l’Union Africaine qui lui accordait toutes les garanties voire l’impunité. Cette déclaration n’a été signée par personne. Le Président Barrow, lui-même n’était pas au courant ». Finalement le seul « exploit » du PPAC et de son jumeau politique mauritanien a été de sauver la peau d’un des pires dictateurs restants de l’humiliation suprême d’être mis aux arrêts en guenilles (à la Laurent et Simone Gbagbo) devant sa population en liesse. Pour moi les 3 principaux héros de la chute et du départ définitif de Jammeh, hélas avec toutes les caisses d’argent et ses véhicules de luxe grâce à la complicité du despote Idriss Deby, sont bien Macky Sall, Ellen Jonhson Sirleaf et Muhamadou Bouhari qui ont foutu une telle trousse à ses miliciens qu’ils ont sorti le  drapeau blanc avant le début de leur bastonnade mémorable.

——————

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois :
  • Le 04, le PPAC décrète les membres de la commission nationale des Mines. Le seul problème ici est que ses termes de références indiquent clairement « la Commission des Mines, créée en mars 2012 en application du code minier, a pour mission de participer à l’examen des dossiers d’attribution, de prorogation, de renouvellement, d’amélioration et de retrait des titres miniers. Elle examine les dossiers relevant de ses attributions en vue de s’assurer que les dispositions du code minier, de ses textes d’application ainsi que les textes légaux sont conformes à l’activité minière en Guinée ». Allez savoir comment et où tous les dossiers de contrats miniers mensuels entre mars 2012 et le 04 Janvier 2017 ont été traités. Franchement le ridicule ne tue plus à Satanya.
  • Le 04, nos honorables dépités honorés de la majorité et complices ont adopté les textes relatifs à un Nième contrat de fourniture d’énergie électrique d’une capacité de 50 MW dans la ville de Conakry. Toutefois cette compagnie qui veut installer ces 50 MW s’engage aussi à installer 50 autres MW en solaire et à réhabiliter certains de nos vieux barrages en nous vendant l’énergie à 10 centimes (de quoi?) le MW. Si seulement elle avait pu nous donner 100 MW en solaire puisqu’avec Kaléta et Souapiti on nous a promis qu’on en vendrait même l’excédent à toute la sous-région.
  • le 04, lors de la clôture de la session budgétaire ordinaire 2016 de notre hémicycle rectangulaire, le code électoral, le clou attendu du spectacle de nos dépités a été retiré du vote. Il le sera lors de la session extraordinaire prévue en février 2017 et les élections elles-mêmes vers 2020 ou plutôt lors du 3e
  • Le 12, notre Vasco de Gama sort les voiles de nouveau pour participer à l’ouverture du dernier sommet entre la France de frère François et ses colonies africaines, le 27ème sommet Afrique-France, dont les travaux démarrent le 13 janvier à Bamako. Il poursuit immédiatement par une série de visites (personnelles surtout) qui le conduiront notamment au Vatican le 16 janvier, puis au Forum économique de Davos en Suisse où pourtant personne ne l’a vu en images tout au long de la rencontre, ce qui n’était pas le cas chaque année précédente depuis 5 ans maintenant. Il ne manquerait plus qu’il nous annonce sur RFI en sortant de chez le pape François qu’ils sont en fait des amis de plus de 30 ans, un grand panafricaniste avec qui il a luté lorsqu’il était le CEO de la société FEANF Illimitée. Son disque se raye tellement souvent ces temps-ci que je m’attends à tout de lui maintenant.
  • Le 13, le ministre de l’enseignement supérieur Parlant de ses chantiers phares de l’année 2017 a annoncé la  réinstauration des services militaro-civiques qui sera constitué en partie par une formation militaire et l’autre civique « comme il se faisait dans le temps ». C’est incroyable comme nos ministres perdent la tête et oublient le triste passé de leur pauvre pays dès qu’ils sont bien installés à la mangeoire nationale. Il ne peut même pas payer les misérables bourses mensuelles des étudiants mais nous annonce quand même un nouveau projet budgétivore sans nous présenter le moindre élément technique et financier. A moins que ce soit en fait bien calculé, un nouveau bizness d’épargne inventé pour le petit boss et ses petits, en attendant le prochain remaniement ministériel. Qui est fou ?
  • Le 25, l’ONG leader dans la lutte contre la corruption Transparency International publie l’édition 2016 de son rapport sur la corruption dans le monde. Le rapport de cette année met en exergue la relation entre la corruption et les inégalités qui se nourrissent mutuellement pour créer un cercle vicieux ; entre la corruption, l’inégale répartition du pouvoir dans la société et la répartition inégale de la richesse – une photo panoramique de notre pays, quoi. Un grand moment pour une pléiade de pays africains qui peuvent ainsi démontrer qu’on peut maintenant faire des affaires économiques sérieuses avec elles. Un calvaire pour la dernière bande de corrupteurs/corrompus qui tirent encore le continent en queue de peloton du développement humain. Un bon exemple, comme toujours, est notre Guinée Chérie qui, en dépit des tableaux idylliques et promesses comiques du PPAC, est 142e/176 au monde et 29e/44 en Afrique avec un score de 27 points/100. La moyenne mondiale est de 43 points/100. Je vous rappelle que le score maximum est 100 et que les pires cancres sont en dessous de 30. Il faut cependant selon nos autorités remarquer une « progression non négligeable » car en 2015, selon le rapport précédent, nous avions un score de 25 points/100 et étions 145ème/175 dans le monde  et 35ème/47 en Afrique. Et oui, faute de sa mère le bébé doit téter sa tante ou sa grand-mère. Et surtout ne n’insistez pas pour voir la liste des 18 pays plus mal classés que nous – ça risque de gâcher votre weekend.
  • Le 28, le principal fou du roi du RPCé annonce sans honte « le Gouvernement doit déclarer le jeudi 2 février 2017 journée chômée et payée et les Guinéens doivent se mobiliser en blanc avec un mouchoir blanc pour accueillir le Président de la République, Président de l’UA, en provenance d’Addis Abeba en Éthiopie. Ainsi chaque section du parti est appelée à mobiliser au minimum 3 000 personnes. Des contrôles seront faits et au moins 700 motards sont sollicités pour le cortège présidentiel ». Le travail de sape démagogique révolutionnaire de Satan Touré est profondément ancré dans les gènes de trop nombreux politiciens guinéens, même ceux qui sont nés après son départ vers l’enfer – pendant ce temps il n’y a pas d’électricité dans mon quartier depuis 3 jours (et je compte) – tout simplement pitoyable et triste.
  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : lors de la séance de clôture de la session parlementaire les députés du principal parti d’opposition se sont retirés peu après l’ouverture de la session. Pour le vice-président de ce parti « ce programme ne respecte pas le chronogramme adopté en séance plénière. Il devait plutôt y avoir la clôture de la session budgétaire puisque la loi limite les sessions à 90 jours. Ce délai est déjà dépassé et tout texte adopté en dehors de ce cadre légal devient illégal ». La déception semblait totale  mais en fait elle était surtout feinte parmi les dépités car ils bénéficieront ainsi d’une session extraordinaire dans 1 mois, arrosée financièrement comme de coutume, pour finir la job. Pour le nouveau contrat de groupes électrogènes par contre ça chlingue très fort les coups fourrés habituels dans le domaine, des styles K-Energy et Aggreko. Mais pas de secrets chez nous, si c’est le cas ca va puer très vite sur la place publique, promis.

 

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne; aujourd’hui est le 2232e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » – déjà 06 ans, 01 mois et 10 jours !  Aladji-Professeur-Président je termine en vous proposant une suggestion SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable et Temporellement définie) pour améliorer un peu votre Sanseman le mois prochain. J’ai constaté en effet depuis 6 ans que dès que je vous en donne plus d’une vous mélangez tout et faites pire ensuite. Donc cette fois-ci je vous demande de faire très attention quand vous nous représenterez à l’étranger en tant que « chef du village Afrique » car vous serez désormais encore plus traqué par les cameramen de toutes les TV mondiales qui raffolent de scoops et de gaffes marrantes, style jeu des 7 erreurs. Vous remplacerez maintenant Yayi Bonny puisqu’il est en retraite presque forcée. Vous ne pourrez jamais éditer ou empêcher la diffusion de leurs images, comme vos sbires le font si mal à Conakry. Par exemple ce mois-ci la télé publique malienne (ORTM) vous a filmé marchant avec vos homologues vers l’entrée du sommet France-Afrique. Alors que l’atmosphère était cérémoniale comme il se doit on vous aperçoit au 2e rang entrain d’attraper votre voisin de gauche par le cou avec force et ricanements si caractéristiques chez vous. La scène était tellement ridicule que certaines de mes connaissances l’ont enregistré pour la partager ensuite. Eh boss, pitié pardon – il faut cesser de verser nos figures par terre comme cela et de me faire honte devant mes beaux ! Retournez de grâce rapidement Place d’Italie pour rejoindre votre bande de joyeux lurons au zinc du bistrot du coin, vous y serez plus à vos place et aise pour faire ce genre de clowneries de gâteux en public. Quant à l’évolution journalière de mon pays, aujourd’hui le débat politique et leurs transcriptions dans la presse guinéenne sont devenus tellement répétitifs et plats, entre adversaires qui de toutes les façons se valent tous, que cela ne donne même plus envie de les lire entièrement et surtout de les commenter.  Dommage qu’il n’y ait plus grand chose de nouveau à apprendre, à dire et à proposer pour ce pays en faillite sur tous les plans. Finalement ce sont les pourris qui gagnent car et c’est exactement ce qu’ils recherchent pour s’éterniser au pouvoir.

Posted in 2013 | Leave a comment

Une Nouvelle Voie (Décembre 2016) : le PPAC et son biographe sont en vacances annuelles obligatoires

6 ans

Bienvenue à mon bilan du 12e mois de la Condécratie version 2.0, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois: « « La Guinée est un pays très touristique. Avant Conakry s’appelait la perle de la corne de l’Afrique de l’Ouest. Moi quand j’étais petit il y avait des flamboyants, tout était vert, il n’y avait même pas le soleil. C’était très joli, mais les touristes ne venaient pas alors que nous avons le pays le plus touristique d’Afrique de l’Ouest… Quel était notre handicap ? C’est parce qu’on n’avait pas d’hôtels. Vous savez très bien dans quelles conditions était Novotel. Si un touriste vient il passe une nuit là-bas, il ne peut pas rester. Nous sommes en train de rattraper ce retard. Et d’ici un an nous aurons plus d’hôtels que Dakar. Le deuxième handicap c’est les routes. C’est fondamental de résoudre ce problème si on veut développer le tourisme » (le 06, lors d’une mamaya hebdomadaire devenue rituelle pour ses fanas) ;  « Je serai en bonne santé pendant 100 ans… A bas les menteurs, à bas les ethnocentristes » (le 10, lors de l’inauguration d’un marché privé) ; « Comment voulez-vous qu’on construise des usines si vous vendez les terres qui appartiennent à l’Etat ? J’ai prévenu, tous les terrains vendus illégalement, nous allons les récupérer pour servir le Gouvernement, pour servir le pays… Nous allons vérifier point par point, tout ce qui a été acquis illégalement, on va reprendre ! Je m’en fous que ce soit Barry, Condé, Diallo, Soumah, Bangoura etc. » (le 21, lors d’une énorme mamaya à Kindia pour fêter ses 2 élections truquées et lancer officieusement le plébiscite « national » pour le 3e mandat – les faucons et fanas sont lâchés maintenant). « Le grand problème qu’on a en Afrique c’est qu’il faut qu’on assure. Quand quelqu’un perd le pouvoir, il faut qu’on le rassure. C’est-à-dire qu’on ne va pas le poursuivre, poursuivre ses partisans ou sa famille. Tant qu’on ne donne pas de garanties aux chefs d’Etat qui partent, ils ont peur qu’il y ait une chasse aux sorcièresTout le monde sait que moi j’ai d’excellentes relations avec le Président Yahya Jammeh. Il l’a dit dans Jeune Afrique qu’il n’a que deux amis en Afrique: le président Mugabe et moi… J’espère que le moment venu nous allons discuter avec lui pour qu’on essaie de trouver une solution. Je ne crois pas que l’intervention militaire soit une bonne solution. L’intervention militaire entraîne toujours des morts. J’espère qu’on pourra l’éviter par le dialogue… Moi, je suis un peu comme mon frère et ami, le président Erdogan. Nous sommes très pragmatiques. Je n’hésite pas quand les hommes d’affaires viennent parce que vous savez en Afrique plus particulièrement en Guinée, on aime souvent jouer à la bureaucratie… Nous nous organisons à la Présidence pour casser cette bureaucratie et faire en sorte que quand vous venez en une journée vous puissiez rencontrer tous les ministres que vous voulez rencontrer et les hommes d’affaires » (le 27, à la télé turc et sur la BBC pour essayer de sauver le soldat Jammeh) ; « copier-coller 2010 – 2015 avec une petite nouveauté : j’engage l’Etat à équiper notre administration de produits mobiliers fabriqués par les créateurs guinéens » (le 31, vœux présidentiels pour la nouvelle année – de Conakry ou bien un montage TV à partir d’Istanbul ou de l’hôtel Raphael à Paris ?).
  • Pour : rien de positif dans tout ce qu’il a dit lors de ses visites de plus en plus courtes en Guinée.
  • Contre : moyen-moyen mais sans aucune finesse pour sa tentative d’acheter en avance sa non-poursuite judiciaire le lendemain de son départ du pouvoir en voulant sauver aujourd’hui son 2e meilleur ami Jammeh (après Mugabe, quelle équipe !). Hélas c’est peine perdue pour eux deux alors circulez, vous finirez tous les deux devant les juges, essayer plutôt de vous préparer en conséquences au lieu de gesticuler grotesquement. Nous sommes en 2017, les passe-droits pour dictateurs tropicaux à immunité permanente c’est fini ça maintenant. Pour le cas de la défense insensée du soldat Jammeh rejeté par tous ses pairs sauf lui, il se tire en plus un coup de canon dans le pied : voyons-voir comment il aura le soutien de sa propre région (CEDEAO) pour devenir le prochain Président de l’U.A. au sommet africain en janvier 2017. En plus il a toujours ce sens inné pour l’exagération : « on ne voyait pas le soleil à Conakry dans les années 50 » ou « dans un an nous aurons plus d’hôtels que Dakar (et Abidjan un autre jour) ». Il ne se rend même pas compte que ces exagérations et promesses infantiles le décrédibilise un peu plus à chaque sortie et montrent surtout ses carences effrayantes en matière de prévisions réalistes et de gestion du pays. En ce mois réservé à ses vacances annuelles on voit réapparaitre sa frénésie de promesses démagogiques à n’en plus finir destinées surtout à lui permettre de mieux dormir la nuit : l’autosuffisance en riz, la réhabilitation de toutes les usines de la 1e République en faillite et fermées depuis les années 70, le développement de la culture du café au Fouta, la récupération de tous les terrains appartenant à l’Etat, la transformation du port de Kamsar en port de transbordage pour les ports de la sous-région, l’installation d’une usine de montage de bus, de cars et de tracteurs à Conakry , la construction rapide de plusieures citées HLM et le rasage des habitations de la commune de Kaloum pour la reconstruire totalement avec les sous d’Erdogan et la meilleure pour la fin, la construction rapide d’une autoroute inter-pays à péage alors que les rues autour de son palais rejoignent maintenant la liste des plus défoncées de la capitale ! Vraiment le boss a eu en 2016 une vitesse dégradation intellectuelle (due au 3e âge ?) exponentielle qui doit effrayer maintenant même ses pires faucons.

——————–

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 02, les nouveaux code électoral et code des collectivités sont déposés comme promis par le PPAC au bureau de l’Assemblée nationale avant la fin de la session budgétaire en cours. Ainsi un 1e point (le plus simple) du dernier accord politique est engagé – mais loin d’être encore finalisé. Le vote de ces deux textes devrait permettre théoriquement de tenir les élections locales en février 2017, mais avec beaucoup de « si » ; le 02, le PPAC sort le carton rouge à propos de l’implication des chinois dans le secteur de la pêche en Guinée. Il ne veut plus qu’ils soient présents dans la filière distribution, ce volet revenant exclusivement et depuis toujours aux mareyeuses de Conakry qui n’ont pas hésité à le lui rappeler bruyamment autour de son bunker. Il n’a aucune envie de se les mettre en plus sur le dos par les temps qui courent ; le 20, la police sénégalaise annonce l’arrestation du « trépanateur » du petit dadais en décembre 2009, le colonel Aboubacar Sidiki Toumba Diakité ; le 23, la direction générale de la police nationale a déployé 1000 agents supplémentaires  au niveau des 150 carrefours de la capitale. Une initiative dont l’objectif est de renforcer le dispositif sécuritaire de la capitale pendant les fêtes de fin d’année et par la même occasion rendre la circulation plus fluide ; le 27, une vingtaine de militaires soudards sous les ordres du colonel Issa Camara, le fou furieux qui avait joué à « Mad Max & family » dans la ville de Mali, sont présentés enfin devant un pool de juges dans la ville de Labé suite à leurs tristes exploits du  mois de juin dernier que je vous avais décrit en détail à l’époque. Comme toujours chez nous le principal accusé n’est pas encore sur le 1e banc des méchants, Dieu et PPAC seuls savent pourquoi – viva Impunita in Guinea !
  • Pour : concernant le rappel à l’ordre des pêcheurs chinois, il a proprement remonté les bretelles en public aux ministres de la pêche et du commerce, initiateurs et responsables directs de cette nouvelle magouille, pour bien  se faire applaudir à tout rompre devant les caméras nationales par les mamayeuses vengeresses. En effet les opérateurs chinois jouissent officiellement du droit de faire aussi ce commerce de produits marins, conformément à un arrêté officiel délivré par une institution judiciaire guinéenne le 20 janvier 2015. Mieux, pour une durée de près de 100 ans à partir de la date d’immatriculation de la société au Registre de Commerce et de Crédit Immobilier (RCCM). Maintenant attendons la réaction des Chinois qui se savent propriétaires exclusifs de notre pays depuis sa dernière visite officielle à Pékin. Concernant le Toumba-Gate, la prochaine patate chaude dans les mains du PPAC, si je suis choisi comme membre du jury de son procès il aura des circonstances atténuantes pour son crime vu qu’il nous a tous sauvés de 30 ans de dadisme sans limites. Bon je ne sais quel deal il a signé avec nos Big  Brothers vu que c’est eux qui l’avaient confiés aux cousins Gorguis où il vivait à leurs nez et barbes depuis près de 7 ans déjà mais en tout cas c’est un pas positif de plus vers le procès et la taule probable pour cette bande de criminels contre l’humanité en liberté totale depuis le 28 septembre 2009. Le plus marrant dans tout ça c’est si le PPAC demande son extradition en Guinée pour l’enfermer alors que ses complices des crimes sont encore ministres et gouverneur. La pression monte sur les épaules et les jambes déjà flageolantes de notre opposant hystérique. Concernant les nouveaux policiers pour réguler les Conakrykas indisciplinés et inconscients seuls les agents  stagiaires dans les casernes de la brigade de répression du banditisme (BRB), de la brigade anti-criminalité, des compagnies mobiles d’intervention (CMIS) et de la protection civile sont concernés. Sur le terrain ce surplus d’agents est facilement identifiable : ils portent un T-shirt bleu sur lequel on peut lire « police stagiaire » et un képi bleu avec un pantalon noir. Ils sont en charge de la sécurisation des personnes et des biens dans les quartiers. Selon  le directeur central de la sécurité routière sur le plan opérationnel trois brigades vont évoluer de manière rotative dans chaque quartier selon les tranches horaires suivantes : 6h45 à 12h ; 12h à 17h et 17h à 22h. Bonne chance à eux, avec cet accoutrement ca va être dur-dur pour exiger « prix de café ou de cigarette » aux automobilistes et cyclistes qu’ils contrôleront. Pourvu que ça dure !
  • Contre : quelques actions positives mais aucune au crédit direct du PPAC qui est en réalité en vacances de ski annuelles comme tous les mois de décembre et janvier depuis 6 ans maintenant.

——————–

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 06, on est interloqué d’apprendre que le projet du code électoral qui a été déposé au bureau du Parlement n’est pas conforme à l’accord politique signé par les deux mouvances complices. Sacré boulanger national, il a une nouvelle fois roulé dans la farine son seul véritable adversaire politique au pays. Encore heureux que celui-ci ait pris la peine pour une fois de faire lire entièrement le texte proposé avant de l’approuver à l’Assemblée nationale. Le lendemain l’auteur de cette « erreur », le Président du dialogue a le culot de dire qu’en fait il s’est trompé de version du document en l’envoyant au parlement – vraiment, l’argument est aussi ridicule que lui-même. Et une fois encore le coup de force est réussi car la majorité présidentielle (RPG et vendus divers planqués parmi les indépendants) le votera à une écrasante majorité des honorables présents dans la salle ; le 06, Colomb-Condé retourne chez lui à Paris pour revoir ses potes et toubibs pour bien démarrer ses vacances. Le Président de la planète pour l’énergie n’a été reçu cette fois-ci que par son adjointe planétaire, Ségolène Royale ; le 09, la Guinée célèbre avec fracas la journée internationale de lutte contre la corruption. Une rencontre nationale a permis de constater que nous sommes le seul pays de la sous-région a ne pas avoir une loi anti-corruption – allez savoir pourquoi. Le constat détaillé fait encore plus peur : « Il n’y a aucun dispositif judiciaire mis en place pour lutter spécialement contre la corruption. Il n’y a pas de tribunaux ni de système carcéral approprié et les détournements de deniers publics sont traités comme des délits ordinaires alors qu’il s’agit d’un véritable cancer qui gangrène le pays » rappelle un opposant lui-même ancien ministre une ou deux fois dans ses vies précédentes. L’ONG Transparency international classe la Guinée au rang de 37e sur 52 pays en Afrique et 139e sur 167 pays dans le monde pour 2015. Qui dit mieux ? ; le 25, rebelote de notre Colomb-Condé en Turquie avec son jet pour lui et sa bande de copains/coquins et des vols commerciaux en classe économique pour une centaine de hauts cadres civils et militaires désœuvrés à Conakry. Et dire qu’il y était déjà novembre dernier ! En marge de cette rencontre, les autorités turques ont remis des timbres et des stylos avec les nom et effigie de notre PPAC chéri en guise de signe de fraternité et de remerciements pour son soutien au peuple turc lors de l’auto-attentat de leur Président – bref les turcs ont payés les droits d’auteur à notre Boss pour l’original de l’auto-attentat made in Guinea en 2011. Et le mythe de l’opposant inoubliable en prend une couche de peinture supplémentaire – la vie est vraiment belle en Guinée pour chambellans, courtisans, fous du Roi, hauts représentants et partenaires du palais Satanya ; le 27, le constat est enfin clair et net et la CENI confesse pitoyablement : les élections communales ne pourront pas avoir lieu en février 2017, comme indiqué dans l’accord politique ; le 27, à 3 jours de la fin de l’année et avec le PPAC toujours en ballade à l’étranger il est maintenant clair que contrairement à l’annonce faite par les autorités qui nous avaient jurées que Kankan, la capitale de la Haute-Guinée allait abriter les festivités de la fête glissante de l’indépendance au cours de ce mois de décembre, il ne se passera strictement rien de nouveau dans cet autre coin paumé du pays cette année. Et pourtant, la commission d’organisation qui avait été mise en place discrètement par le Gouvernement et pour laquelle d’importantes sommes d’argent ont été débloquées continue de travailler d’arrache-pied pour justifier tous les milliards de GNF décaissés.
  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : concernant le retard inéluctable des prochaines élections locales les raisons sont simplement arithmétiques : après l’adoption du nouveau code électoral en janvier 2017 (ou après) il faudra que le texte soit renvoyé à la Présidence de la République qui le transmettra ensuite à la Cour constitutionnelle.  Après avoir donné son aval, celle-ci devra renvoyer le texte à la Présidence pour sa promulgation. Ensuite pour convoquer le corps électoral le Président devra le faire au minimum 60 jours avant le scrutin. A vos doigts ou calculettes les amis. Enfin pour la fête d’indépendance de nouveau avortée de Kankan le bon coup habituel est par contre bien réussi : on décaisse quelques milliards de GNF en vitesse, on bâcle le boulot pour en mettre 80% dans les poches déjà pleines des hauts d’en hauts et de « leurs petits » et ensuite on joue à l’autruche le temps que la rage médiatique se dissipe. C’est tellement classique chez nous que c’est devenu banal et n’émeut plus personne sauf ceux qui ont été dribblés lors du partage du gâteau.

——————–

4.     Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier public-privé sur le thème «Problématique de l’accès au service de la fiscalité et aux infrastructures d’accueil des investissements privés » ; atelier de formation des journalistes dans la couverture médiatique en période électorale (!) ; journées nationales de concertation sur le processus d’élaboration d’une nouvelle politique culturelle nationale ; rencontre sous-régionale d’échanges sur le développement du secteur de l’Energie dans l’espace CEDEAO, particulièrement sur l’accès aux services énergétiques, la régulation du secteur de l’électricité, le développement du secteur du gaz naturel et des hydrocarbures, le développement des énergies renouvelables et les projets prioritaires de production et de transport de l’énergie électrique (wow !) ; 21e session du Comité des Experts de l’Organisation Mondiale de la Douane –OMD ; forum régional sur la protection sociale ; rencontre régionale de discussion des défis et des enjeux liés à l’électrification de la CEDEAO ; atelier de planification stratégique du Plan Cadre de Coopération (UNDAF) Guinée (2018-2020) ; atelier de validation des résultats des consultations nationales sur les Etats généraux des droits de l’homme ; journées de réflexions les institutions constitutionnelles de la Guinée.

  • Pour : le séminaire-bizness semble lui aussi en vacances ce mois-ci (10) mais attention c’est surtout parce que plusieurs « rendez-vous du recevoir » n’ont pas pu être notés, vacances annuelles de votre serviteur obligent. Pas de soucis, en fait tout marche comme d’hab.
  • Contre : la mode en fin d’année c’est d’organiser des séminaires régionaux, pratique habituelle de nos partenaires, agences régionales et internationales pour améliorer un peu leurs capacités de décaissement avant les rapports annuels d’activités et des finances obligatoires. Nous on s’en fout, tant que les perdiems, sandwichs et frais de déplacement coulent comme un grand fleuve tranquille que personne ne viendra jamais perturber ici.

——————

  1. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Mr le Pharaon de la pyramide Satanya j’ai remarqué que chaque mois de décembre, depuis 6 ans que je vous suis sous mon microscope, vous prenez vos vacances annuelles françaises comme tous vos parents de la métropole. Vous pensez le faire en cachette mais c’est peine perdue, on a tous compris. Il faut juste le dire publiquement pour que nous fassions tous pareils. En effet selon les droits acquis et donc irréversibles issus des us et coutumes bénis de nos ancêtres les gaulois tous les fonctionnaires, cheminots et pilotes de lignes ont droit à un mois de congé annuel, indispensable pour maintenir leur bonne santé et légalement obligatoire. Les conséquences physiques des longues soirées de fêtes et banquets de fin d’année sont largement suffisantes pour justifier tout ce repos. De belles grasses matinées, quelques discours improvisés pleins de promesses ridicules et des voyages discrets entre Paris et chez tous les amis dictateurs de la planète – et le tour est joué sans finesse. On vous demande seulement de nous dire à partir d’où vous nous avez rejoué le CD de votre discours de vœux annuels que nous connaissons par chœur maintenant. Tant pis pour vos faucons qui ne prennent pas leur vacances en même temps que vous tant ils sont occupés à se gaver sur le gâteau national – tout le monde n’est pas maudit en Guinée, Dieu merci ! En tout cas moi je fais comme vous patron, je prendrais tous les ans en décembre, en tant que fonctionnaire à la retraite, mon mois de congés annuels sans salaire (comme tout le reste de mon boulot d’ailleurs) mais obligatoire. Ce sera donc service minimum et farniente certainement mieux mérités que les vôtres. Si par hasard vous vous en plaignez je vous préviens que j’organiserais une marche de tous les retraités guinéens – ceux qui peuvent encore marcher un peu – de la porte principale de la BCRG (banque centrale) aux grilles du palais Satanya où nous organiserons un sit-in avec grève de la fin (depuis le début) jusqu’à ce que nous soyons reçu par VOUS qui n’êtes en fait, même si vous faites semblant de l’ignorer, que le Président des retraités fatigués guinéens. Agnon ! (j’ai fini).

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne; aujourd’hui est le 2201e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back », déjà 06 ans et 10 jours ! Je l’ai déjà écrit plusieures fois et je le répète encore avec insistance aujourd’hui : j’ai vraiment besoin de l’appui d’un ou deux jeunes volontaires motivés pour poursuivre mais surtout « rajeunir » cette chronique en adaptant mieux que moi la circulation de toutes ses informations importantes à mes yeux aux « générations post-millenium » qui dirigeront le monde démocratique dans la prochaine décennie. La chronique actuelle couvre à mon avis un public cible important qui me tient particulièrement à cœur –  ma génération de baba-cool attentifs mais blasés de la pourriture locale et celles juste avant et après elle – mais je sais en parcourant la toile du matin au soir que des améliorations peuvent et doivent être apportées pour une meilleure pénétration vers une population cible encore plus importante pour moi, cette jeunesse montante qui grâce a une  meilleure formation de base que celle de tous ces zozos qui nous dirigent depuis 1984, comprendra qu’elle ne pourra jamais parler sérieusement de construire un avenir solide pour notre pays sans au préalable lire de manière attentive et détaillée tous les pages de son passé et de son présent car aucun immeuble ne peut tenir sans des fondations bien calculées et construites. J’ai pu couvrir à ma satisfaction les principales péripéties positives et négatives de la transition militaire (2007 à 2010) et du 1e mandat du PPAC (2010 – 2015) mais je crois sincèrement que ce 2e mandat doit être couvert de la même manière détaillée pour poursuivre avant toute cette banque de données qui sera d’un grand apport pour tous demain mais dan un format plus « branché » pour que cette passion du détail, de l’analyse et du débat contradictoire politique et sociale continue à prospérer en Guinée.

Jeunes journalistes en ligne et blogueurs motivés et passionnés par le décollage prochain de la Guinée – je vous espère nombreux à me lire – je vous invite donc à me contacter sur mon courriel personnel (aotdiallo@gmail.com) afin que nous puissions en discuter, partager sans aucun tabou mes trucs et astuces pour noter, vérifier et éliminer autant que possible les contes et légendes guinéennes habituelles avant de corriger au mieux et publier en fin de mois. Un travail de fourmi pour moi au détriment de 2 autres projets encore plus importants et intéressants que je n’arrive pas à démarrer comme je le devrais actuellement or le Tic-tac, Tic-tac ce n’est pas seulement pour le PPAC, c’est pour moi aussi et au fait c’est pour vous  tous aussi qui me lisez. J’ai compris dans mon expérience personnelle que les seuls qui peuvent communiquer efficacement avec « la génération Internet » sont ceux de cette même génération. Alors tous ceux qui ne savent taper qu’avec les index des 2 mains, ceux qui passent le dimanche matin à cirer leurs cheveux et moustaches au cirage noir-poivré (comme le Boss et ses ministres) ou au cirage noir-fluorescent (comme notre Président de l’Assemblée nationale et ses honorés) sont priés de ne pas s’engager dans ce projet svp ! Je promets que tous les messages reçus seront lus en détail et répondus dans le cadre d’un échange d’idées pour l’amélioration continue de cette chronique. Les candidatures féminines seront fortement appréciées (déformation  professionnelle oblige).

Posted in 2013 | Leave a comment

Une Nouvelle Voie (Novembre 2016) : les chinoiseries opaques du PPAC

Bienvenue à mon bilan du 11e mois de la Condécratie version 2.0, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois: « Le changement commence par la prise de conscience. Nous sommes certains. Le gouvernement va désormais s’atteler à un changement effectif commençant par les membres du gouvernement eux-mêmes qui doivent montrer l’exemple du civisme. Cela est valable aussi pour la classe politiqueles cadres de notre pays et les dirigeants politiques et économiques n’ont pas pitié du peuple. Ils n’ont que leurs intérêts en vue. Ils ne pensent qu’à l’argent et lorsque son intérêt personnel n’est pas satisfait, il mobilise son ethnie alors qu’il s’en fout de son ethnieBeaucoup de gens font semblant d’oublier d’où nous venons, dans quelles conditions était la Guinée. Ils étaient responsables, mais la prise de conscience d’une tare est le début du changement ». (le 08, à la clôture de la mamaya de la citoyenneté) ; « Notre défaut est que nous ne réfléchissons pas. Nous attendons que le Fonds Monétaire International le fasse à notre place alors que c’est nous qui devons réfléchir et aller vers le FMI. Si c’est à eux de réfléchir à notre place finalement on ne pourrait pas faire avancer le pays. Mais le Guinéen manque le courage économique et politique. Quelqu’un ne peut pas dire ce qui est bien pour la Guinée. Ce sont les Guinéens qui pourront définir ce qui est bien pour la Guinée. Si nous ne faisons pas un bon diagnostic nous ne pourrions pas mobiliser les ressources internes. Il est nécessaire de faire de bons diagnostics. Cela veut dire qu’il faut avoir le courage de mettre le couteau dans la plaie…Une des tares de la Guinée, c’est encore la sédentarisation des cadres. Il y a des cadres au ministère de l’économie qui sont sur place depuis 20 ans. Alors comment voulez-vous qu’on avance avec un cadre qui a fait vingt ans ? Il a traversé tous les régimes et tous les systèmes de corruption….Comment ces gens puissent apporter le changement ? C’est le manque de courage des ministres de demander qu’on change ces gens parce qu’ils ont peur que telle ethnie dira on a enlevé mon frère et telle autre dira mon cousin. Mais on a peur parce qu’on se dit « il y a les élections » etc. Si c’est comme ça, la Guinée n’ira jamais de l’avant.  Donc, face à cela ils ont peur qu’on fasse des reformes. D’ailleurs c’est ce qui fait aujourd’hui que ces gens ont toutes les mauvaises habitudes. Pourtant, la Guinée a une population jeune, il y a des jeunes cadres brillants qui peuvent complètement changer  lorsqu’ils sont introduits dans le gouvernement… la Guinée ne peut pas être un scandale géologique et que nos mines ne soient exploitées que par des étrangers. Nous nous sommes mis d’accord (avec les Chinois) que des Guinéens aient des blocs même si ce sont des petits blocs. Ils seront préfinancés pour que dans le secteur minier qu’on ait des Guinéens aussi.… Notre grand défaut, nous avons peur de nous endetter. Mais malheureusement, s’endetter pour les dépenses de fonctionnement est totalement inopérant et même dangereux. Cependant, s’endetter pour les dépenses d’investissement c’est ce qui peut faire avancer le pays. Nous avons été en Chine. Elle a annulé la dette que nous avions contractée. Cette dette n’était pas énorme. Imaginez, si on s’était beaucoup endetté la Chine allait annuler aussi (rire) ». (le 10, à l’ouverture d’un forum international sur la mobilisation des ressources internes) ; « Au niveau de la bauxite, la Guinée  est en train de devenir un véritable serviteur de la Chine » (le 11, devant le Ministre français des A.E. en visite à Conakry) ; « Si nous voulons que la Guinée poursuive son décollage et que les investissements viennent la clé de tout c’est la paix civile, la paix démocratique. Cellou est un homme sérieux. Il est de bonne volonté, je le crois sincère ». (le 13, confidences laa Jeune Afrique le principal outil de promotion du Sanseman).
  • Pour : comme c’est beau de lire la déclaration d’amour du boss pour son nouveau Haut partenaire – j’en ai eu une larme à l’œil. Des sourires et bisous cinématographiques la journée – des aiguisements de poignards et des préparations de talismans maléfiques toute la nuit. Ici on appelle cela de grands stratèges politiques. Gainsbourg serait flatté de notre version tropicale de son tube « je t’aime, moi non plus ».
  • Contre : c’est quand même incroyable, chaque qu’il fois qu’il cite les cadres pourris qui gèrent la mafia du pouvoir il s’oublie lui-même. Boss il est inadmissible de faire de tels constats et ne rien faire pour y mettre fin alors que vous êtes le 1e responsable de la gouvernance nationale donc ce sont cela votre responsabilité et votre boulot principaux. Ce disque est vraiment rayé pour tous les Guinéens, même ceux qui applaudissent parce qu’ils n’ont pas d’autres choix. De grâce ne rajoutez pas la moquerie à nos frustrations journalières. J’imagine tous ces financiers internationaux écoutant ahuris un chef d’Etat africain flinguant sans aucune retenue la pourriture des subordonnés qu’il a lui-même choisi pour gérer son pays. Nous avons créé le 1e modèle de Président-opposant auto-flagellateur. Ça me fait penser à un domestique de maison qui rentre dans la maison et dit « vraiment patron, la maison-là est trop sale ».

 

——————————

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 02, le Président chinois Xi Jing Ping; reçoit enfin le PPAC, madame et la cour mamayique. Ouf de soulagement, j’avais peur qu’après plus de 10 jours de serrage des pinces de tous les second-couteaux provinciaux qu’on nous les réexpédient sans la photo historique indispensable à toute mission réussie. Merci Mr Xi de nous avoir évité cette nouvelle honte ; le 06, nous assistons à une nouveauté, un casse-la-gueule entre les militants de l’opposition (NFD et UFDG selon certaines sources fiables) pour la candidature prochaine à la mairie de Ratoma. « Heureusement » nos gendarmes-policiers ont pu étouffer les ardeurs guerrières dès le début des hostilités. Vraiment notre pays est incroyable, comme les gabelous ne tabassent plus les opposants, ils le font entre eux et ensuite ils appellent les botteurs d’hier pour les séparer ; le 07, le PPAC revient sur la pointe des pieds dans la soirée alors que je m’attendais à un retour triomphal suite à sa prise réussie de la Chine ; le 11, nous voyons à la télé la pose de la première pierre de l’Institut Pasteur de Guinée et d’un centre de Recherche et de Formation sur les Maladies Infectieuses de Guinée (CRFMIG). L’Institut Pasteur de Guinée sera le 33e d’un réseau international évoluant dans vingt six pays sur cinq continents. Bientôt on n’aura plus besoin d’envoyer des labos par avion-cargo pour savoir ce qui nous tue – on le saura rapidement et sur place ; le 16, PPAC qui avait déjà été nommé par ses pairs l’an dernier au poste de coordonnateur des énergies renouvelables en Afrique est le récipiendaire unique du « 1e trophée de la planète » reçu des mains de Ségolène Royal ;  le 16, une dizaine d’officiers supérieurs de l’armée guinéenne avec en tête le colonel-fou Issa Camara a été inculpée et placée sous contrôle judiciaire par un pool de juges constitué pour statuer sur les violences commises au mois de juin dans la préfecture de Mali ; le 22, Air PPAC Non-stop décolle de nouveau pour la Guinée Equatoriale pour un sommeil semi-arabo-africain entrecoupé de mamayas et autres frivolités. Notre boss est vraiment une force de la nature, incroyable qu’après 6 années de jet-lag, d’indigestions alimentaires qui accompagnent toujours les banquets, les nuits sans sommeil sur des matelas à chaque fois différents, tout ceci à près de 80 ans, qu’il n’en ait pas encore des séquelles visibles. A ce rythme il a des chances d’établir un dernier record Guinness : 1e Président de la République à rendre l’âme en somnolant dans sa suite présidentielle ou son fauteuil de jet privé ;
  • Pour : selon les premières fuites  des interrogatoires des miliciens fous de Mali ils se sont déroulés au siège du tribunal militaire pendant plusieurs heures. Le Colonel et ses miliciens ont également été sommés de rendre tous leurs effets militaires en attendant qu’un verdict soit prononcé dans cette affaire. Leurs documents de voyage allants des passeports aux permis de conduire ont également été saisis. En tout huit conditions drastiques de contrôle judiciaire serrées ont été imposées au Colonel Issa Camara et à ses Hommes. Il faut maintenant prier pour que la sanction finale ne soit pas une promotion au rang de ministre à la Présidence comme pour leurs copains criminels du 28 septembre 2009, Claude Pivi et Tiegboro Camara.
  • Contre : selon la justification peu convaincante de la ministre française de l’environnement, la distinction est une reconnaissance des efforts que le chef de l’Etat fournirait en faveur de la promotion des énergies renouvelables en Afrique. On se demande si ce jury avait envoyé des missions d’exploration au préalable dans tous les pays en lice et si c’est le cas j’aimerais bien voir ceux que nous avons battus sur le fil.

——————————-

3. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, nous apprenons que la veille, suite à l’accord sur les principes de cession des parts de Rio Tinto à Chinalco dans le projet Simandou Sud, le Gouvernement et Chinalco ont conclu un protocole d’accord fixant le cadre de coopération pour la reprise du Projet Simandou Sud par Chinalco, et la réalisation d’autres investissements de Chinalco en République de Guinée. Le tout a été présenté à la va-vite par la TV-PPAC, sans toutes les clauses sécrètes comme les deux gros gisements de bauxite qui leurs seront « offertes » avant toute poursuite des négociations. Il faut rappeler que Chinalco est une société spécialisée dans le commerce mondial de l’alumine – et non dans le fer où elle tâtonnera et sous-traitera comme nous. En attendant bienvenue aux charters d’ouvriers et à l’invasion accélérée de nos plaines agricoles et marchés. Hi-han la chinoiserie guinéenne ; le 02, démarrage de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix dans tout le pays. Le brave ministron se bat comme un beau diable pour nous faire danser en ordre mais c’est un doux rêveur : à l’image du pays nous assistons au ballet incessant habituel de démagogie ; le 02, la voix de la révolution (surnommée RTG depuis 1984) nous présente une interview d’un des derniers tortionnaires encore vivants de la 1e  République. Elle a été pilotée par le directeur général de notre télévision publique nationale, cette  voix immuable des maitres des Guinéens depuis son baptême. Ceci est un très mauvais signal envoyé directement aux familles des victimes de cet État sur la sincérité et volonté du pouvoir actuel d’agir avec une réelle impartialité pour aboutir à une réconciliation nationale. Parler dans tous les discours de réconcilier les Guinéens, mettre en place une commission nationale avec l’appui des Nations-Unies et en même temps encourager sournoisement des journalistes officiels à inviter des criminels retraités pour remuer leurs couteaux dans les plaies encore ouvertes de leurs victimes en dit long sur où et comment l’on veut nous mener dans ce dossier. Pas au pardon et à la réparation mais à la moquerie et finalement un balayage de tout notre passé douloureux sous le tapis des bourreaux. Si au moins cela avait été diffusé sur une chaine privée on aurait pu croire que cela venait d’une de leurs succursales en ville et n’était pas en fait le reflet de la pensée présidentielle ;  le 04, les médias publics annoncent fièrement que le  Venezuela vient d’octroyer 5 millions USD en faveur de 10 pays de l’Afrique au sud du Sahara dont la Guinée pour développer le secteur agricole dans ces pays. Les frères, suivez n’importe quelle chaine de télévision internationale et vous apprendrez que les habitants de ce pays font la queue pour une acheter une miche de pain ou traversent à pieds la frontière avec la Colombie tous les jours pour manger ! Non seulement avec de telles annonces vous prouvez que vous êtes des couillons mais pire vous pensez que nous le sommes aussi ; le 04, la 1e magouille des chinoiseries opaques du PPAC est dévoilée sur la place publique : la nébuleuse mafieuse China Harbor Engineering Company (CHEC), une filiale de la China Communications Construction Company (CCCC) a bénéficié à Conakry d’un contrat d’Etat de 774 millions de dollars pour la construction de routes et d’autres infrastructures au port de Conakry. Selon les sites spécialisés internationaux, depuis 2009 cette société fait l’objet de sanction de la Banque Mondiale pour des faits de corruption. La BM interdit aux entreprises inscrites sur sa liste « rouge » de bénéficier de contrats financés ou exécutés par cette institution de Breton Woods. Encore une belle raclée diplomatique en vue mais bon les virements de bakchichs seront déjà encaissés donc la mise au piquet ne sera pas très douloureuse pour nos négociateurs guinéens ; le 09, un nouveau piment chaud atterrit dans la sauce du PPAC : Rio Tinto annonce dans un communiqué discret qu’elle venait de suspendre de ses fonctions un de ses hauts responsables et indique avoir alerté les autorités légales américaines, britanniques et australiennes. Il faut dire qu’en aout dernier le journal d’investigation Mediapart avec publié un échange d’e-mails prouvant que le géant minier a accepté en 2011 de verser 10,5 millions de dollars US à Mr François de Combret, ami et conseiller du président guinéen, ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée et ex-associé de la banque Lazard. ; le 14, hop – il saute de nouveau dans son bureau volant pour Marrakech après une courte visite officielle d’une semaine en Guinée. Il a été reçu à son arrivée par le ministre de l’éducation – manière diplomatique limite pour lui faire comprendre qu’ils en ont marre d’aller l’accueillir tous les mois de l’année ; le 14, nous apprenons que « l’affaire Palladino » a pris fin aux USA par un arrangement à l’amiable entre les autorités américaines et la firme Och Ziff, qui selon les autorités américaines a corrompu des personnalités proches du président Condé et des hauts fonctionnaires guinéens pour sécuriser des contrats miniers en Guinée en 2011 après la victoire programmée du PPAC. Och-Ziff a payé un total de 412 millions USD d’amendes dont 223 millions au département américain de la justice et 199 millions à la bourse de New York sans « admission de culpabilité » au gendarme boursier de Wall Street chargé de maintenir la confiance des investisseurs dans le système boursier et de combattre la corruption. Trois personnagesclés sont cités (sans être nommés) dans le transcrit du ministère de la justice américaine : Mohamed Condé (Junior Palladino pour les intimes), le fils du président, Samuel Mébiane, l’intermédiaire entre des intérêts sud-africains et le nouveau pouvoir guinéen issu des élections de 2010 et Walter Henning, le millionnaire sud-africain fondateur de la firme Palladino. Ne ratez surtout pas le rapport complet du FBI titré « Transactions utilisées pour financer la corruption dans les mines en Guinée » disponible sur les sites spécialisés. Un petit avant-goût d’un best-seller Hollywoodien qui sortira dans quelques années ; le 15, les petits secrets de l’accord avec Chinalco pour la reprise du projet Simandou sont confirmés par la voix de son Maitre (Jeune Afrique) : « En parallèle des négociations les chinois ont insisté pour des pourparlers autour d’un accord de développement des blocs de bauxite de Boffa et Santou au bénéfice de Chinalco. Certains de ces blocs étaient précédemment contrôlés par BHP Billiton, le numéro un mondial des mines qui a quitté la Guinée il y a plusieurs années. C’est seulement une fois que le groupe chinois aura sécurisé une offre ferme sur ces permis de bauxite qu’il s’engagera à assister la Guinée dans toute demande officielle de prêts concessionnels auprès de la Chine en vue du financement d’infrastructures diverses, y compris pour le Simandou ». C’est ça même que j’appelle les chinoiseries louches des chinois et nos pauvres couillons n’avaient pas d’autre choix que de faire des cadeaux imposés en fin de mission pour ne pas revenir la tête entre les pattes à Conakry ; le 14, le représentant de l’Union Européenne (UE)  a remonté les bretelles de notre ministre des Affaires étrangères. Il a exigé diplomatiquement la tenue d’un dialogue pour le 24 Novembre entre la Guinée et l’institution européenne, dans le cadre de la rencontre périodique autour d’un dialogue politique global, institué selon les dispositions prévues par l’accord de Cotonou, signé entre les pays de l’UE et les États d’Afrique, des Caraïbe et du Pacifique (ACP). Il a en particulier insisté sur le contexte du dialogue notamment dans son article 96 relatif au viol de l’accord de Cotonou et l’inculpation de 5 hauts cadres guinéens dans le dossier du 28 Septembre 2009, tout en soulignant aussi d’autres consultations en cours avec les autorités guinéennes. Il a tempéré légèrement en voyant le visage de notre ministre qui se décomposait au fur et à la mesure qu’il parlait. Elle a juré que Walahi ce n’était sa faute et qu’elle passerait le message au responsable suprême de cette violation. L’étau se resserre autour du cou des « présumés innocents » car entre l’arrêt de l’aide budgétaire qui paie nos salaires et l’envoi de ces criminels en justice le boss n’aura aucun état d’âme et aucune prière ne sera bientôt plus acceptée. Quand je pense que presque tous nos politicards des 160 officines considèrent la Communauté Internationale (CI) comme la 1e responsable de nos magouilles politiques, moi je sais que c’est elle seule qui se battra jusqu’au bout, même en utilisant le gant de velours de rigueur, pour envoyer ces voyous rejoindre Charles Taylor et Laurent Gbagbo avec billets gratos et tous frais payés pour séjourner sans visa pour plus de 20 ans en Europe ; le 24, le sérieux de notre reforme des forces de dépenses et d’insécurité est de nouveau prouvée à leurs pauvres bénéficiaires. Même ceux qui sont  les mieux « protégés » du pays passent par le même grill. Le préfet de Coyah, celui qui est chargé par le PPAC d’assurer la sécurité de ses administrés est devenu la principale victime de l’insécurité galopante du mois. Une dizaine d’hommes en tenues militaires et armés jusqu’aux dents se sont introduits dans sa maison tard la nuit pour le tabasser et le voler. Le pauvre a dû être évacué le lendemain par son Boss sur une clinique de Dakar pour recoller ce qui était encore récupérable sur lui. Bon, il parait qu’il était le maillon central de toutes les magouilles foncières du coin, en particulier les expropriations donc la liste de ses ennemis en ligne pour lui faire la peau est encore très longue ; le 24, le directeur général de la police, Bangaly Kourouma balance devant les militants du parti présidentiel à Nzérékoré  que «« Tant qu’Alpha Condé est en vie, il sera le président de la Guinée. Je crois fermement que je resterais  à mon poste tant que le président Condé dirigera aux destinés de la Guinée, et seul la mort de ce dernier pourrait m’y évincer ». Pas un mot de reproche de ses supérieurs bien sur. Je lui souhaite le même succès et la même fin que son prédécesseur qui s’était lancé en 2009 avec « Dadis ou la mort » car il est aujourd’hui plus à plaindre que le petit dadais ;

  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : l’idée d’une semaine de la citoyenneté aurait pu être intéressante mais hélas elle a été transformée comme chaque fois en kermesse du donner et du recevoir : dès que les mots « fête, semaine, caravane » sont prononcés ici nous sommes immédiatement inondés sur les TV/ radios / sites et journaux de la nauséabonde démagogie habituelle. C’est avant tout un nouveau prétexte rêvé de nos fonctionneurs et débrouillards locaux pour détourner des budgets gonflés et mamayer dans nos rues et carrefours défoncés. Dans ce nouveau dossier des amis de plus de 30 ans du PPAC Mediapart analyse ce dossier : « suite à nos questions, Rio Tinto a annoncé la suspension d’un de ses hauts dirigeants et a alerté les autorités américaines, britanniques et australiennes. L’échange d’e-mails que nous dévoilons est, il est vrai, limpide. Le 10 mai 2011, Tom Albanese, alors directeur général de Rio Tinto, Sam Walsh, le responsable de la branche minerais, et Alan Davies, responsable des opérations internationales, discutent par messagerie interposée. Ils tombent d’accord pour verser 10,5 millions de dollars à l’ancien banquier d’affaires français François de Combret, leur intermédiaire auprès du président guinéen Alpha Condé, qui vient de leur assurer le contrôle de deux des quatre lots qui composent le gisement de Simandou ». Justification d’Alan Davies, le grand boss de la boite « Je sais que c’est beaucoup d’argent. Mais je souligne que le résultat que nous avons obtenu a été significativement amélioré par la contribution de François, ses services, uniques et inimitables, et sa proximité avec le président ». Il décrit les « services » comme une « assurance extrêmement précieuse que les choses iront tranquillement pendant que nous clôturons l’accord »  autour de Simandou ». Au fil de la conversation, on apprend que François de Combret avait dans un premier temps demandé 15 millions de dollars, et qu’il a accepté de baisser ses exigences.

————————

4.     Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier régional (G. Forestière) de réflexion sur les mutilations génitales féminines /excision, la pérennisation des mesures d’hygiène et la fréquentation des structure sanitaire ; formation sur le rôle de la société civile dans un processus de justice transitionnelle ; 2e atelier du ministère des mines sur l’initiative pour le développement minier responsable (IDMR) ; formation de trois mois avant la mise en service des agents de la sécurité de l’armée ; assises nationales de pré-validation du plan national de développement économique et social (PNDES) pour la période allant de 2016 à 2020 ;  forum sur la compétitivité de la mangue guinéenne sur le marché international ; formation de la 3e promotion des agents de l’Agence du Service Civique d’Action pour le Développement (ASCAD) en hébergement, cuisine, pâtisserie, restaurant-bar et agents de protection et de sécurité ; formation de1610 agents officiers de police judiciaire et de la gendarmerie sur la reforme du secteur de la défense et de la sécurité ; atelier régional de formation des agents, chefs de centre et poste de santé sur les soins obstétricaux et néonataux de base (SONUB) et l’application de l’accouchement sans risque ; concours national de plaidoirie en Droit International Humanitaire (DIH) ; table-ronde nationale sur l’initiative nationale sur le developpement minier responsable (INDM) ; rencontre sous-régionale sur la mise en œuvre du projet de protection des populations riveraines du fleuve Niger et lutter contre l’ensablement dudit cours d’eau ; atelier technique sanitaire intitulé « spécification du module de surveillance épidémiologique dans le DHIS 2 en Guinée » ;  1e forum international sur la mobilisation et l’utilisation efficace des ressources internes du pays ; atelier de réflexion axé sur le développement de la santé communautaire en Guinée ; états généraux de la culture ; atelier de lancement des activités de vulgarisation de la Loi organique ; 4e congrès international sur le diabète ; atelier sous-régional de discussion des paramètres liés à la mise en œuvre du projet de protection des populations riveraines du fleuve Niger et la lutte contre l’ensablement dudit cours d’eau ; 4e congrès mondial contre le diabète ; formation de 60 pharmaciens, médecins, microbiologistes, virologues et bactériologistes chercheurs sur le diagnostic des maladies infectieuses et la maîtrise des techniques modernes de laboratoire ; 3e rencontre sur l’initiative pour un développement d’une politique minière responsable ; atelier sur le thème « le droit alimentaire de l’Union Européenne et les éléments spécifiques relatifs à l’exportation des produits de la pêche et les principes de certification ».

  • Pour : le séminaire-bizness reprend quelques couleurs ce mois-ci (22). Une embellie qui est surement liée à proximité des achats de cadeaux de noël et du nouvel an.
  • Contre : il y a trop de formations de militaires depuis quelques mois – attention aux coups d’état, boss car si nos soudards apprennent en plus la lecture on peut déjà imaginer leurs lectures préférées. Le titre complet du séminaire sur la mobilisation des ressources internes du pays aurait du finir par « pour la finalisation des chantiers des cadres des directions du ministère des finances ». Les cadres des finances organisateurs prennent les autres Guinéens pour des idiots mais tant qu’ils ne proposeront pas en premier de vrais solutions à leurs magouilles internes et que nous ne verront pas que nos sous seront effectivement utilisés uniquement pour financer nos services de base améliorés, ils perdent leur temps – on va continuer à tricher – net !

———————–

5. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Mr le père de la mouvance et de l’opposition, vous jouez inconsciemment avec le feu, celui de la dignité et du respect dus aux victimes de l’Etat depuis 1959 et de leurs familles, mes frères et sœurs meurtris mais debout en face de tous ceux qui veulent nous ridiculiser publiquement. J’exprime à votre chargé de mission Madifing Diané et à vous-même notre mépris et notre pitié pour votre contribution singulière à la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix.  Sachez que les déchets comme Madifing Diané sont facilement recyclables. Ils disparaissent par biodégradation naturelle c’est à dire qu’ils pourrissent doucement et redeviennent poussière comme avant leur arrivée sur terre. Sa jalousie mesquine, ses complexes d’infériorité mais surtout son aigreur de fin de vie dans le dénuement et la misère sur tous les plans disparaitront très bientôt. Ensuite comme tous ses prédécesseurs il disparaitra de la mémoire de tous, y compris d’une grande partie de sa famille. La preuve en a été fournie par certains de ses neveux qui ont témoigné par écrit que leur père l’avait toujours considéré comme un farfelu et un faux type. Et l’histoire Guinéenne réécrite par des vrais historiens glorifiera leurs victimes innocentes et les transformeront en  martyrs nationaux alors qu’eux seront classés dans la longue liste mondiale des petits-bras des dictateurs qui ne trouvaient du plaisir que dans  la torture jusqu’à ce que mort s’en suive d’hommes et des femmes nus et attachés. Ainsi chacun sera identifié et récompensé à sa juste valeur pour sa contribution personnelle à l’édification de la Nation guinéenne. Vous savez très bien que le bon Dieu finit toujours par rattraper et punir les méchants. Voici un pauvre type qui vit mal sa fin de vie dans une déchéance pitoyable et qui par dépit décide de faire un dernier baroud d’honneur pour se faire mousser devant les caméras de la voix de la révolution. Au lieu de rester terré dans le secret de son anonymat bien mérité le voila qui se rappelle à nos mauvais souvenirs en se pointant à nous. Nous n’aurons hélas jamais un procès public du PDG en Guinée – cela aurait été possible en 1985-1986 mais le système pdgiste toujours au pouvoir a bloqué le processus. Par contre le prochain procès international de Dadis sera une opportunité en or pour revenir sur ces hommes/femmes qui ont crées de tels monstres et qui les ont élevés si haut dans notre pays.  Une cour professionnelle ne pourra pas le juger sans remonter à leur grand-père (Satan Touré) et à leur père (Lansana Conté) qui ont façonné toute sa bande à leur image. Préparons-nous donc pour que ce procès soit en même temps et autant que possible celui de tout le système mafieux mis en place depuis 1959 et qui n’a jamais été bousculé depuis. Travaillons à monter une équipe de partie civile professionnelle (juristes, historiens, psychologues) pour tirer un maximum d’avantages de ce procès à venir. Alors seulement tous ces révisionnistes minables comprendront que l’histoire de la Guinée, celle qui sera enseignée dans 20-30 ans à nos descendants ne retiendra rien des témoignages, insolences et immoralités déversés par d’anciens criminels. Nul part cela ne s’est vu et ça ne commencera sûrement pas en Guinée. Nous ne sommes pas engagés comme eux bêtement dans une course de vitesse mais dans un marathon avec de nombreux obstacles – comme pour Hissein Habré – et seuls les champions couperont le cordon final.

Mon ami Gandhi a bien résumé la nouvelle politique de développement du Sanseman jusqu’en fin 2020 : « Que va faire la Chine ? Construire des infrastructures de A à Z, pendant que les Guinéens regardent, mais n’apprendront rien. C’est la Chine qui rappelait dans les années 60, qu’il faut apprendre à pêcher plutôt que de recevoir du poisson ». Qui plus est, nous avons des exemples frappants de la qualité et de la moralité actuelles des travaux des sociétés chinois en Guinée :
– Les routes récemment reconstruites (durée de vie de 2 ans max.) et en particulier la route entre le Km 24 et Coyah (soit le Km 50), en rade depuis plus de 3 ans.
– Les forages d’eau réalisés lamentablement (plus de 40% négatifs) à l’intérieur du pays.

– Une partie du nouveau stade arraché par une forte pluie avant même son inauguration.

– Les grossistes-distributeurs chinois de poissons frais qui ravitaillent normalement nos mareyeuses pour qu’elles fassent un petit bénef par la vente au détail dans les marchés passent dans leur dos avec des complicités de criminels du ministère du commerce pour casser les prix de détail en revendant directement sur des étales dans certains marchés.

C’est fini les travaux comme le palais du peuple et le stade du 28 sept du XXe siècle – pour les chinois du XXIe siècle la règle principale des affaires est toujours très claire au démarrage des travaux : petit argent et petit contrôle = petits résultats. Ce n’est pas pour rien que toutes les agences financières internationales ont une division spéciale pour leurs négociations avec la Chine – le FMI leur a même réservé un immeuble entier. Mais chez nous la philosophie économique est toute autre comme bien résumée par un autre compatriote ce mois-ci (A. Dem) : « Nous on n’a pas peur des dettes, faites nous des gros ouvrages bien solides, on payera tout avec toutes les générations d’avenir. L’homme ne doit pas avoir peur des dettes, si tu ne peux pas payer, ton fils va payer. Est ce qu’il y a problème dans ça ? ».

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne; aujourd’hui est le 2170e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back », déjà 05 ans, 11 mois et 10 jours ! Une personne dont je n’ai pas reconnu le patronyme (Mr ou Mme Richer) m’a envoyé un message fort aimable qui résume pour moi pourquoi je continue, parfois malgré moi, à scruter à la loupe tous les jours, même les dimanches, la presse en ligne, écrite, télévisée et audio de notre République bananière. Il commente sur un forum populaire : « Les analyses et observations de A.O.T Diallo sont les plus pertinentes et les plus instructives que je puisse lire sur l’ensemble des sites guinéens. Merci et bon courage pour ce fils du pays. La Guinée aura besoin de beaucoup de cadres comme lui pour espérer un véritable changement dans les prochaines années ». Comme je l’avais déjà écrit dans le passé l’une de mes plus grandes frustrations a toujours été de ne pas savoir précisément quelles bévues majeures et catastrophiques pour notre futur et quand ont été faites par Satan Touré en février 1961 (simple exemple) ou Fory Coco en Mai 1986 (autre exemple). J’ai entrepris donc cette chronique pour éviter que nous refassions la même erreur pour le petit dadais, le maréchal tigré et le PPAC. Plus tard de vrais spécialistes écriront « la vérité historique » sur rôle de chaque responsable guinéen dans ce triste gâchis avec en plus des faits et paroles précis. C’est ça ma principale motivation à poursuivre tant que je le pourrais en espérant surtout que d’autres plus jeunes et dynamiques continueront après 2020. Moi je prendrais alors ma retraite avec mon PPAC adoré – pas de 3e mandat pour lui et moi, promis…

Posted in 2016 | Leave a comment

Une Nouvelle Voie (Octobre 2016) : nouveaux combats politiques au bled, les GRANDS veulent éliminer leurs petits récalcitrants

Bienvenue à mon bilan du 10e mois de la Condécratie version 2.0, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois: « Je lance un appel à chacun d’entre vous, hommes, femmes, jeunes pour tirer les leçons de notre passé commun pour défendre les valeurs de la démocratie et de l’Etat de droit, d’œuvrer pour l’entente et la cohésion sociale. Je sollicite vivement de notre classe politique et de notre société civile de bannir dans leurs discours et actes toute attitude susceptible d’engendrer la discorde, la haine et la violence car nous avons l’impérieuse obligation morale et patriotique d’offrir une meilleure image de notre compétition politique. De forger notre jeunesse, nos éducateurs et notre presse à une culture du débat citoyen, à une saine compétition débarrassée de tout langage susceptible d’engendrer les germes de la division »(le 01, discours à la Nation la veille du 58e anniversaire de notre « Nakba », la catastrophe du pauvre peuple martyr) ; « Les miniers doivent respecter leurs engagements et notamment les délais d’exécution des travaux, les emplois à créer, les normes environnementales et sécuritaires, par exemple, construire des toboggans aux croisements entre les routes minières et les routes publiques, les infrastructures de base pour les communautés et la couverture sanitaire pour tous les employés. J’exige que les compagnies minières construisent des fontaines d’eau potable équipées de panneaux solaires pour permettre un pompage mécanique. Je demande qu’elles construisent aussi des latrines publiques dans tous les villages…(en parlant de ces toilettes publiques) là où tout le monde va, même le Président y va... » (le 04, lors de l’inauguration d’un port à Boké) ; « Nous avons une coopération stratégique avec la Chine car nous avons des minerais et nous avons besoin d’industrie, la Chine a besoin de matières premières et elle a des capitaux. Cette relation bilatérale est presque naturelle. C’est pourquoi j’ai dit que la Chine est une chance pour la Guinée et la Guinée est une chance pour la Chine. Donc notre relation politique est très excellente » (le 24, interview avec la presse chinoise avant son voyage pour Pékin).
  • Pour : boss vous vous débrouillez bien encore ce mois-ci avec les psaumes de votre nouvelle philosophie politique. Assistons-nous sans le savoir à votre épiphanie ? En tout cas vous nous offrez de nouveaux rêves d’une vie meilleure et une énième acceptation de continuer stoïquement à souffrir dans notre misère crasse, pour quelques mois de plus.
  • Contre : affaire de toboggans et de toilettes publiques que même vous utilisez, pardon épargnez-nous de telles délicatesses, Yandi !

 —————————————-

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 03, il est vrai sous la pression de nos aînés FMI/BM et après beaucoup de fuites devenues secrets de polichinelle, le gouvernement présente finalement à la presse les principaux résultats de l’audit des marchés publics sur les exercices 2013 à mi-2015, réalisé par un cabinet international. Je vous avais déjà présenté les mois derniers les principales conclusions et elles sont mémorables donc pas besoin de les répéter ici ; le 06, Les acteurs politiques guinéens sont parvenus à un accord sur plusieurs sujets dont l’organisation des prochaines élections locales dans le pays. Ce scrutin qui était prévu en décembre 2016 se tiendra désormais en février 2017 après la révision du code électoral par le parlement au cours de la session budgétaire en cours (avant fin décembre 2016). La réforme de la CENI actuelle interviendra en Avril 2017 lors de la prochaine session parlementaire des lois et les chefs de quartiers seront « politiquement nommées par les 2 grands partis » proportionnellement aux résultats des élections communales. Bien joué pour les deux « mastodontes » de la politique guinéenne – et sale temps pour les particules récalcitrants ou planqués ou déplacés internes dans les deux camps. Maintenant ils n’ont que deux choix qui leurs restent : intégrer un des 2 camps ou disparaitre progressivement. Bon ils peuvent aussi décider d’organiser des marches de protestation mais pas sur qu’ils puissent mobiliser plus de 100 désœuvrés affamés pour cela. Ou alors décider de se présenter en solo mais leurs électeurs seront guère plus nombreux que leurs marcheurs – même moins si les élections sont à bulletins secrets. La stratégie convenue par les deux Bêlé-Bêlé nationaux est finalement plus rusée que je ne le prévoyais et ils ont bien roulé dans la farine Sansémantique tous les autres grognards du paysage politique national ; le 10, l’U.E. retire enfin officiellement notre pays de la liste des pays tiers non-coopérants en matière de pêche illicite, non déclarée et non réglementée (Pêche INN). Voyons maintenant pour combien d’années encore – le chrono est lancé ; le 12, le 4e dialogue politique en  6 ans est clôturé dans l’allégresse des ténors politiques (RPCé et UFDG) et les larmes et complaintes de tous leurs ex-alliés ; le 19, le PPAC inaugure un nouveau quai commercial et minier dans le port de Kamsar qui permettra aux navires transportant jusqu’à 10.000 tonnes d’importer les matériaux necessaires pour la réalisation des travaux sur les chemins de fer, les travaux routiers et divers grands travaux de construction. Il devrait débloquer ensuite d’autres opportunités régionales non seulement pour les exportations de bauxite, mais aussi pour les produits agricoles. Mais il servira surtout aux Émiratis pour exporter plus vite et plus loin nos cailloux pour en faire des tôles d’aluminium qu’ils reviendront ensuite nous revendre 1000 fois plus cher.
  • Pour : pour le nouvel « accord politique à deux » il faut à mon avis avoir une analyse plus fine de ce qui a été conclu ce jour-à : le PPAC a réussi à faire avaler sa carotte empoisonnée à son principal opposant et ils ont décidé ensemble d’éliminer progressivement tous leurs particules associés qu’ils pensent désormais nuisibles à leur hégémonie sur le jeu politique local. Ensuite ils pourront continuer tranquillement à se partager les élections locales, législatives et présidentielles prochaines. Il est possible qu’il lui ait même promis malicieusement sa « neutralité discrète » pour son fauteuil en 2020 en échange de son sommeil tranquille et la paix totale pour les 4 prochaines années afin de préparer sa retraite que nous souhaitons tant. Et ça a marché comme sur des roulettes, entre renards. A mon avis c’est un bon coup tordu comme on les aime tant dans le monde politique. Sûrement que les lignes politiques seront moins complexes et surtout mortelles pour les désœuvrés affamés quand il ne restera que 2-3 «  grands débrouillards » politiques suite à la bérézina en cours.
  • Contre : le seul dommage dans ce deal est que ceux qui survivront ne seront pas forcement la solution finale pour espérer une Guinée émergente demain. Le porte-parole de l’opposition « républicaine » a résumé cruellement la nouvelle donne après les signatures de l’accord : « Il y a deux blocs politiques prévus. L’opposition d’un côté et la mouvance de l’autre. Donc, si quelqu’un dit qu’il a refusé de signer, il faut qu’il ait d’abord son nom parmi les signataires. Autrement dit les partis ont le choix : soit appartenir à la mouvance, soit à l’opposition parce que nos lois ne reconnaissent pas l’existence d’un troisième bloc politique…S’il y a un mérite à signaler, il revient au Président de la République et au chef de file de l’opposition… Nous avons mis en garde tous ceux qui se livrent à des calculs politiciens ou ont des intérêts partisans, s’ils tentent de s’opposer à la mise en œuvre de ce présent accord politique ou encore de le saboter, ils seront considérés comme les ennemis de la paix ». Conclusion comme au mauvais vieux temps de Satan Touré : « ils seront considérés et traités comme des comploteurs de la nouvelle 5e colonne impérialiste ». Vraiment ils sont nombreux nos politiciens qui le critiquent sans arrêt mais rêvent de faire exactement comme lui dans leur ascension publique. Un seul conseil : la prochaine fois qu’un accord politique sera magouillé avec des nains politiques il faudra faire signer le document final par chacun d’entre eux comme cela plus personne ne se sentira petit-Mamadou dans ce bizness et ils riront tous (même jaune) comme nos signataires actuels et le résultat souhaité sera toujours identique.

————————————

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 04, le boss inaugure un petit débarcadère à péniches minières chinois avec l’espoir de devenir très bientôt le 1e exportateur mondial de cailloux. Sacrés Guinéens naïfs, nous mamayons parce que nous serons bientôt grâce à nos gentils frères chinois les 1e exportateurs mondiaux de bauxite, des cailloux avez zéro valeur ajoutée ! Bien sur, nous le serons uniquement parce qu’étant LES SEULS à être encore assez couillons pour accepter au XXIe siècle d’exporter ce minerais avant sa transformation au minimum en alumine. Et ensuite bonjour les dégâts dans moins de 10 ans – demandez aux Vietnamiens et Indonésiens qui ont foutu précisément ces mêmes chinois à la porte de chez eux au cours de cette décennie après avoir compris – hélas trop tard – que ceux-ci avaient pompé tous leurs cailloux à la vitesse grand V pour ne leur laisser que des catastrophe environnementales de niveau national. Du coup ils se tournent rapidement vers des africains plus accommodants et incultes. Google n’est pas fait pour les moutons les gars, lisez et apprenez ce qui se passe dans le monde aujourd’hui ; le 05, le ministron du tourisme balance devant la presse « De janvier à juin 2016, la Guinée a enregistré 25 000 touristes contre 32 000 en 2015 et j’espère tout de même avoir 60 000 touristes d’ici la fin de l’année 2016 ». Le pauvre doit penser que tous les passagers qui débarquent des avions à Conakry, même en transit, sont des touristes ; le 10, la rentrée scolaire reprend son petit bout de chemin vers les bas-fonds de l’éducation. Petit exemple au lycée 3 Avril de Kankan, les ratios sont de 156 élèves par salle pour les classes de 9ème année et de 271 élèves par salle pour la terminale Sciences Mathématiques ; le 12, le gouvernement turc exige du PPAC la fermeture des établissements du groupe scolaire « Citadelle » (école primaire, collège, lycée et université) sous prétexte que la fondation qui a crée ces écoles dans de nombreux pays africains appartiendrait au prédicateur religieux Fetullah Gullen, l’ennemi juré du Président Erdogan qui vit en exil aux USA. La majorité des pays consultés ont refusé ce chantage honteux – notre boss a dit aussitôt « oui, patron » et a ensuite foncé sur Ankara pour prendre son cadeau. Ainsi environ 200 travailleurs et 2000 élèves et leurs parents vont pouvoir faire comme la majorité de leurs compatriotes : manifester dans les rues de Conakry. Mais le pire dans tout ça c’est d’entendre Erdogan traiter quelqu’un d’extrémiste alors qu’il a mis plus de 50.000 compatriotes en prison juste parce qu’ils disent à juste titre qu’il est un islamiste mégalo. Notre mendicité d’état fait vraiment honte et pitié ; le 20, la banque centrale annonce avec tout son sérieux que la Guinée et la Gambie se préparent à l’ouverture prochaine de leurs bourses des valeurs respectives prévue en 2017. L’annonce a été faite lors de la 8e session du Conseil du « West African Capital Markets Integration Council » (WACMIC), l’organe directeur de l’intégration des marchés de capitaux ouest-africains. En effet, dans la zone WAMI (West African Monetary Institute) tous les pays possèdent leurs bourses de valeurs sauf la Gambie, le Libéria et la Guinée – une situation qui n’est pas prête de changer pour de nombreuses décennies, à mon humble avis ; le 24, un contrat « éléphant blanc » est signé avec la société chinoise de BTP, China Harbour Engineering Company (CHEC) pour un montant de 770 millions USD. Il prévoit notamment la construction de trois quais supplémentaires au Port Autonome de Conakry (PAC). Surtout pas un mot sur les détails financiers et notamment sur les endettements pour nos petits-enfants et la capacité d’absorption de tels prêts. Le plus marrant c’est que les participants à cette célébration financière ont du emprunter des véritables tanks urbains pour pouvoir arriver au port. Ces 800 millions USD auraient surement réglé le problème des routes de tout le pays mais bien sur les négociateurs actuels n’auraient pas eu de bakchichs. Chacun se débrouille en solo au pays ; le 25, le groupe de la Banque Mondiale a publié son rapport « Doing Business 2017 » qui mesure la qualité et l’évolution du climat des affaires dans les 189 économies du monde, membres de cette institution. Dans ce nouveau classement la Guinée consolide sa dégringolade en se classant 163e sur les 189 pays membres. Notre évolution est  fulgurante : nous sommes passés de 179e en 2013 à 123e en 2016 et 163e en 2017. Dommage que la majorité des journalistes locaux ait parlé de progrès sans même avoir lu en détail les tableaux chiffrés du rapport (en anglais il est vrai). Objectif visé par le Sanseman ? 160e en 2020 mais ça va être très difficile car que j’écris ceci à la lumière d’une lampe à piles ce soir ; le 26, Christophe Colomb met les voiles vers la Turquie et l’Empire du Milieu (La chine) où il était déjà le mois dernier, l’eldorado de tous les dictateurs restants par son soutien indéfectible mais hyper intéressé et de qualité médiocre, avec l’objectif de les prier d’effacer sa honte en relançant le projet Simandou dont le coût s’élève à 20 milliards USD et le prochain barrage-élections 2020 à 1,750 milliards USD. Les discours et communiqués officiels qui nous arrivent de là-bas nous font miroiter la fin de tous nos problèmes et un avenir radieux pour le pays mais rira bien qui rira le dernier quand dans 10 ans nous ne pourront mamayer que sur nos 90% de cailloux partis, 30% d’énergie en plus avec délestages par quartiers, 10 milliards de dettes pour nos petits-enfants et surtout 100% de notre environnement détruit pour 1.000 ans. Mais bon, pour lui c’est « san fou la mor » car il ne sera plus là pour payer les pots cassés ; le 28, notre PPAC bridé nous fait annoncer en grandes pompes que « les majors miniers Rio Tinto et Chinalco sont parvenus, à la suite de plusieurs mois de négociations, à un accord sur les conditions du transfert de la totalité des parts de Rio Tinto à Chinalco dans Simfer Jersey, la co-entreprise possédant 80,75% des actions de Simfer S.A (la société détentrice des droits du Projet Simandou Sud). Le protocole d’accord signé ouvre la voie à la prise de contrôle du projet par Chinalco ». Welcome aux charters d’ouvriers chinois, au martyr de leurs esclaves locaux, aux chantiers qui ne finissent jamais (route km 24 – Coyah, moins de 50 km, en rade depuis plus de 3 ans) et qui tombent en ruine le lendemain de leur départ. Il faut reconnaitre qu’il reviendra pour une fois avec des résultats « extraordinaires » selon les standards nationaux suite à une exploration mondiale donc nous pour cette fois-ci organiser une mamaya triomphale pour célébrer le retour de notre Empereur conquérant de la grande Chine de Mao.
  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : ce mois-ci c’est l’un des derniers fleurons du Sanseman qui fout le camp : le train urbain Conakry-Express est à l’arrêt total. La société chinoise qui le gérait réclame 42 millions de dollars USD qui représentent le coût des équipements, des gares, des bureaux tout le long de la voie ferrée, de l’assistance technique dont la fourniture du carburant, les salaires des expatriés chinois et la maintenance du matériel. Le DG a confié que « le train s’est arrêté parce que les chinois  pensaient qu’après six ans d’exercice le gouvernement allait pouvoir rembourser les coûts du train. Comme ce remboursement n’a pas été effectué ils ont préféré arrêter le train  ». Ce train a pourtant fait plus de 16 milliards GNF de recettes en 6 ans mais les souris ont tout grignoté. Notre train Express mais très lent ralliait chaque jour la banlieue au centre-ville au bonheur de milliers de citoyens de la capitale et de ses environs.  Chaque jour environ 4.500 personnes l’empruntaient pour aller faire semblant de travailler en ville. Depuis son arrêt ses pauvres clients sont confrontés à d’énormes difficultés et sont obligés d’utiliser leurs BW-2pieds matin et soir. Pour ceux qui pensent que les contrats avec les sociétés chinoises c’était comme dans les années 60, l’amitié et les cadeaux permanents entre frères communistes, voici un petit exemple de ce que ses hommes d’affaires sont devenus ces 50 dernières années, des capitalistes sauvages et sans pitié pour leurs partenaires. Cela surtout parce que notre partenaire-policier des bonnes pratiques des marchés privés et de l’environnement (SFI/BM) ne sera plus dans le nouveau deal pour les surveiller et imposer le respect strict des normes internationales dans ces domaines. Par exemple voici un petit florilège des griefs publics des travailleurs d’une usine chinoise ce mois-ci : « nombreux cas d’accidents et des cas d’avortements sous l’effet des produits toxiques non pris en chargé par la direction, des licenciements arbitraires, le manque de mesure de sécurité, des cas de maltraitance ou encore l’excès des heures de travail et le non-paiement des arriérés de trois mois de congé technique. S’agissant de la maltraitance, ils ont fait cas du débordement des heures de travail, des sanctions illégales infligées aux travailleurs (mise à pied, croix), des licenciements arbitraires, du retard dans le paiement des salaires, l’inexistence de bulletin de paie, le non-respect des autorités compétentes, le refus catégorique par la direction de l’usine d’accepter la mise en place d’un syndicat, la violence exercée sur les travailleurs, le non-respect des jours fériés, le travail forcé (débarquement des conteneurs jusqu’à 2h du matin) et le non-respect de la procédure de signature des contrats, conformément au code du travail. ». C’est surtout ça la vie qui attend les futurs esclaves guinéens de la prochaine ruée chinoise vers les tropiques et leurs lois du travail n’interdisent pas du tout ces traitements.

————————————-

4.     Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : ateliers de renforcement des capacités des chefs de quartiers de la capitale dans la résolution des conflits et la prévention de la délinquance pour la sécurité des personnes et leurs biens ; atelier de réflexion sur la question du fonctionnement des centres d’autonomisation des femmes (CAF) ; formation de journalistes sur le traitement des sujets relatifs à la santé ; formation des policiers sur la prise en charge des personnes vulnérables et le traitement judiciaire des violences basées sur le genre (VBG) ; formation des nouveaux et anciens étudiants de l’école supérieure du tourisme et de l’hôtellerie sur l’administration publique et la gestion des ressources humaines ; séminaire de sensibilisation sur les MARD (Modes Alternatifs de Règlement des Différends) des entreprises ; formation de journalistes (TV et en ligne) sur le thème « Journalisme et Santé » ; atelier de formation des journalistes sur les mutilations génitales féminines/excision (MGF/E) ; formation de la troisième promotion du projet rajeunir et féminiser l’Administration ; formation militaire de 500 douaniers ; atelier national axé sur les cadres de la recevabilité et de la gouvernance locale pour le renforcement des services communautaires aux seins des deux régions administratives de la haute Guinée (?) ; atelier de restitution sur l’étude de mobilisation des ressources en eau pour l’alimentation en eau potable (AEP) de Conakry ; atelier de perfectionnement des superviseurs sanitaires pour le suivi des épidémies ; atelier sous-régional (Sénégal, Mauritanie, Guinée) de renforcement des capacités des organisations professionnelles de la pêche artisanale ; forum communautaire sur la lutte contre l’excision.

  • Pour : le séminaire-bizness fait grise mine ce mois-ci (16). Pas de temps à perdre dans des salles de classe non climatisées, nous sommes occupés full-time par nos combats et discussions passionnantes sur les accords politiques.
  • Contre : eh Allah, ils forment nos douaniers sur le modus operandi de nos bidasses – nous sommes foutus ! J’imagine déjà les modules : comment fouetter des marcheurs, comment les canarder sans se faire voir, comment ridiculiser les populations dans les quartiers boueux, comment balayer la capitale pour la rendre encore plus sale…etc.

———————————–

  1. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Moussé PDG du API, Air-Pessè International, (une troupe comique très populaire), il faut essayer de changer un peu notre système mafieux d’anti-gouvernance. Vous voyez, chez nous 95% de notre administration et ONG locales sont Sansemantées maintenant. Puisque vous ne les visitez pas souvent et que vous ne lisez aucun média selon vos propres mots je vais vous les décrire succinctement pour que vous compreniez ce qui se passe autour de vous. Je suis revenu depuis plusieurs jours au pays et donc j’ai observé avec mon « œil neuf » remis à jour sur le sujet. Pour espérer durer comme responsable à tous les niveaux de l’échelle administrative il faut avoir 2 « qualités » indispensables pour survivre dans la jungle :
1) Cacher le travail important sauf à un groupe restreint de collègues indispensables pour faire la job et surtout à sa botte pour conserver toutes les retombées positives éventuelles. Cela est admis en silence partout dans le système car chacun ferait exactement la même chose et le boss actuel pourrait être à leur place dans un futur assez proche avec un retour de bâton assuré.
2) Cacher toute mission à ses collègues, même ceux de sa petite mafia personnelle, que ce soit à l’intérieur mais surtout à l’extérieur du pays. Les voyages gratuits tous frais payés sont les seules opportunités et les principales compensations financières pour accepter de « gâcher sa vie » pour tous les autres.
Tout ceci n’est qu’un petit cliché technicolor de la Big Picture locale dans tous les bureaux qui vous entourent. Encore une fois je plains mon pays car presque aucun de ceux qui le gèrent actuellement ne voudront jamais changer radicalement cette situation.
Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne; aujourd’hui est le 2140e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back », déjà 05 ans, 10 mois et 10 jours ! Un de mes doyens préférés (Saidou Nour Bokoum) a baptisé notre nouveau modèle politique « le dialogue-show ». Marrant et inoffensif pour ceux qui ne rêvent pas de devenir ministre d’Etat ou à la Présidence. Finalement je surfe la vague et j’observe le mouvement avec tristesse mais avec une certaine délectation intellectuelle.

Posted in 2016 | Leave a comment

Une Nouvelle Voie (Septembre 2016) : le tube « coller l’opposant » fait fureur à Conakry

Bienvenue à mon bilan du 9e mois de la Condécratie version 2.0, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois: « Comme il (CDD) vous l’a dit, nous sommes en démocratie. Il faut que nous soyons dans une démocratie civilisée. Chaque fois qu’il y a des problèmes le Président français, puisqu’il n’y a pas de chef de file de l’opposition en France, il reçoit les différents leaders représentatifs pour les écouter… Et même, quand je dois voyager, l’écouter pour voir aussi qu’est-ce qu’il pense des relations avec tel ou tel pays. Je suis le garant des institutions en Guinée, je vais faire en sorte que toutes les dispositions prises désormais soient respectées. Je veille avec respect parce que je suis le garant des institutions dans ce pays. Nous avons décidé d’avoir des rencontres régulières. Il a été ministre et premier ministre, donc il a géré. Il a une certaine expérience de la vie économique de ce pays. Donc c’est toujours intéressant qu’on échange et même quand je dois voyager l’écouter sur ce qu’il pense de tel ou de tel pays  (le 01, après avoir discuté en tête à tête avec le chef de file de l’opposition) ; « Même si c’est ton ennemi qui meurt tu dois présenter les condoléances. Cellou est un frère. Bien sûr il y a la politique, mais nous sommes des Guinéens. Nous avons eu à mener le combat commun.  Il ne doit pas être surpris de me voir pour lui présenter les condoléances, ainsi que toute la famille. J’espère que nous allons travailler ensemble pour l’intérêt de la Guinée, pour que notre pays qui devrait être premier en Afrique francophone de l’Ouest le devienne, puisque Dieu nous a donné beaucoup de richesses. Je souhaite que les politiciens se donnent la main, moi je ferais tout mon possible… Je suis désolé seulement que ma première visite [ici] soit pour présenter les condoléances. J’aurai voulu que ça soit pour un baptême ou autre choseJ’aurais souhaité venir ici en tant que frère jouer avec lui mais c’est Dieu qui décide…  (suite à la proposition immédiate de son hôte de se remarier pour permettre à son nouveau pote de revenir chez lui) Je n’ai pas dit ça. El hadj, il faut que  Cellou me permette de sortir de la maison en bon état … Nous nous sommes engagés tous les deux à faire tous nos efforts malgré notre adversité à travailler ensemble. En Guinée beaucoup ne souhaitent pas l’entente. Ils veulent qu’il y’ait la pagaille, parce que c’est dans ça qu’ils  vivent. Mais on  a la responsabilité de faire éviter cela à notre pays » (le 07, lors d’une visite chez le chef de l’opposition pour lui présenter les condoléances suite à un deuil familial) ; « La Guinée a un bel avenir, il suffit seulement que les Guinéens se donnent la main. Car, j’ai toujours dit que Dieu aime la Guinée. Je suis convaincu aujourd’hui que tous les Guinéens sont aussi convaincus que si nous sommes unis notre pays peut aller de l’avant. Nous souhaitons donc que notre unité soit renforcée. Que nous discutions de nos problèmes comme nous sommes des frères qui vivent dans la même maison et si cette case brûle, c’est nous tous qui perdons. C’est ce je tenais à dire, on ne doit pas faire de longs discours aujourd’hui pour permettre aux fidèles d’aller immoler leurs moutons afin que les femmes puissent faire la cuisine » (le 12, après la prière de la fête du mouton).
  • Pour : vraiment boss vous avez bien parlé dans le fond ce mois-ci – sur la forme c’est toujours pas ça – et pour une première fois de et devant vos opposants. J’en ai eu les larmes aux yeux et au nez, Walahi ! Nous sommes tous encore sonnés de découvrir que de tels mots existaient dans le vocabulaire sorbonnard. La prochaine fois on attend des bisous sur la bouche et des pas de danse collé–serré, Yandi. Après le tube camerounais « coller la petite » nous vous offrons le « coller l’opposant » bien de chez nous.
  • Contre : sacré PPAC, il nous dit sans arrêt depuis 6 ans que son pire ennemi est un nain politique qui a pillé et détruit la Guinée. Brusquement il le transforme en ancien PM expérimenté sur la vie économique du pays et donc excellent candidat pour le poste de Haut Représentant No 2 de Satanya. A mon entendement ça veut dire dans sa grosse tête que c’est sa prétendue riche expérience de minus politique et de détourneur professionnel que le boss va essayer de perfectionner en échangeant régulièrement avec lui avant chaque voyage à l’étranger. Il est vraiment trop modeste car en 6 ans, c’est lui le maitre incontesté dans ces domaines aussi et il pourrait même nous offrir quelques cours du soir privés.

—————————————-

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 01, comme promis officiellement 2 jours avant, le PPAC 2.0 a reçu le chef de file d’opposition 1.0 en tête à tête filmé. Les vidéos officielles du boss serrant dans ses bras son meilleur ennemi avec en plus le drapeau de l’UA dans le fond devaient surement être diffusées en streaming dans tous des bureaux du syndicat des dictateurs du continent et des Big Brothers qui en ont de plus en plus marre de nos va-t-en-guerre perpétuels qui empêchent Alassane Ouattara, Helen Johnson Sirleaf et Ernest Bai Kourumah de dormir tranquillement. Quant au contenu de la soirée, circulez, il n’y a rien de nouveau. Si vous voulez quand même les détails relisez les comptes-rendus copiés-collés des 4 précédents sommeils nationaux ; le 07, encore un petit bisou médiatique du big boss métamorphosé, il se rend au domicile de son tout nouvel opposant préféré pour lui présenter ses condoléances suite à un deuil familial ; le 09, le PPAC, dans son incontrôlable élan de générosité inouïe laisse son jeune PM le remplacer pour une mission hors du pays. Cela a vraiment dû être particulièrement pénible pour lui de rater une grande invitation chez les toubabs. A moins que les conditions offertes aux invités-VIP par les hôtes canadiens n’aient été en dessous de ses standards habituels. L’autre par contre devait être fou de joie de passer enfin quelques jours de vacances sans insultes et humiliations journalières ; le 14, le journal français Jeune Afrique confirme que le Maréchal tigré Konaté, l’ancien bouffon de la transition militaire au pouvoir de décembre 2008 à décembre 2010 était devenu indésirable à Rabat où il avait élu domicile récemment, en raison des menaces qu’il proférait contre le PPAC qui lui refuserait le cadeau qu’il exige de supers droits de pension liés au statut d’ancien chef d’Etat. Quel toupet, quelle insulte suprême à tous les Guinéens, un putschiste criminel économique et présumé génocidaire qui ose demander une retraite payée sur nos sous ! Si le PPAC lui a balancé un Niet retentissant et obtenu ensuite son expulsion du Maroc, alors Merci beaucoup à lui car c’est avant tout un minimum pour toutes ses victimes et pour tous les Guinéens d’en bas. Il y a de moins en moins de place dans le monde civilisé pour les dictateurs nègres déchus, il ne leur restera bientôt plus que le Zimbabwe, le Tchad et le Congo Brazza ; le 22, le dialogue politique annuel de rigueur entre le pouvoir Sansemantique et l’opposition séparée démarre à Conakry. Néanmoins pas surprises attendues, c’est juste un Must politique annuel chez nous.
  • Pour : pour la rencontre entre les 2 baobabs de la politique guinéenne ils sont tous ressortis satisfaits, rigolant pour Number One et grimaçant pour Number Two qui a reconnu en plus – peu politique qu’il est – que son manque de punch venait du fait qu’il avait passé les 3 jours précédents au lit pour maladie, justifiant ainsi sa propre faiblesse à mener convenablement une négociation dure avec un renard tacticien. Oui, chacun a obtenu son essentiel : pour le PPAC la reconnaissance de fait par tous ses opposants de sa récente victoire « 1 coup – Chaos », des embrassades photographiques exagérées avec sourires Y’a bon banania pour sa campagne pour la présidence de l’UA en janvier 2017 mais surtout des promesses vagues qui ne l’engage pas immédiatement et aucun geste/acte immédiat et concret de bonne volonté ni de garantie avec un deadline. Pour l’opposant la certitude de recevoir désormais tous ses avantages de chef de file de l’opposition et en plus un statut garanti de 2e Haut Représentant du PPAC qui sera consulté régulièrement pour organiser les prochaines explorations de notre Solar-Impulse. Seuls les pauvres guinéens n’ont rien gagné dans ce deal, mais bon ça ce n’était vraiment pas leurs objectifs ce jour-là.
  • Contre : pour la visite de courtoisie au domicile du chef de file de l’opposition n’importe où ailleurs dans le monde on n’en parlerait même pas, surtout à la une de tous les médias, mais chez nous c’est surtout un élément central et obligatoire de la culture mamayique : quand un grand événement familial surtout un décès survient chez un baron local et que le big boss s’y rend pour le saluer, c’est une occasion inespérée pour tout le pays, en individuels puis en groupes ethniques organisés et enfin en « familles de proches et alliés » de venir saluer à domicile devant les caméras de la télé nationale, surtout pour pouvoir le lui rappeler demain en tant que gentil mécène. Par contre si tu es « petit Mamadou » tant pis pour toi, n’attend que les membres de la famille et encore pour beaucoup ce sera quand ils trouveront le prix du transport. Il y a un mois le boss le zappait froidement et refusait de lui serrer la main devant ces mêmes caméras lors d’une réunion en plus sur la réconciliation nationale alors que maintenant il lui tape sur l’épaule et rigole avec ses fous-rires habituels.

——————————–

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 07 septembre la CENI a annoncé la date des prochaines élections locales. Elles sont prévues pour le 18 décembre et les différentes candidatures doivent être déposées entre le 24 octobre et 02 novembre. Allez circulez, c’est décidé « en haut lieu » et sans discussion puisque le grand frère a pardonné et ordonné. Ça commence fort pour la collaboration totale retrouvée ; le 10, le PPAC se précipite en Guinée Bissau pour régler un conflit fratricide au sein du parti politique au pouvoir – Allah Akoubar ! Ça me rappelle beaucoup son frère et « conseiller politique » Blaise Compaoré, grand apôtre ouest-africain de la paix et de la réconciliation – sauf dans son Burkina Faso natal ; le 13, le journal Jeune Afrique, pourtant soutien fervent du PPAC grâce à son pote François Soudan, confirme que « Samuel Mebiane, soupçonné d’avoir versé des pots-de-vin à des dirigeants pour l’obtention de concessions minières a bien été arrêté le 18 août dernier à New York. La justice américaine cherche désormais à savoir quelles sont les autres personnalités impliquées dans ce vaste scandale de corruption. Les charges qui pèsent sur lui ne s’arrêtent pas là et concernent aussi la Guinée. L’homme d’affaire gabonais aurait admis avoir versé des pots-de-vin à des dirigeants guinéens — jusqu’au Président Alpha Condé dont le nom est également mentionné ».  Une nouvelle piste d’explication du revirement politique spectaculaire du boss ? ; le 14, c’est au tour d’un autre micro-opposant d’être invité par le PPAC, lui permettant ainsi de parachever son œuvre de sabotage sous-terrain de toute solidarité de ses ennemis. Tous les autres cheffetons sont maintenant sur sa liste d’attente devant le portail de Satanya en priant pour leurs prochaines minutes de gloire à la TV-PPAC. L’égoïsme, la jalousie et l’égo surdimensionné sont parmi les caractéristiques de tous les politiciens guinéens. Par contre les faucons de tous camps se sont transformés immédiatement en agneaux, prêchant la bonne parole et les salamalecs mielleux. Plus d’insultes et de moqueries pour les traitres et les vendus de chaque camp puisqu’ils le sont tous maintenant. En attendant la création prochaine de l’AHRS (Association des Hauts Représentants de Satanya » ; le 16, Christophe Colomb Condé retourne visiter son ancienne colonie chez les dockers trafiquants de son époque, à New-York et accessoirement pour assister à une réunion inutile sur « LEbola » présidentiel aux Nations Unies. Les champions des talk show comiques (Fallon, Colbert, Corden et Meyers) vont se battre comme de beaux diables pour obtenir des interviews exclusives et historiques ; le 16, le responsable suprême interdit tout voyage à ses ministres. Il leur balance un « je vous demande de surseoir à tout déplacement sur une période de 3 mois.». Quelques minutes après il est monté dans son avion pour son séjour mensuel Paris-New York-Paris. Et ils ont tous applaudit et dit « Meci Paton » ; le 22, le PM français Manuel Vals entreprend une tournée (pré-électorale ?) en Afrique de l’Ouest avec des escales programmées pour Dakar, Abidjan, Lomé et Accra. Pas de PPAC-show puisque de toutes façons il est chaque mois chez lui à Paris, pas la peine de se déplacer dans sa colonie. Notre boss dit qu’il veut nous vendre à n’importe qui et n’importe comment, donc à vous ses ancêtres gaulois en premier, et vous dites niet sans diplomatie ? Vraiment, même en vendeur notre PPAC est cassé ; le 23, les membres du nouveau dialogue politique décident à l’unanimité de designer le ministre de l’administration du territoire, faucon renommé du parti Sanseman comme Président du cadre de dialogue politique inter guinéen. Il semblerait que la proposition vienne directement des ténors de l’opposition. Franchement refaire la même erreur plus de 3 fois de choisir pour arbitre d’une confrontation un adversaire reconnu doit être une tare génétique d’excès de production de l’hormone responsable de l’amnésie politique. En tout cas c’est une réaffirmation sans équivoque que l’anti-gouvernance du système de copains-coquins, la bande des privilégiés de tous bords, a encore de beaux jours devant elle en Guinée.
  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : l’affaire Samuel Mébiane nous offre une nouvelle piste d’explication de la générosité subite du PPAC : il a vu venir une grosse tempête médiatique, vu qu’il a dû être informé en primo par les autorités américaines avant leur publication dans la presse, et il savait que cette nouvelle bavure pourrait être l’une des dernières gouttes d’eau nécessaires pour faire déborder le vase national des frustrés et aigris – si bien sur elle était utilisée efficacement. Du coup il reçoit gentiment nos principaux politiciens toujours quémandeurs de gloriole de « chef » et de privilèges-cadeau. Il obtient ainsi leur indulgence et un silence presque total pendant le cyclone médiatique international qui s’annonce. Vous voulez une 1e preuve ? Faire les yeux doux aux « ennemis » et quelques jours après faire balancer par ses seconds couteaux une nouvelle date d’élections locales avant même le démarrage du nouveau dialogue avec ses opposants pour régler toutes les questions qui fâchent nous rappelle son modus operandi habituel de son mentor Satan Touré. Mais bon ils gagnent tous dans ce deal et tant pis pour nous, les dindons de cette nouvelle farce politique.

——————————–

4.     Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : Journées de concertation sur l’organisation de l’Etat et de la coordination du travail gouvernemental (!!) ; atelier de renforcement de la capacité des journalistes guinéens sur le thème « English for journalistes » ; neuvième session de la plateforme consultative entre les organisations de la société civiles ; formation des hommes de médias sur les MGF (mutilations génitales féminines) sur le thème « vacances sans excision, une fille non excisée est pure et complète » ; journées hospitalières de l’hôpital Ignace Deen sur le thème « prévention et contrôle des infections, la sécurité des soins » ; formation   des formateurs en Droits de l’Homme des forces de défense et de sécurité (!) ; formation des enseignants sur les démarches visant à relever leur niveau avant l’ouverture prochaine des classes (!) ; forum sur le dialogue et la consolidation de la paix en Guinée ; conclave autour de l’élaboration d’un cadre institutionnel et légal des partenariats public-privé (PPP) ; renforcement des capacités des femmes journalistes sur la reforme du secteur de la sécurité (!) ; campagnes de formation préfectorale des enseignants de l’élémentaire (!) ; atelier de validation du document de politique nationale de protection sociale ; atelier de vulgarisation du « Guide et du code de conduite du parlementaire aux journalistes parlementaires ; atelier préfectoral d’évaluation de l’expérimentation du nouveau guide de planification locale ; atelier de réflexion avec 50 parlementaires guinéens sur les enjeux et les étapes du processus de réconciliation national.

  • Pour : le séminaire-bizness fait grise mine ce mois-ci (15). Dieu merci que nos journalistes reprennent du poil de la perdiemite. Les formateurs des bidasses réapprennent encore les notions de base des DDH ? Imaginez quand et surtout comment ils vont ensuite retransmettre cela du haut au bas de leur échelle renversée !
  • Contre : un séminaire pour comprendre l’organisation du Sanseman et son fonctionnement, six ans après son démarrage ? Quelle honte pour ceux qui le reconnaissent publiquement et quelle tristesse pour la Guinée. D’ailleurs il faut noter l’absence dans la salle de tous nos partenaires techniques et financiers bilatéraux et multilatéraux – ca veut tout dire sur l’utilité et le sérieux de cette nouvelle tragi-comédie du pouvoir.

———————————–

  1. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Aladji Donald Trump guinéen, votre version guinéenne de la télé réalité américaine « Dancing with the Stars » est vraiment un succès énorme au pays. En particulier vos Paso Doble et Tango sont remarquables et inattendus d’un pied-cassé comme vous. Par contre pour votre duo de claquettes il vous reste encore beaucoup de boulot, vous êtes loin d’être synchronisés, au contraire chacun essaie de faire le maximum de tintamarre pour noyer l’autre – quelle cacophonie locale ! Bon les pistes de danse sont moins spectaculaires et enviées que celles des Yankees, surtout le palais Satanya plutôt connu hélas pour ses cellules souterraines et ses crimes nocturnes qui ont débuté bien avant et par bien pires que vous. Pardon il faut maintenant nous programmer le grand bal de vos Hauts Représentants et nous offrir ainsi un nouveau spectacle télévisé annuel avec  un concours de twist et un classement selon les critères bien connus du Sanseman. Quant aux autres stars du concours, les petits faucons de tous les bords du fossé politique, ils ne font pas vraiment pas le poids : ils sourient et applaudissent comme des demeurés ceux sur qui ils crachaient hier. Ils remplacent sans sourciller toutes leurs insultes et menaces par des paroles mielleuses et câlins, sans aucune gène ni pudeur. Pas étonnant, ils sont en fait tous gagnants dans ce genre de deals sous la table, c’est ça la politique surtout chez nous. Et tant pis pour les pauvres victimes et leurs familles. Du premier en 2011 (Zaccaria Diallo) au dernier pour le moment en 2016 (Thierno Hamidou Diallo), vous êtes morts – cadeau, blagué-tué comme disent nos cousins ivoiriens.

Prési Magnum Force, j’ai une autre suggestion de lecture indispensable pour vous. C’est le livre d’un des derniers « vrais sages » du pays, El Hadj Kolon Diallo (La Guinée 1958 – 2015, l’horreur et le gâchis ! The Diallo Group Publishing, LLC, Décembre 2015). Il nous  offre un résumé succinct et très facile à lire de notre anti-gouvernance au sommet du pays depuis 1’indépendance en octobre 19598, notre Nakba (la catastrophe nationale palestinienne). Pas comme la thèse universitaire de l’ex-ambassadeur de France feu André Lewin à qui il a fallu 10 tomes pour décortiquer les turpitudes de Satan Touré, de sorte que 99,99% des Guinéens ne les liront jamais. Imaginez donc une thèse universitaire sur la Guinée-Conakry. Le pauvre écrivain nous présentera plus de 100 tomes, ce sera l’unique œuvre de sa vie et qui ne sera ensuite lue que par des vieux professeurs retraités pendant leurs siestes hivernales. Donc merci à tonton Kolon pour ce résumé accessible à tous les Guinéens, même ceux qui ne parlent que notre franco-sorbonnard local, comme vous notre grand-père de la Nation. Justement ceci vous présentera en avant-première ce que l’humanité retiendra de vos gestes, actes et paroles lorsque vous et nous tous ne serons plus là pour les déformer par nos biais – mamayeurs ou grognards. Et oui, la seule chose qui restera de votre passage au pouvoir suprême des hommes et qui sera retrouvée dans les livres d’histoire africaine, dans les encyclopédies et dictionnaires du monde entier. En particulier ici, j’ai beaucoup apprécié son concept innovateur de « processus de réparation nationale » qui doit remplacer le gros fourre-tout actuel de « réconciliation nationale ». Assez des hypocrisies et échappatoires faciles pour nos criminels au sommet et leurs enfants spirituels qui pensent pouvoir s’en tirer avec des  fadaises comme leur « tous victimes, tous bourreaux » ridicules. L’Etat guinéen est le seul bourreau des Guinéens car tout le peuple est sa victime directe ou indirecte à des degrés différents. Même si certains ne sont pas assez futés pour comprendre que leur niveau d’éducation au rabais, leurs hôpitaux-mouroirs, leurs morts par inondations dans leur maisons ou sur les routes-cratères des villes et en brousse, leur criminalité exponentielle, leur délinquance primaire et finalement notre misère galopante et incontrôlable ne sont pas principalement de la responsabilité de « pas de chance » ou du papa bon Dieu. Et dans ce cas tant pis pour eux et tant mieux pour leurs bourreaux qui s’en tirent ainsi finalement à très bon compte.
Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 2109e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back », déjà 05 ans, 09 mois et 10 jours ! Pour une fois ma conclusion sera légèrement positive, et oui tous nos Présidents à vie de partis politiques conviennent de partager ensemble les privilèges nationaux. En échange ils promettent soit pour certains de ne plus envoyer dans les rues, soit pour d’autres de ne plus canarder des hordes jeunes miséreux révoltés et embrigadés qui sortent surtout pour se défouler contre leur désespoir sans porte de sortie. Personnellement je célèbre enfin un petit acquis pour les Guinéens d’en bas. Mais ce n’est pas comme cela que nous sortirons de l’auberge de l’anti-gouvernance. Comme bien résumé par un de mes jeunes frères avisés (M. Sacko) « La priorité du leadership sérieux pour la Guinée n’est pas la mise en scène d’un cirque politique où les individus qui se réclament politiciens viennent faire entendre leurs voix au nom de l’apaisement, du partenariat, ou la concorde sociale. Le véritable enjeu ici c’est de s’attaquer à ce vaste chantier de reformes politiques et économiques contre l’Etat criminel, l’Etat mafieux, L’Etat clanique, L’Etat prédateur, L’Etat qui incarne un seul individu où il piétine et façonne les lois à sa guise, et L’Etat qui dirige dans la propagande tout en maintenant ses citoyens dans une pauvreté extrême et honteuse à travers le pillage systématique des maigres ressources du pays. ». Donc chantons et mamayons aujourd’hui mes frères et sœurs, mais surtout préparons-nous à pleurer demain.

Posted in 2016 | 1 Comment

Une Nouvelle Voie (Août 2016) : l’OVBI guinéen (Objet Volant Bien Identifié)

Bienvenue à mon bilan du 8e mois de la Condécratie version 2.0, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois: « Nous avons dix mille cours d’eau en Guinée. Nous pouvons faire du poisson partout, nous ne le faisons pas. Nous avons acheté en Côte d’ivoire des alevins pour qu’on ait des poissons dans tous les cours d’eau de Guinée… Mais on ne s’est pas arrêté là. Nous avons des compatriotes qui font l’élevage des porcs. Nous avons des porcs ici qui font deux à trois portées. Nous avons acheté en Côte d’ivoire des porcs qui font 17 portées (je demande aux jeunes) de ne pas accepter d’être des mendiants et d’aller se faire tuer dans les rues…  Que ça plaise ou pas je vais voyager pour vendre l’image de marque de la Guinée. Je me bats pour que le pays existe puisqu’il était oublié y a belle lurette… L’Afrique a un milliard d’habitants mais 700 millions n’ont pas accès à l’électricité. En Afrique subsaharienne, 7/10 n’ont pas l’électricité contre 8/10 pour l’Afrique au sud du Sahara… Vous avez des jeunes qui sont diplômés, qui ont des doctorats mais qui n’ont pas le travailMais si nous allons aujourd’hui sur la scène internationale, nous voyons que la Guinée est l’un des pays qui se porte le moins mal. Malheureusement, comme nos populations en majorité, n’ont pas été à l’école, il est facile de les tromper. Ils ignorent ce qui se passe dans les pays voisins. Mais vous êtes des intellectuels. Vous suivez ce qui se passe en Afrique et dans le reste du monde. Donc, c’est un début… Aux jeunes de Guinée, jamais les gouvernements guinéens n’ont pu mener un Programme avec le FMI. Jamais. Ils ont toujours échoué. Pour la première fois, s’il plaît à Dieu, nous allons mener à bout le Programme avec le FMI au mois d’octobre. Pour la première fois en Guinée, cela est fondamental, dis-je. Parce que si nous voulons que la Guinée ait accès à beaucoup d’autres formes de crédits pour les investissements, nous n’aurons pas peur de nous endetter parce que nous nous endetterons pour faire des investissements, non pas pour consommer ou gaspiller, ni pour transformer les Guinéens en mendiants. Alors, jeunes de Guinée, je vous donne rendez-vous en Octobre. Nous allons finir le Programme formel avec le FMI. Aujourd’hui, la Guinée existe, que ça plaise, que ça plaise pas, la Guinée existe. Voilà la réalité. Quand le président Obama voyage, il cherche à faire vendre des Boeings. Quand le président Hollande voyage, il cherche à faire vendre les rafales. Mais il ne s’assoie pas à Paris, il va partir vendre les rafales. Alors, que ça plaise ou que ça ne plaise pas, je voyagerai pour aller vendre la Guinée, j’ai fini » » (le 12, lors de la journée nationale de la jeunesse).
  • Pour : comme son modèle américain (Donald Trump – pas Obama) le PPAC a décidé de moins improviser pour balancer ses pensées brumeuses, il préfère maintenant les textes écrits par plus sages que lui. Mais ne vous inquiétez pas, comme son modèle il ne pourra tenir sa langue bien longtemps. Ce n’est pas à 80 ans qu’un politicien change son style.
  • Contre : c’est de plus en plus difficile de le citer ces jours-ci : il est toujours à l’étranger et parle donc sur des radios inconnues par nous comme Radio-Djakarta, Radio-Porte d’Italie, Radio-Ndjamena ou Radio-Nairobi. Depuis je me suis abonné à radio-Ulaanbaatar en prévision des détails de sa prochaine mission officielle dans ce pays non encore exploré par un guinéen. Néanmoins il a réussi à nous faire passer lors d’une visite officielle chez nous, ses prévisions sur ce qui nous pend au nez pour les 4 prochaines années : tous ceux qui marcheront dans les rues seront considérés comme des mendiants et risqueront donc d’être tués pour cette « tare » anti-Sanseman. Il dit aussi qu’il va encore beaucoup voyager parce qu’il y a belle lurette qu’il attendait de faire comme ses Grands. Sacré PPAC qui proclame lors d’une mamaya de la jeunesse qu’Obama voyage pour vendre des avions civils (Boeing), Hollande pour vendre des avions militaires (Rafale) donc lui aussi il voyage pour vendre notre avion sans pilote (la Guinée). Et les participants admiratifs ont applaudi à tout rompre !

————————-

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 05, 18 prisonniers politiques du principal parti d’opposition sont libérés par le PPAC. Ils étaient 21 au départ mais un n’a pas supporté les conditions d’incarcération et il est décédé prématurément. Au fait le décédé, qui aurait sûrement été dans le groupe des libérés, écope du verdict « sans objet » ce qui prouve qu’il est mort en prison pour rien ; le 09, nous apprenons, sans confirmation officielle, que notre OVBI national est revenu en pleine nuit au pays. Merci aux opposants d’avoir permis ce retour courageux de notre Carburant-Impulse ; le 12, à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse le boss et son agitateur des jeunes nous offrent, après leurs précédents cadeaux « une femme – une césarienne », « un étudiant – un ordinateur » et « un étudiant – une tablette », une toute nouvelle initiative présidentielle dénommée : « un tailleur – une machine » ; le 14, le gouverneur de Conakry et les partis de l’opposition conviennent de travailler désormais ensemble pour rendre les manifestations politiques vraiment pacifiques – enfin un peu de bon sens de la part des 2 ennemis jurés ; le 17, le gouvernement nous annonce que « une plainte pénale a été déposée contre Mr Samuel Mebiane auprès des juridictions pénales fédérales aux États-Unis. Selon ce document, l’arrestation s’inscrit dans le contexte d’une enquête pénale de grande envergure impliquant un fonds d’investissement américain et concernant des faits de corruption dans plusieurs États africains, dont notamment le Tchad, la Guinée et le Niger » ; le 24, le boss nous lance le tout nouveau buzz de la semaine : « le président Alpha Condé a adressé une invitation à l’opposition et à la majorité présidentielle en vue des rencontres « portant sur les questions d’intérêt national, notamment les efforts à fournir pour la relance du dialogue politique national ». La veille, le ministre chargé de l’intérieur (et donc des partis politiques) avait déjà reçu les grands ambassadeurs pour se faire tirer les oreilles et demander pardon au nom de son chef pour le risque urgent et permanent que représente maintenant notre pays pour toute la sous-région en accalmie totale. Vraiment Merci les Big Brothers pour ce rappel à l’ordre de nos faucons excités assorti sans doute de quelques baffes diplomatiques retentissantes. Rien de mieux pour calmer les ardeurs de nos va-t-en-guerre locaux.
  • Pour : pour la trêve envisagée pour l’organisation civilisée des marches « pacifiques » n’oublions pas quand même que ce maréchal d’opérette doit passer devant les juges (si possible à la CPI pour que la vérité non aseptisée soit connue) pour se disculper d’avoir fait tuer plus d’une centaine de pauvres innocents, violer des dizaines de femmes et d’avoir ensuite fait voler les cadavres en pleine nuit pour aller les enterrer dans 3 fosses communes bien identifiées. C’est donc le genre de personne à qui je ne confierais jamais ma petite fille pour la déposer à l’école à plus forte raison lui faire entièrement confiance pour organiser une marche « pacifique », un terme qui ne semble pas figurer dans le modus operandi usuel de nos miliciens armés à nos frais. Pour le nouveau feuilleton de Mebiane, selon le New York Times il est aux frais de Barack Obama depuis le 16 parce que « les procureurs américains soupçonnent l’entrepreneur gabonais et ses associés d’avoir utilisé des documents à caractère officiel pour avertir des concessionnaires de l’existence de problèmes juridiques entourant leurs permis d’exploitation minière ». En creusant dans les caniveaux de notre domaine minier ils découvriront surtout et étaleront sur la place publique d’autres gombos secrets beaucoup plus fumants.En tout cas c’est pas mal cette nouvelle approche de Satanya de déballer les casseroles prochaines du boss avant que la presse mondiale ne s’en empare et les dénonce publiquement. Néanmoins cela ne fera pas que ces combines seront plus acceptables quand la boue sera étalée– au contraire. Tout va se savoir sur les toutes les magouilles qui ont installées et maintenues le Pro-Faussaire au pouvoir et cela figurera en bonne place dans son bilan d’opposant et de Président historiques.
  • Contre : ces prisonniers politiques de l’opposition étaient accusés d’avoir tiré ensemble un seul coup de feu ayant tué un pauvre journaliste et il en reste encore 2 au gnouf. Qui sait, le coupable réel doit toujours se balader dans les quartiers de Conakry puisque dès le départ de la procédure le procureur avait demandé leur relaxe pure et simple.

—————————-

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, suite à la fuite à l’anglaise habituelle du PPAC quelques jours avant ses marches en ville, l’opposition décide de reporter celle du 04 au 10 puis au 16 Août pour attendre son retour au bercail. C’est vraiment gentil de patienter pour qu’il puisse participer de visu aux crimes de ses miliciens. Du coup le rusé a envisagé chaque semaine une prolongation de ses missions, mais finalement plus aucun de ses frères de 30 ans ne semblent plus vouloir le garder en exil volontaire, même Sassou et François ; le 02, le boss fait convoquer à la police un député opposant-opposé pour le mettre directement en garde à vue pour 72 heures. Il est vrai que ce dernier avait proposé avec légèreté et sans finesse de régler définitivement leurs comptes aux familles des pires faucons du RPCé en cas de crimes éventuels ; le 04, un des records de la Condécratie est confirmé de nouveau par les Nations Unies : nous sommes le 2e pays par la queue mondiale, devant la Somalie, où l’excision est la plus pratiquée et cela depuis plusieures décennies. Selon une enquête démographie et santé de 2012, 97% des filles et des femmes de 15 à 49 ans ont été excisées. Quelles sont les solutions radicales discutées et convenues par le gouvernement ? un séminaire national, une campagne nationale de sensibilisation et de plaidoyer et des ateliers de renforcement des compétences dans chaque région ! ; le 04, le jeune ministre numérique en charge de nos mines nous annonce dans la presse que son gouvernement table  dans ses prévisions économiques sur un triplement de son revenu minier en 2020, soit un passage de 200 millions de dollars en 2014  à 600 millions de dollars en 2020. Tant pis pour Rio Tinto, Vale, Belzone, Nimba Mining, SMB, AMR et autres compagnies en fuite ou en faillite, il va foncer tête baissée comme un bœuf pour tenir les promesses de campagne du 3e mandat et surtout tout faire pour garder son poste au moins jusqu’à cette date. Et quand ça ne se réalisera pas, aucun soucis, ce sera la faute des anciens PM et de Lébola. Ce jeune ministre finira par capoter son boss et devenir PM, regardez-toun ; le 04, Satanya nous annonce que « dans le souci d’établir une coopération avec l’Indonésie dans le secteur de l’aviation, le Chef de l’Etat guinéen en séjour à Jakarta, dans le cadre du forum mondial économique islamique, a visité la société aérospatiale indonésienne ». Il a du ensuite insisté pour que nous signions immédiatement un accord de coopération dans ce domaine. Vas-y papa de la Nation, sautons les étapes – plus besoin de routes et de poubelles à Conakry, il se déplacera bientôt en fusée-made in Guinea pour terminer plus rapidement son tour du monde avant 2020 ; le 05, le député de l’opposition en garde à vue depuis le 02 est inculpé devant un tribunal Sansémenté mais remis en liberté provisoire. Le drame ici c’est que c’est pour la pire des raisons : outrage au chef de l’Etat ! Si on peut admettre des poursuites pour ses menaces de représailles sur des innocents, là par contre ce n’est qu’un cas flagrant de super-arroseur arrosé donc un match nul entre les deux ; le 07, notre Christophe Colomb reprend ses escapades lointaines avec la découverte du Tchad pour fêter le 5e mandat de son frère Idriss Deby. Nous ayant laissés orphelins depuis le 28 juillet il navigue entre Paris et d’autres contrées non encore explorées par lui comme l’Indonésie et la Malaisie ; le 11, le boss, revenu en cachette la nuit précédente, reçoit l’administrateur général adjoint de la société chinoise privée de télévision numérique « Star-Times » pour discuter des moyens d’améliorer la télévision publique et privée en Guinée. Incapacité de ses ministres et directeurs de converser comme lui en chinois ou nouveaux investissements personnels en vue pour junior et senior ? En tout cas nous avons vraiment notre 2e « Homme-Etat » national après Satan Touré ; le 12, nous apprenons stupéfaits que lors du 32ème sommet du comité des pêches de la FAO tenu à Rome (Italie) le PPAC a été désigné « champion du monde » dans le cadre de la lutte contre la pêche illicite (INN) et son ministre de la pêche est le nouveau vice-président du comité représentant l’Afrique. Les toubabs sont mauvais, ils mettent le cancre mondial sur le 1e banc de la salle de classe pour bien le surveiller et éventuellement mieux le fouetter. Et au pays son ministre a le culot de s’en vanter dans la presse alors que nous sommes le seul pays au monde qui est toujours sous sanction de l’U.E. avant une décision finale éventuelle en septembre 2016 ; le 14, Christophe Colomb reprend ses explorations par une sortie, de nouveau sur la pointe des pieds pour ne pas déranger ses compatriotes dans leur sommeil dominical. Il file donc encore une fois 48 heures avant la marche de ses opposants. Pourtant ses faucons parlent de « mission urgente et imprévue » chez son grand frère de lumière et modèle Sassou Nguesso du Congo Brazzaville. Déjà 3 retours et 2 allers incognito depuis le début du mois ! L’opposition n’a plus que 2 choix maintenant : marcher sans lui ou alors reporter ses marches toutes les semaines jusqu’à la campagne présidentielle de 2020 ; le 16, les miliciens du PPAC nous présentent un nouveau « crime pacifique » : le sang a encore coulé à Conakry lors d’une marche pourtant bien encadrée pour toutes les parties prenantes. Un jeune commerçant de 25 ans a été mortellement touché par une balle au cou alors qu’il était à son domicile au 3e étage d’un immeuble d’habitation et n’avait même pas participé à la manifestation. On compte aussi plusieurs blessés par balles dans les mouroirs de la ville et 6 arrestations. Pourtant tout s’était très bien passé avant et pendant la marche, mais c’était sans compter sur les reflexes pavloviens de notre flicaille. C’est au retour des marcheurs que les balles ont sifflées. Les faucons de Satanya ont réussi leur pari et ils seront les premiers à rejeter demain la bévue sur leur chef ; le 22, certains habitants du centre-ville ont découvert avec effroi une femme en burqua noire devant la Présidence avec une pancarte de protestation disant « Les innocents guinéens sont en danger. J’ai un message pour la Guinée » et un gros sac à main sous le bras. Grosse panique parmi nos défenseurs nationaux – des vidéos amateurs ont montré tout le bataillon de la garde présidentielle planqué comme des sardines dans une seule guérite à distance respectable. Puis 3 petits policiers – surement des stagiaires en bizutage – sont venus l’embarquer pour un de leurs commissariats. Quant au boss, il aurait discrètement filé par le souterrain présidentiel secret dissimulé sous son bureau pour regagner dare-dare son bureau volant à l’aéroport ; le 16, c’est un nouvel os pour le guignard, le tribunal de la Banque Mondiale (Centre International pour le Règlement des Différents Relatifs aux Investissements – CIRDI) s’est finalement prononcé dans l’affaire qui oppose la Guinée à l’opérateur portuaire Getma International pour la résiliation unilatérale du contrat du second sur le port de Conakry en mars 2011, au profit de l’ami de 30 ans, Vincent Bolloré. Le Tribunal a conclu que l’investissement de Getma n’était « pas illégal pour cause de corruption » et condamne la Guinée à payé 40 pour cent des frais d’avocats de Getma et d’autres frais afférents. En plus des 1,65 millions d’Euros de frais d’avocats (français et Burkinabés bien sur), les différentes amendes et autres frais devraient atteindre quelques petits millions d’Euros supplémentaires. C’est l’ami qui sera très fâché car il devra mettre la main à la poche pour ces remboursements et tous nos nouveaux investisseurs promis qui seront sans aucun doute refroidis comme des congélateurs ; le 22, le boss nous décrète une nouvelle blague : « En attendant la signature du contrat avec la société de nettoyage (?), le Président de la République, Commandant en chef des forces armées nationales, instruit l’Etat major général des armées, à travers le bataillon du génie militaire, à prendre en charge à partir de cet instant, et ce jusqu’à nouvel ordre, l’assainissement de la ville de Conakry». Ainsi bye-bye à notre maréchal-présumé-assassin et bonjour à nos maréchaux-poubelles. Bon, la ville restera toujours un capharnaüm mais au moins ces derniers devront poser leurs kalaches pour retrousser utilement pour une 1e fois leurs manches et prendre les râteaux et brouettes donc il y aura forcement moins de « balles perdues » dans la cité ; le 25, la ministre des finance présente au PPAC et à son conseil du village une communication sur les principaux constats et recommandations du rapport d’audit externe des marchés publics des exercices 2013, 2014 et du premier trimestre 2015. C’était en fait une exigence non négociable de tonton FMI et tantie BM après les magouilles suivies de plates excuses envoyées à ces aînés en fin 2015. Voici un résumé des pépites détectées : « l’inexistence ou la faiblesse d’un système physique de classement et d’archivage opérationnel ; la non inscription dans un plan prévisionnel annuel des marchés passés en 2015 ; le recours à la procédure par entente directe (gré à gré) en violation des dispositions du code des marchés publics ; les longs délais de passation des marchés ; le non-respect du délai d’exécution contractuel et la non application des pénalités de retard ; la non application des intérêts moratoires ; le non-respect des modalités de paiement définies dans ces marchés ». Et le boss a pensé tout bas « encore la faute à ces foutous anciens PM ». Pour y mettre fin la ministre a proposé une action radicale qui réglera définitivement le problème : la mise en place d’un groupe de travail incluant les parties prenantes dans le circuit de passation de marché. Le Ouf de soulagement de tous les ministres magouilleurs assis dans la salle a résonné jusqu’en haute-banlieue, Walahi ! ;  le 25, notre intrépide objet volant repart pour explorer de nouvelles frontières avec un 4e retour en prévision pour le mois. Cette fois c’est pour Nairobi au Kenya pour participer à la sixième édition de la Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD). Trop fort le boss, il pense faire ainsi d’une pierre deux coups, visiter le Kenya et le Japon.
  • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : le député a effectivement dit lors d’un meeting en plein air « Que ceux qui veulent soutenir Alpha Condé et sa tyrannie choisissent un autre jour, un autre itinéraire pour s’exprimer. Le 4 août, si on les voit dans la rue, ils seront là pour déclencher ce qui ne s’arrêtera jamais. Ce sera le carnage parce qu’on ne pardonnera pas. Je rappelle à tous les militants de l’UFDG, il faut qu’on localise, dès maintenant, les parents de Bantama Sow, de Malick Sankhon, de Hady Barry et tous ces pyromanes. Qu’on cherche leurs familles à Conakry, si un enfant est blessé, il faut qu’ils le paient dans leur propre chair. Il faut que Bantama Sow sache qu’on ira jusqu’à Bantama, son village à Mamou, pour chercher ses parents. Quand on va enterrer nos morts, qu’il aille aussi à Mamou enterrer ses parents ». Cela me rappelle tristement le modus operandi de Satan Touré contre nos familles des « comploteurs ». Mais de là à le mettre à l’ombre et le juger avant même d’avoir au moins demandé la levée de son immunité parlementaire, il y a un pas que le boss devait éviter de franchir sans précautions constitutionnelles et en particulier un accord écrit du parlement. Il est possible que la notion de « flagrant délit » soit extensible, comme toutes les lois de toutes façons dans notre république bananière, mais il faut quand même y mettre un peu de vernis transparent. Mais le pire c’est que cette accusation vient d’une personne qui a traité lui et tous ses compères de l’opposition de « chiens qui aboient inutilement et de tortues à qui il fallait chauffer le d… pour les faire avancer ». Bon il n’a pas dit les mots « tuez-les » mais j’ai posé la question à la tortue de mon voisin et elle m’a répondu que son grand frère avait subi ce supplice suite à la méchanceté des gamins du quartier, qu’il était effectivement sorti à toutes pompes de sa coquille et avait fini raide-mort après cela – donc !
  • —————————-
  • 4. Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier de restitution des résultats de l’étude diagnostique sur les obligations légales et la responsabilité des sociétés minières ; atelier d’élaboration du document de poursuite des programmes de coopération entre le gouvernement guinéen et le système des Nations-Unies/Guinée ; atelier de formation du PNUD des cadres nationaux sur la préparation de la fin du cycle du plan cadre des nations unies pour l’aide au développement (PNUAD) de la Guinée pour le quinquennat 2013-2017 et le démarrage du processus de formulation de celui de 2018-2020 ; atelier régional de validation du rapport préliminaire de l’étude pour le développement de l’électrification rurale et périurbaine en Afrique de l’Ouest ; atelier de renforcement des capacités d’intervention des membres du Réseau des Parlementaires pour la Population et le Développement (RPPD) ; atelier de formation des acteurs locaux dans la lutte contre les conflits domaniaux et miniers en Haute Guinée ; formation de renforcement de capacité des membres du réseau des médias en population et développement ; atelier de formation et de sensibilisation sur le thème : « Rôle et responsabilité des forces armées en mission de maintien de la paix en matière de lutte contre les violences basées sur le genre, de promotion et protection des droits de l’homme et du droit international humanitaire » ; atelier de validation du plan d’action d’inspection des pêches 2017-2018 ; séminaire d’élaboration du plan national de développement économique et social (PNDES) ; session d’imprégnation des assistants sociaux sur le thème « programme appui psychosocial aux surveillants et relance socioéconomique » ; 8ème session de la plateforme des reformes engagées par le ministère de l’agriculture ; formation des journalistes des secteurs public et privé sur le thème « médias et couverture électorale » (!!) ; atelier d’échanges entre la commission chargée des relations extérieures et de la coopération de l’INDH et les ONG qui défendent les DDH ; atelier de formation-sensibilisation des forces de défense et des leaders d’opinion de la région de Labé (!) ; séminaire de formation des jeunes du RPG portant sur le thème : « Développement de l’Esprit d’Entreprise, montage de projets, élaboration de Plan d’affaires (Business plan) et Recherche de financement pour les microprojets » ; atelier de formation modulaire Bridge de renforcement des capacités des administrateurs territoriaux ; formation d’agents de santé sur les techniques d’utilisation des machines de comptage des lymphocytes CD4 dans le sang des malades du VIH.
  • Pour : le séminaire-bizness est en recul ce mois-ci (17). L’atelier de formation des acteurs locaux dans la lutte contre les conflits domaniaux et miniers en Haute Guinée semble une bonne idée, en espérant que les participants étaient satisfaits de leurs cadeaux au démarrage et ont donc été attentifs aux exposés et messages transmis.
  • Contre : incroyable quand même qu’après plus de 50 ans en Guinée le PNUD ait toujours besoin de former les mêmes cadres périmés sur son cycle de programmation. Ou bien c’est pour améliorer un peu le taux d’absorption financière de leur budget ? Pour la formation exclusivement RPGistes, le communiqué officiel annonce « sur instruction du président de la République, Pr Alpha Condé, un séminaire de formation à l’intention de cinq cent (500) jeunes du RPG arc-en-ciel venues 55 sections de Conakry, Coyah, Dubréka et Forécariah, des structures parallèles (mouvements de soutien et associations ». En plus il est prévu qu’en fin de formation les certificats de participation des militants déformés seront remis par le PPAC lui-même. A bas le Président du RPCé – vive le futur Président de la République.

—————————–

  1. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Mr le champion olympique (médaille d’or) du Décollage-Atterrissage, pardon il faut cesser de nous faire mourir de rire avec des programmes comiques tels que le tout récent « un tailleur, une machine ». D’abord il faut préciser quel type de machine : à laver, à repasser, à écrire ou à coudre ? Parce que mon cagibi dans le ghetto urbain déborde déjà avec vos précédents cadeaux tels que les costumes, les boubous Bazin et autres cadeaux-PPTE, mes desktop, laptop et bientôt machines à coudre. Et oui, comme je suis un bon Guinéen, à chaque distribution publique, grâce à mes connaissances débrouillardes je fais une réserve de 3 ou 4 modèles de chacun, en cas de coup dur. Pardon arrêtez comme ça et donnez-moi le courant électrique stable pour les faires fonctionner car courant-kaléta a déjà grillé mon 1e lot. Et surtout n’oubliez pas d’inclure une faculté de tailleurs dans votre prochaine « Université PPAC du Sanseman ». Pour nous faire encore plus plaisir il faudrait aussi lancer demain d’autres programmes-espoirs comme « un Guinéen – une Guinéenne » car j’ai deux petits cousins qui ne veulent rien faire de sérieux dans leur vie et qui n’arrivent donc pas à trouver une épouse pour les porter sur leurs dos. Et aussi « un Guinéen – un plat riz/sauce » car nous avons tous faim, Walahi ! Aucune crainte, le succès sera assuré aussi auprès de vos fonctionneurs, surtout nos nouveaux « cadres supérieurs » de l’Etat. Avant nous avions surtout beaucoup de mafieux semi-lettrés et artisanaux, n’ayant aucune capacité réelle de défendre leur bla-bla.  Maintenant vous avez pu créer une caste d’intellos avec une certaine logique analytique et parfois de bons arguments. Ils réussissent donc à de mieux justifier l’injustifiable pour les naïfs et les niais. Faites tous les bons programmes que vous souhaitez, vous n’avez rien à craindre avec l’évolution actuelle de la pieuvre nationale.

Encore une autre de vos promesses mirobolantes de ce mois-ci : vous voulez nous faire rêver et surtout patienter un peu avec la signature assurée du tout nouveau « un Guinéen – un programme formel avec le FMI pour la 1e fois dans notre histoire » qui réglera tous les problèmes des jeunes du pays. Vraiment vous nous prenez pour des idiots et des amnésiques. Personne n’a oublié vos promesses depuis le point d’achèvement du PPTE (Pays Pauvre Très (très) Endetté) de tous les espoirs en 2011. Résultat final de nos 1,8 milliards de dette totale, les Big Brothers avaient épongé 1 milliard cadeau en 2011 mais 5 ans après (2016) nous sommes revenus à 1,7 milliards. Comme si bien décrit par feu Jean Marie Doré quelques années après ce 1e échec : « On a dit ici que lorsqu’on aura le PPTE chacun mangerait à sa faim, que les femmes n’ayant pas eu d’enfants auraient des jumeaux, des triplés, des quadruplés, que personne ne mourrait plus, que les Guinéens seraient au septième ciel, au paradis. ». Nous vous attendons donc au tournant avec impatience ce mois d’octobre 2016 pour la signature et surtout les mois qui suivront. On ne vous ratera pas, vous pouvez compter sur nous, les grognards de la République.
Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 2079e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back », déjà 05 ans, 08 mois et 10 jours ! Encore un exemple que nous sommes vraiment l’un des pays les plus bizarre de la planète : récemment des trafiquants d’animaux en voie de disparition ont été condamnés à de la prison ferme et des amendes financières. Ainsi chez nous, quand tu tues un animal protégé tu vas direct en tôle (une bonne chose) mais quand tu massacre un jeune commerçant de 25 ans tu bénéficie d’une immunité et de vacances payés au camp militaire suivis même parfois d’une promotion ! La bon mot du mois nous vient d’un autre compatriote avisé (Mamadou Gando Bah) : « Le Président de la République, qui à son élection était animé d’une réelle volonté de poser la bonne brique pour la reconstruction de la Guinée, a hélas qu’il me soit permis, commis la grave erreur d’être capté par l’aimant de ceux que j’appelle ici les charognards de la République ». Je me répète une fois de plus, en bon ancien enseignant, le préalable à tout changement positif est de mettre à genou le système des bizness-men politiques et militaires  qui tiennent le pays à la gorge de manière de plus en plus efficace. Nous avons 3 bons exemples africains (le Liberia, la Sierra Leone et la Cote d’Ivoire) où cette stratégie a été payante. Autant je suis toujours peu enthousiaste sur la responsabilité des Big Brothers de nous sortir seuls notre mal-gouvernance africaine, autant il faut reconnaître que quand ils en ont marre des clowns à la tête de leurs anciennes (et actuelles) colonies ils les neutralisent facilement. Les américains ont débarqué Taylor sans aucun problème pour le mettre au frais à la CPI, puis idem pour les anglais avec Fodé Sankhon qui a eu droit à sa CPI locale et finalement pour la France avec Gbagbo (et Habré). Faut-il prier pour qu’elle le fasse une 2e fois pour la Guinée, après la liquidation programmée du petit dadais Dadis ? Le problème est que notre boss, à la différence de ses compères ci-dessus, ne fera jamais l’erreur de les défier et de ne pas se mettre à genoux devant eux. Avec Dadis, le mégalo au pouvoir, nous avons suivi en live comment ils l’ont fait dégager en douce – sauf pour lui bien sur – grâce notamment à Toumba et Konaté. Dans tous ces exemples, dès que le système est tombé les autres contre-pouvoirs se sont améliorés progressivement, sauf en Guinée. Pour les mentalités, bien que cela prenne plus de temps, dans ces pays, au fur et à mesure que les nouvelles autorités ont commencé à s’attaquer à l’impunité pour les forts et à l’injustice pour les faibles, les mentalités ont commencé à se transformer de gré ou de force, comme dans tous les Etats de droit. Depuis la nuit des temps il n’y a pas plus lâches et peureux que les voleurs et les criminels et si ce n’étaient pour ces mêmes raisons et solutions radiales, tous les pays du monde seraient dans le même état de décomposition et d’anti-gouvernance que le nôtre.

Posted in 2016 | Leave a comment